Saint Bruno, fêté le 6 Octobre

6 OCTOBRE SAINT BRUNO CONFESSEUR (1032-1101)

Saint  Bruno  naquit  à  Cologne  vers  l’an  1032,  d’une  race certainement  noble.  Une  tradition,  à  laquelle  manque  cependant  l’appui  de  tout  document,  le  dit  issu,  par  son père  ou  par sa  mère,  de  la  famille  des  Hastenfaust.  Quoi  qu’il  en  soit,  l’enfant,  qui  déjà  donnait  de  belles  espérances,  fut  confié  aux  clercs qui  dirigeaient  l’école  de  Saint-Cunibert  et  sous  leur  conduite fit  de  rapides  progrès  dans  les  éléments  de  la  littérature. Peut-être dès lors fut-il même pourvu  d’un  canonicat  par  l’archevêque  saint  Annon.  Ces  premières  études  achevées,  il  vint  à Reims,  où  il  acquit  le  renom  d’un  bon  latiniste  et  d’un  poète élégant.  Puis il se  donna  à la  philosophie,  et  il  semble  que  ce  fut d’abord  à  Tours,  où  l’attira  la  réputation  de  Bérenger,  —  qui bientôt  allait  s’illustrer  si  fâcheusement  en niant la transsubstantiation et  probablement  aussi  la  présence  réelle  de  Notre-Seigneur  dans  l’Eucharistie.  Mais  il  était  orthodoxe  alors,  et Bruno,  qui  du  reste  n’entendit  que  le  philosophe,  ne  subit  nullement  l’influence  du  théologien  hérétique.  Aussi  bien  il  ne tarda  pas,  —  et  peut-être  ce  fut  parce  que  Bérenger  s’écartait de  la  foi,  —  à  regagner  Reims,  ou  Cologne ;  il  y  fit  ses  études de théologie  et  d’Écriture  sainte. Bientôt  l’archevêque  de  Reims, Gervais,  lui  confia  la  charge  d’écolâtre,  c’est-à-dire  de  directeur  de  son  école  cathédrale,  à  la  place  d’Hériman,  qui  se  retirait  dans  un  monastère.  Il  fit  encore de lui son  chancelier.  Bruno enseigna  pendant  quinze  ou  seize  ans  les  belles-lettres,  la  philosophie  et enfin la théologie.  Et il eut la  gloire  de  compter  parmi
ses  élèves  Odon,  qui,  depuis  pape  sous  le  nom  d’Urbain  II, prêcha  et  décida  la  première  croisade;  Robert  de  Bourgogne, qui  devint  évêque  de  Langres  ;  Rangier,  futur  cardinal  et archevêque  de  Reggio,  et  plusieurs  autres,  qui  furent  mis  à  la tête  d’abbayes  diverses.  Tous  gardèrent  de  leur  maître  un  souvenir  d’affectueuse  vénération;  ils  l’exprimèrent  à  plusieurs reprises  dans  leurs  lettres,  leurs  éloges  funèbres  et  même  des vers  où  Bruno  est  appelé  « la  gloire  du  clergé,  la  gloire  et  la sagesse  du monde,  la  source  profonde  d’où  s’écoula  sur  l’univers une  telle  sagesse,  qu’elle  faisait  des  philosophes  de tous  ceux  en qui elle s’épanchait  ». Mais on ne vantait  pas moins  sa sainteté  et ses éminentes  vertus  : « Son  cœur  n’était  ni  abattu  par  l’épreuve ni  enflé  par  la  prospérité;  il  se  montrait  l’exemple  de  tous  les
malheureux  mortels,  leur  apprenant  à  aimer  le  Christ  comme  il l’aimait  lui-même…  Bruno,  guide  dans  la  vraie  voie,  maître  de sagesse,  n’a  pas enseigné  autre  chose que  ce qu’il  a voulu vivre. »

Il  jouissait  donc  d’une  influence  aussi  douce  que  puissante, s’exerçant  sur les  cœurs  comme  sur les  intelligences,  faisant  non pas  seulement  des  savants,  mais  des  serviteurs  de  l’Église  et des  saints.  Après  ces  jours  de  travail  et  de  bonheur  allaient venir  les  jours  d’épreuve.  Car  l’Église,  qu’affligeaient  depuis longtemps  des  vices  honteux,  la  simonie  et  l’incontinence,  était encore  agitée  par  l’esprit  de  révolte.  La  forte  main  de  Grégoire  VII  avait  entrepris  une  réforme  contre  laquelle  criaient les  coupables;  et  quelle  que  fût  l’énergie  du  pape  et  de  ses légats,  elle  avait  peine  a  ramener  au  devoir  les  princes  simoniaques  et  les  prélats  perdus  de  mœurs.  Sur  le  trône  archiépiscopal  de  Reims  siégeait  alors  un  des  pires  de  ces  malfaiteurs.  Il  s’appelait  Manassès  Ier   de  Gournay.  Sa  conduite  était telle,  que  le  silence  devenait  impossible  : Bruno  eut  le  courage de  le  rompre,  avec  le  prévôt  et  un  chanoine  de  la  cathédrale. Tous  trois  inculpèrent  hautement  l’indigne  archevêque  au concile  d’Autun.  Sa  défense  dédaigneuse  présentée  par  écrit  au légat  Hugues  de  Die,  son  refus  de  comparaître  devant  le  concile ne  le  sauvèrent  pas  d’une  trop  juste  condamnation.  Il  se  vengea  en  poursuivant,  en  ruinant  ses  accusateurs  ;  leurs  biens furent  confisqués,  leurs  prébendes  vendues,  leur  vie  menacée.

Bruno  s’enfuit  de  Reims.  Il  se  réfugia  d’abord  chez  le  comte  de Réciac,  puis  à  Cologne,  jusqu’à  ce  que,  enfin,  la  force  restât au droit  et  que justice  lui  fût  rendue.  Elle le lui  fut  si bien,  que, Manassès  déposé,  on  pensait  à  lui  donner  comme  successeur  le vaillant  chancelier  qui  avait  dénoncé  ses  crimes. Mais  Bruno  était  bien  loin  de  vouloir  accepter  l’épiscopat. Il  avait  longuement  réfléchi  :  ces  honneurs,  dont  la  convoitise et  la  possession  avaient  perdu  Manassès,  lui  apparaissaient  tout à  la  fois  comme  si  vides  et  si  dangereux,  qu’il  résolut  de fuir  toute  occasion  d’être  séduit  ou  corrompu  par  eux.  Après avoir  un peu de  temps  demeuré  dans une solitude  du diocèse  de Langres  avec  quelques  amis,  il  alla  demander  conseil  au  saint abbé  de  Molesmes,  Robert,  le  futur  fondateur  de  Cîteaux ; il  lui  manifesta  son  désir  de  cacher  dans  un  désert  inaccessible le  reste  de  sa  vie.  Robert  l’adressa  à  l’évêque  de  Grenoble, Hugues,  qui  était  un  grand  serviteur  de  Dieu  : dans  son  diocèse il  serait  facile  de  trouver,  parmi  les  montagnes  ardues  des Alpes  ou  du  Grésivaudan,  le  site  favorable  à une  existence  toute de  prière  et  de  mortification.

Bruno  partit  en  1084  avec  six  compagnons  : un seul,  Hugues, était  prêtre,  et  pour  cela  portait  le  nom  de  chapelain..  L’évêque de  Grenoble  les  reçut  avec  faveur  et  leur  indiqua  la  vallée  de la  Chartreuse  : dans un songe,  il avait  cru voir  sept  étoiles  sorties de  terre  venir  à  lui  et le guider vers  ce lieu  où  Dieu  lui-même  se bâtissait  un  temple.  Les  pieux  voyageurs,  quand  ils  la  visitèrent,  en  furent  charmés  :  c’était  pourtant  une  affreuse  solitude  : de  toutes  parts  des  rochers  arides  et  escarpés,  des  neiges presque  perpétuelles  que  remplaçait  seulement  un  épais  brouillard.  Certes  ils  ne  seraient  pas  distraits  par  l’affluence  des  visiteurs  ni  gâtés  par  l’agrément  du  séjour.

Ils  s’établirent  avec  joie  dans  de  petites  cellules  groupées autour  d’un  pauvre  oratoire  ;  ainsi  reproduisaient-ils  les  anciennes  laures  de  Palestine.  Mais  ils  en  corrigeaient  les  inconvénients,  en  unissant  à  la  vie  érémitique  les  avantages  d’une
certaine  communauté  : celle  de  l’église,  celle  aussi  du  réfectoire le  dimanche  et  les  jours  de  fête,  et  quelquefois  d’une  récréation.  Du  reste  le  silence  était  continuel,  pour  faciliter  le  recueillement  ;  la  journée  se  partageait  entre  la  méditation,  la  récitation  de  l’office  et  le  travail  :  la  copie  des  manuscrits,  qui  leur procurait  la  nourriture  indispensable.  Pierre le  Vénérable,  abbé de  Cluny,  écrivait  des  chartreux  environ  cinquante  ans  plus tard  :  «  Ils  sont  les  plus  pauvres  de  tous  les  moines ;  la  vue seule  de  leur  extérieur  effraie. Ils  portent  un  rude  cilice, matent  leur  chair  par  un  jeûne  presque  continuel,  ne  mangent que  du  pain  de  son.  Malades  ou  bien  portants,  ils  ne  savent ce  que  c’est  que  la  viande,  ne  mangent  de  poisson  que  quand on  leur  en  donne.  Le  dimanche  et  le  jeudi,  ils  se  nourrissent d’œufs  et  de  fromage,  d’herbes  bouillies  le mardi  et  le  samedi ; les  autres  jours  ils  se  contentent  de  pain  et  d’eau. Ils ne font qu’un  seul  repas par  jour, sauf pendant quelques  octaves  plus solennelles  ;  ils  se  réunissent  avec  un  recueillement  admirable pour  chanter  vêpres  et  matines  ;  ils  assistent  à  la  messe  les dimanches  et  fêtes.  »

Du  reste  leur  vie  était  réglée  seulement par  l’usage  :  ils  n’eurent  longtemps  comme  code  que  des  coutumes,  qui  furent  rédigées  par  le  cinquième  prieur  de  la, Chartreuse,  nommé  Guigue,  et  approuvées  par  Innocent  XI  en  1688. Dans  cet isolement,  dans  cette  austérité,  les  moines  nouveaux, promptement  rejoints  par  d’autres  fervents  de  la  prière,  trouvaient  le  bonheur.  Bruno  ne  rêvait  que  d’achever  ainsi  sa  vie mais  cinq  ans  plus  tard  la  renommée  de  cette  sainte  ferveur s’était  répandue  par  le  monde.  Urbain  II  était  sur  le  trône  de Pierre.  Il n’avait  pas oublié son ancien maître et il lui  commanda de  venir  à  Rome,  où  il  voulait  avoir  recours  à  ses  conseils  dans le  gouvernement  de  l’Église.  Bruno  dut  se  résigner  à  quitter sa solitude,  et ce fut  le  plus  cruel  sacrifice  que  pût  lui  demander l’obéissance.  Il  partit  en  1089  et  ne  devait  jamais  revoir  sa chère  Chartreuse.  Son  départ  faillit  mettre  fin  à la  vie  de l’Ordre naissant  : tel  fut  tout  d’abord  le  chagrin  des  moines  privés  de leur  père,  qu’ils  ne  purent  se  résoudre  à  demeurer  sans  lui  au désert.  Ils  le  quittèrent  presque  tous  ;  mais,  par  la  grâce  de Dieu,  ils  trouvèrent  la  vie  du  monde  plus  dure  encore  que l’absence  de  Bruno  et  revinrent  enfin  à  leurs  cellules.

Cependant Bruno était arrivé à Rome. Et sans tarder le séjour lui en devint si  douloureux,  qu’il  ne  le  supportait  pas.  Il  insista tellement  auprès  du  pape  pour  qu’il  lui  permît  de  s’éloigner, qu’Urbain eut pitié de lui et l’autorisa à  quitter  la  cour,  mais non  pas  à  retourner  en  France.  Il  aurait  voulu  lui  donner l’archevêché  de  Reggio  ;  il  ne  put  vaincre  ses  résistances et lui  permit  enfin  de  se  fixer  dans  un désert  de la  Calabre.  Bruno en  trouva  un,  propice  à  son  dessein,  dans  le  diocèse  de  Squillace  ;  il  s’y  installa  en  grande  hâte  avec  quelques  nouveaux disciples,  et  dès  lors  la  vie  de  la  Chartreuse  reprit  dans  ce coin  de  l’Italie,  où  manifestement  Dieu  avait  voulu  la  voir
s’établir  par  son  serviteur.  Du  reste  celui-ci  ne  perdait  pas  de vue  les  fils  qu’il  avait  laissés  à  la  Chartreuse  ;  il  leur  écrivait des  lettres  où  il  résolvait  leurs  doutes,  les  encourageait  à poursuivre  avec  zèle  leur  sainte  entreprise,  les  mettait  en garde  contre  les  dangers  de  cette  vie  austère  et  seule.  Rien ne  s’y  faisait  sans  qu’on  prît  d’abord  son  avis.  Et le ton affectueux  et  même  gai  de  sa  correspondance  prouve  que  son âme  trouvait  au  service  de  Dieu la joie suave  qu’il a  promise à  ceux  qui  s’attacheraient  à  lui. La  sainteté  de  Bruno  ne  pouvait  se  dissimuler,  malgré  son
désir de rester inconnu.  Le comte  de  Sicile,  Roger  Ier ,  un  jour de  chasse,  découvrit  le  monastère,  et  tout  de  suite  fut  charmé de  l’entretien  qu’il  eut avec le saint  prieur.  Dès  lors  il  l’entoura de  vénération  et  se  déclara  son  protecteur.  Il  eût  voulu  le  combler  de  biens ;  mais  Bruno  n’accepta  jamais  rien.  Pourtant  sa gratitude  pour  cette  bienveillante  intention  aimait  à  se  montrer ;  en  1099,  il  baptisa  le  fils  du  comte,  qui,  le  premier,  plus tard  fut  roi  de  Sicile ;  la  même  année,  tandis  que  Roger  Ier était  occupé  au  siège  de  Capoue,  un  complot  fut  ourdi  par  un de  ses  officiers  pour  le  livrer  aux  Lombards  ses  ennemis.  Le jour  arrivait  où  il  serait  exécuté.  Mais  la  nuit  précédente Bruno  apparut  au  comte  tandis  qu’il  dormait.  Il  l’avertit  de la  trahison  qui  se  préparait,  lui  révéla  le  moyen  de  la  reconnaître  et  de  la  déjouer,  et  le  sauva  ainsi.  Mais lorsque,  en  reconnaissance  de  son  salut,  Roger  voulut  lui  faire  accepter  toutes les  terres  qu’il  possédait  dans  le  diocèse  de  Squillace,  le  Saint répondit  humblement  que  les  choses  n’étaient  pas  telles  que  le comte  de  Sicile les croyait,  qu’il  avait  vu,  non  pas  le  pauvre religieux  qu’il  remerciait  bien  à  tort,  mais  l’ange  que  Dieu prépose  au  salut  des  princes ;  qu’au  reste  un  moine  n’avait besoin  de  rien,  puisqu’il  désirait  seulement  de servir  le  Seigneur dans  le  détachement  de  toute  chose.  C’est  à  peine  s’il  se résigna  à  recevoir  un  petit  domaine.

Cependant  deux  ans après,  en  lui  renouvelant  cette  donation,  Roger  y  ajouta encore  quelques  territoires,  et  ainsi  fut  fondé  le  monastère della  Torre. Ce  fut  le  premier  que  les  Chartreux  possédèrent  en  Italie. C’est  là  aussi  que  Bruno  vit  venir  son  dernier  jour.  Lorsqu’il s’aperçut  que  la  mort  approchait,  il  réunit  autour  de  lui  ses frères, et en leur présence,  après une sorte  de confession  publique de  toute  sa  vie,  il  prononça  une  profession  de  foi  très  explicite et très précise, où il condamna  expressément les erreurs  de Bérenger  sur  la  sainte  Eucharistie.  Et  puis  il  rendit  paisiblement  son âme  à  Dieu  le  dimanche  6  octobre  1101. Son  corps  fut  déposé  dans  l’église  Notre-Dame  della  Torre. C’est  là  qu’on  le  retrouva  en  1515,  un  an  après  que  le  pape Léon  X  eut  permis  de  célébrer  un  office  en son honneur,  permission  qui  équivalait  à  une  béatification.  Grégoire  XV,  en  1623, étendit  son  culte  à  toute  l’Église.

Père Moreau, S.J, Saints et saintes de Dieu, Tom. II

Publicités