Fin naturelle et fin surnaturelle de l’homme par l’Abbé Rohrbacher.

Résultat de recherche d'images pour "fins dernières"Ici, l’Abbé Rohrbacher met un point d’honneur à opérer une distinction, non pas une séparation, entre la fin naturelle et surnaturelle de l’homme. Il est à noter que sa réaction est due à son constat d’ignorance de cette distinction à son époque.
En effet, chaque catholique aura entendu parler vaguement d’un ordre naturel et d’un ordre surnaturel. Un ordre, de façon brève, étant le rapport qui existe entre la fin et les moyens, un ordre naturel incombe nécessairement une fin naturelle, et il en va de même pour l’ordre surnaturel.
Ainsi, dans l’ordre naturel, l’homme fut créé pour une fin naturelle avec des moyens proportionnés à sa nature, fin naturelle qui consiste à servir Dieu et à le connaitre. Dans l’ordre surnaturel, l’homme fut créé pour une fin surnaturelle avec des moyens qui sont au dessus de sa nature, fin surnaturelle à laquelle l’homme est élevé par pure bonté de Dieu, consistant à connaitre Dieu par ses œuvres, mais aussi tel qu’il est en Lui-même et tel qu’Il se voit Lui-même. Dans cet ordre surnaturel, la fin se nomme la gloire et le moyen se nomme la grâce.

Dom Weiss, entre autres, synthétise tout à fait cette question catéchétique : « Le chrétien appartient à deux mondes qui doivent s’unir en lui de la manière la plus étroite. Comme homme, il vit dans l’ordre naturel, comme chrétien, il vit dans l’ordre surnaturel. Comme homme, il doit tendre vers Dieu, le maître et le terme de l’ordre naturel. Comme chrétien, il doit diriger ses aspirations vers Dieu, l’auteur et le consommateur de notre foi (Hebr., XII, 2.). En d’autres termes, il doit tendre comme homme vers sa dernière fin naturelle ; comme chrétien, vers sa dernière fin surnaturelle. Nous avons déjà suffisamment montré dans les deux premiers volumes de cet ouvrage, que depuis son élévation à une fin surnaturelle, l’homme ne peut plus atteindre la fin naturelle sans la fin surnaturelle. Mais ceci ne détruit nullement la possibilité d’établir une distinction entre ces deux fins et ces deux ordres. ». Quoi de plus clair donc. Nous tâcherons d’ailleurs  de vous  rapporter très prochainement des écrits de ce brillant apologiste.
Lire la suite

Publicités

Mgr Sanborn s’exprime sur la religion des adeptes de Vatican II

Nous nous opposons, cependant, à la fin de la vidéo, ou Mgr se dit partisan de la thèse cassicia cum ; elle conduit par voie de raisonnement à contredire certains points de doctrines élémentaires. Du reste, elle n’a jamais été exposée clairement nul part, du fait de ses développements sans fin, rendus nécessaires par son incohérence.

Lire la suite

Présentation des Éditions Saint-Remi

Voici une vidéo plus ou moins improvisée avec Mr Saglio, directeur des ESR, pour permettre au gens qui ne connaissent pas de s’y intéresser. Nous le remercions chaleureusement de nous avoir accordé du temps.

Pour commander des livres : http://www.saint-remi.fr/

Mgr Freppel et Mgr Mermillod sur l’infaillibilité

Mgr FreppelHuit ans avant le Concile (Vatican I), Monseigneur Freppel, alors titulaire de la chaire du cours d’éloquence sacrée à la Sorbonne, avec une indépendance et un courage admirables, avait démontré, en s’appuyant sur saint Irénée, l’Infaillibilité doctrinale du Souverain Pontife dans les termes mêmes dont s’est servi le Concile. Le savant évêque de Lyon, au 2è siècle, avait écrit :

« C’est à cette église de Rome, à cause de sa principauté supérieure, que doivent nécessairement s’unir et s’accorder toutes les églises, c’est-à-dire tous les fidèles, quelque part qu’ils soient. C’est en elle que la tradition des apôtres a été conservée par les fidèles de tous les endroits du monde ».

Catéchisme de St Pie X – Credo – Chapitre 4

catéchisme de Saint Pie XChapitre IV

Incarnation. – Passion et Mort du Fils de Dieu.

Je crois en Jésus-Christ Son Fils unique, Notre-Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce-Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité d’entre les morts, est monté au Ciel, a été élevé à la droite de Dieu le Père tout-puissant.

Lire la suite

Catéchisme de Saint Pie X – Premières prières et formules à savoir par coeur

catéchisme de Saint Pie X 1. SIGNE DE LA CROIX

In nomine Patris et Filii et Spiritus Sancti, Amen.

Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

Lire la suite

Bulle « Quo Primum tempore », du 14 juillet 1570

Bulle Quo PrimumPie V tempore du 14 juillet 1570
Organisant définitivement la célébration du Saint Sacrifice de la Messe – Pie V

Donné à Rome, à Saint-Pierre, le 14 juillet 1570

Pie, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, pour Mémoire à la Postérité.

Dès le premier instant de Notre élévation au sommet de la Hiérarchie Apostolique, Nous avons tourné avec amour Notre esprit et Nos forces et dirigé toutes Nos pensées vers ce qui était de nature à conserver la pureté du culte de l’Église, et, avec l’aide de Dieu Lui-même, Nous nous sommes efforcé de le réaliser en plénitude, en y apportant tout Notre soin.
Lire la suite

Les Papes sur l’infailliblité

St. Lucius pape et martyr (253 – 254), enseigne: « L’Église romaine, sainte et apostolique, est la mère de toutes les Églises, et il est constaté qu’elle ne s’est jamais écartée du sentier de la tradition apostolique, conformément à cette promesse que le Seigneur lui-même lui a faite, en disant: « «J’ai pitié pour toi, afin que ta foi ne défaille points » (Lettre adressée aux évêques de la Gaule et de l’Espagne, no 6)

Lire la suite

Le Père Henri Ramière : « Ne l’oublions pas… »

Ne l’oublions pas, en effet : la vérité qui réclame l’hommage de notre foi n’est pas une froide abstraction ; c’est la parole vivante de Jésus-Christ. Le nier, c’est infliger à ce divin sauveur un criminel démenti ; la révoquer en doute, c’est mettre en suspicion sa véracité. Nous ressentirions vivement un pareil outrage, s’il nous était adressé : y serions-nous moins sensibles, quant il s’adresse Notre Roi et à Notre Dieu ?

Lire la suite