Saint René, fêté le 12 Novembre

12 NOVEMBRE SAINT  RENÉ ÉVÊQUE (396-450)


On  ne  peut  nier  que  les  documents  qui  nous  ont  conservé l’histoire  de  saint  René  ne  prêtent  à  discussion  ; les  Bollandistes même  ne  dissimulent  pas  qu’ils leur  accordent  peu  de  confiance. Mais  le  savant  bénédictin  dom  Chamard  s’inscrit  contre  leur jugement,  qu’il  estime  sévère  :  il  croit  que  de  la  légende  on peut  tirer  des  éléments  de  vérité.  Et  comme  le  saint  évêque, très  vénéré  en  Italie  et  en  Anjou,  compte  de  nombreux  protégés  qui  s’honorent  de  porter  son  nom,  il  semble  bon  de  leur rappeler  ses  vertus,  aussi  bien  que  légitime  d’accepter  le  sentiment  d’un  des  maîtres  de  l’hagiographie.

Donc,  au  temps  où  saint  Maurille  gouvernait  l’église  d’Angers,  c’est-à-dire  à  la  fin  du  IVè siècle,  vivait  au  château  de  la Possonnière  une  noble  matrone  nommée Bononia.  Dieu  ne  lui avait  pas  donné  d’enfant,  et  elle  s’en  affligeait  fort.  Un  jour que  l’évêque,  alors  tout  récemment  élu,  visitant  son  diocèse, était  venu  au  bourg  groupé  au  pied  du  château,  Bononia s’agenouilla  devant  lui  et  le  supplia  de  la  bénir  et  de  lui  obtenir un  fils  ;  elle  promettait  en  retour de  le  consacrer  au  service divin.  Maurille  fut  ému  de  ces  larmes;  il  pria  sur  l’affligée  avec toute  son  âme.  Et  l’année  suivante,  heureuse  et  fière,  portant en  ses  bras  l’enfant  accordé  à  la  prière  de  l’évêque,  elle  se  rendait  à  Angers  pour  accomplir  sa  promesse  :  car  c’était  la  discipline  ecclésiastique  du  temps  :  voué  à  l’Église,  il  devait  être élevé  sous  les  yeux  et  par  les  soins  des  prêtres.

Il  grandit  ; il  avait  sept  ans  déjà  et  n’était  point  encore  baptisé  :  à  cette  époque  les  familles  puissantes,  même  très  chrétiennes,  retardaient  volontiers  pour  leurs  fils  la  réception  du sacrement  de  la  régénération.  Ainsi  en  avait-il  été  pour  saint Basile,  saint  Grégoire  de  Nazianze,  saint  Ambroise  ; et  ne  fut-ce pas  la  cause  de  la  précoce  perversité  d’Augustin?  Et  il  arriva que  le  fils  de  Bononia  tomba  malade ; bientôt  on  vit  qu’il  allait mourir.  Affolée  du  danger  qui  menaçait  son  âme  plus encore que  sa  vie,  la  pauvre  mère  saisit  l’enfant,  l’emporte  en  courant  à l’église  Saint-Pierre  : Maurille,  entouré  de tous  ses  prêtres, y  accomplissait  ses  fonctions  épiscopales.  Elle  fend  la  foule, s’approche  de  l’autel,  présente  le  petit  moribond  à  l’évêque  et avec  des  sanglots  le.  conjure  de  le  baptiser  aussitôt.  Mais  Maurille,  tout  aux  saints  mystères  qu’il  célébrait,  veut  qu’elle attende  la  fin  de  la  cérémonie  ;  on  la  force  à  se  retirer.  Hélas ! quand  on  l’invita  à  se  présenter  de  nouveau  pour  le  baptême de  l’enfant,  celui-ci  était  mort. Maurille  fut  navré  de  ce  malheur,  qu’il  imputait  à  ses  démérites.  Il  n’avait  accepté  que  malgré  lui  l’épiscopat  dont  il  se jugeait  indigne  ;  il  crut  que  Dieu  n’avait  permis  cette  mort douloureuse  que  pour  ratifier  son  propre  jugement.  Aussitôt sa  résolution  est  prise,  si  conforme  du  reste  à  toutes  ses  aspirations  : il  se  dérobe,  s’enfuit,  va  se  cacher  loin  de  son  diocèse,
en  Armorique,  dans  une  solitude  où  il  expiera  sa  faute  par  la pénitence  de  toute  sa  vie.  Quand  on  s’aperçut  de  sa  disparition, l’émoi  fut  grand  dans  l’église d’Angers.  Outre  le  chagrin  d’avoir perdu  un  pasteur  d’une  éminente  sainteté,  la  crainte  aussi  serrait  les  cœurs.  L’évêque,  ce  n’était  pas  seulement  le  dispensateur  des  grâces,  c’était  aussi  le  protecteur  et,  selon  un  titre officiel  qui  lui  était  souvent  conféré,  le  défenseur  de  la  cité  en face  du  pouvoir  civil  et  des Barbares envahisseurs  de  la  Gaule.

Aussi  des  envoyés  partent  bientôt  qui  rechercheront  le  fugitif, fallût-il  traverser les mers, et ne reviendront  qu’avec lui,  dussent-ils  l’entraîner  de  force  hors  de  son  asile.
Maurille  fut  trouvé  et  ramené ; pour  adoucir  cette  contrainte, Dieu  lui  avait  révélé  la  grande  consolation  qu’il  lui  réservait. A  peine  de  retour  dans  sa  ville  épiscopale,  il  se  rend  à  l’église Saint-Pierre,  ou  l’enfant  avait  été  enterré.  Il  fait  ouvrir  la tombe,  se  prosterne  tout  en  larmes,  prie  quelques  instants  ;  et voici  que le  petit  corps  s’agite,  revient  à la  vie,  sort  de sa  couche de  pierre,  parmi  les  acclamations  et  les  cris  de  joie.  Maurille, sans  tarder,  mène  le  ressuscité  au  baptistère  :  il  verse  sur  lui l’eau  qui  le  fait  néophyte  et,  en  souvenir  de  la  grande  miséricorde  de  Dieu  qui  lui  accorde  une  seconde  naissance,  lui  donne le  nom  de  René.


(Résurrection de Saint René par Saint Maurille en présence de sa mère Bononia)

Admis  à  l’école  épiscopale.  René  s’y  montra  reconnaissant  du bienfait  de  sa  résurrection.  Il  se  signala  par  une  sagesse  et  une vertu  supérieures  à  celles  de  ses  jeunes  compagnons.  Dès  qu’il fut  arrivé  à  l’âge  fixé  par  les  canons,  Maurille,  charmé  de  ses mérites,  lui  conféra  la  charge  d’archidiacre,  et  peu  après  le sacra  comme  chorévêque,  —  c’est-à-dire  évêque  auxiliaire,  — de  Chalonnes-sur-Loire,  église  qui  lui  était  particulièrement chère  et  à  laquelle  l’administration  de  saint  René  contribua  à donner  une  importance  considérable. Et  puis,  Maurille  appelé  par  Dieu  à  la  gloire  du  ciel,  les  suffrages  se  réunirent  sur  son  disciple  pour  en  faire  son  successeur. Comme  lui  jadis,  René  n’accepta  qu’à  regret  le  fardeau  de  l’épiscopat  qui  tombait  sur  ses  épaules,  lorsqu’il  avait  à  peine  atteint l’âge  canonique  de  trente  ans.  Aussi,  résolu  à  le  déposer le  plus vite  possible,  il  attendit  seulement  que  la  sécurité  fût  assurée à  son  troupeau  par  l’établissement  légal  et  définitif  des  Barbares  dans tout  l’ouest  de  la  Gaule.  Alors,  pour  couvrir  sa  fuite, il  prétexta  un  pèlerinage  à  Rome,  au  siège  de  saint  Pierre,  et partit  sans  volonté  de  retour.  Il  visita  les  églises  des  saints Apôtres,  s’agenouilla  sur  leurs  tombes  ; et  puis,  s’enfonçant  vers le  midi,  il  descendit  jusqu’à  Sorrente,  où  il  se  cacha  dans  une solitude.  Bientôt  ses  vertus  lui  attirèrent  la  vénération  universelle  et,  —  selon  les  Sorrentais,  —  il  fut  élu  évêque  de  leur cité.

Quoi  qu’il  en  soit  de  ce  dernier  fait,  René  mourut  encore jeune,  le  6  octobre  450,  et  fut  enterré  près  de  la  ville,  dans  la cellule  qu’il  avait  habitée;  il  y  fut  honoré  d’un  culte  public et  reconnu  comme  patron  principal  de  Sorrente.  Aujourd’hui encore  il  est  un  des  Saints  les  plus  vénérés  du  pays  de  Naples. Cependant  les  habitants  d’Angers  étaient  dans  la  désolation et  cherchaient  de  tous  les  côtés  les  traces  de  leur  évêque fugitif.  Il  avait  trop bien  pris ses  précautions  : ils durent  renoncer  à découvrir  sa  retraite,  et  un  concile  réuni  à  cet  effet décida  de  lui  donner  un  successeur,  qui  fut  le  vénérable  Thalaise.  Le  temps  s’écoula  ;  et  voici  que  les Angevins  apprirent la  mort  de  René  à  Sorrente  et  le  culte  qu’on  lui  rendait.  Ils décidèrent  alors  de  rentrer  en  possession  de  son  saint  corps, qu’ils  considéraient  comme  leur  incontestable  propriété.  Une décision  du  Saint-Siège  leur  en  rendit  du  moins  une  grande partie-.  Ces  bienheureuses  reliques  furent  d’abord  déposées  dans l’église  de  Saint-Maurille,  le  maître  aimé  de  René.  Au IXè   siècle, on  les  transféra  à  la  cathédrale,  le  12  novembre,  jour  où  désormais  on  fixa  la  fête  de  saint  René,  patron  secondaire  du  diocèse  d’Angers.

Source : Saints et saintes de Dieu, Tome II, Père Moreau, p.604-607

Publicités