Saint Alphonse-Marie de Liguori : LA DÉVOTION À LA SAINTE VIERGE, MÈRE DE DIEU

Saint Alphonse1. Jésus est médiateur de justice; Marie est médiatrice de grâce.

 D’après saint Bernard, saint Bonaventure, saint Bernadin de Sienne, saint Germain, saint Antonin et beaucoup d’autres (1), voici le plan, la volonté formelle de Dieu :

Toutes les grâces qu’il accordera jamais aux hommes, toutes sans exception, passeront par les mains de Marie.

Aux yeux de Dieu, les prières des saints sont des prières d’amis ; mais les prières de Marie sont des prières de mère. Heureux ceux qui recourent toujours avec confiance à cette divine Mère ! Ce recours perpétuel, voilà de toutes nos dévotions, celle qui lui plaît le plus. Redisons sans cesse: « Ô Marie, priez Jésus pour moi ».

2. De même que Jésus est tout-puissant par nature, ainsi Marie est toute-puissante par grâce; aussi, tout ce qu’elle demande, elle l’obtient.

 « Quand Marie réclame de son divin Fils une faveur pour ses clients, impossible, écrit saint Antonin, impossible qu’elle ne l’obtienne pas! » (2). Car Jésus se fait un bonheur d’honorer sa Mère en exauçant toutes les prières qu’elle lui adresse. De là, cette exhortation de saint Bernard: « Cherchons la grâce, et cherchons-la par Marie; car Elle est Mère, Elle ne peut essuyer un refus » (3). Avons-nous à cœur notre salut ? Implorons sans cesse Marie, afin qu’elle prie pour nous; car ses prières sont toujours exaucées.

Ô Marie de miséricorde, ayez pitié de moi. Vous vous glorifiez d’être l’Avocate des pécheurs: venez au secours d’un pécheur qui met en vous toute sa confiance.

 3. Ne craignons pas que Marie refuse de nous écouter, quand nous la prions.

Pourquoi se réjouit-elle de son tout-puissant crédit auprès de Dieu ? Précisément parce qu’elle peut nous obtenir toutes les grâces que nous désirons. Demander une grâce à Marie, c’est l’obtenir. Sommes-nous indignes d’être exaucés ? Marie nous rend dignes de l’être, par sa puissante intercession. C’est uniquement afin de pouvoir nous sauver qu’Elle désire avec tant d’ardeur être priée par nous. Quel pécheur s’est jamais perdu, s’il a prié Marie, Refuge des pécheurs, avec confiance et persévérance ! Celui-là se perd, qui ne recourt pas à Marie.

Ô Marie, ma Mère et mon Espérance, je me réfugie sous le manteau de votre protection ; ne me repoussez pas, comme je le mérite. Regardez ma misère, ayez pitié de moi. Obtenez-moi le pardon de mes péchés; obtenez-moi la sainte persévérance, l’amour de Dieu, une bonne mort, le paradis. J’espère tout de vous, parce que vous êtes toute-puissante auprès de Dieu. Faites de moi un saint, puisque vous le pouvez. C’est sur vous que je compte, ô Marie; c’est en vous que je place toutes mes espérances.

Source : La voie du Salut – Saint Alphonse de Liguori

1 S. Bernard, Avent, Sermon 2, n. 5; PL 183, 43; TZ 51. — S. Bonaventure, Évangile de Luc, ch. 1, n. 38, Vivès tome 10, 234. — S. Bernardin de Sienne, Sermon 52 De salutatione angelica, a. 1, ch. 2. Opera omnia, tome 2, Quaracchi 1950, 157. — S. Germain, Hommage à la demeure de la BMV; PG 98, 379. –S. Antonin, Summa theologica, tome 4, Verone 1740, 1061

2 S. Antonin, Ibid., 1029

3 S. Bernard, Nativité de Marie, n. 8; PL 183, 441; TZ 704

Publicités