Le Père W. DEVIVIER S.J. sur le protestantisme (1ère partie)

(…) Il n’est plus guère de nos jours qu’une hérésie importante : le protestantisme. On comprend sous ce nom générique tout ce qui, se rattachant à la révélation chrétienne, proteste contre l’autorité de l’Eglise catholique romaine, et en appelle à l’Ecriture comme à l’unique source de la vérité révélée.
En réalité, le protestantisme n’est pas une religion déterminée. Les sectes sans nombre qui portent cette dénomination ne possèdent entre elles d’autre lien qu’un même nom négatif, qui convient à toute hérésie; elles n’ont d’autre principe de vie que les dogmes et les préceptes qu’elles ont conservés de l’Eglise catholique, dont elles se sont séparées.

Lire la suite

Mgr Gaume : «Le cimetière au XIX ème siècle est le dernier théâtre de la lutte acharnée du satanisme contre le christianisme.» (1)

Résultat de recherche d'images pour "beau cimetière"Le cimetière (1873 ) de Mgr Gaume vient dans la continuité  des volumes d’instruction écrits sous forme de recueils épistolaires de l’auteur  à un jeune catholique allemand prénommé Frédéric, arrivé à Paris en 1862 pour suivre les cours du Collège de France. Suite aux moqueries de ses camarades le voyant faire le Signe de Croix avant les repas, il pose des questions à Mgr Gaume sur le bien fondé de cette pratique. Désireux d’en savoir toujours plus à ce sujet, il persiste par la suite à le solliciter. Suivront ainsi en guise de réponses à ses questions ,  la parution de l’ouvrage  le Signe de la Croix, celles de  l’Eau Bénite, l’Angélus, Le cimetière,  la génuflexion le Bénédicité, la profanation du Dimanche.

Lire la suite

L’Église Catholique (la vraie) protège les nations

Résultat de recherche d'images pour « Cette double universalité du Sacré Collège et du Corps diplomatique donne une image visible de la vraie supranationalité de l’Église qui, loin de porter ombrage aux au nationalités et de prétendre les fondre toutes ensemble dans une grise uniformité, les favorise, au contraire, et met en valeur; grâce une heureuse harmonisation, les caractères et les ressources de chacune dans respect de leur autonomie et de leur originalité. »


S.S le Pape Pie XII – Discours à l’audience du Corps diplomatique, 25 février 1946.

Aucune concession avec l’erreur, ni même avec une « simple tendance » vers celle-ci.

http://i2.wp.com/www.domgueranger.net/assets/102113_1348_Prirepourde1.jpg?w=940Contexte : Ici, Dom Guéranger part de ses réfutations données en toute charité à M. De Broglie sur ses nombreuses erreurs naturalistes, et il étend le champ de cet exemple à toutes nécessités de défense de la foi, contre la moindre erreur et tendance vers l’erreur, induisant une inévitable formation doctrinale intelligente, vraie, et pratiquée.

Lire la suite

Le R. P. Garrigou-Lagrange, O. P. sur le gouvernement

Ici, nous reportons un extrait du R. P. Garrigou-Lagrange, O. P. qui préface le livre très connus de Saint Thomas d’Aquin : Du gouvernement royal.

Note :
Ne vous méprenez pas, il s’exprime au début de cet extrait au sujet d’une “monarchie tempérée”. Il expliquera plus loin ce qu’il entend ici : il ne s’agit pas de ce que certains pourraient prendre pour une  monarchie parlementaire, ou une “sorte” de monarchie bâtarde…Mais du fonctionnement du gouvernement sous Saint Louis.

Lire la suite

Pour le chrétien : vivre, c’est combattre

Dire que a vie de l’Église est une vie de combat, c’est dire une vérité banale et universellement reconnue. L’Église, par le fait même qu’elle est l’Église, et le monde, en tant qu’il est le monde, doivent vivre nécessairement dans une perpétuelle opposition.
L’Église est la dépositaire des enseignements du Ciel ; le monde est la personnification de toutes les tendances grossières de la terre. Ce sont comme deux pôles opposés, avec deux centres de gravitation pareillement opposés. Ils jugent d’après un criterium opposé, et ont un but diamétralement opposé. Leurs maximes, leurs œuvres et leurs fins devront donc être nécessairement opposées. Le Sauveur a formulé cette opposition dans une phrase fort simple, mais d’une grande portée : « Ce qui est né de la chair est chair, ce qui est né de l’esprit est esprit. (1) » Il y a entre l’Église et le monde la même opposition qu’entre la grâce et la nature corrompue de chacun de nous.
La lutte continuelle de notre cœur est, dans une sphère plus restreinte, l’image et la reproduction de la grande lutte du genre humain. Donc pour l’Église comme pour le chrétien, la vie est un combat : vivre, c’est combattre.

Afficher l'image d'origine

Don Sarda y Salvany – Le mal social, ses causes, ses remèdes.

1 : Quod natum est ex carne, caro est; et quod natum est ex spiritu, spiritu est (Joan., III, 6)

Saint Jean Chrysostome sur le commencement de l’Évangile de Saint Matthieu

St ChysostomeEn ce jour de la Saint Joachim, La Sainte Liturgie, dans l’évangile du jour, nous propose la lecture de la Généalogie de Notre Seigneur Jésus-Christ. Nous vous proposons l’explication qu’en donne Saint Jean Chrysostome, dont les homélies furent si ventées par le docteur angélique (1).

Commencement du Saint Évangile de Saint Mathieu :

Généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d’Abraham.
Abraham engendra Isaac ; Isaac engendra Jacob ; Jacob engendra Juda et ses frères ; Juda engendra, de Thamar, Pharès et Zara ; Pharès engendra Esro ; Esron engendra Aram ; Aram engendra Aminadab ; Aminadab engendra Naasson ; Naasson engendra Salmon ; Salmon engendra, de Rahab, Booz ; Booz engendra de Ruth, Obeth ; Obeth engendra Jessé ; Jessé engendra David ; qui fut roi. Le roi David engendra Salomon, de celle qui avait été la femme d’Urie. Salomon engendra Roboam ; Roboam engendra Abias ; Abias engendra Asa ; Asa engendra Josaphat ; Josaphat engendra Joram ; Joram engendra Ozias ; Ozias engendra Joatham ; Johatam engendra Achaz ; Achaz engendra Ezéchias ; Ezéchias engendra Manassès ; Manassès engendra Amon ; Amon engendra Josias ; Josias engendra Jéchonias et ses frères, au temps de la déportation à Babylone. Et après la déportation à Babylone, Jéchonias engendra Salathiel ; Salathiel engendra Zorababel ; Zorobabel engendra engendra Abiud ; Abiud engendra Eliacim ; Eliacim engendra Azor ; Azor engendra Sadoc ; Sadoc engendra Achim ; Achim engendra Eliud ; Eliud engendra Éléazar ; Éléazar engendra Mathan ; Mathan engendra Jacob ; Jacob engendra Joseph ; l’époux de Marie, de laquelle est née Jésus, qui est appelé le Christ.

LA GÉNÉALOGIE DE JÉSUS-CHRIST EST UNE LEÇON D’HUMILITÉ :

Lire la suite