Catéchisme de la Somme Théologique de Saint Thomas d’Aquin – R.P Pègues (16)

Saint Thomas d'Aquin
16.Ses facultés d’aimer ; son libre arbitre.

— Y a-t-il dans l’homme quelque autre faculté en plus des facultés de connaître ?
— Oui, il y a encore dans l’homme des facultés d’aimer.

— Qu’entendez-vous par les facultés d’aimer dans l’homme ?
— J’entends le pouvoir qui est en lui de se porter d’un mouvement affectif vers tout ce qui lui est représenté comme un bien par ses facultés de connaître, et de s’éloigner de tout ce qui lui est présenté comme un mal.

— Est-ce qu’il y a plusieurs sortes de ces facultés d’aimer dans l’homme ?
— Oui, il y a deux sortes de ces facultés d’aimer dans l’homme ; en raison des deux genres de connaissance qui sont en lui.

— Comment s’appelle la première de ces deux sortes de facultés d’aimer dans l’homme ?
— Elle s’appelle le cœur, au sens affectif, sensible, donné à ce mot  (q. 81).

— Et comment s’appelle la seconde de ces sortes de facultés d’aimer dans l’homme ?
— La seconde sorte de ces facultés d’aimer dans l’homme s’appelle la volonté (q. 82).

— Peut-on aussi donner le nom de cœur à la volonté dans l’homme ?
— Oui, on peut donner aussi le nom de cœur à la volonté dans l’homme, mais dans un sens plus élevé et tout à fait immatériel.

— Quelle est la plus parfaite de ces deux facultés d’aimer qui sont dans l’homme ?
— C’est la volonté.

— Est-ce par la volonté que l’homme est dit doué de libre arbitre ?
— Oui, c’est par la volonté que l’homme est dit doué de libre arbitre ; car cette volonté, ne se portant d’elle-même et nécessairement qu’au bien sous sa raison générale de bien, demeure maîtresse de son acte, toutes les fois qu’il s’agit d’un bien particulier quelconque, pouvant tout ensemble le vouloir et pouvant ne le vouloir pas (q. 83).

— Est-ce la volonté seule qui constitue le libre arbitre de l’homme ?
— Non, ce n’est pas la volonté seule qui constitue le libre arbitre de l’homme, mais la volonté en union avec l’intelligence ou la raison.

— L’homme par son intelligence et sa volonté douées de libre arbitre est-il le roi de la création dans le monde des corps ?
— Oui, l’homme par son intelligence et sa volonté douées de libre arbitre est le roi de la création dans le monde des corps, tous les autres êtres du monde des corps étant au-dessous de lui par leur nature, et tous étant faits pour le servir, dans sa marche de retour vers Dieu par les actes de son libre arbitre.

Publicités