Saint Pierre Claver, fêté le 9 septembre

9  SEPTEMBRE SAINT PIERRE CLAVER CONFESSEUR (1580-1654)

https://i2.wp.com/www.pierreclaver.org/pierreclaver/images/stories/Divers/200px-stpeterclaver.jpg

Celui  qui  signait  :  «  Esclave  des  nègres  pour  toujours,  »  et que  Léon  XIII  a déclaré,  pour toujours  aussi,  protecteur  céleste de  toutes  les  missions  parmi  les  noirs,  l’héroïque  apôtre  de Carthagène,  naquit  d’une  famille  très  noble,  mais  de  fortune médiocre,  le  26  juin  1580,  au  bourg  de  Verdù  en  Catalogne.

Tout  jeune,  et  à  la  grande  joie  de  ses  pieux  parents,  il  déclarait  sa  volonté  d’être  prêtre ;  mais  cette  piété  précoce  ne  l’empêchait  pas  d’être  un  enfant  plein  de  gaieté  et  de  vie,  d’égal entrain  pour  le  jeu  et  le  travail,  d’affabilité  prévenante  pour tous.  A  l’âge  de  15  ans,  déjà  tonsuré  par  l’évêque  de  Vicence, il  partit  pour Barcelone,  où  il  compléta  ses  études  avec  un plein  succès.  Il  y  fit  connaissance  des  Pères  de  la  Compagnie de Jésus,  conçut le  désir  de  devenir leur frère ; mais  dans  l’humilité  de  son  cœur,  il  n’osait  le  manifester.  Enfin,  son  confesseur — l’encourageant,  il  demanda  et  obtint  sans  peine  d’être  reçu au  noviciat  de  Tarragone  ;  il  avait  22  ans.

Dès lors,  et toute  sa vie,  il  donna  l’exemple soutenu  de l’obéissance  et  de  l’humilité  ; il  était  la  règle  vivante.  Après  avoir  fait le  pèlerinage  rituel  des  novices  à  l’abbaye  de  Mont-Serrat,  où il  vénéra  les  traces  de  son  bienheureux  Père  saint  Ignace,  il prononça  ses  premiers  vœux  le  8  août  1604 ;  puis,  quelques mois  passés  au  juvénat,  où  son  talent  se  mit  en  plein  jour,  il fut  envoyé  pour  faire  sa  philosophie  dans  l’île  de  Majorque.  Un homme  l’y  attendait,  un  simple  frère  coadjuteur,  le  portier  du collège,  un  saint.  Du  frère  Alphonse  Rodriguez,  Pierre  Claver recevrait  sa  direction  définitive,  apprendrait  les  secrets  de  la perfection,  connaîtrait  la  vocation  effrayante  et  merveilleuse que  Dieu  lui  destinait. Humblement, avec  une respectueuse  et ardente  soumission,  il  recueillit  les  conseils  et  les  révélations du  pauvre  portier;  il  les  mit  à  profit,  si  bien  que,  son  cours  de philosophie  achevé  par  la  soutenance  publique  d’un  grand  Acte, il  ne  désirait,  il  ne  demanda  autre  chose  que  d’être envoyé  en Amérique  pour  évangéliser  les  malheureux  esclaves.

Le  Père  provincial,  sans  lui  refuser  cette  grâce,  lui  ordonna  de l’attendre  en  faisant  à Barcelone  ses  études  théologiques.  Mais deux  ans  après,  en  avril 1610,  ses  instances  avaient  vaincu,  et  il partait  pour  la  mission  tant  désirée,  ayant  eu  le  courage  de  se refuser  la  joie  d’embrasser  une  dernière  fois  ses  vieux  parents. Arrivé  dans  les  premiers  jours  d’août  à  Carthagène,  il  fut d’abord  employé  aux  offices  domestiques.  Son  humilité  s’y  plut si  fort,  qu’il  sollicita  la  grâce  de demeurer  toujours  au  rang  des frères  coadjuteurs.  Mais  les  supérieurs  n’avaient  garde,  en  la
lui  accordant,  de  retirer  aux  âmes  un  apôtre  qui  apparaissait leur  devoir  être  si  bienfaisant.  Claver  dut  continuer  ses  études théologiques,  qu’il  termina  aussi  brillamment  que  sa  philosophie ;  ensuite  il  consacra  à  la  vie  intérieure  sa  troisième  année de  probation.  Enfin  ordonné  prêtre  le  19  mars  1616,  il  était, au  comble  de  ses  vœux,  adjoint,  puis  substitué  au  Père  de Sandoval  pour  le  ministère  des  esclaves  nègres.  Un  peu  plus de  six  ans  après,  le  3  septembre  1622,  il  était  admis  à  la  profession  solennelle  des  quatre  vœux,  et  c’est  en  la  signant  qu’il  se
déclarait  esclave  des  nègres  pour  toujours.

C’était  une  belle,  mais  terrible  œuvre  que  léguait  au  jeune Claver  le  vaillant  Père  de  Sandoval,  en  s’enfonçant  à  l’intérieur  des  terres  pour  y  évangéliser  les  tribus  sauvages.  Carthagène,  capitale  de  la  Nouvelle-Grenade,  où  toutes  les  cultures, toutes les mines étaient exploitées par des esclaves, était  l’immense et  affreux  entrepôt  de  ces  malheureux.  Chaque  année,  on  en voyait  débarquer  dans  son  port  de  dix  à  douze  mille,  apportés comme  le  plus  vil  bétail,  non  seulement  sans  soins,  mais  avec une brutalité  révoltante,  dans les bagnes flottants  qu’on  appelait des  négriers.  Ils  arrivaient  malades,  désespérés,  remplis d’épouvante et de  haine pour  leurs bourreaux,  après  une  effroyable traversée  où  ils  n’avaient  connu  que  la  faim,  l’emprisonnement
en  des  casemates  infectes,  les  injures  et  les  coups.  C’était  à  ces pauvres  êtres  que  Claver  s’était  donné.  Il  guettait  l’entrée  au port  des  misérables  navires,  et  tout  de  suite,  avec  des  interprètes,  chargé  d’oranges,  de  sucreries,  de  biscuits,  d’eau-de-vie, il  montait  à  bord  ;  le  sourire  aux  lèvres,  les  bras  ouverts,  la pitié  tendre  dans  les  yeux,  il  se  présentait  aux  navrants  passagers,  d’abord  effrayés,  défiants,  haineux,  et  puis  petit  à  petit conquis  par  une  si  sincère  bonté.  Lui, les  rassurait,  les  embrassait,  les  pansait,  respirait  sans  horreur  l’atmosphère  empoisonnée  de  leurs  entreponts,  de  toute  manière  essayait  de  leur rendre  courage  et  de  gagner  leurs  cœurs.  Cependant  il  baptisait  les  enfants,  instruisait  en  hâte  les  mourants,  prodiguait  ses soins  aux  malades  les  plus  horribles  et  les  plus  dégoûtants.  Il veillait  à  ce  qu’on  les  débarquât  sans  violence,  et  quand  ils étaient  enfermés  dans  les  négreries,  où  ils  attendaient  d’être vendus,  il  leur  promettait  de  revenir  les  voir  et  les  instruire, les  consoler  et  les  soigner.  C’était  ainsi  à  peu  près  tous  les  mois. Et  il  revenait  en  effet  aux  négreries,  continuant,  sans  être jamais  lassé  par  la stupidité,  les  sales  passions,  les  turpitudes, l’ingratitude  et  la  méconnaissance,  ce  ministère  affreux.  Toujours  les  plus  abandonnés,  les  plus  souffrants  étaient  ses  préférés.  Après avoir lavé, bandé les  plaies  hideuses où plus d’une fois  il  posa  ses lèvres, il réunissait  dans une  cour ceux  qui  étaient assez  valides  ;  il  leur  expliquait  la  bonté  d’un  Dieu  sauveur, les  apitoyait  sur  ses  douleurs,  ouvrait  leurs  yeux  sur  ses  espérances  et  faisait  naître  en  ces  âmes  désolées un peu de paix  et de  résignation.

Son  cœur  plein  de  délicatesse  était  fécond  en inventions  vraiment  maternelles,  jusqu’à  procurer  à  ses  pauvres enfants  le  plaisir,  vivement  goûté  par  eux,  de  quelque  audition musicale.  Il  était  à  eux  de  toutes  manières,  et  vraiment  il  ne semblait  penser,  agir,  vivre  que  pour  eux. Du  reste  jamais,  —  alors  qu’ils  étaient  devenus  la  possession, dédaignée,  méprisée,  maltraitée,  des  blancs,  —  il  ne  cessait  de s’en  occuper,  de les  visiter,  même au loin, à travers les marécages, les torrents,  sous  le  ciel  de  feu  ou les fracas  de l’orage.  A la  ville, il  les  assemblait  à  l’église  des  jésuites,  malgré  les  réclamations des  Espagnols,  des  dames  surtout,  suffoquées  de  voir  les  nègres occuper  les  meilleures  places  ;  c’était  eux  aussi  qu’avant  tout autre, il  accueillait  à son  confessionnal.  Il intercédait  dans  toutes leurs  causes,  il  les  protégeait  contre  toute  violence,  il  tendait la  main  pour  tous  leurs  besoins.

Et  pourtant,  si  absorbé  qu’il  fût  par  un  si  continuel  ministère,  il  trouvait  du  temps  encore  pour  n’importe  qui  recourait à  lui.  Son  action  s’étendait  sur  la  ville  entière  de  Carthagéne ; il  évangélisait  les  catholiques, les musulmans, les protestants, les  prisonniers  ;  et  c’était  lui  toujours  qu’on  appelait  dans  tous les  cas  désespérés,  qu’il  s’agît  de  convertir  un  condamné  à  mort, de  guérir  un  malade,  même  de  ressusciter  un  mort.

Car  les  miracles  se  multipliaient  entre  ses  mains,  sa  bonté toujours  émue  par  toutes  les  souffrances  du  corps  comme  de l’âme.  Il  est  impossible  d’en  citer  même  quelques-uns. Aussi bien ne sont-ils que la menue  monnaie  des  récompenses  que Dieu  accorde  aux  grands  mérites. Mais  on  ne  peut  passer  sous  silence  absolu  ni  les  faveurs célestes  dont  il  combla  son  humble  serviteur,  dons de contemplation,  extases,  sentiment  continuel  de  sa  présence  ;  —  ni  les vertus  héroïques  par  lesquelles  Claver  les  achetait  ;  son  humilité,. à  quoi  répugnait  si  fort,  naturellement,  son  orgueil  de  gentilhomme  et  sa  violence  native  de  Catalan  ;  son  obéissance exacte,  immédiate,  sans excuse  ni interprétation  d’aucune  sorte ; sa  pauvreté,  qui  n’acceptait  que  les  vêtements  inutilisables  par d’autres  et  viciait  sa  cellule  même  des  objets  qu’on  aurait  crus indispensables  ; sa patience invincible sous les  outrages  et  les mauvais  traitements  ; son  austérité  surtout,  effrayante  et  comme inconciliable  avec  sa  vie  dévorante  : il  ne  mangeait  que  quelques patates  grillées  ou  un  peu  de  pain ;  malgré  l’usage  et  quels  que fussent  la  chaleur et son épuisement, il  n’acceptait  même  pas une goutte  d’eau  entre  ses repas ; il  dormait  trois  heures  à  peine, étendu  sur  une  simple  natte  ; il  se  flagellait  jusqu’au  sang  trois fois  chaque  nuit  avec  des  chaînes  de  fer  et  des  cordes  goudronnées ;  il  était  toujours  couvert  d’un  ciliçe  de  son  invention, dont  les  crins  étaient  parsemés  de  pointes  ; il  ne  chassait  jamais les  moustiques,  dont  il  disait  gaiement  qu’ils  lui  étaient  très utiles,  parce  qu’ « ils  le  saignaient  sans  lancettes  ».

Au  milieu  de  ces  travaux  et  de  ces  vertus,  la  vie  du  Père  Claver  s’avançait.  En  1650,  la  peste  l’atteignit  au  chevet  des malades  ;  il  en  guérit,  mais  en  garda  une  sorte  de  paralysie  et un  tremblement  des  membres  qui  firent  de  ses  quatre  dernières années  une  véritable  torture.  Cependant  Dieu  lui  accorda  deux grandes  consolations  :  on  lui  apporta  un  jour  la  Vie  de  son bien-aimé  maître  et  frère  Alphonse  Rodriguez,  nouvellement imprimée  ;  et  le  Père  de  Farina,  en  1654,  arriva  d’Europe  pour prendre  sa  succession  auprès  des  nègres  :  Claver,  ravi,  voulut se  traîner  dans  la  chambre  du  nouveau-venu,  et  là  il  se  jeta humblement  à  ses  pieds  pour  les  baiser,  en  disant  :  «  Je  n’ai plus  maintenant  qu’à  chanter  mon  Nunc  dimittis  !  »

En  même  temps  que  le  Père  de  Farina,  la  flotte  espagnole avait  apporté  l’ordre  aux  Pères  de  démolir  une  partie  de  leur collège  qui  s’appuyait  aux  remparts.  Il  en  coûtait  à  Claver  de quitter  une  maison  où  il  avait  reçu tant de grâces. Il  s’en  plaignit  doucement  à  Notre-Seigneur,  et  il  lui  fut  répondu  que, donc,  il  mourrait  avant  le  premier  coup  de  pioche  des  démolisseurs.  Un  peu  plus tard,  il  sut  que  ce  serait  le  8  septembre,  et il  confia  cette  nouvelle  heureuse  à  un  ami.  Deux  jours  avant, le 6, appuyé sur deux nègres, il descendit encore à l’église,  où pour la dernière  fois il venait  chercher le  Pain  de  vie  dont  il  avait  été si  avide,  Puis  il  remonta  dans  sa  pauvre  chambre,  et  la  fièvre le saisit.  Pourtant  on n’était  pas inquiet;  mais  le  lendemain,  qui était  la veille  du jour où  devaient  commencer les travaux,  l’infirmier,  pénétrant  dans la  chambre  du Père, le trouva  sans connaissance.  Vite  on s’empressa  de  lui donner  les  derniers  sacrements.

La  nouvelle  se  répandit  promptement  par  les  rues  :  «  Le saint  Père  va  mourir  ! » Et  aussitôt  la  ville  s’émut  tout  entière ; à  sa  tête  le  gouverneur,  les  autorités  ecclésiastiques,  les  principaux dignitaires  de  la  cité,  puis  les  nobles  et  la  multitude.  Elle se  pressait  aux  portes  ; comme  on  les  défendait,  elle  les  enfonça et  de  force  pénétra  jusqu’au  moribond.  Mais là,  d’elle-même,  elle se  calme  et,  tout  en  pleurant,  défile  paisiblement,  en  silence, au  pied  de  la  misérable  couche. Toute  la  journée  du  7,  Claver  demeura  sans  connaissance,  les traits  paisibles  et  le  sourire  aux  lèvres.  A  minuit,  on  le  vit  défaillir  ;  les  assistants  récitèrent  les  prières  des  agonisants  ;  et
comme  elles  finissaient,  un  léger  frémissement  courut  dans  les membres  du  mourant  :  il  exhalait  son  âme,  selon  la  promesse divine,  au  matin  de  la  Nativité  de  la  très  sainte  Vierge.  Il  avait atteint  sa  soixante-quinzième  année.  Et  dans  ses  trente-huit  ans d’apostolat,  de  son  aveu  il  avait  baptisé  plus  de  300 000  nègres.

(Père Moreau, S.J, Saints et saintes de Dieu, 1924)

Publicités