Saint Firmin, fêté le 25 Septembre

25  SEPTEMBRE SAINT FIRMIN MARTYR (vers  240-vers  290)
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7b/Sanfermin.png

Un  jour  de  l’année  254,  environ,  les  habitants  de  la  ville  espagnole  de  Pampelune  se  rendaient  au  temple  de  Jupiter  pour  y assister  à  un  sacrifice.  Parmi  eux  s’empressait  le  premier  magistrat  de la ville,  Firmus,  homme intègre et bienveillant,  qu’accompagnaient,  avec  sa  femme  Eugenia  et  ses  enfants  Firminus, Faustus,  Euschia,  quelques  citoyens  notables,  entre  autres Faustinus et Fortunatus.  Et  voici  qu’un  étranger,  jeune  encore, l’air  modeste  et  grave,  haranguait  la  foule  sur la  place  publique. Firmus  s’approcha  : l’orateur,  avec  véhémence,  attaquait,  invectivait  les  dieux  païens,  condamnait  leur  culte.  « Qui  es-tu?  lui demanda  le  magistrat  ;  de  quelle  autorité  te  réclames-tu  pour parler  ainsi?  quels  sont  les  dieux  que  tu  préconises  au  mépris des  nôtres?  —  Je  m’appelle  Honestus,  répondit  l’étranger  ;  je suis  né  à  Nîmes  ;  mon  père  se  nomme  Emelius.  Tu  demandes ma  foi?  Je  suis  chrétien  et  même  prêtre,  disciple  du  vénérable évêque  Saturninus,  qui  m’a  baptisé,  m’a  instruit,  m’a  envoyé ici  prêcher  la  religion  véritable  du  Créateur  des  cieux  et  de la  terre,  seul  Dieu,  unique  en  trois  personnes.  —  Nous  avons entendu  parler  de  Saturninus,  reprit  Firmus,  de  sa  sagesse,  de ses  vertus,  des  prodiges  qu’il  fait.  S’il  était  venu  lui-même, volontiers  nous  l’eussions  écouté,  et  peut-être  suivi.  —  Vous le  désirez?  se  hâta  Honestus  ; mon seigneur Saturninus s’empressera  de  se  rendre  à  votre  appel.  »

Ainsi  fut  fait.  Saturninus,  le  saint  évêque  de  Toulouse,  qui, quelques  années  plus  tard,  sous  Valérien  sans  doute,  devait périr,  traîné  par  un  taureau  furieux,  vint  avec  joie  à  Pampelune.  Ses  premières  prédications  eurent  un  si  heureux  succès, que,  en  peu  de  temps,  un  grand  nombre  d’habitants  se  convertirent.  De  ce  nombre  et  dans  les  premiers  fut  le  chef  du  sénat, Firmus,  avec  toute  sa  famille,  avec  ses  amis  Faustinus  et  Fortunatus.

Or  Firminus,  —  Firmin,  —  le  fils  aîné  de  Firmus,  que  le prêtre  Honestus  baptisa,  était  déjà  un  adolescent,  doué  d’excellentes  qualités  et  d’une  piété  qui  ne  tarda  pas  à  s’élever  jusqu’à l’héroïsme  chrétien.  Honestus  s’était  chargé  de  l’instruire  dans la  foi,  il  y  consacra  sept  ans ; et  puis  il  commença  de  se  servir de  ce  jeune  enthousiasme  pour  l’évangélisation  du  peuple.  Firmin  se  révéla,  dans  ce  ministère  sacré,  comme  un  apôtre  puissant  et  généreux  ;  il  n’avait  de  désir  que  de  gagner  au  Christ des  âmes  innombrables  ;  ni  les  fatigues,  ni  les  dangers,  ni  le martyre  n’étaient  pour  l’arrêter.  Ce  que  voyant,  Honestus  comprit  que  Dieu  avait  destiné  son  disciple  à  convertir  les  nations lointaines,  encore  idolâtres  ; il  l’envoya  à  Toulouse,  en  le  recommandant  à  l’évêque  Honorat.  Celui-ci  constata,  approuva  la vocation  de  l’ardent  jeune  homme  et,  malgré  son  âge,  le  consacra  évêque, sans l’attacher à aucune  église :  tels  jadis  les  premiers  apôtres  du  Christ,  fortifiés  par  l’Esprit-Saint  de  la  plénitude  du sacerdoce,  s’étaient  élancés  à l’assaut  du monde  païen.

Firmin  revint  à  Pampelune  ; il  embrassa  une  dernière  fois  ses parents,  son  frère,  sa  sœur,  s’inclina  devant  son  vieux maître, et partit pour des pays inconnus,  marchant  vers  le  nord  et cherchant  la  limite  où  s’était  arrêtée  la  prédication  chrétienne.

C’était  peut-être  vers  271,  car  il  avait  trente  et  un  ans. Ses premières  étapes furent  Agen,  Clermont  en  Auvergne,  le pays  des  Andes;  partout  en  ces  lieux  il  trouva  des  églises  déjà constituées,  des  pasteurs.  Quelque  temps,  à  la  grande  joie  deceux-ci,  il  resta,  unissant  ses  efforts  aux  leurs ;  notamment  en Anjou,  sa  trace  se  marqua  profonde  ; Angers  lui  demeure  reconnaissante  de  l’avoir  évangélisée.  Mais  toujours le nord  l’attirait.  A cette heure, l’empereur  Aurélien avait ranimé la  persécution,  assoupie  depuis la mort  de Valérien, et  le  président  Valerius  tourmentait  les  quelques  chrétiens  qui  déjà  s’étaient  réunis en  communauté  dans  la  ville  de  Beauvais.  Le  besoin  de  ces malheureux,  l’espoir  de  confesser  sa  foi  et  d’endurer  le  martyre eurent  vite  décidé  Firmin ;  il  accourut  là  où  était  le  danger  et sans  tarder,  par  ses  exemples,  par  sa  parole,  releva,  soutint, exalta les courages. Son action fut  assez  éclatante pour  provoquer l’attention  de  Valerius,  qui  donna  l’ordre  de  l’arrêter.  L’apôtre fut  jeté  en  prison,  battu  de verges. Mais avant que la sentence capitale  fût  prononcée,  la  mort subite de Sergius, le successeur ou le principal ministre de Valerius,  bouleversa  les  esprits ;  à la  faveur  du  trouble,  les  fidèles  délivrèrent  Firmin,  qui  put continuer  son  apostolat.  Il  fonda  même  à  Beauvais  une  église en  l’honneur  de  saint  Étienne.

Enfin,  vers  277,  il  partit  pour  le  pays  des  Ambiani,  dont  la capitale,  Samarobriva,  s’appelle  aujourd’hui  Amiens.  Il  entra dans  cette  ville  le  10  octobre  d’une  année  indéterminée.  Il devait  en  fonder  l’église  et  en  devenir  le  patron,  après  en  avoir été  le  premier  évêque.  Ce  que  fut  son  apostolat,  fécond  sans aucun  doute  et  marqué  de  grandes  vertus,  on  ne  saurait  le  dire en  détail.  Les  Actes  du  saint  rapportent  seulement  quelques-unes  de  ses  conquêtes,  spécialement  celle  du  sénateur  Faustinianus,  qui  le  premier  l’accueillit  dans  sa  maison.  Mais  durant les  douze  ou  treize  ans  pendant  lesquels  il  sema  l’évangile,  ses récoltes  durent  être  abondantes,  car  il  s’attira  la  haine  furieuse des  prêtres  des  idoles.  Aussi  lorsque  la  persécution  que  Maximien-Hercule  déchaîna  en  Gaule  leur  permit  l’espoir  de  se défaire  de  ce  rival  triomphant,  ils  n’eurent  garde  de  laisser tomber  l’occasion.  L’empereur,  alors  à  Trêves,  avait  envoyé ses  émissaires,  Longinus  et  Sebastianus,  pour  ramener  au  paganisme  ceux  qui  s’en  étaient  détachés.  Le  prêtre  de  Jupiter  et de  Mercure,  Auxilius,  dénonça  l’évêque.  «  Il  a,  dit-il,  détourné du  culte  des  dieux  toute  la  ville  et,  si  on  ne  l’arrête,  pervertira le  monde  entier.  »  Les  magistrats  le  firent  donc  comparaître. Fièrement  Firmin  confessa  sa  foi ;  tous  les  efforts  se  brisèrent contre  son  héroïsme.  D’ailleurs  sa  constance,  le  souvenir  de son  zèle  et  des  nombreux  miracles  par  lesquels  Dieu  l’avait autorisé  ne  laissaient  pas  le  peuple  indifférent  :  il  s’agitait,  il menaçait  d’arracher  le  confesseur  de  la  foi  à  ses  ennemis.  Ils le  laissèrent  aller,  mais  ils  donnèrent  leurs  ordres.  A  l’improviste  des  soldats  s’emparèrent  du  Saint  et  l’entraînèrent  en prison.  La  nuit  suivante,  sans  autre  jugement,  une  troupe de  satellites  pénétra  dans  le  cachot.  Firmin  comprit  à  leur vue  que  le  moment  de  la  récompense  était  venu.  Plein  d’une joie  qui  faisait  couler  ses  larmes,  il  remercia  son  Maître  divin de  la  grâce  qui  lui  était  accordée  de  verser  son  sang  pour  la sainte  foi,  et  il  se  livra  à  l’exécuteur.  Celui-ci,  d’un  coup  d’épée, lui  trancha  la  tête.  On  était  au  25  septembre,  probablement en  290.

Amiens  recueillit  les  restes  sacrés,  les  ensevelit,  les  honora. Pampelune  ne  se  montra  pas  moins  empressée  dans  son  culte pour  son  glorieux  fils.  Elle  le  reconnut  comme  son  patron, ainsi  que  la  Navarre  tout  entière.  Jusqu’en  1590,  la  fête  de saint  Firmin  se  célébra  le  10  octobre,  jour  anniversaire  de son  entrée  dans  sa ville  épiscopale.  Ce  n’est  qu’après  cette  date, peut-être  par  le  pape  Alexandre  VII,  qu’elle  fut  reportée  au 25  Septembre.

Père Moreau, S.J, Saints et saintes de Dieu, Tom. II

Publicités