Saint Alphonse-Marie de Liguori : LE CRUCIFIX, FOYER D’AMOUR

croix image1. « Je suis venu jeter le feu sur la terre, et qu’est-ce que je veux, sinon qu’il s’allume ? » (Lc 12, 40).

Ces paroles de notre très aimant Rédempteur nous dévoilent le motif de sa venue sur la terre. Ce motif, ce fut d’allumer le feu de l’amour divin dans tous les cœurs et de l’y voir brûler à jamais. Depuis lors, quels prodiges n’a pas opérés la contemplation d’un Dieu crucifié ! Combien d’âmes ont eu le bonheur de s’embraser tellement de son amour, qu’elles ont tout quitté pour ne plus s’occuper que de l’aimer ! Au reste, pour gagner notre amour, Jésus Christ pouvait-il faire plus qu’il n’a fait ? Il a donné sa vie en expirant de douleur sur une croix par amour pour nous: qu’y a-t-il au-delà de cet héroïsme ? Aussi saint François de Paule avait-il raison de s’écrier dans une extase, les yeux fixés sur le crucifix : « Ô charité! Ô charité! Ô charité ! » (Claude du Vivier, Vie et Miracles de saint François de Paule, Paris, 1609, ch. 24, 738).

2. Mais comment se fait-il que les hommes vivent, hélas ! Dans l’oubli de ce Dieu tout enflammé d’amour pour eux ? Si le dernier de mes semblables, si l’un de mes serviteurs avait fait et souffert pour moi ce qu’a fait et souffert Jésus Christ, comment pourrais-je vivre sans l’aimer? Ô ciel! Quel est celui que je vois suspendu à la croix ? C’est mon Dieu qui m’a créé, oui, lui-même, et mon Créateur meurt crucifié par amour pour moi ! Ah ! Comme cette croix, ces épines, ces clous, comme ces plaies sanglantes surtout, me crient: « Rends donc amour pour amour ! ».

3. « Ô mon Jésus, disait saint François d’Assise, que je meure par amour de votre amour, puisque vous êtes mort par amour de mon amour ! » (S. François d’Assise, Prière d’offrande totale…, DV 155). Pour reconnaître dignement l’amour d’un Dieu mort par amour, ne faudrait-il pas qu’un autre Dieu mourût pour lui par amour ? Ce serait donc fort peu, même rien, si tous les hommes donnaient mille fois leur vie par amour pour Jésus Christ. Cependant Jésus Christ se contente du don de notre cœur ; mais il n’est satisfait que du don total. Pour quel motif est-il mort ? « Pour régner sur les vivants et sur les morts », répond l’Apôtre (Rm 14, 9); en d’autres termes, pour obtenir tout l’amour de tous les cœurs.

Est-il possible, ô mon bien-aimé Rédempteur, que je continue à vous oublier ? Comment aimer autre chose que vous, lorsque je vous considère mort de douleur sur un bois infâme pour expier mes péchés ? Comment ne pas mourir de douleur moi-même au souvenir de mes offenses qui vous ont réduit à cette extrémité ? Ah ! Mon Jésus, aidez-moi; c’est vous seul que je veux et rien de plus; aidez-moi à vous aimer.

 Vous, ô Marie, mon Espérance, aidez-moi de vos prières.

Publicités