Sermon de Saint Léonard de Port-Maurice sur le nombre des élus

Saint Léonard de Port-MauriceI. Ce qui remplit d’effroi les plus grands saints.

Grâce à Dieu, le nombre des disciples du Rédempteur n’est pas si petit que la malignité des scribes et des pharisiens doive en triompher. Quoiqu’ils s’efforçassent de calomnier l’innocence et de tromper la foule par leurs sophismes perfides, en discréditant la doctrine et le caractère de Notre-Seigneur, trouvant des taches jusque dans le soleil, beaucoup reconnurent en Lui le vrai Messie, et, sans craindre ni les châtiments ni les menaces, embrassèrent ouvertement Son parti. Malgré les impostures de Ses ennemis :  »De turba autem multi crediderunt in Eum ». Tous ceux qui suivirent le Christ L’ont-ils suivi jusque dans la gloire ? Oh ! c’est ici que, révérant ce profond mystère, j’adore en silence les abîmes des décrets divins, plutôt que de décider avec témérité un si grand point ! C’est un grave sujet que celui que je dois traiter aujourd’hui ; il a fait trembler les colonnes mêmes de l’Église, rempli de terreur les plus grands saints et peuplé d’anachorètes les déserts. Cette instruction, dans laquelle il s’agit de décider si le nombre des chrétiens qui se sauvent est plus grand ou moins grand que le nombre des chrétiens qui se perdent, vous inspirera, je l’espère, une crainte salutaire des jugements de Dieu.

Lire la suite

Publicités

Il y a quatre sortes d’hommes qui vont au ciel.

St BernardIl y a quatre sortes d’hommes qui vont au ciel. Les uns le prennent de force et les autres l’achètent, ceux-ci le volent et ceux-là y sont menés de force.

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : PAS DE MILIEU : OU SAUVÉ OU DAMNÉ

portes1. « Opérez votre salut avec crainte et tremblement » (Ph 2, 12).

C’est le conseil que donnait saint Paul aux fidèles de Philippe.

Pour se sauver, il faut craindre de se damner, parce qu’il n’y a pas de milieu entre le salut et la damnation. Ou sauvés, ou damnés, voilà ce que nous serons nécessairement un jour.

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : LE VOYAGE À L’ÉTERNITÉ

Saint Alphonse1. « l’Homme ira dans la maison de son éternité » (Qo 12, 5).

Cette terre n’est pas notre patrie, mais seulement un lieu de passage pour entrer dans notre demeure éternelle. Le pays où je me trouve, la maison que j’habite, ne sont ni mon pays, ni ma maison, mais une hôtellerie qu’il me faudra quitter bientôt, et plus tôt que je ne l’imagine. Quelle sera la demeure de mon corps jusqu’au jour du jugement général ? Une fosse. Quelle sera la demeure de mon âme ? L’Éternité, c’est-à-dire le ciel, si je me sauve; l’enfer, si je me damne.

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : LE JUGEMENT PARTICULIER

jugement1. À l’instant même et dans le lieu même où l’homme expire, le tribunal divin est dressé, la cause instruite, la sentence prononcée. « Ceux qu’il a connus dans sa prescience, il les a prédestinés à être conformes à l’image de son Fils… il les a glorifiés, etc. » (Rm 8, 29-30), dit l’apôtre saint Paul. Donc, pour être jugés dignes de la gloire éternelle, il faudra que notre vie soit trouvée conforme à la vie de Jésus Christ. Aussi saint Pierre, parlant du jugement, affirme-t-il à juste titre: « Le juste lui-même ne se sauvera qu’avec peine » (1 P 4, 8).

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : DIEU VEUT SAUVER QUICONQUE VEUT SE SAUVER

Saint Alphonse1. « Dieu veut que tous les hommes soient sauvés » (Tm 2, 4). « Dieu ne veut pas que quelques-uns périssent, mais que tous reviennent à la pénitence » (2 P 3, 9).

Tel est l’enseignement de saint Pierre et de saint Paul. Pour nous sauver, le Fils de Dieu descendit du ciel, se fit homme, passa trente-trois années dans les travaux et les souffrances, répandit finalement son sang et donna sa vie. Nous, en retour, voudrons-nous nous perdre ?

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : PAR LE PÉCHÉ, L’HOMME SE DÉTOURNE DE DIEU

confessional1. Qu’est-ce que le péché mortel ? Saint Augustin et saint Thomas répondent : « Aversio o Deo : l’acte par lequel on se détourne de Dieu, l’acte par lequel on tourne le dos à Dieu » (S. Thomas d’Aquin, 1-2, q. 87, a. 4; RJ, Le péché 3, trad. R. Bernard, 187, S.Augustin, Du libre arbitre, liv. 2, ch. 19; PL 32, 1269; BA, 6, 317), délaissant le Créateur pour lui préférer la créature. Quel châtiment ne mériterait pas un sujet qui, recevant un ordre de son roi, lui tournerait le dos, avec un mépris profond de son autorité, pour aller transgresser l’ordre intimé ? Telle est la conduite du pécheur, tel est le crime puni dans l’enfer par la peine du dam, c’est-à-dire de la privation de Dieu: juste châtiment de celui qui, délibérément, a tourné le dos à Dieu.

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : JÉSUS A PAYÉ LA DETTE DE TOUS NOS PÉCHÉS

crucifié paysage1. Quand Dieu vit les hommes, tous à jamais perdus pour leurs péchés, son cœur voulut user de miséricorde envers eux; mais aussitôt la divine justice revendiqua ses droits, une satisfaction proportionnée. Parmi les créatures, personne qui pût la fournir.

Lire la suite