Saint Denis, Saint Rustique et Saint Éleuthère, fêtés le 9 Octobre

9 OCTOBRE SAINT DENIS, SAINT RUSTIQUE ET  SAINT  ÉLEUTHÈRE MARTYRS (IIè siècle)

Il  y  avait  déjà  de  longues  années  que  Denis,  Grec  d’origine, si  on en croit son  nom, avait  été envoyé  parle  pape  pour  évangéliser  la  Gaule.  Après avoir traversé  ce  pays  du  sud  au  nord,  il était  arrivé  aux  bords  de  la  Seine,  à la petite  ville  que  les  Parisii  avaient  fondée  en  deux  îles  de  faible importance.  Il  s’était arrêté là,  à Lutèce,  pour  y  faire  entendre  la  parole  du  salut.  Son apostolat,  qui  s’adressait  à  de  bonnes  âmes,  avait produit des fruits abondants.  Peu à peu s’était  formé un peuple fidèle, un clergé  indigène  ; il  leur  avait  construit  une  église  près  des  rives du  fleuve.  Même  il  avait  poussé  plus  loin  les  conquêtes  de  la foi  ;  parmi  les  fondateurs  des  églises  voisines,  on  en  cite  plusieurs  comme  ses  disciples,  Mais  les  temps  devinrent  mauvais. L’empereur  romain  commença  de  persécuter  les  chrétiens  en tout  lieu.  Son  lieutenant  en  Lyonnaise  I ère   ordonna  de  saisir Denis,  et  avec  lui  quelques  autres,  parmi  lesquels  le  prêtre  Rustique  et  le  diacre  Éleuthère,  peut-être  venus  d’Italie  comme  le Saint.  Parce  qu’ils  persistaient  à  confesser  le  Christ,  ils  furent flagellés  d’abord  sans  pitié,  torturés  d’autres  manières,  et enfin  décapités.

Voilà  tout  ce  qu’on  peut  assurer  de  la  vie  et  de  la  mort  du saint  évêque  qui  fonda  l’Église  de  Paris.  Si  avec une pieuse curiosité  on  cherche des détails  plus  nombreux  et  plus  précis, on  se  heurte  à  des  incertitudes,  où il est  difficile, impossible même,  de  séparer  l’histoire  de  la  légende. On  ne  saurait,  semble-t-il,  déterminer  même  l’époque exacte  de  la  vie  et  du  martyre  de  saint  Denis.  Un  audacieux chroniqueur  du  temps  de  Charles  le  Chauve  prétendit  l’identifier  avec  le  grand  Aréopagite  qui  fut  converti  par  saint  Paul et  devint  évêque  d’Athènes.  Mais  les  Bollandistes,  entre  autres, ont  fait  justice  de  cette  invention;  après  un  long  succès,  elle ne  rencontre  plus  de  crédit.  D’autres  ont  voulu  que  le  Denis de  Lutèce  ait  été  envoyé  en  Gaule  par  le  pape  Clément  Ier, qui  gouverna  l’Église  à  la  fin  du  Ier   siècle.  Cependant  Sulpice-Sévère,  le  plus  ancien  de  nos  historiens,  écrit  que  la  foi  a  été reçue assez tard en  Gaule ; la première  pièce vraiment  historique, relative  à  l’évangélisation  de  ce  pays,  est  le  récit  de  la  persécution  où  moururent  à  Lyon  saint  Pothin,  saint  Attale,  sainte Blandine  et  leurs  compagnons,  et  qui  eut  lieu  en  177.  Saint Germain  de  Paris,  dans  une  lettre  à  sainte  Radegonde,  dit  que la  prédication  des  premiers  apôtres  de  la  foi  ne  se  répandit  que lentement  en  nos  contrées;  au milieu  du  IIIè siècle,  on n’y  aurait compté  que de rares églises,  qui en  quelques villes réunissaient  un petit  nombre  de  fidèles.  Saint  Grégoire  de  Tours  rapporte  aux temps  de  Dèce  l’arrivée  de  sept  envoyés  du  pape,  —  qui  ne saurait  donc  être  que  saint  Fabien  (236-250),  —  parmi  lesquels il  compte  saint  Gatien  de  Tours,  saint  Trophime  d’Arles,  saint Saturnin  de  Toulouse  et  saint  Denis  de  Paris.  Celui-ci  aurait prêché  quelque  temps  à Arles,  avant  de  se  diriger  vers  le  nord ; quand il  arriva  à  Lutèce,  il  avait  déjà  beaucoup  souffert  pour la  foi.

Divers  martyrologes  donnent  au  légat  qui  fit  périr  Denis  le nom  de  Sisinnius  ou  Sisinnius  Fescenninus.  On  sait  que  ce  personnage  fut  un  des  principaux  agents  de  la  persécution  que, en  286,  Maximien  Hercule  exerça  en  Gaule,  quand  il  vint  y
combattre  les  Bagaudes.  Ce  nom,  cette  date  fixeraient  l’époque où  mourut  Denis,  si  ces  martyrologes  avaient  une  absolue  autorité.  Mais  comme  elle  ne  le  leur  est  pas  reconnue,  quelques auteurs font  du saint  évêque la victime  de la persécution  d’Aurélien  (275)  ou  de  Valérien  (272),  ou  même  de  Dèce  (250).

Une  incertitude  semblable  plane  sur  le  lieu  où  furent  martyrisés  saint  Denis  et  ses  compagnons.  On  admet  communément qu’ils  furent  mis  à  mort  à  Montmartre,  le  Mons  Mercurii  ou Martis,  devenu,  à  cause  de ce  glorieux souvenir, le Mons  Martyrum.

En  1611,  des  fouilles  mirent  à  nu  une  crypte  où  l’on trouva  une  inscription  qui  pouvait  être  relative  à  saint  Denis. Cette  heureuse  découverte  semblait  autoriser  la  tradition qu’avaient  acceptée  Louis  le  Gros,  le  pape  Eugène  III,  saint Bernard,…  et  après  plusieurs  siècles  que  reçurent  saint  Ignace de  Loyola,  le  cardinal  de  Bérulle,  saint  François  de  Sales,  saint Vincent  de  Paul,  M.  Olier.

Cependant  Mabillon,  suivi  en  cela  par  plusieurs  historiens plus  modernes  encore,  pensait  que  saint  Denis,  saint  Rustique et  saint Éleuthère  avaient  subi  leur  supplice  prés  de  la  Seine, à  l’endroit  où,  depuis,  s’est  élevée  la  ville  de  Saint-Denis.  Là était  de  leur  temps  un  village  nommé  Catulliacus.  Les  corps des  martyrs,  abandonnés  aux  bêtes,  seraient  demeurés  plusieurs  jours  sans  sépulture.  Alors  une  pieuse  femme,  que  l’on désigne  du  nom  de  Catulla,  les  aurait  recueillis  et  ensevelis au  lieu  même.  Plus  tard,  la  persécution  achevée,  on  bâtit  sur cette  tombe  une  petite  église.  En  469,  sainte  Geneviève,  fort dévote  à  l’apôtre  de  Lutèce,  y  fit  construire  une  basilique, qui s’appela,  —  parce  qu’elle était sur le bord  de la route  (strata), —  Saint-Denis-de-l’Estrée.  Enfin  Dagobert,  n’étant  encore  que roi  d’Austrasie,  édifia,  entre  623  et  625,  le  monastère  célèbre qui  fut  depuis  le  tombeau  des  rois  de  France.  Il  fit  alors  transporter  les  corps  saints  dans  l’église  abbatiale,  que  saint  Éloi orna  magnifiquement.  Le  roi  voulut  être  enterré  lui  même  au pied  du  tombeau  des  martyrs.

Il  plane  donc  bien  des  incertitudes  sur  la  vie  du  glorieux Saint  à  qui  Paris  doit  sa  vocation  au  christianisme.  Mais  qu’importe,  si  au  moins  on  ne  doute  pas  qu’il  ait  apporté  à  la  ville qui  devait  être  la  capitale  et  le  cœur  de  la  France,  le  plus  précieux  des  trésors,  la  foi  en  Notre-Seigneur  Jésus-Christ?  C’est là  le  titre  essentiel  à  la  reconnaissance  du  peuple  dont  il  fut le  grand  bienfaiteur  et  qui  ne  l’oublie  pas  ;  car  saint  Denis, dans  la  basilique  qui  lui  est  dédiée,  est  toujours  l’objet  de  la vénération  des  chrétiens  dont  il  baptisa  les  ancêtres.

Père Moreau, S.J, Saints et saintes de Dieu, Tom. II

Publicités