Mgr Delassus : définition pédagogique de la Haute-Vente

conjuration antichrétienneCarbonari, vente (1) : Ces noms étranges furent pris pour mieux cacher le complot ; les conspirateurs se présentèrent comme associés pour un commerce de charbon (2). Les Ventes étaient de trois classes ou de trois degrés : les Ventes particulières, les Ventes centrales, et la Haute-Vente. La Haute-Vente était composée de quarante membres. Elle se recrutait elle-même et exerçait sur la charbonnerie une autorité sans limite et sans contrôle. Lorsque la création d’une Vente centrale était jugée utile, deux membres de la Haute-Vente s’adressaient à un carbonaro, membre d’une Vente particulière, qu’ils estimaient propre à leur dessein, et, sans lui faire connaître qu’ils appartenaient, eux, à une société encore plus secrète, ils lui proposaient l’organisation d’une Vente supérieure à celle dont il faisait déjà partie.

De même, pour former une Vente particulière, deux membres d’une Vente centrale choisissaient un franc-maçon dont le caractère, la position sociale, et le degré d’initiation pouvaient assurer à la Vente l’influence voulue. Sans faire connaitre ce qu’ils étaient eux-mêmes, ils lui proposaient simplement de former, avec lui et avec quelques autres maçons à recruter, une association d’ordre supérieur à la franc-maçonnerie. Des Vente particulières, en nombre illimité, étaient ainsi rattachées à une Vente centrale par deux de leurs membres, qu’elle ne savait pas être en rapport avec une association supérieure à la leur ; et les Ventes centrales, aussi en nombre illimité, étaient rattachées de la même manière à la Haute-Vente, qui gouvernait le tout sans être aperçue nulle part (3).

Les sociétés secrètes étaient ainsi constituée en forme de pyramide humaine dont les carbonari tenaient le centre ; les loges à la base ; et la Haute-Vente le sommet. Toutes les pensées, tous les mouvements étaient déterminés par une suggestion pénétrant dans la masse, mais qui n’était clairement consciente qu’au sommet d’où elle descendait dans les régions inférieures. L. Blanc, après avoir loué l’admirable élasticité de cette organisation, nous apprend qu’il fut interdit à tout charbonnier appartenant à une Vente de s’introduire dans une autre Vente. « Cette interdiction était sanctionnée par la peine de mort ». Nous verrons que la Haute-Vente n’était pas plus elle-même son propre maître que les Ventes inférieures : elle recevait les directions d’un comité supérieur dont elle savait l’existence, puisqu’il la dirigeait, mais dont elle ignorait le siège et le personnel.

(…)

Matternich, qui, dans sa correspondance, parle à plusieurs reprises de l’action directrice exercée par la Haute-Vente sur tous les mouvements r évolutionnaires de l’époque, dit, dans une lettre adressée le 24 juin 1832 à Newmann, à Londres, que la Haute-Vente est la continuation de l’association des illuminés, « qui pris successivement, selon les circonstances et les besoins du temps, les dénomination de Tugendbund , de Burschenschaft , etc. » Assurément, personne n’a pu être mieux informé que lui.

(…)

La haute vente ne fut composée que de 40 membres, tous cachés, dans la correspondance qu’ils échangeaient entre eux, sous des pseudonymes. « Par respect pour de hautes convenances, dit Crétineau-Joly, nous ne voulons pas violer ces pseudonymes, que protège aujourd’hui le repentir ou la tombe. L’histoire sera peut-être moins un jour moins indulgent que l’Église. »

C’est que ces conjurés étaient pour la plupart l’élite du patriarcat romain par naissance et la richesse, et celle du carbonarisme par le talent et la haine anti religieuse. Quelques uns, comme on le verra étaient juifs. Il était nécessaire que la juiverie fut représentée parmi eux. Eckert, Gougenot-des-Mousseaux, d’Israeli, sont d’accord pour affirmer que les juifs sont les vrais inspirateurs de tout ce que la franc-maçonnerie conçoit et exécute, et qu’ils sont toujours en majorité dans le conseil supérieur des sociétés secrètes.

(Source : la conjuration antichrétienne, Mgr Delassus, Tome 2, p. 322 et p. 330-331)


1 Carbonarisme en Italie, Charbonnerie en France, Tugendhund en Allemagne, Communeros en Espagne. 2 Déjà Weishaupt avait donné aux siens le conseil de se dissimuler en prenant les apparences de sociétés de marchands. 3 Saint-Edme, Constitution et Organisation des carbonari, 2ème édition, p.197 « La Haute-Vente » était la continuation de « l’Ordre intérieur » d’avant la révolution.

Publicités