Saint Alphonse-Marie de Liguori : DIEU POURSUIT LES PÉCHEURS POUR LES SAUVER

Jésus agneau1. Ne sommes-nous pas en présence d’une chose tout à fait étonnante ? L’homme, misérable ver de terre, est comblé de bienfaits par Dieu, aimé jusqu’à voir son Dieu donner sa vie pour lui ; eh bien! Cet homme a la hardiesse d’offenser son Dieu, de lui tourner le dos, de mépriser son amitié ! Mais nous voici devant un prodige beaucoup plus étonnant : Dieu, ce même Dieu, méprisé de la sorte par l’homme, se met à la recherche de l’homme pour l’inviter au repentir et lui faire miséricorde, comme si Dieu avait besoin de l’homme et que l’homme n’eût pas besoin de Dieu! Mon Jésus, vous me cherchez ; je vous cherche aussi; vous me voulez, je ne veux que vous seul, rien de plus.

Lire la suite

Publicités

Saint Alphonse-Marie de Liguori : MISÉRICORDIEUX APPELS DE DIEU POUR RAMENER LE PÉCHEUR

Saint Alphonse1. « Adam, où es-tu ? » (Gn 3, 9).

Parole d’un père, remarque un interprète, paroles d’un père à la recherche du fils qu’il vient de perdre.

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : DIEU ATTEND, MAIS N’ATTEND PAS TOUJOURS

Saint Alphonse1. Plus grandes ont été envers une âme les miséricordes de Dieu, plus cette âme doit craindre d’en abuser encore, sinon l’heure du châtiment sonnera : « À moi la vengeance, dit le Seigneur; au temps marqué je ferai la rétribution » (Dt 32, 35). Quand une âme refuse de mettre fin à ses infidélités, Dieu se charge lui-même d’y mettre un terme.

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : JÉSUS A PAYÉ LA DETTE DE TOUS NOS PÉCHÉS

crucifié paysage1. Quand Dieu vit les hommes, tous à jamais perdus pour leurs péchés, son cœur voulut user de miséricorde envers eux; mais aussitôt la divine justice revendiqua ses droits, une satisfaction proportionnée. Parmi les créatures, personne qui pût la fournir.

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : ABUS DE LA MISÉRICORDE DE DIEU

Saint Alphonse1. Pour tromper l’homme et le perdre éternellement, le démon emploie sans cesse deux ruses.

 Après le péché, il le pousse au désespoir en lui mettant sous les yeux la divine justice avec toutes ses rigueurs.

Avant le péché, et pour l’y faire tomber, il excite dans son cœur une confiance excessive en la divine miséricorde. Cette seconde ruse lui réussit mieux que la première, et l’espoir du pardon perd beaucoup plus d’âmes que la crainte du jugement.

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : PATIENCE DE DIEU À L’ÉGARD DES PÉCHEURS

Saint Alphonse1. Où trouver en ce monde quelqu’un dont la patience envers ses semblables égale la patience du Seigneur envers nous, ses créatures ? Après tant d’offenses que nous lui avons faites, non seulement il nous supporte, mais il attend notre repentir.

Lire la suite

L’amour n’est pas un jeu

https://i2.wp.com/cdn.shopify.com/s/files/1/0250/2340/products/image-bundle-resurrection-jesus-christ.jpgIl poursuit l’humanité âme par âme, jour par jour, et ce n’est que vaincu et méprisé jusqu’à la dernière heure, qu’enfin il reprend son amour, et s’en va pour jamais : car l’amour, c’est là sa loi, ne repasse point aux mêmes rivages, et une fois qu’il les a quittés, il n’y reparaît plus.

Le Dante a mis sur la porte de son enfer cette fameuse inscription :

Par moi, l’on va dans l’éternelle douleur ;
Par moi, l’on va dans la cité de la plainte
Par moi, l’on va dans la nation perdue…
Vous qui entrez laissez ici l’espérance.

Lire la suite

Mgr de Ségur répond aux objections contre la religion (53)

Mgr De SégurObjection : J’ai fait de trop grands péchés ; il est impossible que Dieu me pardonne !…

Réponse : Impossible? Pauvre âme, qui ne connaissez pas le cœur de Jésus-Christ !

En avez-vous fait, dites-moi, plus que Madeleine? Madeleine, la femme de mauvaise vie, Madeleine la pécheresse publique, Madeleine que chacun repoussait comme si son contact seul eût été une souillure — Ne vous souvient-il plus de son histoire ?

 

Lire la suite

Mgr de Ségur répond aux objections contre la religion (28)

Mgr De SégurObjection : Il n’y a pas d’enfer ; personne n’en est jamais revenu.

Réponse : Non, personne n’en est jamais revenu; et si vous y entrez vous-même, vous n’en reviendrez pas plus que les autres.

 Si on en revenait, même une seule fois, je vous dirais : « Allez-y, et vous verrez s’il y en a un. » Mais c’est parce qu’on ne peut faire cette expérience qu’il est insensé de s’exposer à un mal sans remède comme sans terme et sans mesure.

Lire la suite