Saint Alphonse-Marie de Liguori : À QUOI SERT LE MONDE ENTIER À L’HEURE DE LA MORT ?

Saint Alphonse1. « La tombe, voilà tout ce qui me reste », disait Job (Jb 17, 1).

Les jours passent, les années passent, les plaisirs, les applaudissements, le faste, passent. Quelle sera la fin de tout cela ? La mort, qui viendra nous dépouiller de tout. Puis, on nous jettera dans une fosse, où nous pourrirons, abandonnés, oubliés de tout le monde. Ô ciel ! À l’heure de la mort, le souvenir de tous les gains réalisés pendant la vie, n’a d’autre effet que de redoubler nos angoisses et notre incertitude du salut !
Lire la suite

Publicités

Saint Alphonse-Marie de Liguori : LA MORT EST CERTAINE

tombe1. Ô ciel ! Comment est-il possible que des chrétiens poussent si loin la folie ? Ils savent par la foi qu’ils doivent mourir un jour et que leur mort sera suivie d’une éternité de joies ou d’une éternité de tourments ; ils savent que l’instant de leur mort décidera de leur sort à jamais heureux ou malheureux, et ils ne prennent pas tous les moyens de s’assurer une bonne mort!

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : ÉTERNITÉ DE L’ENFER

damné1. Si l’enfer n’étais pas éternel, il ne serait pas l’enfer. Le véritable enfer est essentiellement éternel.

Une peine qui ne dure pas longtemps, n’est pas une grande peine. Par contre, une légère souffrance devient insupportable par la seule durée. Quel ennui ne serait-ce pas d’être obligé, toute une vie durant, d’assister à la même comédie, d’entendre toujours le même morceau de musique! Que sera-ce donc de subir tous les supplices de l’enfer ? Et pendant combien de temps? Durant toute l’éternité!

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : JE PUIS MOURIR SUBITEMENT

Saint Alphonse1. Rien de plus certain que la mort ; rien de plus incertain que l’heure de la mort ! Que le Seigneur ait fixé l’année et le jour où chacun de nous doit mourir, c’est certain ; mais cette année, ce jour, nous ne les connaissons pas, et Dieu veut que nous ne les connaissions pas. Pourquoi ? Afin que nous nous tenions toujours prêts à mourir.

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : LA SENTENCE AU JUGEMENT PARTICULIER

jugement1. Oh ! Quelle joie éprouve celui qui, sortant de cette vie dans l’amitié de Dieu, se présente devant Jésus Christ et reçoit de lui l’accueil le plus bienveillant ! Quelle joie d’entendre le souverain Juge lui dire avec un doux sourire ces consolantes paroles: « C’est bien, serviteur bon et fidèle : parce que tu as été fidèle en peu de choses, je t’établirai sur beaucoup: entre dans la joie de ton Maître ! » (Mt 25, 21).

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : LE MOMENT DE LA MORT

tombe1. Quel moment que celui d’où dépend notre éternité !

Oui, quelle minute importante, que la dernière minute de notre vie ! Quel soupir important, que le dernier soupir de nos lèvres! Il vaut une éternité de toutes les joies, ou bien une éternité de tous les supplices; il vaut une vie à jamais heureuse, ou bien une vie à jamais malheureuse. Quelle folie donc de s’exposer, pour un plaisir misérable et fugitif, au danger de faire une mauvaise mort, aussitôt suivie d’une éternité de tourments !

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : LA MORT EST PROCHE

cercueil1. Il faut mourir. Personne ne l’ignore. Malheureusement, beaucoup reculent la mort dans un avenir si lointain, qu’elle leur paraît ne devoir jamais arriver. Ne nous faisons pas illusion; notre vie est courte, la mort est proche; nous n’avons que peu de jours à passer sur cette terre, beaucoup moins, peut-être, que nous ne pensons. Au fait, qu’est-ce que notre vie, sinon une vapeur légère qui se dissipe au moindre souffle de vent, un brin d’herbe qu’un rayon de soleil dessèche et fait périr ?

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : DIEU VEUT SAUVER QUICONQUE VEUT SE SAUVER

Saint Alphonse1. « Dieu veut que tous les hommes soient sauvés » (Tm 2, 4). « Dieu ne veut pas que quelques-uns périssent, mais que tous reviennent à la pénitence » (2 P 3, 9).

Tel est l’enseignement de saint Pierre et de saint Paul. Pour nous sauver, le Fils de Dieu descendit du ciel, se fit homme, passa trente-trois années dans les travaux et les souffrances, répandit finalement son sang et donna sa vie. Nous, en retour, voudrons-nous nous perdre ?

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : POUR BIEN MOURIR, IL FAUT PENSER À LA MORT

heure mort1. Les mondains sont très attentifs à chasser la pensée de la mort, comme si, pour échapper à la mort, il suffisait de ne pas y penser. Mais, hélas ! En fuyant la pensée de la mort, que font-ils, sinon se mettre en un plus grand danger de faire une mauvaise mort ?

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : NÉANT DES BIENS DE CE MONDE

Saint Alphonse1. « Qu’est-ce que votre vie ? Une vapeur qui paraît un instant et s’évanouit ensuite » (Jc 4, 14).

Les vapeurs qui s’élèvent de la terre et baignent dans les rayons du soleil, présentent parfois un bel aspect; mais au moindre souffle du vent, tout se dissipe, tout s’évanouit. C’est l’image des grandeurs de ce monde. Tel seigneur est aujourd’hui redouté, flatté, entouré d’hommages par la foule : la mort le frappe-t-elle demain ? Dès demain, on n’aura plus pour lui que mépris et malédictions. Oui, la mort est la fin de tout ; honneurs, richesses, plaisirs.

Lire la suite