Les bienheureux Marc, Etienne et Melchior, fêtés le 7 septembre

7 SEPTEMBRE LES BIENHEUREUX MARC, ETIENNE ET MELCHIOR MARTYRS (1619)

https://i1.wp.com/www.jesuites.com/v3/wp-content/uploads/2013/03/martyrs_hongrie.jpg


Lorsque,  en  1618,  les  protestants  de  Bohême  se  soulevèrent contre l’empereur  Mathias,  ils se trouvèrent  tout  d’abord  impuissants  à  soutenir  la  lutte.  En  même  temps  donc  qu’ils  faisaient appel  à  l’électeur  palatin  Frédéric  V,  ils  regardèrent  aussi  vers la  Transylvanie,  où  la  Réforme  avait  fait  de  grands  progrès depuis  la  révolte  de  Bocskay  (1604).  Elle  était  gouvernée  par Gabriel  Bethlen,  —  ou  Bethlen  Gabor,  selon  l’usage  du  pays de  placer  le  nom  de  baptême  après  le  nom  de  famille.  Homme « d’une  instruction  médiocre,  ivre  tous  les jours  à  partir  de  midi, —  ainsi  s’exprime  l’Histoire  Générale  de  Lavisse,  —  il  avait cependant  des idées  claires  et  un .programme  très  net  : il  voulait se  tailler  un  État  indépendant  entre  l’Autriche  et  la  Turquie,  et pour  cela  renverser  en  Hongrie  la  domination  des  Habsbourg  ».  De  plus  huguenot  zélé,  il  avait  la  haine  du  catholicisme  que ceux-ci  représentaient,  et  particulièrement  des  jésuites,  les  plus actifs  adversaires  du  protestantisme.  Il  n’avait  garde  de  laisser passer  cette  occasion  de  pêcher  en  eau  trouble  et  se  hâta  d’envahir  la  Hongrie  avec  quarante  mille  hommes,  quarante  mille pillards  indisciplinés  qui  mirent  ce  malheureux  pays  à  feu  et à  sang.

Au  commencement  de  septembre  1619,  son  lieutenant, Georges  Râkôczy,  entra  par  capitulation  à  Kaschau  ou  Cassovia,  cité  forte  presque  entièrement  protestante.  Il  était  convenu  que  tous  les  habitants,  même  papistes,  auraient  la  vie sauve.  En  vain  le  sénateur  Rayner  et  le  prédicant  Alvinczy tentèrent  d’obtenir  du  conseil  de ville  qu’on  mît  à  mort  tous les  catholiques  indistinctement.  La  majorité,  révoltée  de  cette affreuse  proposition,  déclara  qu’on  s’en  tiendrait  au  pacte conclu  avec Râkôczy.

Mais,  en  pénétrant  dans  la  ville,  celui-ci  y  avait  trouvé  trois prêtres,  revenus  après  la  signature  de  la  capitulation  ;  il  les faisait  garder  à  vue  depuis  le  5  septembre,  malgré  leurs  réclamations  et  leur  offre  de  se justifier  devant  un  tribunal  de  toutes
les  accusations  que  l’on  pourrait  porter  contre  eux.  Ces  prêtres, le  conseil consentit  à  les  lui  abandonner,  comme  n’étant  pas couverts  par  la  convention  passée,  avant  leur  retour,  avec  les envahisseurs.

C’était  un  chanoine  de  la  métropole  de  Gran,  Marc-Ëtienne Crisin,  en  hongrois Korosy,  et  deux  religieux  de  la  Compagnie de  Jésus,  Etienne  Pongrâcz  et  Melchior  Grodecz.  Le  premier, né  à  Koros  dans  le  diocèse  d’Ag ram  en  1588,  avait  fait  ses
études  chez  les  jésuites  de  Gratz,  puis  au  collège  germanique, à  Rome.  Les ayant  achevées  de  la  manière  la  plus  brillante,  il avait  été  sollicité  par  Mgr  Pàzmàny,  primat  de  Hongrie  et  archevêque  de  Gran,  de  passer  dans  son  diocèse.  Successivement professeur,  puis  recteur  du  séminaire  de  Tyrnau,  chanoine, archidiacre  de  Komoru,  administrateur  de  l’abbaye  de  Széplak,  il  était  lié  d’amitié  avec  Doczy,  le  gouverneur  catholique de Kaschau,  Parfois il habitait  le palais  de celui-ci  ; en  1619, il  venait  d’y  faire,  peu  avant  la  fête  de  saint  Ignace  de  Loyola, les  Exercices  spirituels  avec  le  Père  Pongrâcz.  Ainsi  tous  deux, sans  le  savoir,  se  préparaient  au  martyre. Etienne  Pongrâcz  était  né  en  1582,  d’une  famille  noble  de Transylvanie,  au  château  d’Alvinez.  Quand  il  se  proposa  d’entrer dans la Compagnie  de  Jésus,  il  dut  d’abord  vaincre  la  résistance  très  vive  de  ses  parents.  En  1615,  il  avait été envoyé  en Hongrie  pour  être  préfet  des  études  au  collège  d’Hommona  et
prédicateur;  mais  le  gouverneur  Doczy  avait  obtenu  qu’il  fût uniquement  consacré  au  ministère  apostolique.  Il  parcourait  les environs  de  Kaschau,  soutenait  et  fortifiait  la  foi,  rappelait  à  la pratique  des  sacrements,  obtenait  de  nombreuses  conversions et, à  cause  de  son  zèle,  était  en  horreur  aux  calvinistes.  Absent de  Kaschau quand  les  bandes  de  Râkôczy  y  entrèrent, il aurait pu facilement leur échapper; mais il pensa  que  son  devoir  était de  partager  avec  les  catholiques  leur  épreuve,  et  il  revint.

Il  y  trouva,  avec  Marc  Crisin,  son  confrère,  Melchior  Grodecz.  Celui-ci,  né  en  1584  à  Teschin,  en  Silésie, était  entré en 1603 au noviciat, où il connut Etienne Pongrâcz. En  1614, ordonné  prêtre,  il  fut  chargé  de  la  prédication  à  Prague,  puis en  1618  appelé  à  Kaschau  comme  aumônier  militaire.  Sa  bonté et  sa  vertu  lui  avaient  assuré  un  grand  ascendant  sur  les soldats.

A  peine  le  conseil  de  ville  avait  rendu  sa  décision  à  leur  sujet, les  livrant  à  leurs  bourreaux  par  un  lâche  compromis,  et  déjà ceux-ci  s’emparaient  de  leurs  victimes.  Ils  leur  ordonnèrent  de livrer  toutes  leurs  richesses  :  moyennant  quoi  ils  auraient  la
vie  sauve.  « Nous  sommes  de  pauvres  religieux,  répondit  Pongrâcz  pour son frère  et  lui-même,  et  nous  ne  vivons  que  d’aumônes. » Mais  Crisin,  intervenant,  offrit  les  trois  rançons. Les pillards les dédaignèrent : «  Il  faut  mourir, dirent-ils.  —  Pourquoi?  demandèrent  les  prêtres.  —  Parce  que  vous  êtes  papistes. —  Pour  un  tel  motif,  nous  sommes  prêts  déjà  à  toutes  les morts,  »  répondit  aussitôt  Pongrâcz,  en ouvrant  sa  soutane et  offrant  sa  gorge.  Mais  il  n’y  avait  pas  d’ordre  encore  de les  immoler ;  on  les  laissa,  et  ils  profitèrent de ce  répit  pour se  confesser mutuellement  et  s’exhorter  à  la  constance.

Râkôczy,  cependant,  était  décidé  ;  mais,  averti  peut-être de  l’extrême  douceur  de  Marc  Crisin,  qu’il  prit  pour  de  la  faiblesse,  il  espéra  le  séduire,  et  il  lui  fit  offrir,  en  échange  de  son apostasie,  la propriété  des  biens  de  l’abbaye  de  Szeplak,  qu’il avait  administrés,  et  d’autres  dignités  encore.  Il  semble  bien que  Pongrâcz  eût  un  peu  la  même  idée  du  caractère  du  chanoine,  car  il  s’empressa  de  répondre  pour  lui  et  de  rejeter  cette offre  outrageante.  Mais  la  douce  timidité  du  saint  prêtre  voilait  une  fermeté  inébranlable  de  foi.  «  Père,  intervint-il,  c’est à  moi  seul  que  s’adresse  la  proposition;  laissez-moi  y  faire ma  réponse.  » Cette  réponse,  elle  fut  telle  qu’elle  devait  être  : un  refus  simple  et  digne,  mais  péremptoire.  Râkôczy  la  comprit  et donna  ses  ordres.

On  était  au  milieu  de  la  nuit  qui  séparait  le  vendredi  6  et le  samedi  7  septembre.  Depuis  le  5,  les  prisonniers  n’avaient obtenu  ni  une  bouchée  de  pain  ni  un  verre  d’eau  ;  on  s’était contenté  de  rire  de  leurs  plaintes.  Tout  à  coup,  une  troupe  de fantassins  hongrois,  de  ceux  qu’on  appelait  heiduques,  protestants  farouches  et  brutaux,  envahit  les  deux  petites  pièces, voisines  de  la  chapelle,  qu’habitaient  les  trois  prêtres.  Le  sénateur  Rayner,  le  prédicant  Alvinczy,  plusieurs  autres  les  accompagnaient,  soit  fureur  de  sectaires,  soit  curiosité  cruelle, soit, en quelques-uns,  désir  de  profiter  des  circonstances  qui  s’offriraient  de  sauver  les  martyrs.
Les  assassins  frappent  avec  fracas  à  la  porte ;  Pongrâcz vient  ouvrir,  et  le premier  entré  lui  porte  si violemment  un  coup de  masse  d’armes  qu’il  tombe  à  la  renverse.  Alors  tous  se  précipitent;  les  Pères  sont  jetés  et  foulés  à  terre,  roués  de  coups de  pied  et  de  poing,  ligottés.  Puis  on  les  dépouille  de  leurs vêtements,  et  ils  servent  de  cible  aux  coups  de  feu  qu’accomgnent  les  blasphèmes  et  les  grossières  plaisanteries.  Cependant s’élevaient  sans  cesse  de  la  bouche  des  victimes  des  invocations à  Jésus  et  à  Marie.

Laissant  là  Pongrâcz  et  Grodecz,  les  heiduques  passèrent  dans la  seconde  chambre,  pour  y  faire  subir  à  Crisin  les  mêmes  traitements.  Auparavant,  une  fois  encore  on  essaie  de  l’entraîner  à renier  sa  foi ;  on  lui  demande  de  s’unir  aux  envahisseurs  pour travailler  avec  eux  à la grandeur  de  la  patrie.  Crisin,  très  maître de lui et  raillant  doucement,  affirmait  que  lui  aussi  était  patriote et  que  ses  vœux  s’accordaient  à  ceux  de  ses interlocuteurs.  Mais il  s’aperçoit  bientôt  que  ceux-ci,  et  Pongrâcz  lui-même,  sont prêts  à  prendre  ses  railleries  pour  une  adhésion ;  il  proteste vivement  de  son  inébranlable  attachement  à  la  foi  romaine.

Alors  les  bourreaux  se  retournent  contre  Pongrâcz  ;  ils feignent  que  ses  paroles  ont  entraîné  Crisin ;  ils  lui  coupent  le nez  et  les  oreilles  et  les lui  enfoncent  dans  la  bouche  pour  arrêter ses  appels  à  Jésus  et  à  sa  sainte  Mère ;  ils lui  broient  les  doigts avec  le  chien  de  leurs  fusils  ;  ils  lui  font  autour  de  la  tête  une couronne,  d’une  courroie  qu’ils  serrent  jusqu’à  faire  sauter  les yeux  de  leur  orbite.  Et  lui,  de  ses  lèvres  frémissantes,  ne  cesse de  murmurer  :  « Pardonnez-leur,  ils  ne  savent  ce  qu’ils  font.  » La  rage  des  assassins  s’exaspérait  toujours ;  ils  saisissent les martyrs,  les suspendent  aux  poutres  du  plafond,  étirent  leurs membres  en  leur  attachant  aux  pieds  de  lourdes  pierres.  Et alors,  saisissant  des  torches  ardentes,  ils  se  font  un  jeu  abominable  de  promener  la  flamme  sur  les  corps  nus  et  ensanglantés,  jusqu’à  mettre  à  jour  les  côtes  et  les  entrailles  dévorées
par  le  feu.

Enfin  le jour  allait  se  lever;  ils  jetèrent  sur  le  sol  les  victimes qui  soupiraient  encore  et  à  coups  d’épée  firent  sauter  la  tête  de Crisin  et  de  Grodecz.  Quant  à  Pongrâcz,  soit  qu’ils  le  jugeassent mort,  soit  que  sa  position  à  terre  rendît  la  décapitation  difficile, ils  lui  assénèrent  deux  coups  violents.  Et  les  trois  corps  furent
jetés  dans  une  fosse  d’aisances  voisine.

Le  gardien  de  la  chapelle,  qui,  caché,  avait  assisté  à  ce  drame, entendit  Pongrâcz  agoniser  dans  ce  cloaque  sans  oser  lui  porter secours.  Le  supplice  du Bienheureux  ne  finit  dans  le  triomphe du  ciel  qu’après  vingt  mortelles  heures.  Mais  le  sang  des  martyrs  fut,  comme  toujours,  une  semence  de  chrétiens.  Lors  de l’entrée  de Bethlen  à  Kaschau,  il  n’y  avait  guère  que  deux  cents catholiques  noyés  parmi  vingt  mille  habitants.  La  paix  revenue, leur  nombre  s’accrut  sans  cesse  ;  aujourd’hui,  dans  une  population  dont  le  chiffre  dépasse  celui  de  1619,  on  ne  compte  pas plus  de  trois  mille  protestants.

Les  trois  glorieux  martyrs  qui  ont  mérité  ce  succès  à  la  foi ont  été  élevés  aux  honneurs  des Bienheureux  par  le  pape  Pie  X, le  15  janvier  1905.

(P. René Moreau, S.J, Saints et saintes de Dieu, 1924)

Publicités