Saint Cyprien et Sainte Justine, fêtés le 26 Septembre

26 SEPTEMBRE SAINT CYPRIEN ET SAINTE JUSTINE MARTYRS (304)

«  Je  ne  veux  pas  la  mort  de  l’impie,  dit  le  Seigneur  Dieu; mais  je veux qu’il se  détourne  de  sa  voie  et  qu’il  vive! »  (Ézéch., 33, 11 .)  Cette  parole  d’une  miséricorde  toute  divine,  l’histoire  de saint  Cyprien  l’illustre  d’éclatante  manière.  Il  est  difficile  d’imaginer un abîme  plus profond  que celui  où il  était  tombé.  C’est  de là  cependant  que  par  la  grâce  il  est  sorti,  pour  s’élever  jusqu’à la  plus haute dignité  et  conquérir  enfin  la  palme  des  martyrs.

A  Antioche,  —  de  Pisidie,  semble-t-il,  —  vivait,  dans  le dernier  tiers  du  IIIè   siècle,  une  jeune  fille  de  noble  race,  qui  se nommait  Justine.  Son  père,  Edusius,  était  peut-être  prêtre  des idoles ;  elle-même  en  pratiquait  le  culte.  Mais,  ayant  eu  plusieurs  fois  l’occasion  d’entendre  la  prédication d’un diacre chrétien, elle fut charmée  de  cette  sainte  doctrine;  elle  lui  gagna son père et sa mère ; et tous trois furent  admis dans  l’Église et  baptisés  par  l’évêque  Optat. Aussitôt, atteignant d’un bond la hauteur de la perfection, Justine aspira à se donner toute à Dieu dans l’immolation de la virginité. Cependant, quelque renfermée que fût sa vie, quelque modeste que fût sa conduite, elle avait été remarquée  d’un jeune avocat  païen, nommé Aglaïde,  qui,  rempli  d’une  ardente  passion,  la  demanda  en mariage  à  ses  parents.  Il  se  heurta  contre  la  résolution  arrêtée de  la  vierge, contre un  refus  formel. En vain il essaya de vaincre cette  résistance.  A  bout  d’efforts,  il  se  décida  à  recourir  à  la magie  pour  réussir  en  son  projet.

De  tout  temps,  ce  qu’il  désespère  de  faire  avec  ses  propres forces,  l’impie  a  tenté  de  l’obtenir  en  s’adressant  à  la  puissance du démon.  En  l’extrême  décadence  du  paganisme,  cette  criminelle  superstition  était  de  plus  en  plus  en  vogue.  Elle  faisait l’objet  d’une véritable science, que l’on  allait  acquérir, comme les  connaissances  littéraires  ou  philosophiques,  en  fréquentant des  centres  spéciaux  d’initiation,  dont  quelques-uns  remontaient  à  la  plus  haute  antiquité.  Il  y  avait  alors  à  Antioche un  homme  jeune  encore,  d’une  trentaine  d’années,  qui  s’était livré  pleinement  et  avec  un  étrange  et  déplorable  succès,  à  ce genre  d’études.  Il  s’appelait  Cyprien.  En  de  nombreux  voyages, à  grands  frais,  il  avait,  croyait-il,  pénétré  les  secrets  les  plus mystérieux,  appris les plus savantes pratiques des écoles magiques les  plus  célèbres.  D’Athènes,  d’Épidaure, d’Argos,  il avait  passé en  Egypte,  aux  Indes,  en  Chaldée ;  il  s’était  fait  partout  initier  à  toutes  les  sectes,  à  tous  les  cultes  les  plus  cachés ; il  avait lié  partie  avec  le  démon,  fait  les  pactes  les  plus  étroits,  appris les  formules  les  plus  efficaces  d’incantation. D’après  un  écrit  qui  porte  le  nom  de  Confession  et  qui  lui est  attribué  avec  sérieux  fondement,  il  avait  réussi  de  la  sorte à  commander  aux  mauvais  esprits ;  par  leur  moyen, soit pour satisfaire  ses  propres  passions,  soit  pour  venir  en  aide  à  celles des  autres,  il  commit  des  crimes  sans  nombre  et  de toute  espèce, depuis  de  honteuses  séductions  jusqu’à  des  homicides  ;  outre les  personnes  qu’il  mit  à  mort  de  différentes  façons,  il  sacrifia nombre  d’enfants,  dont  le  sang  servait  à  ses  enchantements.

On  a  peine  à  croire  les  abominations  qu’il  pratiquait  alors  et dont  il  s’accusa  plus  tard  lui-même,  en  en  témoignant  une profonde  honte  et  un  cuisant  regret. C’est  à  cet  homme  qu’Aglaïde  s’adressa  pour  arriver  à  ses fins.  Cyprien  lui  promit  son  secours  et  se  mit  immédiatement à  l’œuvre.  Mais  il  ne  put  voir  Justine  sans  en  être  lui-même épris,  et  dès  lors  c’est  pour  son  propre  compte  qu’il  entreprit de  la  séduire.  Le  démon  évoqué  s’engagea  audacieusement  à corrompre  le  cœur  de  la  jeune  fille.  Mais  il  ne  savait  pas  à  qui son  insolente  impureté  s’adressait.  Justine  n’avait  contre lui qu’une arme : le signe de la croix ; elle s’en couvrit si bien, que toute  attaque  fut  vaine.  Son  ennemi  dépité  dut  avouer  sa défaite.  Cyprien  fit  appel  à  plus  fort  que  lui ;  l’esprit  qu’il conjura  de  nouveau  n’eut  pas  plus  de  succès  :  « J’ai  dû  fuir, confessa-t-il,  devant  un  signe  à  quoi  je  ne  puis  résister.  —  Quel est ce  signe?  demanda  le  mage.  —  Je  ne  te  le  dirai  que  si  tu me  fais  serment  de  ne  te  séparer  jamais  de  moi.  —  Soit ! je  te  le  jure.  —  Eh  bien! j’ai  vu  le  signe  du  Crucifié  et,  réduit à  l’impuissance,  je  me  suis  évanoui  comme  la  cire  devant  le feu.  —  Le  Crucifié  est  donc  plus  fort  que  toi ? —  Plus  fort  que tout.  —  Alors,  dit  Cyprien,  je  dois  donc  m’en  faire  un  ami.  » Le  démon  en  fureur  se  jeta  sur  lui  et  voulut  l’étrangler.  Mais le  mage,  réduit  à  l’angoisse,  eut  la  force  de  faire  un  signe  de croix ; il  fut  délivré  aussitôt.

Sans  plus  tarder,  celui  que  le  démon  lui-même  venait  de convertir  alla  trouver  l’évêque  Anthime  pour  lui  demander l’instruction  et  le  baptême.  Anthime  hésita  fort  :  il  savait  ce qu’était  Cyprien  et  s’en  défiait  justement.  Les  instances  du malheureux  commencèrent  de  le  fléchir.  Mais  alors  le  sentiment de  ses crimes devint  si présent  à cette  âme coupable,  si poignant que  le désespoir l’assiégea. Il lui semblait impossible  que  Dieu la  prît  en  pitié,  lui  pardonnât  ;  il  n’y  avait  plus  de  recours qu’à  la  mort!  Heureusement,  comme  Cyprien se livrait à sa douleur devant quelques  amis  chrétiens,  l’un  d’entre  eux, nommé  Eusèbe,  lui  rendit  courage,  en  lui  racontant  les  multiples  miséricordes  de  Dieu  envers  d’infâmes  pécheurs.  Ranimé par  ces  paroles,  pénétré  par  la  grâce  divine  plus  puissante qu’elles,  le  désespéré  reprit  confiance  ;  il  jeta  au  feu  tous  ses livres  de  magie,  et  bientôt,  ayant  reçu  le  baptême,  commença  une  vie  toute  nouvelle.  Aglaïde  aussi,  instruit  de  ces merveilleux  événements,  reconnut  l’impuissance  des  démons  et embrassa  le  christianisme.

Cependant  la  ferveur  de  Cyprien  croissait  toujours  ;  il  avait distribué  ses  biens  aux  pauvres,  renoncé  aux  riches  habits  et aux  délicatesses  du  monde  ;  il  se  livrait  à  la  méditation,  à  la pénitence.  Bientôt  le  désir  de  réparer  les  mauvais  exemples qu’il  avait  donnés  le  poussa  à  l’apostolat  ;  l’humilité  de  sa confession  publique  toucha  les  cœurs ;  l’ardeur  de  sa  parole  les convertit.  Aussi  l’évêque  Anthime,  au  bout  de  quelques  années, l’appela  au  sacerdoce  ;  et  après  qu’il  l’eut  exercé  seize  ans,  à la  mort  d’Anthime,  il  fut  choisi  pour  le  remplacer  par  les  fidèles d’Antioche.

Justine  aussi  avait  renoncé  au  monde  ;  elle  donna  tout  ce qu’elle  possédait  aux  chrétiens  malheureux  et,  se  retirant  à Damas,  entreprit  une  vie  de  prière  et  d’austérité  avec  un  groupe de  vierges  et  de  matrones  qui  la  choisirent  comme  mère  et maîtresse. De  longues  années  s’écoulèrent.  Dioclétien  était  monté  sur le  trône  en  284 ;  les  premières  années  de  son  règne  avaient laissé  l’Église  dans  la  paix  ;  on  avait  même  vu  de  nombreux chrétiens  occuper  des  emplois  à  la  cour  ;  plusieurs  avaient  joui de  la  faveur  impériale.  Mais  en  302,  sous  l’influence  de  Galère, le  vieil  empereur  inclina  vers  la  persécution.  Peu  à  peu  celle-ci s’exaspéra  jusqu’à  devenir,  en  304,  d’une  extrême  violence.

C’est cette année qui apporta à la sainteté de Cyprien son couronnement final par le  martyre. Arrêté dans sa ville épiscopale, il  fut  conduit à Damas pour comparaître  devant  le  gouverneur Eutholme.  En  même temps on se saisissait de Justine et on l’amenait  au  même  tribunal.  Dieu,  qui  avait  appelé  l’un  à  la foi  par  la  virginité  de  l’autre,  voulait  les  réunir  dans  la  dernière  épreuve  et  dans  la  récompense.  D’abord,  sur  leur  refus
de  sacrifier,  Justine  fut  fouettée  avec  des  nerfs  de bœuf,  Cyprien fut  suspendu  en  l’air  par  les  mains  et  déchiré  avec  des  ongles de  fer.  Puis  Eutholme  les  fit  jeter  en  prison. Une  seconde  comparution  montra  leur  courage  inébranlable. Alors le juge  fit  remplir  une  grande  chaudière  de  poix,  de  graisse et  de  cire,  et  dans  ce  mélange  bouillant  ordonna  de  plonger  les deux  confesseurs.  Mais  ce  tourment  les  laissa  invulnérables; ils  glorifiaient  à  haute  voix  Dieu  de  sa  miséricorde  à leur  égard.
L’assesseur  d’Eutholme,  Athanase,  jadis  prêtre  des  idoles, n’avait  pas  oublié  que  Cyprien  avait  été  mage  :  il  attribua l’impuissance  du  feu  à  ses  enchantements,  et  prétendit  que par  de  semblables  incantations  lui-même  affronterait  le  supplice  sans  en  souffrir.  Mal  lui  en  prit  :  malgré  la  valeur  prétendue  de  ses  formules,  à  peine  s’était-il  approché  du  brasier, que  la  flamme  le  saisit  et  le  réduisit  en  cendres. Eutholme  fut  épouvanté.  Ne  sachant  que  faire,  n’osant  agir contre  les  serviteurs  d’un  maître  aussi  puissant  que  le  Christ, il  crut  sage  d’envoyer  Cyprien  et  Justine  à  l’empereur  lui-même,  alors  à  Nicomédie.  Celui-ci,  sans  autre  forme  de  procès, ordonna  de  les  décapiter  sur  les  bords  du  Gallus,  à  quelques milles de la capitale. Tandis qu’on les menait, un chrétien nommé Théoctiste s’approcha d’eux et  respectueusement  embrassa Cyprien.  C’en  fut  assez  : on  le  saisit  et on le  condamna  à  mourir avec  eux.  L’évêque  fit  le  signe  de  la  croix  et  invita  Justine à  se  placer  à  sa  droite,  afin  d’être  exécutée  la  première.  Quand cette  tête  vénérable  tomba,  il  dit  :  Deo  gratias ! et  tendit  lui-même  le  cou.

On  laissa  les  trois  saints  corps  exposés  aux  chiens.  Mais  six jours  après,  des  mariniers  chrétiens  réussirent  à  les  enlever,  à l’insu  des  gardes,  les  placèrent  dans  leur  bateau  et  les  transportèrent  à  Rome.  Ils  y  restèrent  cachés  jusqu’à  la  paix  de
l’Église.  Alors  une  pieuse  matrone,  nommée  Rufine,  les  fit honorablement enterrer et  sur  leur  tombeau  éleva  un  beau sanctuaire.  Plus  tard  on  transporta  ces  vénérables  reliques  à  la basilique  de  Saint-Jean-de-Latran.

Père Moreau, S.J, Saints et saintes de Dieu, Tom. II

Publicités