Les fonctions des anges par Mgr Gaume (suite et fin)

angesTroisième partie : les fonctions des anges (suite et fin).

La troisième hiérarchie angélique est formée des Vertus, des Archanges et des Anges. Dans les soldats qui composent les différents corps d’une armée, dont chaque régiment a sa destination particulière, dans les administrateurs subalternes à la juridiction restreinte, nous trouvons l’image des trois derniers ordres angéliques et l’idée de leurs fonctions.

Lire la suite

Les fonctions des anges par Mgr Gaume (suite)

ange 5Troisième partie : les fonctions des anges (suite).

Avant de quitter la première hiérarchie angélique, il nous paraît nécessaire de dire un mot des sept Anges Assistants au trône de Dieu, dont il est parlé dans l’un et l’autre Testament. « Je suis Raphaël, un des sept Anges qui nous tenons debout devant Dieu, disait Raphaël à Tobie. » « Jean, aux sept Églises qui sont en Asie. Grâce à vous et paix de la part de Celui qui est, et qui était, et qui doit venir, et de la part des sept Esprits qui sont en présence de Son Trône, » écrivait le disciple bien-aimé (Tob., XII, 15 ; Apoc., I, 4)

Lire la suite

Les fonctions des anges par Mgr Gaume

anges 4Troisième partie : les fonctions des anges.

Composé de trois grandes hiérarchies, et chaque hiérarchie divisée en trois ordres distincts, le monde angélique nous apparaît comme une magnifique armée rangée en bel ordre. Savoir cela ne suffit pas. Pour jouir du spectacle d’une immense armée, dans ses formidables splendeurs, il faut la voir en mouvement. Ainsi, pour avoir une idée de la brillante armée des cieux et mesurer la place occupée, dans le plan providentiel, par les princes de la Cité du bien, il faut, les étudier dans l’exercice de leurs fonctions.

Lire la suite

la hiérarchie et les ordres des anges par Mgr Gaume

ange 2Seconde partie : la hiérarchie et ordres des anges.

Une multitude sans ordre est la confusion : tel ne peut être l’état des anges. « Toutes les œuvres de Dieu, dit l’Apôtre, sont ordonnées » ; ou, comme il est écrit ailleurs : « Dieu a fait toutes choses avec nombre, poids et mesure, » c’est-à-dire avec un ordre parfait. L’ordre est la première chose qui nous frappe dans le monde matériel. L’ordre produit l’harmonie, et l’harmonie suppose la subordination mutuelle de toutes les parties de l’univers. A son tour, cette harmonie révèle une cause intelligente qui l’a créée et qui la maintient.

Lire la suite

DIEU EXISTE-T-IL ? – Saint Thomas d’Aquin donne 5 preuves.

Saint Thomas d'AquinARTICLE III.— DIEU EXISTE-T-IL ?

1. Il semble que Dieu n’existe pas. Car si de deux contraires l’un était infini, l’autre serait totalement détruit. Or, par le nom de Dieu on entend un bien infini. Par conséquent si Dieu existe, le mal ne doit pas exister. Mais comme il y a du mal dans le monde, il s’ensuit donc que Dieu n’existe pas.

2. Ce qui peut être fait par quelques principes ne doit pas être l’œuvre d’un plus grand nombre. Or, il semble que tout ce que nous voyons dans le monde pourrait être produit par d’autres principes dans l’hypothèse où Dieu n’existerait pas. Ainsi les choses naturelles seraient ramenées à un principe unique qui est la nature, et celles qui résultent de notre liberté seraient ramenées également à un principe unique qui est la raison ou la volonté humaine. Il n’est donc pas nécessaire d’admettre l’existence de Dieu.

Mais c’est le contraire. L’Écriture fait dire à Dieu (Exod. III, 14) : Je suis celui qui suis.

CONCLUSION. — Il est nécessaire que dans la nature il y ait un premier moteur, une première cause efficiente, un être nécessaire qui ne vienne pas d’un autre, un être infiniment bon, excellent, étant par son intelligence le premier gouverneur et la fin dernière de toutes choses, enfin un être qui soit Dieu.

Lire la suite

Citation sur l’enfer – Donoso Cortès

Cortès«Blasphémer contre Dieu parce qu’il a créé l’enfer équivaut à blasphémer contre Dieu parce qu’il a créé le ciel ; et se plaindre parce qu’il nous a donné la liberté de nous perdre ou de nous damner équivaut à se plaindre qu’il nous ait donné les moyens de nous sauver.»

Citation tirée de « Du nombre des élus » de José Ricart Torrens.