La Nativité de la Très Vierge Marie, fêtée le 8 septembre

8  SEPTEMBRE LA  NATIVITÉ  DE  LA  TRÈS  SAINTE  VIERGE (734  de  Rome;  20  avant  l’ère  chrétienne)

https://i2.wp.com/www.notredamedebercy.com/IMG/jpg/01.jpg

Depuis  que  l’ange  avait  réjoui  la  douleur  de  saint  Joachim et  de  sainte  Anne,  en  leur  annonçant  qu’une  fille  serait  enfin accordée  à  leurs  instantes  prières,  —  et  quelle  fille  !  —  neuf mois  s’étaient  écoulés ;  et  la  prochaine  entrée  dans  le  monde de  cette  bénie  enfant  s’annonçait  par  des  signes  de  plus  en plus  manifestes.  Les  heureux  parents  avaient,  en  magnifiant mille  fois  Dieu,  préparé  toutes  choses  pour  recevoir  dignement et  tendrement  ce  trésor  céleste,  La  maison  qu’ils  habitaient dans  la  Ville  Neuve,  —  Bezetha,  —  à  Jérusalem,  était  toute en  fête.  Au  sud-est  de la  piscine  de Bethesda,  qui  un jour verrait le  beau  miracle  de  la  guérison  du paralytique,  dominée  par les murs de l’Antonia  et  du  Temple,  qui  la couvrait  de son  ombre glorieuse  et  mystique,  elle  plongeait  ses  regards  dans  la  profonde  vallée  du  Cédron  et  les  arrêtait  sur  les  pentes  grisâtres du  mont  des  Oliviers.  Le  mur d’enceinte  qu’élèveraient  plus tard  les  deux  Agrippa  ne  réunissait  pas  encore  cette  région, relativement  neuve,  au  reste  de  l’antique  cité  de  David  ;  c’était plutôt  un faubourg  qu’un  quartier;  les  jardins  pouvaient s’étendre  encore  à  l’aise  sur  les  pentes  et  sur  le  haut  plateau; bien  certainement  la  maison  d’Anne  et  de  Joachim  en  était pourvue.

Sans  doute  l’heureuse  nouvelle  de  la  naissance  prochaine avait  été  portée  aux  parents  ;  ils  étaient  venus  apporter  leurs félicitations  au  père  et  à  la  mère ;  parmi  eux,  Zacharie  et  Elisabeth  ne  furent  pas  les  moins  empressés  : bien  que leur  union fût  affligée  de  la  même  stérilité,  ils  aimaient  trop sincèrement Anne  et Joachim  pour  leur  porter  envie  et  ne  pas  se  réjouir sans  réserve  de  leur  bonheur.  A  peine  l’enfant  née,  les  femmes présentes  s’empressèrent  ;  on  la  baigna,  on  la  frotta  de  sel, on  l’enveloppa  de  langes.  Alors  le  père  fut  appelé ;  il  arriva avec  ses  amis.  Avec  quels  transports  de  joyeuse  reconnaissance reçut-il  en ses bras le cher et  saint  petit  être  !  Il  n’en  savait  pas le  mérite  éminent,  l’immaculée pureté,  la  destinée  surhumaine  ; mais  c’était  un  don  très  particulier  de  la  bonté  divine, la bénédiction  de toute une vie fidèle. Selon  le  rite, il  déposa  l’enfant sur ses  genoux, la  reconnaissant,  la  recevant  pour  sienne,  et de  tout  son  cœur  il  l’offrit  au  Père  miséricordieux  qui  la  lui avait  accordée.  Déjà  sans  doute  il  était  convenu  entre  sa  pieuse femme  et  lui,  que  le  don  de  Dieu  lui  serait  consacré  par le  nazirat  dans  son  Temple  ;  avec  une  entière  générosité  ils  se  priveraient  de la joie  de  voir grandir  et  rayonner  sous  leurs  yeux ravis  les  grâces  de  leur  fille.

Peut-être  les  assistants  furent-ils  un  peu  étonnés  de  cette  effusion  d’allégresse  : ce n’est pas ainsi d’ordinaire qu’on accueillait la  naissance  d’une  fille  ;  ces  transports  étaient  réservés  au  premier-né  qui  conserverait  la  race  et,  dans  la  famille,  l’espoir  de donner  la  vie  au  Messie  futur.  On  peut  le  penser,  quelque  ironie secrète  se mélangea  d’abord  à  leurs  félicitations  amicales;  ils  se promirent  pour  Joachim,  sans  le  formuler,  —  sa  joie  en  eût  été troublée,  blessée même, —  avec  un  fils,  un bonheur  plus  complet.

S’ils  avaient  connu  l’avenir  et  prévu  la  grotte  de  Bethléem ! s’ils  avaient,  d’un  esprit  prophétique,  vu  déjà  les  humiliations du  Calvaire,  mais  aussi  les  gloires  de  la  Résurrection !

L’enfant  était  couchée  dans  le  berceau  triomphalement  orné; on  se  pressait  autour  d’elle  :  de  ce  petit  visage,  singulièrement beau  et  serein  déjà,  se  dégageaient  des  effluves  de  paix  qui remplissaient  les  cœurs  et  les  étonnaient.  Comme  on  le  dirait
un jour autour  du petit  Jean-Baptiste,  on était porté  à se  demander  :  « Que  sera  un  jour  cette  enfant?  car la  main  du  Seigneur est  avec  elle.  »  Et  par-dessus  les  fronts  inclinés,  les  sourires admiratifs,  les  émotions  instinctives  et  inexpliquées,  des  chœurs d’anges  s’empressaient  aussi,  se  prosternaient  avec  vénération, entonnaient  des  chants  tout  célestes ;  et  ces  cantiques  retentissaient  dans  les  demeures  du  paradis,  peut-être  résonnaient aux  oreilles  délicates  de  la  nouvelle-née,  amenaient  sur  ses lèvres  le  sourire  vraiment  divin  qui  rayonnait  jusqu’au  fond des  âmes  attentives.  « Oyez,  nous  dit  saint  François  de  Sales, comme  tous  ces  anges  émerveillés  de  sa  grande  beauté  et  de ses  rares  perfections,  ils  disent  ces  paroles  du  Cantique  des cantiques  :  Qui  est  celle-ci  qui  monte  du  désert  comme  une colonne  de  fumée  qui  sort  de  la  myrrhe  et  de  l’encens  et  de toutes  sortes  de  parfums  très  odoriférants ?  »  C’est  que,  selon la  pensée  aussi  charmante  que  juste  d’un  biographe  de  Marie, « comme  c’était  la  grâce  de  Jésus  qui  remplissait  son  âme,  son visage  s’éclairait  d’avance  d’un  reflet  de  la  beauté  de  Jésus  ».

Aussi  bien,  du  haut  de  son  trône  éternel,  Dieu,  qui  voyait les  perfections  souveraines,  déjà  présentes,  surtout  futures,  de cette  petite  âme,  posait paternellement  sur  elle  des  regards  de prédilection.  Elle  réfléchissait  si  purement  sa  sainteté  infinie ! Pour  la  première  fois  l’œil  divin  contemplait,  sans  être  offusqué,  une  fille  d’Adam  ; il  jouissait  de  sa  beauté ; à  cause  d’elle, la  colère  ne  le  chargeait  plus  quand  il  se  portait  sur  la  terre. Et  ainsi  se  vérifiait  la  parole  que  l’Église  universelle  chanterait  un  jour  en  l’honneur  de  sa  Reine  immaculée  : « Votre  naissance,  ô Vierge,  a  rempli  de  joie  le  monde  tout  entier,  le  monde des  cieux  et  le  monde  de  la  terre.  »

Le  quinzième  jour,  selon  l’usage  établi  pour  les  filles,  eut lieu  l’imposition  du  nom.  C’est  le  père  qui  le  donnait.  Mais n’est-il  pas  probable,  quand  nous  savons  avec  quel  soin  Dieu même,  en  maintes  circonstances,  a  choisi  et  désigné celui que devait  porter  ses  grands  serviteurs,  qu’il  ne  laissa  pas  de  le faire  ici,  au  moins  par  une  inspiration  secrète?  Et  c’est  ainsi sans doute que vint  du  ciel à l’enfant  d’Anne  et  de Joachim  son nom  de  Miryâm,  devenu  par  la  transcription  grecque  Mariam, dont  nous  avons  fait  en  latin  Maria,  en  français  Marie. Il  faut  bien  avouer,  cependant,  que  le  sens  de  ce  mot  nous échappe  ;  on  ne  peut  le  décider,  parmi  les  nombreuses  étymologies, —  possibles  souvent,  souvent  inadmissibles, —  qu’on  en  a proposées, soit qu’on lui donne  une origine hébraïque  ou syriaque, soit  qu’on  le  fasse  remonter  jusqu’à  la  langue  égyptienne.  Dans cette  dernière  hypothèse, Miryâm  signifierait  chérie.  Et  certes le  nom  eût  éminemment  convenu  à  celle  qui  était,  dès  sa  conception,  les  délices  de  Dieu  même  et  serait  si  aimée  en  tous les  siècles.  Venu  d’une  racine  hébraïque,  il  pourrait  être  traduit par  belle  :  n’est-ce  pas  à Marie  que  s’applique  excellemment  le texte  du  Cantique  :  Tota  pulchra  es,  amica  mea?  Et  peut-être  aussi l’interpréterait-on justement par les mots:  illuminatrice ou  puissante,  noms  que  mérite  bien  celle  d’où  nous  est  venue  la lumière  du Christ  et  qui  règne  au  ciel  comme  sur  la  terre.  « Ou bien,  dit  le  P.  de  la  Broise  comme  d’autres  noms  bibliques empruntés  aux  arbres  ou  aux  fleurs  les  plus  élégantes,  celui  de Marie  rappellerait  la  myrrhe,  d’où  coule  un  des  plus  précieux parfums de  l’Orient  :  et  par  là  il  exprimerait  symboliquement la  grâce,  la  suavité,  l’amertume  et  l’incorruption.  »

Tour  à  tour  ces  sens  divers  se présentaient  à  l’esprit  ravi  de Joachim  et  d’Anne,  lorsqu’ils  contemplaient  l’enfant  bénie  qui, dans  son  berceau,  leur  semblait  venir du  ciel,  tant  elle  était pleine  de  grâce.  Et  bientôt,  soit  dans  les  jardins  de  Bezetha, soit  sur  les  coteaux  fleuris  de  Nazareth,  quand  elle  essaierait ses  premiers  pas,  quand  elle  prononcerait les premiers mots de sa langue harmonieusement  bégayante,  plus  que  jamais  à  sa beauté  céleste,  à  sa  suavité,  à  sa  précoce  et  merveilleuse  sainteté,  admirant  le  don  de  Dieu,  les  bienheureux  parents  comprendraient  que  l’enfant  du  miracle  était  réservée  à  d’inconnues et  sublimes  destinées.

(Père Moreau, S.J, Saints et saintes de Dieu, 1924)

Publicités