Saint Alphonse-Marie de Liguori : À QUOI SERT LE MONDE ENTIER À L’HEURE DE LA MORT ?

Saint Alphonse1. « La tombe, voilà tout ce qui me reste », disait Job (Jb 17, 1).

Les jours passent, les années passent, les plaisirs, les applaudissements, le faste, passent. Quelle sera la fin de tout cela ? La mort, qui viendra nous dépouiller de tout. Puis, on nous jettera dans une fosse, où nous pourrirons, abandonnés, oubliés de tout le monde. Ô ciel ! À l’heure de la mort, le souvenir de tous les gains réalisés pendant la vie, n’a d’autre effet que de redoubler nos angoisses et notre incertitude du salut !
Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : NÉANT DES BIENS DE CE MONDE

Saint Alphonse1. « Qu’est-ce que votre vie ? Une vapeur qui paraît un instant et s’évanouit ensuite » (Jc 4, 14).

Les vapeurs qui s’élèvent de la terre et baignent dans les rayons du soleil, présentent parfois un bel aspect; mais au moindre souffle du vent, tout se dissipe, tout s’évanouit. C’est l’image des grandeurs de ce monde. Tel seigneur est aujourd’hui redouté, flatté, entouré d’hommages par la foule : la mort le frappe-t-elle demain ? Dès demain, on n’aura plus pour lui que mépris et malédictions. Oui, la mort est la fin de tout ; honneurs, richesses, plaisirs.

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : LA MORT EST UN PASSAGE À L’ÉTERNITÉ

Saint Alphonse1. Deux vérités de foi : mon âme est éternelle ; un jour, alors que j’y penserai le moins, je devrai quitter ce monde.

Il faut donc de toute nécessité m’assurer un bonheur qui ne finisse pas avec la vie présente, mais qui soit éternel comme je suis éternel. Quelle fortune plus brillante sur cette terre que celle d’Alexandre-le-Grand, de César-Auguste ? Elle a cessé depuis bien des siècles; depuis ces longs siècles, ils ont commencé une autre vie, malheureuse celle-là, qui n’aura point de fin.

Lire la suite

L’humilité ou la perfection du chrétien

Saint Augustin disait : « Si maintenant, vous m’interrogiez pour savoir quelle est à mon sens la vertu la plus importante de toute la religion chrétienne, je vous dirais que c’est l’humilité ; et autant de fois que vous me poserez la même question, je vous ferai toujours la même réponse ». (1)

Saint Basile disait qu’on pouvait ramener à la vertu d’humilité toute la doctrine que Notre Seigneur Jésus-Christ a prêchée ainsi que tous les exemples qu’il a donnés. (2)

Selon Saint Grégoire, l’humilité et l’orgueil sont comme les signes qui distinguent le Royaume de Dieu et celui du démon : Le Sauveur est le roi des humbles, le Léviathan, au contraire, est le roi de tous les orgueilleux. (3)

Notre Seigneur a posé l’humilité à la base  de toute sa doctrine spirituelle. Il n’a pas dit : « Apprenez de moi à être pauvre, à mépriser le monde, à jeûner ou à faire des miracles » mais, « Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur ». (4)

Lire la suite