La lutte contre les mauvaises pensées – Dom de Monléon

penséeGarde ton cœur avec tout le soin possible, dit l’Esprit-Saint, car c’est de lui que procède la vie [Prov. IV, 23].
Lire la suite

Publicités

Sermon de Saint Léonard de Port-Maurice sur le nombre des élus

Saint Léonard de Port-MauriceI. Ce qui remplit d’effroi les plus grands saints.

Grâce à Dieu, le nombre des disciples du Rédempteur n’est pas si petit que la malignité des scribes et des pharisiens doive en triompher. Quoiqu’ils s’efforçassent de calomnier l’innocence et de tromper la foule par leurs sophismes perfides, en discréditant la doctrine et le caractère de Notre-Seigneur, trouvant des taches jusque dans le soleil, beaucoup reconnurent en Lui le vrai Messie, et, sans craindre ni les châtiments ni les menaces, embrassèrent ouvertement Son parti. Malgré les impostures de Ses ennemis :  »De turba autem multi crediderunt in Eum ». Tous ceux qui suivirent le Christ L’ont-ils suivi jusque dans la gloire ? Oh ! c’est ici que, révérant ce profond mystère, j’adore en silence les abîmes des décrets divins, plutôt que de décider avec témérité un si grand point ! C’est un grave sujet que celui que je dois traiter aujourd’hui ; il a fait trembler les colonnes mêmes de l’Église, rempli de terreur les plus grands saints et peuplé d’anachorètes les déserts. Cette instruction, dans laquelle il s’agit de décider si le nombre des chrétiens qui se sauvent est plus grand ou moins grand que le nombre des chrétiens qui se perdent, vous inspirera, je l’espère, une crainte salutaire des jugements de Dieu.

Lire la suite

DE CEUX QUI SONT PRÉSENTS AU CALVAIRE

Passion peinture

Les sentiments si divers, si opposés, qu’inspirent à toutes sortes de personnes la vue du Christ suspendu à la Croix, nous présentent de grands sujets de méditation, très propres à nous faire faire des actes excellents. Nous verrons quels furent les sentiments des juifs, des démons, ceux de la Sainte Vierge, de Saint Jean, et d’autres.

Lire la suite

LE CRUCIFIEMENT DE NOTRE SEIGNEUR

Crucifixion
Ce mystère comprend trois choses : le Calvaire avant la crucifixion ; Notre Seigneur cloué à la Croix ; l’élévation de la Croix.
Ces diverses circonstances inspirent des réflexions propres à nourrir en nous l’amour de Notre Seigneur, et le désir de souffrir pour Lui.

Lire la suite

Oraison sur la passion de Notre Seigneur

CrucifixionQuand nous offensons le bon Dieu, si nous regardions notre crucifix, nous entendrions Notre-Seigneur nous dire au fond de l’âme : «Tu veux donc aussi te mettre du côté de mes ennemis ? Tu veux donc me crucifier de nouveau ? »

Jetons les yeux sur Notre-Seigneur attaché à la croix, et disons-nous : « Voilà ce qu’il en a coûté à mon Sauveur pour réparer l’injure que mes péchés ont faite au bon Dieu ! … Un Dieu qui descend sur la terre pour être victime de nos péchés, un Dieu qui souffre, un Dieu qui meurt, un Dieu qui endure tous les tourments, parce qu’Il a voulu porter le poids de nos crimes ! …

A la vue de la croix, comprenons la malice du péché et la haine que nous devons en avoir. Rentrons en nous-mêmes ; voyons ce que nous avons à faire pour réparer notre pauvre vie ».

Acte de contrition. Je vous salue Marie.

Cœur Sacré de Jésus, je me confie en vous ! Mon Jésus, miséricorde.

(Source :Mgr H. Convert : Le Curé d’Ars et le sacrement de pénitence)

Saint Alphonse-Marie de Liguori : ARTIFICES DU DÉMON POUR FAIRE RETOMBER LES PÉCHEURS

feu1. « Dieu est miséricordieux »; voilà, mon âme, ce que dira le démon quand il reviendra te solliciter au mal. Réfléchis alors envers quelles âmes le Seigneur use de miséricorde. La divine Mère nous l’enseigne dans son cantique : « La miséricorde s’étend sur ceux qui le craignent » (Lc 1, 50), mais non sur ceux qui le méprisent. Que Dieu soit miséricordieux, qui le nie ? Combien d’âmes néanmoins n’envoie-t-il pas chaque jour en enfer ! Dieu est miséricordieux, mais juste aussi. En conséquence, il traite miséricordieusement celui qui se repent de ses péchés, mais non celui qui s’appuie sur sa miséricorde pour l’outrager davantage.

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : SE DAMNER, C’EST UN MAL IRRÉPARABLE

Saint Alphonse1. Pas de faute comparable à l’insouciance du salut éternel !

À tout autre mal, il y a quelque remède. Vous perdez, fût-ce par votre imprudence, une place avantageuse, vous pouvez, avec le temps, la recouvrer. Vous subissez la perte d’une partie de votre fortune, c’est un malheur que, peut-être, vous réparerez. Pour celui qui se damne, plus de remède, plus d’espoir. On ne meurt qu’une fois: perdre son âme à la mort, c’est la perdre pour toujours; jamais, durant toute l’éternité, vous ne pourrez réparer pareille catastrophe.

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : JÉSUS MEURT POUR L’AMOUR DES HOMMES

Jésus en croix1. Est-il possible que Dieu, le Créateur de toutes choses, ait voulu mourir par amour pour ses créatures ? Oui; c’est même un article de foi: « Le Christ, dit l’Apôtre, nous a aimés, et il s’est livré pour mourir » (Ep 5, 2). Un jour, le ciel et la terre frappés de stupeur furent témoins de ce spectacle. Jésus, le Fils unique de Dieu, le Maître absolu de tout l’univers, expirait de pure douleur comme un vil criminel, sur le bois infâme de la croix. Pourquoi ? Par amour pour les hommes. Et, parmi les hommes, il s’en trouve qui croient à cet ineffable amour de Jésus Christ pour eux, et qui ne lui rendent pas amour pour amour!

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : LA SENTENCE AU JUGEMENT PARTICULIER

jugement1. Oh ! Quelle joie éprouve celui qui, sortant de cette vie dans l’amitié de Dieu, se présente devant Jésus Christ et reçoit de lui l’accueil le plus bienveillant ! Quelle joie d’entendre le souverain Juge lui dire avec un doux sourire ces consolantes paroles: « C’est bien, serviteur bon et fidèle : parce que tu as été fidèle en peu de choses, je t’établirai sur beaucoup: entre dans la joie de ton Maître ! » (Mt 25, 21).

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : FOLIE DE L’HOMME QUI VIT DANS LA DISGRÂCE DE DIEU

Saint Alphonse1. Les saints sur la terre méprisent les honneurs, les richesses, plaisirs des sens ; ils se complaisent dans la pauvreté, les mépris, la pénitence ; les pécheurs les considèrent et les traitent comme des insensés. Mais le grand jour du jugement final viendra ; leur langage, alors, sera tout autre : « Nous avons traité de folie la vie des saints : les insensés, c’était nous! » (Sg 5, 4).

Lire la suite