Le rite d’initiation rosicrucien expliqué par l’Abbé Lefranc

https://i0.wp.com/www.rose-croix.org/wp-content/uploads/2015/02/rose-croix-d-or-manuscrit-autel.jpg

manuscrit R-C du XVIIIème siècle

Note : nous invitons le lecteur à parcourir cet article avec précaution, car beaucoup de paroles vicieuses et blasphématrices émises par les sectaires sont reportées ici. Cette mise à jour par le Bienheureux abbé Lefranc est nécessaire pour comprendre les motivations intrinsèques des sectes illuministes. Lire la suite

Aucune concession avec l’erreur, ni même avec une « simple tendance » vers celle-ci.

http://i2.wp.com/www.domgueranger.net/assets/102113_1348_Prirepourde1.jpg?w=940Contexte : Ici, Dom Guéranger part de ses réfutations données en toute charité à M. De Broglie sur ses nombreuses erreurs naturalistes, et il étend le champ de cet exemple à toutes nécessités de défense de la foi, contre la moindre erreur et tendance vers l’erreur, induisant une inévitable formation doctrinale intelligente, vraie, et pratiquée.

Lire la suite

Le Pape Pie IX et Don Sarda y Salvany sur le naturalisme

Pie IX« Et de fait, vous le savez parfaitement, Vénérables Frères, il s’en trouve beaucoup aujourd’hui pour appliquer à la société civile le principe impie et absurde du  » naturalisme « , comme ils l’appellent, et pour oser enseigner que  » le meilleur régime politique et le progrès de la vie civile exigent absolument que la société humaine soit constituée et gouvernée sans plus tenir compte de la Religion que si elle n’existait pas, ou du moins sans faire aucune différence entre la vraie et les fausses religions”. » (1)

Lire la suite

Mgr Delassus : guérir une nation malade

Mgr Delassus« On ne guérit pas une nation malade, dit encore le P. Aubry, avec de l’enthousiasme, des sentiments, de grands cris d’espérance jetés dans les chaires, les tribunes, les journaux et les livres. »

Et surtout, on ne convertit pas en prêchant aux hommes leurs droits et en taisant leurs devoirs ; en marquant du dédain pour l’humilité, l’obéissance, l’esprit de pauvreté et même la divine charité ; en encourageant la convoitise des choses de ce monde et en remettant à plus tard de parler des espérances éternelles.

Ceci n’apporte à l’âme que le froid de l’égoïsme ; et cela – les grandes phrases et les grands discours – ne fait qu’une flambée dans l’imagination.

Lire la suite

Les naturalistes chrétiens exposés en quelques lignes

Abbé Rohrbacher« Cherchez d’abord le règne de Dieu et sa justice : le reste vous sera ajouté de surcroit » ; mais vous faites tout le contraire. Ce surcroît qui arrive de lui-même, quand Dieu règne, vous en faites la chose principale ; et c’est là votre erreur. Vous demandez à la religion du Christ des gages humains pour la proclamer divine ; votre étude est de l’harmoniser avec les idées rationalistes et basses des hommes du siècle ; vous descendez à leur langage, et vous les retenez par là même dans la sphère étroite qu’ils ont choisie. »

Source : Du naturalisme contemporain, extrait de l’Histoire Universelle de l’Église par l’Abbé Rohrbacher.