Travaillez comme le bon soldat du Christ-Jésus, pour « la paix du Christ dans le Règne du Christ ».

Christ the King stained glass window

 

Voici un extrait de la cinquième édition de la Fête spéciale de Jésus-Christ Roi, par le R.P. Édouard HUGON, O. P.   : petite lecture opportune pour la Fête du Christ-Roi, fête que nous vous souhaitons bonne et surtout sainte !

Lire la suite

Publicités

Du modérantisme et de la fausse modération – extrait

Abbé Alexis PelletierLe modérantisme n’est qu’une des formes du libéralisme. II travaille à sa manière à bâillonner les défenseurs de la vérité. Ce qu’il y a d’étonnant, d’incompréhensible même, c’est que plusieurs ne paraissent pas s’en douter. Ils maudissent le libéralisme, extérieurement du moins, et ils sont pleins d’égards pour le modérantisme qu’ils cultivent même avec une remarquable ferveur.

Lire la suite

L’indifférentisme est condamné par S.S. le Pape Pie IX

Pie IXNous devons de nouveau rappeler et blâmer la très grave erreur où se trouvent malheureusement quelques catholiques, qui adoptent la croyance que les personnes vivant dans les erreurs et en dehors de la vraie foi et de l’unité catholique peuvent arriver à la vie éternelle. Cela est péremptoirement contraire à la doctrine catholique.

Lire la suite

La Franc-Maçonnerie : amadouer et corrompre la mère pour s’arroger des droits sur l’enfant…

FM femme et enfantVoici quelques citations parmi une myriade. Vous remarquerez l’arme classique du préjugé anticlérical de la Franc-maçonnerie. La réelle volonté en influençant les femmes, et en les intronisant à la maçonnerie, est de s’arroger les esprits de leurs enfants, les arrachant à la religion catholique afin de les corrompre. Il est alors assez simple de déduire les conséquences qui s’en suivent, qui sont celles que nous vivons hélas aujourd’hui.

« Dans la Franc-Maçonnerie c’est l’Esprit du Mal qui triomphe. » disait le F:. Dunet, ex-33e, cité par Jospeh Santo, dans le Formidable secret de la Franc-maçonnerie. De nos jours, c’était il y a peu, un ministre de la Vème république, Mr Peillon, disait que la laïcité est « la religion de la Franc maçonnerie ». « Guerre à Dieu ! Haine à Dieu ! Le progrès est là ! Il faut crever le ciel comme une voute de papier. » criait le Franc-maçon Lafargue.

Lire la suite

Mgr de Ségur répond aux objections contre la Religion (24)

Mgr De SégurObjection : J’ai ma religion à moi. Chacun est libre de pratiquer sa religion comme il l’entend ; cela me regarde seul, et je sers Dieu à ma manière.

Réponse : Et votre manière, n’est-ce pas, c’est de ne pas le servir ! C’est comme les gens qui entendent par « liberté de conscience», « liberté de ne pas avoir de conscience. »

 Non, chacun n’est pas libre de servir Dieu comme il l’entend, mais il doit servir Dieu comme Dieu veut être servi, et non autrement.

Lire la suite

Une définition à retenir relayée par Mgr Delassus : le latomisé.

Mgr Delassus

Mgr Henri Delassus

Dans l’ouvrage déjà cité M. Bord donne le nom de « latomisés » aux personnes initiées ou profanes qui sont imprégnées de la doctrine maçonnique. Les Romains appelaient latomies des carrières où l’on renfermait des prisonniers. Les « latomisés » sont donc les captifs de la maçonnerie, ses captifs intellectuels, ceux de l’esprit desquels elle a pris possession.

Lire la suite

Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 1

don-sarda-y-salvany
I
Existe-t-il de nos jours quelque chose de connu sous le nom de libéralisme ?
Sans aucune doute, et si tous les hommes appartenant aux diverses nations de l’Europe et de l’Amérique, régions principalement infestées de cette épidémie, ne s’étaient entendus pour s’abuser ou paraître s’abuser à son sujet, il semblerait oiseux que nous prissions la peine de démontrer l’assertion suivante : il existe aujourd’hui dans le monde une école, un système, un parti, une secte (appelez-le comme vous voudrez), connu par ses amis comme par ses ennemis sous la dénomination de Libéralisme.

Lire la suite

Nous avions été prévenus…

Voici ce que nous écrit le Bienheureux Abbé LEFRANC dans la fin de son ouvrage «la conjuration contre la religion catholique, et les souverains.» de 1792. Il faut bien avouer que les déductions faites ici reflètent avec vérité l’état de la Nation Française, devenue subjective, libérale, apostate, en un mot : impie.
messe

Lire la suite