Saint Alphonse-Marie de Liguori : LE JUGEMENT PARTICULIER

jugement1. À l’instant même et dans le lieu même où l’homme expire, le tribunal divin est dressé, la cause instruite, la sentence prononcée. « Ceux qu’il a connus dans sa prescience, il les a prédestinés à être conformes à l’image de son Fils… il les a glorifiés, etc. » (Rm 8, 29-30), dit l’apôtre saint Paul. Donc, pour être jugés dignes de la gloire éternelle, il faudra que notre vie soit trouvée conforme à la vie de Jésus Christ. Aussi saint Pierre, parlant du jugement, affirme-t-il à juste titre: « Le juste lui-même ne se sauvera qu’avec peine » (1 P 4, 8).

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : PAR LE PÉCHÉ, L’HOMME SE DÉTOURNE DE DIEU

confessional1. Qu’est-ce que le péché mortel ? Saint Augustin et saint Thomas répondent : « Aversio o Deo : l’acte par lequel on se détourne de Dieu, l’acte par lequel on tourne le dos à Dieu » (S. Thomas d’Aquin, 1-2, q. 87, a. 4; RJ, Le péché 3, trad. R. Bernard, 187, S.Augustin, Du libre arbitre, liv. 2, ch. 19; PL 32, 1269; BA, 6, 317), délaissant le Créateur pour lui préférer la créature. Quel châtiment ne mériterait pas un sujet qui, recevant un ordre de son roi, lui tournerait le dos, avec un mépris profond de son autorité, pour aller transgresser l’ordre intimé ? Telle est la conduite du pécheur, tel est le crime puni dans l’enfer par la peine du dam, c’est-à-dire de la privation de Dieu: juste châtiment de celui qui, délibérément, a tourné le dos à Dieu.

Lire la suite