Saint Wenceslas, fêté le 28 Septembre

28  SEPTEMBRE SAINT WENCESLAS MARTYR (908-936)

Dès  le  IXè   siècle,  la  foi  chrétienne  avait  été  portée  chez  les peuples  riverains  du  Danube  par  Charlemagne,  puis  par ses  successeurs.  Mais  les  missionnaires  de  ceux-ci  s’étaient  montrés plus  conquérants qu’apôtres ; pour échapper  à  leur  emprise, Rostislav,  duc  des  Moraves,  s’était  tourné  vers  Constantinople et avait  demandé à l’empereur  Michel de lui envoyer des prêtres ; celui-ci  fit  appel  à  saint  Cyrille  et  à  saint  Méthode  pour  cette importante  mission ;  ils  acceptèrent  et  la  remplirent  si  bien, qu’ils  purent  prêcher  l’Évangile  et  le  répandre  dans  toutes les  contrées  qu’occupait  la  race  slave.  Néanmoins  la  victoire  de la  foi  n’était  pas  indiscutée  :  la  haine  de  l’Allemand  éloignait d’une  doctrine. qu’ils  professaient.  Et  c’est  ainsi  que,  malgré la  conversion  du  duc  de  Bohême,  Bovzivoï,  et  de  sa  femme Ludmilla,  le peuple  bohémien  restait en bonne  partie  attaché  aux superstitions  païennes.  Cela  explique  que  leur  fils  Wratislas, chrétien  fidèle  cependant,  ait  épousé  une  princesse  du  pays, Drahomirz,  toute  dévouée  aux  faux  dieux.  Elle  lui  donna trois  enfants :  deux  fils,  Wenceslas  et  Boleslas,  une  fille,  Przybislava.  Le  second  ressemblait  à  sa  mère  :  il  en  eut  la  passion violente  du  pouvoir,  le  fanatisme  farouche,  la haine  de la  vérité. Son  frère  et  sa  sœur,  au  contraire,  héritèrent  de  leur  père  la foi  vive,  l’amour  de  la  religion,  le  goût  de  la  vie  intérieure. Celle-ci  devait  finir  sa  vie  sous  le  voile  monastique ;  et  Wenceslas,  plus  heureux  encore,  donner  son  sang  pour  le  Christ. Wratislas  mourut  jeune,  à  33  ans.  Inquiet  de  l’avenir  religieux  de  son  pays  et  de  ses  enfants,  avant  d’expirer  il  confia l’un  et  les  autres  à  sa  mère  Ludmilla  : depuis  qu’elle  était  veuve, cette  sainte  femme  avait  vécu  de  prière  et  de  bonnes  œuvres, dans  une retraite  profonde.  A  peine  confirmée,  par l’aveu  général de  la  noblesse,  dans  la  double  charge  que  lui  avait  imposée  son fils,  elle  se  vit  attaquée  par  l’ambitieuse  Drahomirz,  qui  n’acceptait  pas  d’être  privée  du  trône  et  de  ses  enfants.  Ludmilla, âgée,  de  nature  douce  et  paisible,  n’essaya  pas  de  résistance. Elle  se  retira  devant  sa  belle-fille  et  rentra  dans  la  ville  de Thetim,  sa  résidence  ordinaire.

La  haine  de  Drahomirz  l’y  poursuivit.  Non  contente  d’avoir  recouvré  tout  ce  qu’elle  considérait comme  ses  droits,  elle  n’eut  de  cesse  qu’elle  ne  se  fût  débarrassée  de  la  sainte  veuve  ;  elle  paya  deux  assassins,  qui  forcèrent  son  appartement  et  l’étranglèrent  avec  le  voile  qui  couvrait  sa  tête.

Aussitôt  qu’elle se fut assurée du pouvoir,  l’impie  duchesse commença  de  persécuter  les  chrétiens.  Elle  ferma  les  églises, défendit  les  cérémonies  du  culte,  interdit  aux  prêtres  d’enseigner  les  fidèles,  supprima  les  écoles.  Les  magistrats  fidèles  à  la religion  furent  remplacés  par  des  sectaires  qui  firent  peser  sur le  peuple  le  joug  le  plus  lourd.  Et  lorsque,  provoqués,  attaqués les  armes  à  la  main,  les  chrétiens  se  défendirent,  elle  n’hésita pas  à  les  traiter  en  rebelles  et  à  les  faire  massacrer.

Cependant  Wenceslas,  qui  n’avait  pourtant  qu’une  dizaine d’années  à  la  mort  de  son  père,  ne  se  laissa  ni  corrompre  ni même  effrayer  par  les  traitements  de  sa  mère ;  celle-ci  lui  préférait  hautement  son  fils  cadet,  qu’elle  voyait  plus  souple,  en
qui  elle  reconnaissait  ses  vices.  Mais  le  jeune  duc  héritier,  qui avait  été  confié  dès  son  enfance,  à  un  bon  prêtre  de  Neisse,  en Silésie,  puis  avait  suivi  les  cours  des  célèbres  écoles  de  Budrez, avait  déjà  puisé  en  ces  leçons  des  principes  que  rendait  en  lui féconds  la  piété  la  plus  sincère  et  la  plus  tendre.  Il  était  animé surtout  d’une  ardente  dévotion  pour  la  sainte  Eucharistie.  Il n’avait  pas  de  plus  grande  joie  que  d’assister  au  saint  sacrifice, sinon  d’y  servir  le  prêtre.  On dit  que,  tout  enfant,  il voulait  se réserver  le  soin  de  fournir  sur  sa  petite  bourse  le  pain,  le  vin, la  lumière  nécessaires  à  la  sainte  messe.  Plus  tard  il  allait  en cachette  la  nuit  cueillir  les  épis,  les  grappes  dans  ses  champs  et ses  vignes  ;  de  ses  mains  il  broyait  le  grain,  faisait  la  farine, pétrissait  la  pâte  des  hosties ; il  pressait  le  raisin  et  préparait ainsi  le  vin  qui  serait  changé  au  sang  du  Christ.

Tant  de  piété  n’amollissait  pas  son  caractère,  comme  on  feint qu’il  arrive  parfois.  Il  y  puisait  au  contraire  une  force,  une  résolution  qu’il  allait  avoir  à  montrer.  La  tyrannie  de  Drahomirz avait  lassé  la  patience  des  chrétiens  ;  à  la  cour,  ceux  qui espéraient  en  Wenceslas,  le  voyant  grandi,  se  serrèrent  autour  de lui ;  le  jeune  homme,  —  à  peine  l’était-il  en  924,  —  sentit  leur appui,  entendit  leur  impatience  ;  il  se  déclara.  Vainement  sa mère  et  son  frère  essayèrent-ils  de  recourir  à  la  guerre  civile ; les soldats  de  la  foi,  quoique  moins  nombreux,  demeurèrent  les maîtres.  Et  le  jeune  duc,  vainqueur,  prit  la  douloureuse  décision  de  faire  sortir  de  ses  États  ceux  qui  par  leur  cruel  fanatisme  avaient  été  cause  de  tant  de  maux.  Drahomirz  et  Boleslas furent  relégués  à  Buntzel,  capitale  d’un  vaste  territoire  érigé
en  principauté  par  le  feu  duc  en  l’honneur  de  son  fils  cadet  et,  pour  cela,  nommé  Boleslavie.  Wenceslas  les  rappellerait lorsqu’il  aurait  guéri  les  blessures  faites  à  la  religion  et  à  la patrie.

Il  s’y  efforça  immédiatement,  et  d’abord  fit  rendre  à  son aïeule  Ludmilla  les  honneurs  funèbres  qu’elle  attendait  encore. Puis,  avec  une  habileté  merveilleuse  en  un  si  jeune  souverain, il  apaisa  les  rancunes,  calma  les  haines  réciproques,  rendit
aux  chrétiens  les  charges  dont  on  les  avait  privés,  veilla  à  ce que  la  justice  fût  rendue  exactement,  mais  avec  clémence.  Il aimait  mieux  pardonner  que  punir,  n’usait  qu’à  grand’peine de  gibets  ou  de  prisons.  Doux  envers  les  malheureux,  charitable  pour  tous  les  souffrants,  il  était  plein  d’égards  pour  les ministres  de  Dieu  et  se  plaisait  à  construire  des  églises  et  des monastères.  Ainsi  éleva-t-il  en  l’honneur  de  saint  Vitus  une basilique  qu’il  enrichit  d’une  magnifique  relique  de  ce  martyr. A  la  mansuétude  il  joignait la pénitence. Souvent il visitait la nuit les  sanctuaires  de  sa  capitale,  pieds  nus,  même  par  les froids  rigoureux  de  l’hiver,  marquant  de  son  sang  la  neige  des chemins.

En  même  temps  il  faisait  preuve  de  courage  militaire.  Attaqué  par  son  vassal  Radislas,  duc  de  Kurzim,  il lui proposa,  pour épargner  le  sang  de  ses  soldats,  de  vider  la  querelle  par  un  combat  singulier.  Radislas  accepta  avec  empressement  la  proposition  :  il  méprisait  la  jeunesse  et  l’inexpérience  de  son  adversaire.  Mais  lorsque  tous  deux  furent  venus  en  champ  clos,  tout à  coup  il  vit  une  croix  resplendir  sur  le  front  de  Wenceslas  et des  anges voler  autour  de lui  ; il entendit  une  voix  qui lui  criait : « Ne  frappe  pas  ! » Terrifié,  il  laissa  tomber  ses  armes  et  se  jeta aux  pieds  de  son  souverain  :  celui-ci  le  releva  avec  bonté,  lui pardonna  et  lui  permit  de  conserver  son  domaine.

Une  autre  fois,  dit-on,  à  la  cour  de  l’empereur  Henri  l’Oiseleur,  des  anges  apparurent  encore  autour  de  lui,  comme  une escorte  d’honneur.  Le  prince  estimait  grandement  la  vertu  de Wenceslas  ;  mais  cet  hommage  céleste  le  remplit  d’admiration pour  le  jeune  duc  ; il  lui  remit  le  tribut  auquel  la  Bohême  était tenue  vis-à-vis  de  l’empire  ;  il  voulait  même  à  cette  occasion lui  conférer  le  titre  de  roi  et  lui  donner  comme  armes  un  aigle sur  un  écu  d’argent.  Mais  Wenceslas,  avec  une  rare  modestie, refusa  de  se  laisser  appeler  roi  de  Bohême.

Toutes  ces  vertus  ne  charmaient  pas  la  haine  qu’avait  conçue envers  son  frère  l’ambitieux  Boleslas.  Sa  mère  semble  bien  avoir attisé  ce  sentiment  et  même  poussé  au  crime  le  fils  sur  qui s’exerçait  son  ascendant.  Celui-ci  résolut  de  conquérir  le  trône par  l’assassinat.  Cependant  Wenceslas,  de  plus  en  plus  attiré vers  la  vie  parfaite,  méditait  d’abdiquer  en  faveur  de  ce  frère ingrat  ;  il  avait  fait  cesser  la  relégation  de  Drahomirz  et  de Boleslas  et  s’efforçait  par  ses  affectueux  procédés  de  leur  faire oublier la  mesure  qu’il  avait  dû  prendre  à leur  égard.  Il  n’attendait  que  d’avoir  achevé  la  basilique  de  Saint-Vitus  pour  se dépouiller  de  sa  puissance.  Boleslas  le  prévint.  Il  invita  son frère  à  venir  à  Buntzel  célébrer  avec  lui  la fête du baptême d’un fils qui venait de lui naître. Wenceslas, sans aucune défiance,  s’y  rendit.  Volontiers  il  s’assit  au  banquet  magnifique qu’avait  préparé  le  fratricide.  Les  convives,  complices  de  celui-ci,  étaient  secrètement  armés ;  trois  fois  ils  se  levèrent  pour assaillir  leur  victime,  trois  fois,  saisis  d’un  respect  involontaire, ils  se  rassirent  en  frémissant.  Wenceslas  avait  percé leur intention  criminelle  ;  il  n’en  montra  rien.  Le  repas  fini,  ses  amis s’approchèrent  et,  dévoilant  leurs  inquiétudes,  l’un  d’eux l’avertit  :  «  J’ai  fait  préparer  un  cheval  ;  montez-le  en  hâte, seigneur  duc.  et  fuyez  :  la  mort  vous  menace  ici.  »  Mais  il refusa ; il  rentra  dans  la  salle,  prit  une  coupe  et,  invitant  tous les  assistants  à  l’imiter  :  « Au  nom  du  bienheureux  archange Michel,  dit-il,  buvons  cette  coupe  en  lui  demandant  d’introduire  nos  âmes  au  séjour  de  la  paix  éternelle.  —  Amen  !  » répondirent  ses  amis.  Alors  il  embrassa  tous  ceux  qui  étaient là,  et  rentra  chez  lui  pour  prendre  du  repos.

Le  lendemain,  il  se  leva  de  grand  matin  pour  se  rendre,  selon son  habitude,  à l’office  que  l’on  chantait  à la  cathédrale,  dédiée aux  saints  frères  Côme  et  Damien.  Boleslas  était  là  déjà  ;  il avait  donné  l’ordre  aux  prêtres  de  fermer  les  portes  pour  empêcher  le  duc  d’entrer  : il  ne  voulait  pas  que  l’on  dît  qu’il  avait souillé  l’église  par  un  meurtre.  Wenceslas  se  dirige  vers  lui, l’embrasse.  le  remercie  du  festin  de  la  veille,  lui  offre  ses  vœux. Farouche,  Boleslas  tire  son  épée  de  dessous  son  manteau  : «  Hier,  je  t’ai  traité  comme  le  temps  le  voulait  ;  aujourd’hui voici  ce  que  je  te  sers  !  » Et  il  le  frappe,  mais  d’une  main  mal assurée.  Wenceslas  lui  arrête  la  main  :  « Que  c’est .mal,  dit-il, de  me  blesser  !  » L’autre  veut  se  dégager,  redoubler  son  coup ; le  duc  le  saisit,  le  maîtrise,  le  renverse.  « Tu  le  vois,  dit-il,  je pourrais  t’écraser  comme  une  bête  malfaisante  ;  à  Dieu  ne plaise  que  je  me  souille  du  sang  de  mon  frère!  Reprends  ton épée.  » Il la lui  donne  et  se  dirige vers l’église.  Il pousse la  porte : elle  est  fermée.  Boleslas  le  poursuit  :  « A  moi,  criait-il,  à  moi, mes  amis  !  Ne  viendrez-vous  pas  à  l’aide  de  votre  seigneur? » Alors  ses  complices  s’élancent;  de  toutes  parts  ils  attaquent  le pauvre  duc,  à  coups  d’épée,  à  coups  de  lance ; et  ils  le  jettent, sanglant,  inanimé,  sur  le  seuil  de  l’église.  On  était  au  28  septembre  936 ;  Wenceslas  avait  environ  vingt-huit  ans.

On  dit  que  Drahomirz  fit  relever  le  cadavre et donna l’ordre de l’enterrer  décemment.  Mais en vain  une fois, deux fois, l’assassin  ordonna-t-il  de laver  le  sang  précieux  qui  avait  coulé  à  terre et  aspergé  les  murailles  ;  il  resta  toujours  visible  et  comme tout  frais.  On  en voyait encore les traînées au XVIIè siècle, avant que la  piété  mal  comprise  d’un  chapelain  ne  les  eût  fait disparaître  par  les  réparations  qu’il  entreprit  alors.

Père Moreau, S.J, Saints et saintes de Dieu, Tom. II

Publicités