Sainte Rosalie, fêté le 6 septembre

6 SEPTEMBRE SAINTE ROSALIE VIERGE (1122?-1160?)

https://i1.wp.com/media.evangelizo.org/images/santibeati/R/Santa_Rosalia_Vergine_eremita_di_Palermo/Santa_Rosalia_AD.jpg


En  ce  jour  se  célèbre  à  Naples  la  fête  de  sainte  Rosalie, patronne  de la  ville  de  Palerme,  bien  que  le  Martyrologe  romain la  fixe  au  4  de  ce  même  mois.

Au  commencement  du  mois  de  juin  1624,  la  peste  éclata tout  à  coup  à  Palerme  avec  une  violence  terrible ;  un  vaisseau qui  avait  amené  dans  ce  port  des chrétiens  rachetés  aux  Maures, avait  en  même  temps  apporté  le  fléau.  Malgré  tous  les  efforts, toutes  les  précautions,  celui-ci  se  répandit,  selon  l’expression d’un historien,  aussi  rapide,  aussi  dévastateur  que  le  feu  dans une  épaisse  forêt,  sous  le  souffle  d’un  vent  impétueux.  En essayant  tous  les  remèdes,  les  magistrats  et  l’archevêque  cardinal  Doria  ne  manquèrent  pas  de  recourir  à  la  miséricorde divine,  par  l’intermédiaire  de  tous  les  saints  patrons  de  la  ville.

En  particulier,  une  grande  procession  fut  organisée,  où  l’on porta  les  reliques  les  plus  vénérées.  Or  il  arriva  que,  sur  deux points  assez  éloignés  de  cette  procession,  et  sans  aucune  entente préalable,  deux  groupes  de  chanteurs eurent  l’inspiration  soudaine  d’unir  aux  invocations  adressées  aux  saintes  vierges,  un cri  d’appel  vers  sainte  Rosalie.  Il  y  avait  longtemps,  cependant,  —  si  jamais  il  avait  existé,  —  que  l’usage  avait  passé d’invoquer  ainsi  cette  bienheureuse. Et  les  chanteurs,  s’ils n’eussent  été  singulièrement  et  surnaturellement  poussés  à  le faire,  n’en  auraient jamais  eu l’audace,  sachant  bien que  Mgr   Doria  était  absolument opposé  à  toute  innovation.  Pourtant  le culte  de  sainte  Rosalie  était  ancien  à  Palerme.  Dès  la  fin  du XIIe siècle,  peu  de  temps  après  sa  mort,  il  s’était  établi,  et  l’on trouve  dans  les  deux  siècles  suivants  des  autels  dressés  aux endroits  où  l’on  disait  qu’elle  avait  vécu,  des  images  qui  représentaient  des  scènes  de  sa  vie.  On  recourait  volontiers  à  son intercession.  Ce n’est  pas  que  la tradition,  —  car  de  monuments écrits  contemporains,  ou  à  peu  près,  de  la  sainte,  il  n’en  existe pas,  —  fournît  sur  elle  de  nombreux  détails.  On  la  disait  issue de  Charlemagne,  et donc  d’origine  française  ;  son  père,  Sinibald,  aurait  été  attaché  à  Guillaume  Ier   le  Mauvais,  roi  des Deux-Siciles,  et  par lui  amené  à Palerme.  Rosalie,  de très  bonne heure,  aurait  été  élevée  près  de  la  reine  Marguerite  et  fort aimée  d’elle.  Puis  tout  à  coup,  quand  on  la  destinait  à  un  brillant  mariage,  à  quatorze  ans,  elle  avait  disparu.  D’abord  peut-être  moniale  de  l’ordre  de  Saint-Basile,  au  couvent  de  Saint-Sauveur,  elle  avait  été  ensuite  attirée  à  une  solitude  plus  complète  et,  à  l’insu  de  tous,  elle  s’était  retirée  dans  une  grotte  profonde  et incommode  du mont  Quisquina, propriété  de  sa  famille, à  quarante  mille  pas  au  sud  de  Palerme.  Enfin,  se  trouvant sans  doute  trop  près  des  hommes,  troublée  dans  son  isolement, elle  avait  obtenu de  la  reine  le  don  du  mont  Pellegrino,  qui, au  nord  de  la ville,  s’avance  vers  la mer  et  la  domine.  Là,  sans doute  bien  plus  cachée,  connue  seulement  de  ceux qui lui  apportaient  son  pain  et  du  prêtre  qui  semble  avoir  parfois  pour  elle célébré dans sa  grotte  les  divins  mystères,  elle  avait  vécu,  elle était  morte.  Comment?  à  quelle époque  précise?  On  ne  le  savait pas.  Son  corps  même  avait  échappé  à  toutes les recherches.

Et  aujourd’hui  encore,  de  même  qu’on  place  sa  naissance  par conjecture  vers  l’an  1121. ou  1122,  on  ne  sait  trop  s’il  faut  assigner  à  sa  mort  la  date  de  1160  ou  de  1170,  ou  même  de  1180.

Peu  après  la  procession  qui  a  été  dite,  le  bruit  tout  à  coup se  répandit que l’on  avait  découvert  le  corps  de  sainte  Rosalie. Déjà  un  pieux  vieillard  avait,  après plusieurs  autres,  entrepris de le retrouver  et commencé  des recherches. Mais la  sainte  ermite du  Pellegrino  lui  avait  apparu,  lui  annonçant  que l’invention de  sa tombe  était  réservée  à  un  temps  où,  de  douleur,  « Palerme porterait  les mains  à  sa  chevelure  ». Puis  au  mois  d’octobre  1623, elle  se  montra  à  une  pauvre  malade,  Hiéronyme  Gatto,  qu’elle guérit  ;  elle  lui  prescrivit  d’aller  en  pèlerinage  au  mont Pellegrino  : et  là,  le  26  mai  1624,  dans  une  nouvelle  apparition,  elle lui  désigna l’endroit  où  l’on  trouverait  ses  restes.  Alors on commença des fouilles ; longtemps  inutiles, abandonnées, elles furent  reprises enfin dans l’espoir de mettre au jour, non  plus
des  reliques,  mais  un  trésor  que  la  tradition  disait  enfoui  là.

Et  tout  à  coup,  le  25  juillet,  tandis  que  la  procession  se  déroulait  dans  les  rues  de  Palerme  et  que  le  nom  de  Rosalie  s’y  faisait  entendre,  un  coup  de  pioche  heureux  dans  un  bloc  de pierre  fit  apparaître  un  crâne  humain.  « C’est la Sainte !  » cria-t-on.  Et  avec  des  précautions  rendues  bien  insuffisantes  par  la grossièreté  des  instruments,  on  fendit  le  bloc ;  dans  ses  différents  morceaux,  on  trouva  d’autres  ossements ;  bientôt  on  put reconstituer  un  corps  de  femme  à  peu  près  entièrement  conservé.  Dans  la  grotte  où  pendaient  de  nombreuses  stalactites, l’eau,  suintant  sans  cesse,  avait  fini  par  revêtir  le  cadavre  d’une couche  pierreuse  qui  lui  servait  de  linceul.  Près  du  corps  une croix  légère  de  métal,  autour des  doigts  de  la  main  gauche  une couronne  de  grains  destinés  à  seconder  la  prière,  attestaient  la piété  de  l’ensevelie.  Le  cardinal  Doria  fit  transporter  dans  son palais  la  précieuse  trouvaille  ;  elle  fut  examinée  avec  soin  par plusieurs  médecins, à qui  furent  associés  des  théologiens;  et  la conclusion,  prudemment  formulée, de l’enquête fut qu’on se trouvait  bien  en  face  des  reliques de sainte  Rosalie. Dieu  lui-même se  chargea  de la  confirmer,  en  accordant, aux prières présentées par  l’intercession  de  la  sainte, la prompte cessation du fléau.

L’heureux  résultat des fouilles  faites  au  mont  Pellegrino engagea, la même année, à  visiter  de  nouveau  et  avec  plus de  soin  la  grotte où Rosalie avait vécu d’abord sur le  mont Quisquina. Et l’on découvrit  alors, sous une couche assez épaisse de  concrétions  calcaires  amassées  par  la  sudation  de la  grotte,  une  inscription  que  tout  porte  à  croire  gravée  de  la main de la Sainte elle-même.  Elle  est  écrite  en  un  latin  assez incorrect,  comme  celui qu’une jeune fille pouvait parler alors, et elle  dit : « Moi, Rosalie,  fille  de  Sinibald,  seigneur  de  Quisquina  et des Roses, pour l’amour de mon Seigneur  Jésus-Christ, j’ai résolu d’habiter en cette grotte.  »

Dès lors, la ville  de Palerme  inscrivit  sainte  Rosalie  au  nombre de  ses  principaux  patrons ;  elle  orna  magnifiquement  les  deux lieux  de  sa  retraite,  en  les  enveloppant  de  riches  églises  et lui  éleva  dans  sa  cathédrale  une  chapelle  où  est  honorée  la splendide  châsse  contenant  les  saints  ossements  ; sauvée  par  elle plus d’une  fois de la peste,  elle lui  attribue encore la  grâce  d’avoir été  préservée  de  l’affreux tremblement  de  terre  qui,  le  11  janvier  1693,  ruina  Catane  de  fond  en  comble  et  fit  en  Sicile 60 000  victimes.  Le  culte  de  la  Sainte  se  répandit  au  reste  non seulement  dans  le  royaume  des  Deux-Siciles,  où  nombre  de villes,  —  et  Naples  en  particulier,  —  reconnaissent  avoir  par elle  été  délivrées  de  la  peste,  mais  encore,  et  pour  le  même motif,  à  Nice,  à  Thiers  et  à  Moulins  en  France,  à  Vienne  en Autriche.  On  lui  attribue  des  miracles  sans  nombre  dans  tous les  pays d’Europe  et même de l’Amérique.  Et  il  n’est  pas, semble-t-il,  de  Saint  dont  le  nom  soit  plus  béni  pour les  innombrables  faveurs  obtenues  de  Dieu à son intercession.

(Père Moreau, S.J, Saints et saintes de Dieu, 1924)

Publicités