Mgr de Ségur – L’enfer – L’ami du comte Orloff

L’ami du comte Orloff

Dans notre siècle, trois faits du même genre, plus authentiques les uns que les autres, sont parvenus à ma connaissance.

Le premier s’est passé presque dans ma famille.

C’était en Russie, à Moscou, peu de temps avant l’horrible campagne de 1812. Mon grand-père maternel, le comte Rostopchine, gouverneur militaire de Moscou, était fort lié avec le général comte Orloff, célèbre par sa bravoure, mais aussi impie qu’il était brave.

Un jour, à la suite d’un souper fin, arrosé de copieuses libations, le comte Orloff et un de ses amis, le général V., voltairien comme lui, s’étaient mis à se moquer affreusement de la Religion et surtout de l’enfer. « Et si, par hasard, dit Orloff, si par hasard il y avait quelque chose de l’autre côté du rideau ?… – Eh bien ! répartit le général V., celui de nous deux qui s’en ira le premier reviendra en avertir l’autre. Est-ce convenu ? -Excellente idée ! » répondit le comte Orloff, et tous deux, bien qu’à moitié gris, ils se donnèrent très sérieusement leur parole d’honneur de ne pas manquer à leur engagement.

Quelques semaines plus tard, éclata une de ces grandes guerres comme Napoléon avait le don d’en susciter alors ; l’armée russe entra en campagne, et le général V., reçut, l’ordre de partir immédiatement pour prendre un commandement important.

Il avait quitté Moscou depuis deux ou trois semaines, lorsqu’un matin, de très-bonne heure, pendant que mon grand-père faisait sa toilette, la porte de sa chambre s’ouvre brusquement. C’était le comte Orloff, en robe de chambre, en pantoufles, les cheveux hérissés, l’oeil hagard, pâle comme un mort. « Quoi ! Orloff, c’est vous à cette heure ? et dans un costume pareil ? Qu’avez-vous donc ? Qu’est-il arrivé ? – Mon cher, répond le comte Orloff, je crois que je deviens fou. Je viens de voir le général V. – Le général V. ? Il est donc revenu? – Eh non ! reprend Orloff, en se jetant sur un canapé et en se prenant la tête à deux mains, non, il n’est pas revenu ! et c’est là ce qui m’épouvante ».

Mon grand-père n’y comprenait rien. Il cherchait à le calmer. « Racontez-moi donc, lui dit-il, ce qui vous est arrivé et ce que tout cela veut dire ». Alors, s’efforçant de dominer son émotion, le comte Orloff raconta ce qui suit :

« Mon cher Rostopchine, il y a quelque temps, V., et moi, nous nous étions juré mutuellement que le premier de nous qui mourrait viendrait dire à l’autre s’il y a quelque chose de l’autre côté du rideau. Or, ce matin, il y a une demi-heure à peine, j’étais tranquillement dans mon lit, éveillé depuis longtemps, ne pensant nullement à mon ami, lorsque tout à coup les deux rideaux de mon lit se sont brusquement ouverts, et je vois, à deux pas de moi, le général V., debout, pâle, la main droite sur sa poitrine, me disant : « Il y a un enfer, et j’y suis ! » et il disparut. Je suis venu vous trouver de suite. Ma tête part ! Quelle chose étrange ! Je ne sais qu’en penser ! »

Mon grand-père le calma comme il put. Ce n’était pas chose facile. Il parla d’hallucinations, de cauchemars ; peut-être dormait-il. Il y a bien des choses extraordinaires, inexplicables ; et autres banalités de ce genre, qui font la consolation des esprits forts. Puis, il fit atteler ses chevaux et reconduire le comte Orloff à son hôtel.

Or, dix ou douze jours après cet étrange incident, un courrier de l’armée apportait à mon grand-père, entre autres nouvelles, celle de la mort du général V. Le matin même du jour où le comte Orloff l’avait vu et entendu, à la même heure où il lui était apparu à Moscou, l’infortuné général, sorti pour reconnaître la position de l’ennemi, avait eu la poitrine traversée par un boulet et était tombé raide mort !…

« Il y a un enfer ; et j’y suis ! » Voilà les paroles de quelqu’un qui « en est revenu ».

Mgr de Ségur, l’Enfer, Editions Saint Rémi

Publicités