Mgr Delassus : guérir une nation malade

Mgr Delassus« On ne guérit pas une nation malade, dit encore le P. Aubry, avec de l’enthousiasme, des sentiments, de grands cris d’espérance jetés dans les chaires, les tribunes, les journaux et les livres. »

Et surtout, on ne convertit pas en prêchant aux hommes leurs droits et en taisant leurs devoirs ; en marquant du dédain pour l’humilité, l’obéissance, l’esprit de pauvreté et même la divine charité ; en encourageant la convoitise des choses de ce monde et en remettant à plus tard de parler des espérances éternelles.

Ceci n’apporte à l’âme que le froid de l’égoïsme ; et cela – les grandes phrases et les grands discours – ne fait qu’une flambée dans l’imagination.

Lire la suite

Publicités