L’Église est le seul et vrai Israël, la Bible le prouve (par Guillaume sur Radio Regina)

Vraiment très bonne intervention de Guillaume, qui gère le site Fide Catholica :
https://fidecatholica.wordpress.com/

Cette vidéo, traitant de la question de Dieu au fil du temps depuis la création dans son rapport avec les hommes, et de ce que les hommes en ont fait (il est traité de la défiance des juifs envers Dieu et de leur apostasie, dont le traité de Saint Jérôme en perfectionnera la compréhension), démontre simplement et clairement par l’Écriture Sainte la légitimité, la véracité de l’Église Catholique, et de l’arrivée du Christ notre sauveur promise dans l’Ancien Testament, préfigurée par exemple dans la Genèse, chapitre XVIII, verset 1 à 3 :
« Le Seigneur apparut à Abraham en la Vallée de Mambré, lorsqu’il était assis à la porte de sa tente dans la plus grande chaleur du jour. Abraham ayant levé les yeux, trois hommes lui apparurent, debout près de lui. Aussitôt qu’il les eut aperçus, il courut devant eux, se prosterna en terre. Et il dit  : Seigneur, si ‘ai trouvé grâce devant vos yeux, ne passez pas devant votre serviteur sans vous arrêter. »
C’est ici que l’on voit l’évidence, entre autres nombreux endroits dans le pentateuque, et tout l’Ancien Testament, de la Très Sainte Trinité Notre Dieu. Car il est dit que le Seigneur apparait au singulier, et qu’il y a trois hommes, et que Saint Abraham le nomme au singulier : « Seigneur ». C’est d’ailleurs ce qu’affirme le Docteur Angélique à propos de ce passage.

Nous vous invitons aussi, chers lecteur, à suivre le site de Radio Regina, qui est très bien agencé et donne accès à une bibliothèque numérique édifiante, voici le lien :
https://radioregina.info

Publicités

Échange entre un fidèle et l’Abbé Chazal…

illogical Chazal.png

Voici un échange entre un fidèle catholique et l’Abbé Chazal, dont la position sédépléniste n’a rien de réaliste, et rien de catholique. Rappelons d’ores et déjà une chose essentielle, c’est que le catholique, à l’heure actuelle, ne peut rester catholique que par la position dite sédévacantiste, qui constate de fait que l’office pontifical est vacant (criterium de l’évidence), du fait du constat au for externe par l’externalisation notoire de l’hérésie, et de la nuisance au bien de l’Église qui sont des preuves objectives que les hiérarques depuis 1958 ne sauraient être des papes. Une personne à la tête d’une secte qui pratique un culte non catholique ne peut en aucun cas être un pontife ; un groupe de personne qui pratique un culte prouvé comme étant non catholique ne peut en aucun cas être l’Église Catholique. Nous relèverons aussi que l’Abbé Chazal demande ce que son interlocuteur en dit, pour ensuite botter en touche de façon simpliste et erronée.

Lire la suite

Pour mieux cerner le principe des deux glaives : un Extrait de l’Histoire Apologétique de la papauté de Mgr Justin FÈVRE (2)

Résultat de recherche d'images pour "Mgr justin Fèvre"II. Quelle solution donner à ce gros problème?
La solution que nous voulons inculquer se résume clans les propositions suivantes :
1-  Le pouvoir des Papes sur les souverains a été amené par l’état des sociétés civiles et la jurisprudence de l’excommunication ;

2-  Les Papes, en l’exerçant, se sont conformés à la persuasion universelle ;

3-  Cette persuasion repose sur les idées les plus justes du droit naturel et divin et sur le droit public alors en vigueur;
4-  Et le pouvoir, qu’elle autorise, n’entraîne que de minimes inconvénients, compensés par d’immenses avantages.

Lire la suite

Pour mieux cerner le principe des deux glaives : un Extrait de l’Histoire Apologétique de la papauté de Mgr Justin FÈVRE (1 bis)

Résultat de recherche d'images pour "Mgr justin Fèvre"

Lire la suite

Pour mieux cerner le principe des deux glaives : un Extrait de l’Histoire Apologétique de la papauté de Mgr Justin FÈVRE (1)

Résultat de recherche d'images pour "Mgr justin Fèvre"S’il est un fait qui confonde, sans réplique possible, l’idée gallicane de la séparation des deux ordres et de l’indépendance absolue de la puissance temporelle, c’est, à coup sûr, la déposition des souverains par les Papes et les conciles du moyen Age.

Lire la suite

Le Père W. DEVIVIER S.J. sur le protestantisme (fin)

§ V. Dans sa règle de foi, le protestantisme contredit Jésus-Christ

https://pictures.abebooks.com/LELIVRE/md/md3325257797.jpg

Il est un moyen plus facile encore de mettre dans tout son jour la fausseté du protestantisme, c’est de montrer que sa règle de foi est absolument inadmissible, et contraire à la volonté de Jésus-Christ. Cette base une fois renversée, tout l’édifice des novateurs du XVI siècle s’écroule de lui-même.

Lire la suite

Le Père W. DEVIVIER S.J. sur le protestantisme (1ère partie)

(…) Il n’est plus guère de nos jours qu’une hérésie importante : le protestantisme. On comprend sous ce nom générique tout ce qui, se rattachant à la révélation chrétienne, proteste contre l’autorité de l’Eglise catholique romaine, et en appelle à l’Ecriture comme à l’unique source de la vérité révélée.
En réalité, le protestantisme n’est pas une religion déterminée. Les sectes sans nombre qui portent cette dénomination ne possèdent entre elles d’autre lien qu’un même nom négatif, qui convient à toute hérésie; elles n’ont d’autre principe de vie que les dogmes et les préceptes qu’elles ont conservés de l’Eglise catholique, dont elles se sont séparées.

Lire la suite