Saint Léon Ier le Grand, fêté le 11 Avril

11 AVRIL  SAINT  LÉON  1er  LE  GRAND  PAPE ET DOCTEUR  DE L’ÉGLISE
(vers 395-461)

 

 
Pendant  que  l’empire  d’Occident  s’écroulait,  au  milieu  des divisions  intestines,  sous  les  coups  redoublés  des  barbares, l’Église,  en  Orient,  subissait  les  assauts  des  hérésies  de  Nestorius  et  d’Eutychès,  qui  ébranlaient  l’unité  catholique  et menaçaient de la détruire.  Alors  Dieu  suscita  un  pape de  génie,  dont la  tâche,  vaillamment  accomplie,  fut  de  consolider  cette  unité nécessaire  et  même  d’apporter  à  l’empire  le  secours  de  son énergie  et  de  son  autorité  morale.  Ce  fut  saint  Léon Ier ,  qui  a
bien  mérité  le  surnom  de  Grand, autant  par ses  éminentes  qualités  de  théologien,  d’administrateur,  de  pontife,  que  par  le succès  de  ses  entreprises.

C’est  dans  ses  œuvres,  — bien  plus  que  par  les  récits  de  ses contemporains,  —  que  l’on  peut  apprécier  les  vertus  de  son âme  sacerdotale.  D’une  modestie  délicate,  d’un  dévouement total  à  la  divine  cause  qu’il  servait,  au-dessus  de  toute  ambition  et  de  toute  prétention  personnelle, il  n’a point parlé  de lui-même, de  sa  vie,  des différentes  époques de sa carrière.  Mais ses  lettres,  ses  sermons  révèlent  la  netteté  de  ses  vues,  la décision  rapide  et  heureuse  de  son  esprit,  l’invincible  fermeté  de ses  résolutions,  comme  la  sûreté  et  l’étendue  de  sa  science, son esprit  de  conciliation,  sa  prudente  douceur  et  son  cœur  affectueux.  Avant  tout  il  a  aimé  l’Église  à  laquelle  tonte  sa  vie fut  consacrée;  il  en  a  voulu  et  assuré  l’unité  dans les croyances et  dans le gouvernement.  Il a toujours  affirmé,  revendiqué,  exercé  la  suprématie  attachée  au  siège  de  Pierre.  Et par  là  il  fut  vraiment  l’homme  de  son  temps  et  l’homme  de Dieu.

Tellement  l’homme  de  l’Église,  qu’il  n’apparaît  dans  l’histoire  que  déjà  à  son  service  et  dans  ses  conseils.  On  ne  sait sûrement  ni  son  pays, —  on  le  croit  Romain  plutôt  que  Toscan,  —  ni  la  date  de  sa  naissance,  —  qui  sans  doute  doit  se placer  dans les  dernières  années  du  IVè siècle, — ni la  condition de sa famille, — à peine  le  nom de son père, qui se serait  appelé Quintianus.  Mais  dès  428  il est acolyte  et  va  à Carthage  porter à  l’évêque  Aurélius  la  condamnation  prononcée  par  le  pape
Zozime  contre  les  pélagiens, qui  niaient  la nécessité de la grâce.

Sous  Célestin  Ier ,  il  est  fait  diacre  et  en 431 possède assez d’autorité  pour  que  saint  Cyrille  d’Alexandrie  s’adresse  à  lui  afin d’empêcher  l’évêque  de Jérusalem,  Juvénal,  de  s’attribuer  le patriarcat  de la Palestine. En 439, quand un pélagien de marque, Julien,  évêque  d’Eclane,  tente  d’abuser  le  Saint-Siège  par  une fausse  soumission,  c’est  encore  l’archidiacre  Léon  qui  met  en garde  le  pape  Sixte  III.

Et  enfin,  ce  pape  étant  mort  au  mois  d’août  440,  tous  les suffrages  se  réunirent  pour  désigner  Léon  comme  son  successeur.  Celui-ci  était  absent  cependant.  Non  moins  estimé  par l’empereur  que  par  la  cour  pontificale,  Valentinien  III  l’avait envoyé  en  Gaule  pour  rétablir  l’accord  entre les deux  généraux Aétius et Albinus,  dont la rivalité menaçait de tourner en guerre civile.  C’est  pourquoi Léon  ne put  revenir  à Rome,  pour y  recevoir  la  consécration  épiscopale,  qu’au  mois  de  septembre.

En  courbant  le  front  sous  l’onction  sainte,  le  nouveau  pape ne  se  dissimulait  pas  le  poids  écrasant  et  la  responsabilité  de sa  charge : « Si  le  sacerdoce  impose  des  obligations  à  tous  les prêtres,  disait-il,  combien  cette  obligation,  est  pour  nous  plus
lourde  et  plus  étroite !…  Nous  devons,  nous,  prendre  part  aux soucis  de  tous  (les  pasteurs) et  il  n’est  aucune  partie  du  ministère qui nous soit étrangère. Comme le monde entier a recours au siège  du  bienheureux  apôtre  Pierre,  nous  portons  un  fardeau d’autant  plus  lourd,  que  nous  avons  de  plus  grands  devoirs envers  tout  le  monde. »

On le  voit, le  successeur  de  saint  Pierre  se  rendait  compte de sa  mission  universelle,  de  sa  juridiction  suprême, et  il  constatait  en  ces  paroles  que  le  monde  entier  la  reconnaissait  également. Il s’efforça dès le début  de remplir son devoir dans son intégrité. En même temps que, évêque de Rome, il donnait ses soins à son diocèse et sans relâche s’acquittait  de tous ses devoirs  envers lui,  et  notamment  du  devoir  de  la  prédication, son  regard  parcourait  toute  la  terre  et  suivait,  avec  une  attention  anxieuse et  toujours prête  à l’action, les luttes  de l’erreur  et  de la vérité.

L’erreur ! elle  levait  la  tête  partout  : le  manichéisme  en  Italie, le  pélagianisme  en  Afrique,  le  priscillianisme  en  Espagne.  Sur tous  ces  points  le  dogme  était  battu  en  brèche ; mais  aussi  la morale,  comme  cela est  nécessaire,  fléchissait.  Avec  une  vigueur tempérée par la miséricorde, Léon fit tête de tous côtés, ou plutôt porta  lui-même  la  guerre.  En  Italie,  il  prêchait,  il  réunissait les  hérétiques  pour  les  combattre  et  les  convaincre,  et  il  remportait  des  succès  définitifs.  Dans  les  autres  pays,  il  encourageait  et  dirigeait  les  efforts  des  évêques,  multipliant  ses  lettres, ses  avertissements,  ses  conseils.  Et  grâce  à lui  l’erreur  reculait sur  tous  les  terrains.

Mais  c’est  en  Orient  surtout  que  le  mal  allait  devenir  pressant.  En  haine  de  Nestorius,  qui  niait  l’unité  de  personne  dans le  Christ  et  qu’avait  condamné  le  concile  d’Éphèse,  un  vieux moine  de  quatre-vingts  ans,  Eutychès, ignorant, têtu  et, sans  le comprendre peut-être,  instrument  de basses vengeances et  d’ambitions effrénées,  avait prêché  à  ses  confrères  d’abord, puis aux fidèles,  qu’il  n’y  avait  en  Jésus-Christ  qu’une  seule  nature, et  que  la  nature  humaine,  si  elle  s’était  trouvée  en  lui  avant l’union — et  sans  doute ne savait-il  pas bien ce qu’il voulait  dire ainsi,  —  avait  été  ensuite  absorbée  par la  nature  divine.  Cette théorie, qui  refusait  au  Christ  sa  qualité  de  représentant  et  de chef  de l’humanité  et  supprimait  la  rédemption,  avait  été  vivement  attaquée  par  Eusèbe,  évêque  de  Dorylée,  et  condamnée dans  un  concile  tenu  à  Constantinople  sous  la  présidence  de Flavien,  patriarche  de  cette  ville.  Mais bientôt  l’hérésie  relevait la  tête.  L’empereur  Théodose  le  Jeune  lui  était  gagné ;  le  patriarche  d’Alexandrie, Dioscore,  en  prenait  la  défense;  et  tous deux,  dans un conciliabule tenu à Éphèse,  —  où  les  légats  du pape  firent  en  vain  et  au  péril  de  leur  vie  entendre  leurs  protestations,  —  tentaient  de  la faire  triompher  par  des  violences impies  et  des  persécutions  sanglantes.  Leur  victoire  dura  peu.

En  450,  Marcien  succéda  à  Théodose.  Déjà  Léon,  dans  une admirable  et  célèbre  lettre  à  Flavien,  avait  vengé  la  vérité  et condamné  l’erreur.  D’accord  avec  lui,  l’empereur  convoqua  à Chalcédoine  un  conseil  œcuménique.  Là,  grâce  aux  soins  du pape,  qui  sans  relâche,  par ses  lettres  plus  effectivement  encore que  par  ses  légats,  mit  en  pleine  lumière  et  fit  acclamer  l’enseignement  traditionnel  de  la  foi,  l’eutychianisme  fut  définitivement  condamné  et  le  dogme  consacré.

Malheureusement  la science  et  l’énergie  du  pape  ne  purent  avoir  raison  de  l’obstination  de  quelques  évêques,  de  moines  plus  nombreux,  et l’hérésie,  après  avoir  suscité  en  plusieurs  pays  des  troubles  et même  des  révoltes,  y  conserva  jusqu’à  nos  jours  des  partisans irréconciliables.

Ce  n’est  pas  sur  l’Église  seule  que  s’exerçait  l’action  protectrice  de saint Léon, mais  sur l’empire  romain  tout  entier. En 452, Attila  fondit  sur  l’Italie,  riche  proie  que  ses  maîtres  étaient incapables  de  défendre.  Valentinien  III  n’eut  de  ressource  que de  lui  envoyer  une  ambassade ; à  sa  tête  il  supplia  saint  Léon de  se  mettre ; vaillant  et  dévoué,  celui-ci  accepta.  Il  vint  trouver  le  barbare  à  Mantoue.  Une  fresque  de  Raphaël  a  consacré le  souvenir  traditionnel  de  cette  fameuse  entrevue  :  aux  côtés du pape,  on y  voit  les  apôtres  saint  Pierre  et  saint  Paul,  qui  se seraient  montrés  à  Attila  et  l’auraient  décidé  par  leurs  menaces  à  s’incliner  devant  l’énergique  éloquence  de  Léon.

Rome  fut  sauvée  alors.  Quelques  années  après,  en  455,  la vengeance  de  l’impératrice  Eudoxie  attirait  les  Vandales  de Genséric  sur  la  Ville  sainte.  Léon  intercéda  encore ;  il  fut moins  puissant  sur  l’hérétique  que  sur  le  païen.  Les  barbares mirent  la  ville  à  sac  pendant  quatorze  jours  et  des  milliers de  malheureux  furent  emmenés  en  esclavage.  Du  moins  il avait  obtenu  la  vie  des  habitants  et  la  conservation  des  monuments.  Si  incomplet  qu’il  fût,  c’était  un  succès  cependant,
grâce  auquel  Rome,  presque  intacte,  recouvra  bientôt  sa  splendeur.

Saint  Léon  ne vécut  pas  assez  pour  en jouir.  Le  10  novembre 461,  il  mourait,  plein  de  jours,  après  un  pontificat  de  vingt  et un  ans.  Son  culte  s’établit  aussitôt  dans  l’Église.  Dans  la  liste des  grands  et  saints  papes,  il  sera  toujours  estimé  l’un  des plus éminents  aussi  bien  par ses vertus,  son  éloquence,  son  haut caractère,  que  par  les  services  inappréciables  qu’il  a  rendus  à l’Église  et  par  l’œuvre  qu’il  a  accomplie.

Source : Saints et saintes de Dieu, P. Moreau, T. I, p.456-460

Publicités