Saint Denys d’Alexandrie, fêté le 3 Octobre

3  OCTOBRE SAINT DENYS D’ALEXANDRIE ÉVÊQUE (190?-265)

Saint  Denys  a  été  appelé  par  saint  Athanase  « le  docteur  de l’Église  catholique  »,  et  l’historien  ecclésiastique  Tillemont  ne craint  pas  de  dire  qu’il  « a  peut-être  été  en  effet  le  plus  grand ornement  de  cette  seconde  église  du  monde,  —  Alexandrie, —  depuis  saint  Marc  jusqu’à  saint  Athanase  ».  De  fait,  saint Denys  a  illustré  son  siège  non  seulement  par  la  sainteté  de  sa vie,  mais  encore  par  son  courage  à  confesser  sa  foi  pendant deux  cruelles  persécutions,  et  par  le  zèle  qu’il  déploya  pour défendre  la  vérité  contre  toutes  les  sectes  hérétiques  de  son temps.

Il naquit  païen,  d’une  famille distinguée  et riche  d’Alexandrie, vers  la  fin  du  IIè siècle,  bien  probablement.  De  talents  remarquables,  il  se  distingua  dans  l’enseignement  de  la  rhétorique  et par  l’exercice  de  plusieurs  charges  publiques.  Certains,  de quelques-unes  de  ses  paroles,  ont  cru  devoir  conclure  qu’il  avait été  marié  et  même  avait  eu  plusieurs  enfants.  Mais  d’autres l’ont  nié.  Il  semble  qu’il  fut  attiré  au  christianisme  par  son goût  pour  la  lecture  qui  lui  faisait  aborder  toutes  sortes  de livres  :  ayant  ainsi  étudié  les  œuvres  de  saint  Paul,  il  fut gagné  par  elles  et  devint  le  converti  de  l’Apôtre.  Dès  lors  il  se donna  sans  réserve  à  sa  foi  nouvelle,  renonça  aux  espérances comme  aux  joies  du  monde,  et  voulut  se  pénétrer  à  fond  de  la doctrine  chrétienne.  Il s’attacha  donc à Origène, suivit  ses  leçons et  ne  tarda  pas  à  être  compté  parmi  les  meilleurs  élèves  de son  école  de  catéchèses.

Bientôt  la  confiance  de  l’évêque  d’Alexandrie  l’éleva  au sacerdoce,  lui  imposa  la  charge  d’instruire  le  peuple.  Pour mieux  s’acquitter  de  ce  devoir,  Denys  se  livra  à  la  lecture  des livres  des  hérétiques  : il  pensait  pouvoir  ainsi  mieux  les  réfuter. Mais  des  amis  timorés  lui  inspirèrent  des  craintes ;  sa  conscience  s’inquiéta  aussi  :  ne  courait-il  pas  le  danger  de  pervertir  sa  foi,  en  se  mettant  en  contact  si  fréquent  avec  l’erreur? Certes  il  n’avait  pas  tort  de  se  le  demander.  La  conduite  qu’il tenait  ne  saurait  se  conseiller  à  tous  ;  on  ne  côtoie  pas  le  précipice  sans  s’exposer  au  vertige.  Dieu  cependant  le  rassura dans  une  vision  : sa  science,  lui  fut-il  dit,  et  son  devoir  d’enseigner  ses  frères  l’autorisaient  à  prendre  connaissance  des  doctrines  erronées ;  et  la  grâce  divine,  qu’il  sollicitait,  le  ferait échapper  à  la  contagion.

Au  bout  de  seize  ou  dix-sept  ans  de  cet  enseignement,  qui lui  attirèrent  une  réputation  bien  méritée,  Héraclas,  son  évêque, étant  venu  à  mourir,  Denys  fut  élu  à  sa  place ;  c’était  en l’année  248.  En  même  temps  que  lui,  saint  Cyprien  montait
sur  le  trône  épiscopal  de  Carthage.  L’un  et  l’autre  seraient  la gloire  de  l’Église  d’Afrique.  Mais la vie  aussi  de l’un et de  l’autre s’écoulerait  au  milieu  de  terribles  épreuves  ;  si  le  martyre  ne devait  pas  couronner  Denys,  comme  Cyprien,  rien,  sauf  la mort,  ne  serait  épargné  à  l’évêque  d’Alexandrie.  Un  an  s’était à  peine  écoulé  ; tandis  que  dans  le  reste  du  monde  les  chrétiens jouissaient  de  la  paix  trop  courte  que  leur  assurait  la  modération  de  l’empereur  Philippe,  une  émeute  populaire  saccageait la  ville  de  Denys  et  déjà  multipliait  les  martyrs.  Puis  Dèce fut  porté  au  pouvoir  par  l’armée  ;  et  ce  fanatique  partisan  du paganisme  étendit  la  persécution  en  la  rendant  plus  sauvage.

Dès  le  commencement  de  250,  l’arrêt  en  fut  affiché  ;  tout  de suite  le  préfet  de  Libye,  Sabinus,  fit  rechercher  Denys.  Le policier  chargé  de  ce  soin  battit  le  pays  en  tout  sens  pendant quatre  jours,  persuadé  que  l’évêque  se  cachait,  tandis  que  lui, paisiblement,  l’attendait  dans  sa  maison.  Dieu  cependant  lui dit  d’en  sortir,  raconta-t-il  plus  tard,  et  lui  donna  le  moyen de  rendre  un  grand  service,  —  dont  il  ne  s’explique  pas  davantage,  —  à  quelques-uns  de  ses  fils.  Mais  ce  bien  accompli,  il tomba  aux  mains  des  émissaires  du  préfet  ;  ceux-ci  l’arrêtèrent avec  ses  compagnons  et  l’emmenèrent  à  Taposiris,  dans  le Maréotide,  pour  le  conduire  plus  loin  encore.  La  nuit  venue, des  paysans  chrétiens,  avertis,  fondent  sur  la  maison,  chassent les  gardes,  font  lever  malgré  lui l’évêque,  qui  refusait  ce  secours et  réclamait  le  martyre,  et  de force  le  cachent dans un lieu  secret du  désert  de  Libye.  De  cette  retraite,  Denys,  au  mieux  qu’il pût,  pourvoyait  au  salut  de  son  église  désolée.  La  persécution faisait  des  saints ;  elle  avait  fait  plus  encore  d’apostats,  car  les cœurs  s’étaient  amollis  dans  une  longue  prospérité,  et  la  fureur de  Dèce  et  de  ses  agents  avait  tout  épouvanté.  Par  ses  diacres, qui  se glissaient  dans  la  ville  au  péril  de  leur  vie,  Denys  réveilla les consciences,  ranima  les  courages,  bénit  les  confesseurs,  releva les  tombés.  La  tempête  fut  courte  heureusement.  Mais  quand, Dèce  et  Gallus  étant  morts,  la  paix  revint  à  l’Église,  ce  fut pour qu’elle vît  de nouveaux malheurs et subît d’autres  épreuves.

Lorsque  le  pape  saint  Corneille  avait  été  élu  pour prendre  la place  de  saint  Fabien  martyrisé  en  250,  un  prêtre  de  Rome, Novatien,  avait  en  face  de  lui  suscité  un  schisme  qui  avait fait,  soit  en  Italie,  soit  en  Afrique,  de  nombreux  adeptes.  Saint Denys  s’éleva  contre  lui,  dans  une  lettre  où  il  le  blâmait  énergiquement  de  son  ambition  et  l’exhortait  au  repentir.  Il  se prononça  nettement  en  faveur  de  saint  Corneille  et  lui  apporta toujours  l’aide  de  sa  loyale  et  ferme  parole.  Puis,  dès  252,  la peste  se  déclara  violente  dans  la  ville  d’Alexandrie  et  même dans  toute  l’Afrique  ;  elle  dura,  avec  des  intermittences, jusqu’en  263,  donnant  aux  fidèles  et  à  leur  évêque  de  trop nombreuses  occasions  d’exercer  une  charité  vraiment  chrétienne.  Denys  lui-même  en  a  raconté  les  merveilles;  il  a  dit comment  plusieurs,  «  après  avoir  rétabli  les  autres  en  santé par  les  soins  qu’ils  en  avaient  pris,  gagnaient  leur  mal  et  en mouraient,  faisant  passer  à  eux-mêmes  la  mort  dont  ils  les avaient  délivrés.  Après  qu’ils  avaient  soutenu  entre  leurs  bras les  corps  de  leurs  saints  frères  expirants,  après  leur  avoir  fermé la  bouche,  nettoyé  les  yeux,  les  avoir  portés  hors  de  leur  lit sur leurs  épaules,  les  avoir  mis  en  état  d’être  ensevelis,  les  avoir embrassés,  baisés,  lavés,  parés  de  leurs  habits,  ils  recevaient peu  de temps  après les mêmes  devoirs  par  d’autres  qui  imitaient leur  zèle  et  leur  charité.  »  L’évêque  était  l’âme  de  ces  admirables  dévouements  ; avant  d’en  raconter  les  pieux  excès,  il  les avait  lui-même  encouragés  et  partagés.

En  même  temps  il  défendait  la  vérité  et  l’unité  chrétienne contre  Népos,  qui  avait  inventé  et  propagé  l’erreur  des  millénaristes  :  cette  secte  prétendait  trouver  dans  l’Apocalypse l’annonce  d’un  règne  temporel  du  Christ revenu sur terre  pour y  apporter  une  prospérité  matérielle  de  mille  ans. Denys combattit cette étrange  hérésie ; il  porta  lui-même  la doctrine chrétienne  en  différents  lieux  de  son  diocèse,  et  il  eut,  comme  il le  raconte,  la  consolation  de  trouver,  parmi les adeptes de Népos, des âmes  droites  et  sincères,  en  grand  nombre,  qui disputaient avec calme,  écoutaient  avec  attention,  se  rendaient avec  loyauté.

Dans  la  dissension  qui s’émut, si vive à certains moments, entre l’Église romaine et celle  d’Afrique, entre Etienne et Cyprien, au sujet de la rebaptisation des hérétiques  et de l’invalidité du baptême qu’ils conféraient, Denys travailla de toutes ses  forces à apaiser  les esprits,  à concilier les partis, à trouver des mesures qui  rapprocheraient  les âmes irritées. Sans doute son avis n’a pas prévalu : il  aurait voulu, tout en reconnaissant que  le  baptême  donné  par  les  hérétiques  selon  une  formule orthodoxe  était  valide,  qu’il  fût  permis  aux  églises,  qui  en avaient  l’habitude,  de  le  réitérer  ;  cette  faculté  n’était  point conforme  au  respect  dû  au  sacrement.  Mais  il  faut  du  moins louer  Denys  de  son  désir  d’accorder  le  dogme  avec  la  liberté et  surtout  de  réunir  tous  les  cœurs  dans  la  même  charité.

Son  erreur  n’était  pas  due  à  une  défaillance  de  sa  foi  ; il  en fut  de  même  lorsque,  avec  un  grand  zèle,  il  s’opposa  à  l’hérésie de  Sabellius,  née  en  257.  Elle  niait  la  distinction  des  trois  personnes  de  la  sainte  Trinité,  qu’elle  prétendait  réduire  à  n’être que  de  simples  dénominations.  Denys,  invoqué  par  les  orthodoxes  aussi  bien  que  par  les  novateurs,  écrivit  contre  ceux-ci une  réfutation  pleine  de  force.  Mais  sa  foi  demeurant  très  sûre, il  employa  des  expressions  qui  prêtaient  le  flanc  à  une  interprétation  erronée.  Dans  son  application  à  distinguer  nettement le  Père  du  Fils,  il  semblait  mettre  celui-ci  dans  une  dépendance, dans  une  infériorité  telles,  qu’Arius  bientôt  ne  dirait  guère  autre chose.  Il  fut  dénoncé  au  pape  Denys,  en  260,  par  des  adversaires  qui  peut-être  attaquaient  l’homme  plus  que  la  doctrine et  sûrement  faisait  preuve  de  peu  d’indulgence.  Denys  se  justifia  en  quatre  livres  d’Apologie,  où  il  montra  l’intégrité  de  sa foi,  expliqua  ses  formules,  mais  ne  rétracta  rien.  Et  le  pape ne  crut  pas  devoir  insister,  sinon  en  exposant  d’une  manière objective  et  très  nette  l’enseignement  catholique.

La  paix  dont  Valérien  assurait  alors  le  bienfait  à  l’Église  ne dura  pas  longtemps.  Il  était  empereur  depuis  cinq  années  seulement  lorsque,  en  257,  dans  le  désir  de  s’approprier  ce  qu’il croyait  être  les  grandes  richesses  de  l’Église,  il  déchaîna  une des  plus  violentes  persécutions.  Denys  en  fut  une  des  premières victimes.  Mandé  devant  son  tribunal  par  le  préfet Æmilien, il  fut,  après  une  calme,  mais  très  ferme  profession  de  foi,  exilé à  Kephro,  dans  la  Libye  :  « il  ne  devait  pas  s’en  éloigner,  sous peine  de  vie.  » Mais  avant  de  partir  il  eut  soin  de  mettre  en mains  sûres  l’administration  de  son  peuple  et  d’organiser  les rapports  qu’il  conserverait  avec  lui.

De  fait,  non  seulement  il continua  de  le  « présider,  absent  de  corps,  mais  présent  d’esprit  »,  selon  son  expression,  mais  encore  il  fit  servir  son  exil, —  à  Kephro  d’abord,  puis  à  Colluthion,  sur  la  grande  voie  qui menait  d’Alexandrie  à Carthage, —  à semer,  parmi  les  peuplades ignorantes  de  ces  régions,  la  parole  évangélique.  On  n’eut pas le temps d’exercer contre lui des violences qu’il appelait de ses vœux.  Valérien  mourut  ;  Gallien,  son  successeur,  fit  cesser  la persécution.  Denys  revint  dans  sa  ville,  non  pas  pour  y  trouver la tranquillité  cependant;  l’empire  était  en  convulsions;  les  différentes  provinces  s’insurgeaient  tour  à  tour.  Æmilien,  proclamé empereur  en  Egypte,  menaçait  les  chrétiens.  Mais  son  pouvoir fut  de courte  durée, et les dernières années du vieil  évêque  s’écoulèrent  dans  la  paix  : paix  relative,  car  en  263  la  peste  renouvela  ses  ravages, désolant le cœur, exerçant le  zèle  du  Saint; et  en  264,  contre  Paul  de  Samosate,  qui  ne  reconnaissait  en Jésus-Christ  qu’une  personne  humaine,  en  qui  aurait  habité le  Verbe,  il  dut  encore  élever  la  voix.  Un  concile  fut  réuni  à Antioche  pour  condamner  cette  hérésie ; Denys  y  fut  convoqué ; sa  réputation  de  science  et de sainteté le faisait  considérer comme  un  des  arbitres  les  plus  autorisés  de  la  doctrine  chrétienne.  Mais  la  vieillesse  et  l’infirmité  l’obligèrent  à  s’excuser; il  dut  se  contenter  d’écrire  aux  Pères  du  concile  une  lettre  dont l’importance  fut  reconnue  si  grande  par  eux,  qu’ils  la  rendirent publique  en  l’envoyant  à toute  l’Église.

Ce  fut  pour  Denys  le  chant  du  cygne. Il  était  bien  dans l’impossibilité  de  se  rendre  à  Antioche,  car  il  mourut  pendant  la tenue  même  du  concile,  en  un  âge très  avancé,  après  dix-sept ans  d’épiscopat.  L’influence  qu’il  exerçait  par  sa  science  était fort  augmentée  par  sa  vertu.  Saint  Jérôme  dit  de  ses  ouvrages qu’on  y  admire  également  « l’érudition  du  siècle  et  la  connaissance  des  Écritures  ».  Son  éloquence  est  à  la  hauteur  de  sa théologie  ;  sa  logique  puissante  ne  nuit  pas  à  la  beauté  de sa  langue.  Mais  il  faut  surtout  rendre  hommage  à  sa  modération,  à  sa  sagesse  et  à  sa  charité.  Ainsi  a-t-il  bien  mérité  le nom  de  Grand,  qu’après  saint  Basile  nombre  de  Pères  lui  ont décerné.

Il semble  qu’il mourut  le 31  août  ou le 10 septembre ; l’Église latine  l’a  fêté  longtemps  le  17  novembre.  Néanmoins  les  Grecs ont  toujours  placé  sa  fête  au  3  octobre  ;  et  c’est  la  date  qui définitivement  a  été  adoptée  par le  Martyrologe  romain.

Père Moreau, S.J, Saints et saintes de Dieu, Tom. II

Publicités