Saint Rémi, fêté le 1er Octobre

1er  OCTOBRE SAINT REMI ÉVÊQUE (436-532)


La  France  doit  un  culte  très  particulier  au  saint  évêque  de Reims  : il  l’a  donnée  au  Christ,  il  l’a  baptisée,  en  inclinant  sous l’eau  sainte  son  premier  roi  chrétien.  Il  fut  son  parrain  aussi, comme  il  le  fut  de  Clovis ; c’est  lui  qui,  devant  ses  pas,  a  ouvert la  voie  où  elle  devait  marcher,  en  tête de tous les peuples, portant  le  drapeau  de  la  croix  à  tous  les  horizons  lumineux ; c’est lui  qui,  orientant  vers  les  conquêtes  du  prosélytisme  son  âme vaillante  et  généreuse,  a  fait  d’elle  la  Fille  aînée  de  l’Église.

Elle lui  est  redevable  de sa vie  et  de  sa  gloire. Remi  était  le  dernier  fils  du  noble  Æmilius  et  de  Cilinia la sainte.  Ces  deux  époux,  qui  habitaient  un lieu voisin  de  Laon, avaient eu déjà, — bénédiction  de leur mariage chrétien, — Principius,  qui  fut  évêque  de  Soissons  et  mérita  les  honneurs  des autels ;  un  autre  fils,  dont  naquit  saint  Loup,  successeur  de Principius  ;  une  fille  mariée  à  saint  Genebaud,  qui  fut  père de  saint  Latro  et,  entré  dans  les  ordres,  gouverna  l’église  de Laon.  Donc  Æmilius  et  Cilinia  étaient  avancés en âge et n’avaient plus d’espoir de voir  augmenter  leur  famille,  lorsqu’un  saint  reclus  aveugle,  nommé  Montanus,  leur  annonça que  Dieu  leur  donnerait  un  fils  encore  et  que  la  naissance  de cet  enfant  béni  lui  apporterait  à  lui-même  la  guérison  de  sa cécité.  La  double  prophétie  s’accomplit.

Le  jeune  Remi,  appliqué  aux  études,  y  révéla  des  talents extraordinaires  : plus  tard  Sidoine  Apollinaire,  le  célèbre poète, louerait magnifiquement son éloquence  puissante,  son  style élégant,  la force  de  sa  pensée. Mais il était plus vertueux encore qu’intelligent  ;  et  sa  piété,  qui  se  développait  sans  cesse,  le poussa,  presque  adolescent,  à  s’enfermer dans une étroite et sévère réclusion. Pourtant il n’échappa pas à  l’attention  de ses concitoyens. Ceux-ci l’estimèrent si fort, que lorsque l’évêque de Reims,  Bennagius,  vint  à  mourir  en  458,  ils  appelèrent Remi  à  lui  succéder. En  vain  l’élu  protesta  que  son âge,  —  il avait vingt-deux ans,  —  lui interdisait, de par les canons, de recevoir  une  pareille  charge ; plus  par  force  que  par  persuasion, on  lui  imposa  la  consécration  épiscopale  ;  et  la  légende  veut qu’un  double  miracle,  —  un  rayon  de  lumière  nimbant  sa  tête, une  liqueur  céleste  oignant  son  front,  —  soit  venu  apporter à  cette  élection  la  confirmation  du  ciel.  Tout  de  suite  au  reste, le  jeune  évêque  montra  dans  ses  nouvelles  fonctions  une  aptitude  et  un  dévouement  tels,  qu’on  aurait  cru  qu’il  les  exerçait depuis  longtemps. Ferme et bon, il ravissait ses  diocésains  ;  sa douceur attirait à lui les petits oiseaux, qui familièrement  descendaient  sur  sa  table  et  prenaient  dans  sa  main  les  miettes  de son  repas.  Dès  ces  premières  années  de  son  épiscopat,  Dieu  lui confiait  sa  puissance  :  le  Saint  guérissait  un  aveugle  possédé du  démon,  lui  rendait  la  vue  et  le  délivrait  de  son  bourreau ; un  incendie  ravageant  sa  ville,  il  marchait  vers  le  fléau,  le  faisait  reculer devant lui  et le poussait  ainsi  jusqu’aux  portes,  par où  il  le  chassait  enfin.  On  lui  amenait  de  Toulouse  une  jeune fille  tourmentée  par une grave maladie et par un esprit mauvais qui  avait  prétendu  ne  céder  que  devant  Rémi.  Il  céda  en effet  aux exorcismes de l’évêque ; mais  après  avoir fait subir à  la pauvre enfant de telles  tortures, qu’elle  en  mourut  une heure  après.  On  porta  le  corps  à  la  basilique  de  Saint-Jean,  on rappela  Rémi  ;  il  pria prosterné,  puis  prenant  la  main  de  la morte  :  «  Jeune  fille,  dit-il,  au  nom  de  Notre-Seigneur  Jésus-Christ,  lève-toi  !  » L’enfant  se  leva,  pleine  de  vie  et  de  force. Bientôt  c’est  à  la  France  qu’il  allait  rendre  la  vie.  Lorsque, en  486, le  jeune  roi  des  Francs-Saliens,  Clovis,  attaqua  Syagrius et  le  vainquit  à  Soissons,  Rémi,  dont  l’action  politique  était influente  déjà,  devina  ce  qu’on  pouvait  attendre  de  ce  prince de  vingt  ans  et  sut  à  quoi  Dieu  le  réservait.  Il va  le  trouver ; c’est  lui,  —  on  l’a  conjecturé  du  moins,  —  qui  réclame  à  Clovis le  « vase  de  Soissons  ».  Ayant  vu  le  conquérant  de  près,  il  le juge  ;  il  reconnaît  son  pouvoir  ;  il  commence  à  dresser  le  siège de  ce  jeune  cœur.  Quand  Clotilde  est  devenue  reine,  il  conseille  et  dirige  son  ascendant  sur  l’époux  amoureux ;  il la  soutient  dans  l’épreuve  de  la  mort  d’Ingomer,  de  la  maladie  de Clodomir ;  il  lui  apprend, non  pas  à  raisonner  avec  le  grand enfant  qu’est  encore  le  Barbare,  mais  à  faire  agir doucement les attraits de Jésus-Christ et de  sa  doctrine,  à  toucher,  à  pénétrer le  cœur,  plus  qu’à  convaincre  l’intelligence.  Lui-même  peu  à
peu  se  rendait  nécessaire par sa connaissance du pays  et  des âmes,  par  le  prestige  dont  il  jouissait  parmi  les  populations ; il  faisait  admirer  et  aimer  sa  vertu.

Lentement  l’âme du roi se laissait capter. Et au soir de la bataille où les Alamans  commençaient à  rompre  les  lignes  des  Francs,  le  cri  d’appel  vers le Christ  : « Dieu  de  Clotilde,  sauve-nous,  et  je  croirai  en  toi  !  » jaillit  spontanément  du  cœur  plus  encore  que  des  lèvres  de Clovis.

Il  avait  donné  sa  parole ;  il  la  tint  royalement.  Avec  trois mille  de ses  antrustions,  —  ses  fidèles,  qui liaient leur sort au sien pour  le  temps  et  l’éternité,  —  il  demanda  le  baptême à  Rémi.

Celui-ci  se  fit,  avec  saint  Vaast,  peut-être  avec  saint  Solennis de  Chartres,  avec  Héraclius de  Soissons, le catéchiste de l’armée. Ce  que  furent  ces  instructions,  on  le  devine à  l’ardente  exclamation  de  Clovis,  tandis  que  l’évêque  lui  racontait  la  passion de  Notre-Seigneur .  «  Que  n’étais-je  là  avec  mes  Francs ! »

A  la  Noël  de  496,  au  milieu  d’une  pompe  magnifique,  les rues  ornées  de  draperies  et  de  voiles  brodés,  l’église  ardente de  milliers  de  cierges,  le  baptistère  embaumé  d’encens,  le  cortège  s’avança  triomphal  jusqu’à  la  cathédrale  de  Notre-Dame.          « Père,  disait  Clovis,  est-ce  là  le  paradis  que  tu  m’as  promis?  —  Ce  n’en  est  que  le  vestibule,  »  répondit  l’évêque, la  gorge  serrée  par  l’émotion.  Et  quand  le  roi,  au  bord  de  la piscine  sacrée,  demanda  humblement  le  baptême  :  « Fais-toi doux,  Sicambre,  dit  le  pontife  ; baisse  la  tête,  adore  ce  que  tu as  brûlé,  brûle  ce  que  tu  as  adoré  !  »  Clovis  descendit  dans l’eau  sainte  ;  il  en  remonta  vraiment  régénéré  :  grâce  à  Rémi, le  premier  roi  catholique  qui  sortit  de  la Barbarie,  malgré  peut-être  quelques  sursauts  de  sa  vieille  nature,  fut  en  toute  vérité le  fils  sincère  et  dévoué  de  l’Église.

L’évêque  de  Reims,  au  reste,  continua  près  de  lui  son  action. Attigny,  le  séjour  préféré  des  souverains,  était  proche  de la ville pontificale  ;  les  relations  étaient  fréquentes.  Reconnaissant, Clovis  combla  de  biens  son  parrain  :  Rémi  l’avait  levé  des fonts  après  l’avoir  baptisé.  L’évêque  eut  la  générosité  de  ne pas  garder  pour  lui  seul  les  présents  royaux  :  il  en  enrichit d’autres  églises  ; il  en  fonda  même  de  nouvelles  :  ainsi  celle  de Laon,  où  il  consacra  son  beau-frère  Genebaud.  A  beaucoup encore  il  donna  des  chefs  : à Arras, saint  Vaast;  à Tournai,  saint Eleuthère;  à  Vermand,  saint  Médard; à  Châlons,  saint Alpin.  On voit  que  dans  ses  choix  Rémi  eut,  peut-on  dire,  la  main  heureuse ;  son  exemple,  du  reste,  et  ses  exhortations  formaient autour  de  lui  toute  une  école  de  saints  et  de  saintes.  Outre  les évêques  cités,  voici  saint  Thierry,  abbé  ;  saint  Arnulphe,  qu’il encouragea  à  garder  la  continence  avec  son  épouse  sainte  Scariberge ;  saint  Attale,  qu’il  dirigea  dans  la  fondation  de  douze hospices  ; sainte  Susanne  et  sainte  Techilde,  vierges  et  moniales, cette dernière fille de Clovis ; et encore de généreux  émigrés d’Ecosse  ou  d’Irlande,  venus  chercher  en  Gaule  un  asile  pour leur  vie  pénitente,  saint  Berthold,  saint  Amand,  saint  Gibrian, qui  conduisit  à  Rémi  ses  six  frères  et  ses  trois  sœurs.
La  réputation  de  l’évêque  de  Reims  franchissait  la  mer ; elle  avait  passé  les  Alpes  aussi.  Rome  avait  appris  à  connaître tant  de  vertus  et  s’était  réjouie  des  preuves  d’attachement  que Rémi  donnait  à  la  chaire  de  Pierre,  autant  que  des  conversions
opérées  parmi  les  Francs.  Il  avait  conseillé  à  Clovis  d’envoyer au pape, en signe de  filiale soumission, une couronne d’or  enrichie de pierres précieuses. En retour,  Anastase  II  probablement, —  ou  peut-être  Symmaque,  —  l’avait  fait  son  légat  en  Gaule et  nommé  primat  de la Belgique,  de  la  Germanie  et  de  la  Lyonnaise.  En  cette  double  qualité,  Rémi  travailla  de  toutes  ses forces  à  semer  l’Évangile  dans  les  populations  encore  païennes du  Nord,  —  les  Cambrésiens,  les  Morins,  —  et  à  ramener  vers l’unité  de  la  foi  les  ariens  de  l’Est  et du Midi : Burgondes  et Wisigoths.  Vers  496,  il  prenait  une  part  importante à un concile réuni contre les erreurs  ariennes,  et  par  sa  présence seule  rendait  muet  un  évêque  qui  les  défendait;  il  semble  avoir de  ses  conseils déterminé saint Avit de Vienne  à  convoquer  le synode de Lyon  en  499 ;  c’est encore  sur  ses  pressantes  exhortations que se tint en 511 le concile  d’Orléans.  Mais  comme  il n’avait  pu  se  rendre  à  Lyon,  qui  dépendait  du  roi  des  Burgondes,  alors  en  mauvaise  intelligence  avec  Clovis,  de  même sa  santé  l’empêcha  de  faire  le  voyage  d’Orléans  : du  moins  ne trouve-t-on  pas  sa signature  parmi  celles  des évêques  qui  prirent part  à  cette  assemblée.

Il  devait  cependant  vivre  de  longues  années  encore,  toujours ferme  à  défendre  les  droits  de  son  église  et  l’orthodoxie,  mais compatissant  à la  faiblesse,  incliné  au  pardon,  rempli  de  l’indulgence  divine  de Jésus pour les pécheurs, jusqu’à  étonner,  presque à  scandaliser  certains  de  ses  collègues,  contre  lesquels  il  eut  à défendre  la  cause  de  la  bonté.  «  Ce  n’est  pas  pour  la  colère, disait-il,  que  Dieu  nous  a  établis,  mais  pour  la  guérison  des âmes.  »

Dieu  lui  fit  connaître  à  l’avance  l’heure  de  sa  mort  ;  pour purifier  encore  son  âme,  il  lui  infligea  même  l’épreuve  de  la cécité,  et  le  Saint  la  supporta  comme  un  présent  de la  miséricorde.  « Ainsi,  dit  son  biographe,  pouvait-il, des  yeux  de  l’esprit,  contempler  plus  assidûment  ces  biens  célestes  vers  lesquels  il  soupirait  de  tout  son  désir.  » Quelque  temps  avant  de mourir cependant, il recouvra la vue  ; Dieu la lui rendait « comme un  gage  de  l’éternelle  lumière  ».  Rémi  comprit  l’avertissement; il  dicta  son  testament,  qui  nous  est  parvenu,  digne  témoignage  de  son  amour  pour  sa  chère  église  de  Reims.  Puis  il  célébra  une  fois  encore  le  saint  sacrifice  et  distribua  aux  siens  la communion  ;  il  dit  adieu  et  donna  la  paix  à  ses  fils ;  et  enfin, dans  la  quatre-vingt-seizième  année  de  son  âge,  après  soixante-quatorze  ans  d’épiscopat,  « son  âme  rendit  à  la  terre  son  corps sacré,  pour  entrer  elle-même  aux  cieux.  »

Il mourut  le  13 janvier  532 ; mais  on  fait  sa fête le  1er  octobre, jour  de  la  première  translation  de  ses  reliques  en  un  lieu  digne d’elles.

Père Moreau, S.J, Saints et saintes de Dieu, Tom. II

Publicités