Saint Alphonse-Marie de Liguori : LES PEINES DE L’ENFER SONT DES PEINES SANS MÉLANGE

enfer 11. En cette vie, pas de maux dont la violence ne se calme ou ne s’interrompe au moins de temps en temps. Ce malade endure toute la journée des douleurs d’entrailles ou de goutte ; mais, la nuit venue, il dort quelques heures, il ne souffre plus. Pour vous, malheureux damnés, il n’y a jamais ni soulagement, ni répit ; toujours gémir, toujours souffrir, et souffrir des tourments effroyables, sans avoir jamais, durant toute l’éternité, un moment de relâche, voilà votre sort !

Lire la suite

Publicités

Saint Alphonse-Marie de Liguori : ÉTERNITÉ DE L’ENFER

damné1. Si l’enfer n’étais pas éternel, il ne serait pas l’enfer. Le véritable enfer est essentiellement éternel.

Une peine qui ne dure pas longtemps, n’est pas une grande peine. Par contre, une légère souffrance devient insupportable par la seule durée. Quel ennui ne serait-ce pas d’être obligé, toute une vie durant, d’assister à la même comédie, d’entendre toujours le même morceau de musique! Que sera-ce donc de subir tous les supplices de l’enfer ? Et pendant combien de temps? Durant toute l’éternité!

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : LE MOMENT DE LA MORT

tombe1. Quel moment que celui d’où dépend notre éternité !

Oui, quelle minute importante, que la dernière minute de notre vie ! Quel soupir important, que le dernier soupir de nos lèvres! Il vaut une éternité de toutes les joies, ou bien une éternité de tous les supplices; il vaut une vie à jamais heureuse, ou bien une vie à jamais malheureuse. Quelle folie donc de s’exposer, pour un plaisir misérable et fugitif, au danger de faire une mauvaise mort, aussitôt suivie d’une éternité de tourments !

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : FOLIE DE CELUI QUI NE S’APPLIQUE PAS À SAUVER SON ÂME

Saint Alphonse1. « À quoi bon, dit le Seigneur, gagner le monde entier, si l’on perd son âme » (Mt 16, 26).

Combien de riches, de nobles, de rois, sont maintenant en enfer ? Quel profit retirent-ils de leurs richesses et de leurs dignités, sinon des remords et des regrets qui déchirent leur cœur et le déchireront toute l’éternité ?

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : LE VOYAGE À L’ÉTERNITÉ

Saint Alphonse1. « l’Homme ira dans la maison de son éternité » (Qo 12, 5).

Cette terre n’est pas notre patrie, mais seulement un lieu de passage pour entrer dans notre demeure éternelle. Le pays où je me trouve, la maison que j’habite, ne sont ni mon pays, ni ma maison, mais une hôtellerie qu’il me faudra quitter bientôt, et plus tôt que je ne l’imagine. Quelle sera la demeure de mon corps jusqu’au jour du jugement général ? Une fosse. Quelle sera la demeure de mon âme ? L’Éternité, c’est-à-dire le ciel, si je me sauve; l’enfer, si je me damne.

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : LA MORT EST UN PASSAGE À L’ÉTERNITÉ

Saint Alphonse1. Deux vérités de foi : mon âme est éternelle ; un jour, alors que j’y penserai le moins, je devrai quitter ce monde.

Il faut donc de toute nécessité m’assurer un bonheur qui ne finisse pas avec la vie présente, mais qui soit éternel comme je suis éternel. Quelle fortune plus brillante sur cette terre que celle d’Alexandre-le-Grand, de César-Auguste ? Elle a cessé depuis bien des siècles; depuis ces longs siècles, ils ont commencé une autre vie, malheureuse celle-là, qui n’aura point de fin.

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : LA PEINE DU DAM

enfer 11. Ni le feu, ni les ténèbres, ni l’infection, ni aucun autre des tourments réunis dans l’enfer, cette prison des désespérés, en constituent la plus grande peine: ce qui fait proprement l’enfer, c’est la peine du dam, ou la douleur d’avoir perdu Dieu.

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : LA GRANDE PENSÉE DE L’ÉTERNITÉ

Saint Alphonse1. C’est saint Augustin qui proclame grande la pensée de l’Éternité: « Magna cogitatio » (S. Augustin, Enarrations sur les Psaumes, Ps. 76, n. 8; PL 36, 976). Au fait, quelle pensée a porté tant de solitaires à passer leur vie dans les déserts ? Tant de chrétiens, même des rois et des reines, à s’enfermer dans les cloîtres ?  Tant de martyrs à subir toutes sortes de tortures? C’est la pensée de l’Éternité, de l’Éternité bienheureuse du ciel pour la mériter, de l’Éternité malheureuse de l’enfer pour l’éviter.

Lire la suite

Saint Alphonse-Marie de Liguori : LE SALUT ÉTERNEL

Saint Alphonse1. Une affaire dépasse en importance toutes les autres: c’est l’affaire de notre salut éternel; il y va de notre fortune ou de notre ruine éternelle. Impossible, en effet, d’échapper à l’une de ces deux alternatives : nous sauver ou nous perdre pour toujours, mériter une éternité de joies ou une éternité de supplices, vivre à jamais heureux ou malheureux.

Lire la suite