Travaillez comme le bon soldat du Christ-Jésus, pour « la paix du Christ dans le Règne du Christ ».

Christ the King stained glass window

 

Voici un extrait de la cinquième édition de la Fête spéciale de Jésus-Christ Roi, par le R.P. Édouard HUGON, O. P.   : petite lecture opportune pour la Fête du Christ-Roi, fête que nous vous souhaitons bonne et surtout sainte !

Lire la suite

A propos des prophéties – Abbé Curicque

Afficher l'image d'origineNous avons constaté que bien des personnes se lassent ainsi d’attendre la réalisation des prophéties et que, les voyant trop de s’accomplir à leur gré, bien qu’elles mêmes tardent encore plus de se convertir et qu’elles posent en réalité le principal obstacle à un prompt retour de la paix et des jours prospères, elles rejettes ces oracles divins et n’en veulent plus entendre parler. Ces personnes pèchent-elles par cet acte d’incrédulité ? l’acte d’incrédulité aux prophéties modernes est de soi chose indifférente, vu que l’acte de foi aux vérités révélées dans les livres saints et la tradition est seul commandé sous peine de péché.
Mais comme rien ne nous garantit absolument que dans tel ou tel cas particulier l’inspiration soit venue de l’esprit de Dieu, les prophéties modernes ne peuvent, en ce sens, prétendre qu’à un acte de foi purement humain de notre part et qu’il nous est loisible d’accorder ou de refuser. Néanmoins, si quelqu’un rejetait en général, et sans distinction aucune toutes les prophéties en dehors de celles des livres saints, ce serait nier par là-même la permanence du don de prophétie dans l’Église, et se rendre ainsi indirectement coupable d’incrédulité devant Dieu.

Enfin nous interpréterons utilement les prophéties en les recevant comme un don de surérogation du seigneur, en tant que surcroit de direction et comme encouragement à la ferveur, ou à la conversion du moins. Certes elles sont imprudentes et de tous point blâmables, les personnes qui mettent de côté les lois de la raison et les enseignements de la foi pour s’attacher uniquement à ce qu’elles s’imaginent voir et entendre dans telle et telle prophétie dont elles sont engouées. C’est négliger le principal et s’appuyer sur l’accessoire ; c’est être infidèle à l’avis du Divin Maître  » de ne pas être trop inquiet, et de se contenter de porter la peine de chaque jour ».

Abbé Curicque – Voix prophétiques, T1., p. 35

Le Pape Pie IX et Don Sarda y Salvany sur le naturalisme

Pie IX« Et de fait, vous le savez parfaitement, Vénérables Frères, il s’en trouve beaucoup aujourd’hui pour appliquer à la société civile le principe impie et absurde du  » naturalisme « , comme ils l’appellent, et pour oser enseigner que  » le meilleur régime politique et le progrès de la vie civile exigent absolument que la société humaine soit constituée et gouvernée sans plus tenir compte de la Religion que si elle n’existait pas, ou du moins sans faire aucune différence entre la vraie et les fausses religions”. » (1)

Lire la suite

Mgr Delassus : guérir une nation malade

Mgr Delassus« On ne guérit pas une nation malade, dit encore le P. Aubry, avec de l’enthousiasme, des sentiments, de grands cris d’espérance jetés dans les chaires, les tribunes, les journaux et les livres. »

Et surtout, on ne convertit pas en prêchant aux hommes leurs droits et en taisant leurs devoirs ; en marquant du dédain pour l’humilité, l’obéissance, l’esprit de pauvreté et même la divine charité ; en encourageant la convoitise des choses de ce monde et en remettant à plus tard de parler des espérances éternelles.

Ceci n’apporte à l’âme que le froid de l’égoïsme ; et cela – les grandes phrases et les grands discours – ne fait qu’une flambée dans l’imagination.

Lire la suite

Les naturalistes chrétiens exposés en quelques lignes

Abbé Rohrbacher« Cherchez d’abord le règne de Dieu et sa justice : le reste vous sera ajouté de surcroit » ; mais vous faites tout le contraire. Ce surcroît qui arrive de lui-même, quand Dieu règne, vous en faites la chose principale ; et c’est là votre erreur. Vous demandez à la religion du Christ des gages humains pour la proclamer divine ; votre étude est de l’harmoniser avec les idées rationalistes et basses des hommes du siècle ; vous descendez à leur langage, et vous les retenez par là même dans la sphère étroite qu’ils ont choisie. »

Source : Du naturalisme contemporain, extrait de l’Histoire Universelle de l’Église par l’Abbé Rohrbacher.

Sans l’Église, pas de France…

Le catholicisme et la FranceNous relevons ici une sommaire énumération des aides qu’apportait le Clergé au Royaume des Francs-Catholique dans ses premiers temps (aide qui a duré tout le long de l’histoire de France, sous différents aspects). Ces faits peuvent nous inviter à réfléchir, et à comprendre que sans l’Église, il n’y aurait pas eu de France, que sans son aide, la France n’aurait pas pu accomplir tout ce qui a fait sa grandeur durant près de 1500 ans de royauté chrétienne.
Évidemment, nous précisons qu’il s’agissait là de nécessité, et non d’ingérence illégitime au sein du pouvoir temporel, comme certains ennemis de l’Église essaient régulièrement de le faire penser.
Lire la suite

Discernement des esprits, par le P. Garrigou-Lagrange, partie 3 : l’esprit mauvais

DESCRIPTION SOMMAIRE DES SIGNES DE L’ESPRIT MAUVAIS

Garrigou lagrange

Lire la suite

Discernement des esprits, par le P. Garrigou-Lagrange, partie 2 : l’esprit naturel

DESCRIPTION DES SIGNES DE L’ESPRIT NATUREL

Garrigou lagrange Lire la suite