Du modérantisme ou de la fausse modération – conférence

Source : ACRF.

Publicités

Du modérantisme et de la fausse modération – extrait

Abbé Alexis PelletierLe modérantisme n’est qu’une des formes du libéralisme. II travaille à sa manière à bâillonner les défenseurs de la vérité. Ce qu’il y a d’étonnant, d’incompréhensible même, c’est que plusieurs ne paraissent pas s’en douter. Ils maudissent le libéralisme, extérieurement du moins, et ils sont pleins d’égards pour le modérantisme qu’ils cultivent même avec une remarquable ferveur.

Lire la suite

Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Épilogue et conclusion

don-sarda-y-salvany

Épilogue et conclusion

C’est assez. Ce n’est pas l’esprit de parti qui a dicté ces simples réflexions, et aucun mobile d’humaine inimitié ne les a inspirées. Nous l’affirmons devant Dieu comme nous le ferions au moment de mourir et de comparaître devant son redoutable tribunal.

Lire la suite

Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 43

don-sarda-y-salvany

XLIII

Observation très pratique et très digne d’être prise en considération sur le caractère en apparence différent que présente le libéralisme en différents pays et dans les différentes périodes historiques d’un même pays.

Lire la suite

Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 42

don-sarda-y-salvany

XLII

Où l’on donne en passant l’explication simple et claire d’une devise de la Revista Popular que beaucoup ont mal comprise.

« Comme vous laissez donc (dira quelqu’un) en mauvais état la devise si dogmatique pour plusieurs, qui a tant de fois retenti à nos oreilles ! Rien, pas même une pensée pour la politique, tout, jusqu’au dernier soupir, pour la Religion ».

Lire la suite

Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 41

don-sarda-y-salvany
XLI

Y a-t il exagération à ne reconnaître comme parti parfaitement catholique qu’un parti radicalement anti-libéral ?

Ce que vous venez de dire nous a convaincus, s’écrieront quelques-uns des nôtres, de ceux-là qui sont timides et craintifs à l’excès quand il s’agit de politique ou de parti ; mais, que doit être le parti auquel s’affiliera le bon catholique, pour défendre comme vous le dites, concrètement et pratiquement, sa foi contre l’oppression du libéralisme ? L’esprit de parti peut ici vous halluciner et faire que malgré vous, dans votre cœur, le désir de favoriser par le moyen de la religion une cause politique déterminée, l’emporte sur celui de favoriser par la religion la politique.

Lire la suite

Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 40

don-sarda-y-salvany

XL

S’il est plus convenable de défendre in abstracto les doctrines catholiques contre le libéralisme que de les défendre au moyen d’un groupe ou parti qui les personnifie ?

Vaut-il mieux défendre in abstracto les doctrines catholiques contre le libéralisme que de les défendre en formant un parti qui les représente ? Cette question a été posée mille fois, mais assurément jamais présentée aussi nettement que nous osons le faire ici. La confusion des idées sur ce point, même pour beaucoup de catholiques vraiment sincères, a donné lieu à toutes ces formules d’union, en dehors ou avec abstraction de la politique, formules bien intentionnées sans doute chez quelques-uns, mais couvrant chez quelques autres d’astucieuses et perfides manœuvres.

Lire la suite