Saint François d’Assise, fêté le 4 Octobre

SAINT FRANÇOIS D’ASSISE CONFESSEUR (1182-1226)

En  1206,  un  jeune  bourgeois  d’Assise,  épris  de  gloire  et  d’honneurs,  s’en  allait  vers  l’Apulie  rejoindre  l’armée que Gaultier III de  Brienne  avait  levée  contre  l’empereur  Frédéric  II  Quelques jours  auparavant  un  rêve l’avait  enchanté  : il  avait  vu la  maison
paternelle  regorgeant d’armes guerrières, de harnais, d’épées, de lances,  de  cuirasses.  Et  comme  il  s’étonnait,  une  voix  lui  avait dit  :  « Tout  cela  est  pour  toi  et  pour  tes  soldats.  » Et  il  était parti  plein  d’enthousiaste  espérance.  Mais  voici  qu’à  Spolète, tandis  qu’il  reposait,  la  même  voix  se  fit  entendre  :  «  Lequel peut  te  faire  plus  de  bien,  le  serviteur  ou  le  maître?  —  Assurément  le  maître,  répondit-il.  —  Pourquoi  donc  délaisses-tu  le maître  pour  le  serviteur?  —  Seigneur,  s’écria  le  nouveau  Paul,
que  voulez-vous  que  je  fasse?  —  Retourne  dans  ta  ville  ;  on t’y  dira  ce  que  tu  dois  faire. »

Il  revint,  changé  déjà.  Mais  bientôt,  la  jeunesse  d’Assise,  qui le  reconnaissait  comme  son  prince,  vint  le  solliciter  de  lui  préparer  une  fête.  Il  y  consentit  de  grand  cœur;  il  traita  ses  amis avec  magnificence  selon  son  habitude,  car  il  était  riche  et  ne se  refusait  aucun  caprice.  Après  le  festin,  les jeunes  fous  organisèrent  un  bruyant  cortège  à  travers  la  ville.  Lui,  les  suivait, à  là  main  le  bâton  du  commandement.  Et  tout  à  coup  l’Esprit de Dieu tomba  sur lui ; envahi,  en extase,  il s’arrêta  longuement. Ses  compagnons  étonnés  revinrent  vers  lui ;  et  pour  le  tirer, par  une  plaisanterie,  de  son  ravissement  : « Penses-tu  à  prendre femme?  lui  cria  quelqu’un.  —  Oui,  répondit-il  gravement,  et une  femme  plus  belle,  plus  riche,  plus  noble  que  vous  n’en avez  jamais  rêvé.  »  Il  venait  d’entrevoir  la  Pauvreté,  et  elle lui  avait  pris  le  cœur. Ce  jeune  homme  était  le  fils  aîné  d’un  riche  marchand  drapier,  habitant  Assise,  mais  originaire  de  Lucques,  qui  s’appelait  Pierre  di Bernardone  Moriconi.  Pierre était  habile en affaires, âpre  au  gain,  jaloux  du  bon  renom  et  même  de  la  gloire  de  sa famille.  De  sa  femme  Pica,  qu’il  avait  ramenée  de  Provence dans  un  des  voyages  fréquents  où  l’entraînait  son  commerce, il  avait  eu  cet  enfant,  né  pendant  une  absence  de  son  père  et que  dame  Pica  avait  nommé  Jean.  Mais  ce  nom  n’avait  point plu  à  Pierre  di Bernardone,  qui  l’avait  changé  en  celui  de  Français,  —  ou  François,  comme  on  prononçait  alors.  Car  il  aimait la  France  à  cause  de  son  élégance,  source  de  gains  pour  le  drapier,  à  cause  de  son  esprit  chevaleresque  et  de  son  beau  parler  : il  avait  du  goût  et  sur  ce point,  du reste, partageait celui de ses contemporains.  Son  fils  reçut  une  éducation  distinguée,  apprit le  français,  qu’il  se  plut  toujours  à  chanter,  et  même  le  latin. Il  apprit  surtout  fort  vite  à  dépenser  sans  compter,  à  faire mille  folies,  à  se jeter  dans  tous  les  plaisirs,  si  bien  qu’il  fut  surnommé  le  « prince  de  la  jeunesse  ».  Son  biographe  le  plus  autorisé  ne  cache  pas  que  cette  vie  joyeuse  fut  aussi  une  vie  désordonnée,  bien  que  d’autres  aient  aimé  à  croire  qu’au  milieu  du luxe  des  vêtements,  des  banquets  somptueux,  des  conversations légères,  des  mœurs  abandonnées,  il  a  passé  indemne,  gardant toujours  la  pureté  immaculée  de  son  baptême.  Il  est  vrai  qu’il avait  des  qualités,  il  était  affable,  distingué,  très  charitable pour  les  pauvres,  d’une  charité  qui  revêtait  parfois  les  formes de la  prodigalité.  Il est vrai  surtout  que sa mère,  douce et  pieuse, mais faible,  priait  pour lui,  si elle  n’avait  pas su l’élever.  Quant  à Pierre  di  Bernardone,  il  trouvait  fort  bien  que  son  fils  répandît pour la  gloriole  du  nom  la  fortune  que  fournissait  abondamment le  commerce  ;  il  ne  poussait  pas  l’amour  de  l’argent  jusqu’à l’entasser  ; il  était  content  qu’il  roulât  en  acquérant  à  son  fils, et  par  conséquence  à  lui-même,  une  réputation  de  faste  très flatteuse  pour  sa  vanité.

C’est  dans  ce milieu,  dans  cette  vie  que  Dieu  alla  chercher  son élu.  Plus  d’une  fois  il  frappa  à  la  porte  : par  de  bonnes  inspirations,  par une  année  de  dure  captivité  que,  prisonnier  de  guerre, François  endura  à  Pérouse,  par  une  grave  et  longue  maladie. Enfin,  tout  cela  demeurant  inutile,  il  parla  haut  dans la  nuit  de Spolète,  puis  dans la  rue  d’Assise.  Et  François  ne put  résister. Alors il commença  à distribuer de larges aumônes, il  commença surtout  à  prier.  Déjà,  selon  le  mot  de  son  biographe,  il  priait moins  qu’il  n’était  l’oraison  faite  homme.  Un  jour,  dans  la pauvre  et  ruineuse  église  de  Saint-Damien,  il  demandait  à Dieu  ses  lumières  ;  une  voix  sortit  des  lèvres  d’un  grand  crucifix  :  « Va,  François,  répare  ma  maison  qui  s’écroule.  »  Dans la  simplicité  de  son  cœur,  le  jeune  homme  prit  ces  paroles  à la  lettre  et  pensa  à  relever  les  édifices  sacrés,  tout  d’abord celui-là  même  où  il  priait.  Il  ramassa  tout  ce  qu’il  trouva  dans le  logis  paternel,  en  étoffes  précieuses,  en  joyaux  de  prix,  en chargea  un  cheval,  alla  le  vendre  à  Foligno  ;  puis  il  revint offrir l’argent  ainsi  recueilli  au  chapelain  de  Saint-Damien.  Mais celui-ci [ne  voulut  pas  l’accepter;  François  ne  le  reprit  point.

Sa  vie  dès  lors,  humble  et  dévote,  stupéfiait  ses  amis  et  scandalisait  les  mondains.  Pierre  di  Bernardone  était  absent  depuis plusieurs  mois.  Quand  il  revint,  sa  colère  fut  grande  et  de  son argent  dépensé  autrement  qu’en  folies  et  de  son  fils  tourné  à une  piété  dont  lui-même  rougissait.  Il  s’emporta  contre  celui-ci, l’enferma  de  longs  jours  dans  un  étroit  réduit  de  sa  maison ; enfin,  ne  pouvant  le  vaincre,  il  le  conduisit  devant  l’évêque d’Assise  pour  le  renier  solennellement.  Alors  François  se  dépouilla  de  tout,  même  de  ses  vêtements,  et,  les  jetant  aux  pieds de  son  père  .  «  Dorénavant,  s’écria-t-il,  je  dirai  avec  plus  de vérité  :  Notre  Père  qui  êtes  aux  cieux.  » Il  faisait  ainsi  ses  fiançailles  avec  le  Pauvreté,  cette  reine qu’il  aimerait  toujours  de toute  la  ferveur  de  son  âme  généreuse et  naïve,  non  pas  seulement  en  lui  prêtant,  par  une  poétique fiction  de  sa  riche  imagination,  vie  et  attraits,  en  faisant  d’elle, à  la  mode  du  temps,  la  dame  de  ses  pensées,  mais  en  recherchant  sa  douloureuse  familiarité  et  ses  âpres  embrassements. Dieu  l’avait  élu  pour  qu’il  donnât  à  son  siècle,  tant  sollicité par  le  luxe  et  les  plaisirs,  —  et  à  tous  les  siècles,  —  l’exemple du  dénuement  absolu  avec  les  souffrances  et  les  humiliations qui  l’accompagnent,  mais  avec  ses  joies  et  sa  paix  toute  céleste. Bientôt  sa  Dame  le  convoqua  à  prendre  ses  plus  austères livrées  :  au  mois  de  février 1209, François  assistait à la messe à Saint-Damien ; or l’Évangile  disait : « Ne  portez ni or ni argent, ni monnaie dans votre bourse ; n’ayez ni besace ni deux vêtements,  ni  souliers,  ni  bâton.  »  Aussitôt  il  déchausse  ses pieds,  jette  sa  bourse  et  son  bâton,  se  revêt  d’une  grossière tunique  d’un  gris  cendré.  Le  voilà  vraiment  pauvre  ; il  restera tel  et  désormais  pourra  prêcher  le  bonheur  de  ceux  qui  se  dépouillent  pour  Dieu.

La  même  année  viennent  à  lui  ses  premiers  compagnons, attirés  par  l’austérité  de  sa  vie  et  la  flamme  de  sa  parole  :  un marchand,  Bernard de  Quintavalle, un  juriste,  Pierre  dei  Cattani,  un  illettré,  Égide  ou  Gilles,  un  chevalier,  Ange  Tancrède… Quand  ils  furent  douze,  François  crut  le  moment  venu  d’aller demander  au  pape  l’approbation  du  nouvel  Ordre.  Innocent  III l’accorda  volontiers,  et  tout  de  suite  les  nouveaux  Frères  Mineurs,  quittant  la  Ville  sainte, commencèrent leur  vie  de  pauvreté  et  d’apostolat. C’est  près  de  la  petite  église  de  Notre-Dame-des-Anges,  — qu’on  appelait aussi la Portioncule, parce qu’elle s’élevait sur une portion de terrain  appartenant  aux  moines  bénédictins  du mont  Subasio,  —  que  fut  établie,  grâce  à  la  libéralité  des fils  de  saint  Benoît, la maison  mère  de tout  l’Ordre  et  le  premier noviciat.  Les  religieux  y  abondèrent  bientôt  ;  et  François  put penser  à réaliser  son  désir  d’aller  jusqu’aux pays infidèles porter le nom de Jésus-Christ. C’est  au  chapitre  de  1216, —  le premier chapitre général, — que, après avoir divisé en sept provinces religieuses toute  la  Péninsule,  le  Saint  envoya  hors  d’Italie  ses premiers missionnaires. Lui-même  s’était  réservé  d’évangéliser la  France  :  il  l’aimait  d’un  amour  spécial  parce  que,  disait-il, « c’est  l’endroit  du  monde  où  le  saint  Sacrement  reçoit  le  plus d’honneurs  ».  Mais  la  maladie  l’arrêta  ;  en  1219  seulement, il  put,  exécutant  son  souhait  le  plus  cher,  aller  chercher  le martyre  chez  les  Musulmans  d’Egypte.  Dieu  ne  lui  permit  pas de  cueillir  la  palme qu’à  cette  heure  même  il  accordait  au Maroc  à  cinq  de  ses  fils.  Trop  bien  accueilli  par  le  Soudan,  il s’enfuit  désolé de « ne pouvoir le  contraindre  ni  à  adorer  notre Maître  ni  à  nous  persécuter  ».

L’année  suivante, François, accablé par la maladie, ne se sentit plus la force de  gouverner  l’Ordre, qui avait pris en si peu d’années un développement vraiment  miraculeux. Il remit ses pouvoirs aux mains de Pierre de Cattanei, bientôt enlevé par  la mort, puis en celles d’Élie de Cortone ;  lui-même,  aidé efficacement  par  le  cardinal  Ugolin,  travailla  dans  une  demi-retraite  à  édiger définitivement les règles  qu’Innocent III avait approuvées  déjà, mais auxquelles l’expérience des années précédentes  conseillait  d’apporter  des  modifications. C’est en  1223  que  le  pape  Honorius  III  leur  donna  la  consécration solennelle.

Il  y  avait  onze  ans  déjà,  tout  au  commencement  de  la  vie des  Frères  Mineurs,  François,  à  côté  d’eux,  avait  établi  à Saint-Damien  un  second  Ordre  pour  de  pieuses  femmes,  éprises à  son  exemple  de  l’amour  de  la  pauvreté.  Claire,  fille  du  comte de  Sasso-Rosso,  à  peine  âgée  de  dix-huit  ans,  en  avait  été  la première  moniale  et  la  première  abbesse.  En  1221,  un  troisième Ordre  prenait  naissance,  destiné,  celui-ci,  à  réunir  en  une  pieuse association  les  fidèles  des  deux  sexes  qui,  ne  pouvant  quitter le  monde,  avaient  cependant  le  désir  de  marcher  plus  sûrement vers  la  perfection  chrétienne.  Le  Tiers  Ordre  séculier  eut  dès sa  fondation  l’approbation  du  pape  Honorius  III;  il  connut  la gloire  de  compter  parmi  ses  membres  saint  Louis  de  France, saint  Ferdinand  de  Castille,  saint  Elzéar  de  Sabran,  sainte  Elisabeth  de  Hongrie,  sainte  Rose  de  Viterbe,  sainte  Elisabeth de  Portugal,  sainte  Marguerite  de  Cortone,  sainte  Angèle  de Foligno,  et  tant  d’autres,  jusqu’au  bienheureux  Jean-Marie Vianney,  le  curé  d’Ars.

En  1883, le pape Léon XIII,  le  bénissant de  nouveau, l’adaptant aux conditions  de  vie et aux besoins modernes, lui a donné une vie plus puissante et permis un  développement  magnifique. Saint  François  n’avait  que  quarante  et  un  ans  quand  il  édictait  sa  règle.  Mais l’intensité  de  sa  vie  intérieure,  ses  austérités effrayantes,  sa  pauvreté  extrême  avaient  épuisé  ses  forces. Depuis  plusieurs années la maladie le  consumait.  Il  gardait toute  l’énergie  de  son  âme,  toute la fraîcheur de ses  sentiments, tout  l’enthousiasme  ailé de sa piété,  toute  sa  tendresse  pour les  âmes,  toute  sa  poétique  admiration  pour  les  beautés  de  la création  où  il  aimait à  retrouver,  où  il  contemplait  sans  cesse le  rayonnement de la splendeur  divine. Son amour de Jésus, son extatique  adoration de Dieu ne cessaient de s’accroître et, le dévorant,  le  conduisaient  rapidement  à  cette  dissolution  du corps  qu’il  souhaitait,  comme  saint  Paul,  avec  une  ardeur  toujours  plus  vive.  Il  était  arrivé  à  la  perfection  qui  se  résout en  la  consommation  en  Dieu.  Notre-Seigneur,  avant  d’appeler à  lui  son  serviteur,  allait  la  symboliser  en  imprimant  dans  la chair  de  François  les  traces  glorieuses,  mais  douloureuses,  de ses  sacrés  stigmates.  Il  le  fit  pour  cela  monter  sur  la  rude  mon-
tagne  de  l’Alverne.  Le  14  septembre  1224,  le  Saint  en  redescendait,  portant  aux  pieds,  aux  mains,  à  la  poitrine  la  preuve touchante  d’un  amour  de prédilection  auquel  nul  autre  jusque-là n’avait  été  élevé.

Il  revenait  vers  les  siens,  en  chantant  le  beau  cantique  où  il exhalait  sa  passion  pour  Jésus  :  In  foco  l’Amor  mi  mise.  Car  il avait  toujours  aimé  demander  à la  poésie,  à la musique  l’expression  de  ses  sentiments  pieux.  Mais  il  ne  fit  plus  que  languir dans  l’attente  de  la  réunion  à  son  Maître  adoré.  Malgré  la  douleur  de  ses  pieds  percés,  malgré  l’affaissement  de  ses  forces,  il allait  encore à travers bourgs et bourgades,  exhortant les  peuples à  porter  courageusement  la  croix.  Car  il  voulait  jusqu’au  bout prêcher  l’Évangile  de  Jésus,  dont  il  était  à  son  insu  la  vivante image.  Mais  enfin  il  tomba.  La  souffrance  était  plus  forte  que la  volonté  :  du  moins  il  la  supportait  avec  amour.  Un  jour  un frère  lui  conseillait  de  prier  Dieu  d’adoucir  ses  maux  ;  « Il  me semble,  disait-il,  que  sa  main  s’appesantit  trop  durement  sur vous.  » François  s’indigna  :  « Si  je  ne  savais  ta  simplicité  et  la droiture  de  ton  cœur,  j’aurais  horreur  de  me  trouver  près  de toi,  qui  trouves  à  redire  aux  jugements  de  Dieu  sur  moi  ! » Et  aussitôt  il  se  jette  violemment  sur  le  sol,  le  baise  et  s’écrie  : « Seigneur,  je  vous  bénis  pour  toutes  mes  douleurs.  Ajoutez-en cent  fois  plus  encore  si  c’est  votre  bon  plaisir ! » Dans  les  derniers  jours  de  septembre,  —  il  était  revenu  dans  sa  ville  natale, —  il  demanda  qu’on  le  portât  au  cher  monastère  de  la  Portioncule,  qui  lui  rappelait  les  premiers  jours  de  sa  ferveur.  Quand on  fut  à  peu  près  à  moitié  chemin  entre  Assise  et  le  couvent, il  fit  arrêter  le  brancard  où  il  était  étendu,  presque  aveugle, presque  sans  vie.  Et  tourné  vers  la  cité,  s’appuyant  sur  l’un des  frères,  la main  droite  levée  vers Assise,  il  dit  de  sa voix  mourante  : « Sois bénie de Dieu,  cité ; par toi beaucoup  d’âmes  seront sauvées  ;  en  toi  habiteront  beaucoup  de  serviteurs  du  Très Haut  ;  de  toi  beaucoup  seront  appelés  au  royaume  éternel ! Paix  sur  toi  !  »

Il  vécut  quelques  jours  encore,  au  milieu  des  larmes  de  ses fils,  les  consolant,  les  bénissant,  les  exhortant.  Le  samedi 3  octobre,  quand  les  ombres  commençaient  à  tomber  des  hauteurs  de  l’Apennin,  il  se  dépouilla  de  sa  tunique  et,  couvert seulement  d’un  cilice,  se  fit  étendre  à  terre  sur  la  cendre.  Par charité,  en  esprit  de  pauvreté,  on  lui  présenta  une  robe,  une corde ;  il  s’en  revêtit,  acceptant  cette  dernière  aumône  avec reconnaissance.  Et  alors  il  se  fit  lire  la  Passion  de  Notre-Seigneur  selon  saint  Jean.  Quand  elle  fut  finie,  il  entonna  d’une voix  presque  éteinte le psaume  141 : «  Voce  mea  ad Dominum  clamavi…  J’ai  élevé  ma  voix  vers  vous,  Seigneur.  » Et  en  l’achevant  avec  ces  paroles  :  «  Tirez  mon  âme  de  sa  prison,  afin  que votre  nom  soit  loué.  Les  justes  attendent  que  vous  me  donniez
ma  récompense,…  » il  poussa  son  dernier  soupir  et  exhala  son âme  en  Dieu. Il  n’avait  que  quarante-quatre  ans  et  quelques  mois.  Mais  le séraphin  d’Assise  était  depuis  longtemps  mûr  pour  le  ciel.

Père Moreau, S.J, Saints et saintes de Dieu, Tom. II

Publicités