Saint Alphonse-Marie de Liguori : JÉSUS A PAYÉ LA DETTE DE TOUS NOS PÉCHÉS

crucifié paysage1. Quand Dieu vit les hommes, tous à jamais perdus pour leurs péchés, son cœur voulut user de miséricorde envers eux; mais aussitôt la divine justice revendiqua ses droits, une satisfaction proportionnée. Parmi les créatures, personne qui pût la fournir.

Que fit alors le Seigneur notre Dieu?

Il envoya sur la terre son Fils se faire homme et prendre sur lui le fardeau de nos péchés: « Le Seigneur, dit le prophète, a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous » (Es 53, 6). Il le chargea de payer notre dette. Ainsi, la divine justice fut satisfaite, et les hommes, sauvés.

Ô Dieu éternel, pour nous inspirer une grande confiance en votre miséricorde et nous attirer puissamment à votre amour, pouvez-vous faire plus que de nous donner votre propre Fils ? Après un tel bienfait, comment ai-je pu me rendre coupable de tant d’injures ? Ah ! Seigneur, par amour pour votre divin Fils, ayez pitié de moi. Je suis plus affligé de vous avoir offensé que de tous les autres maux. Mais, si je vous ai beaucoup offensé, désormais je vous aimerai beaucoup. Donnez-moi la force de tenir ma résolution.

2. Dieu le Père « a fait retomber sur son Fils l’iniquité de nous tous ». Va-t-il se contenter de n’importe quelle satisfaction ?

Sans doute, toute satisfaction, même la plus minime, suffisait de la part du Verbe divin, pour expier tous nos péchés. Mais la prédiction d’Isaïe doit s’accomplir: « Le Seigneur a voulu le broyer par la souffrance » (Es 53, 10). Fouets, épines, clous, autres supplices, il faut que Jésus Christ endure tout, jusqu’à ce que, brisé, anéanti même par l’excès de tourments, il meure enfin de douleur sur un infâme gibet.

Ah ! Seigneur, si la foi ne nous en donnait la certitude, qui pourrait croire que vous avez poussé votre amour pour nous à cet excès ? Ô Dieu, ô Seigneur infiniment aimable, ne permettez pas que nous soyons plus longtemps ingrats envers vous. Éclairez-nous, donnez-nous la force de répondre désormais à cet excès d’amour. Accordez-nous cette grâce : je la demande au nom de votre amour pour ce Fils bien-aimé que vous nous avez donné.

3. Le Père Éternel a manifesté sa volonté. Pour nous pardonner nos péchés, il exige que son propre Fils endure les plus épouvantables tourments. Que fait le Fils de Dieu ? Tout humilié, tout obéissance envers son Père et tout amour pour nous, il choisit de mener sur la terre une vie de continuelles souffrances et de mourir dans un océan de douleurs, lui, l’innocence même. « Il s’est abaissé lui-même, dit l’Apôtre, se faisant obéissant jusqu’à la mort, et à la mort de la croix » (Ph 2, 8).

Ah ! Mon bien-aimé Sauveur, permettez que je vous dise, comme autrefois le roi pénitent Ézéchias: « Vous avez retiré mon âme de la fosse de perdition; vous avez jeté derrière votre dos tous mes péchés » (Es 38, 17). Déjà, par mes péchés, j’avais condamné mon âme à brûler éternellement en enfer; mais vous m’avez tiré de l’abîme, vous m’avez pardonné, j’en ai la douce confiance. J’ai misérablement offensé votre divine Majesté; mais vous vous êtes chargé de mes péchés et vous les avez expiés à ma place. Après cet excès d’amour, quelles peines seraient capables de me châtier dignement, si je recommençais à vous offenser, si je ne vous aimais pas de tout mon cœur ? Mon bien-aimé Jésus, unique amour de mon âme, je me repens souverainement de vous avoir outragé. Je me donne à vous tout entier et sans réserve; daignez m’accepter et ne permettez pas que je vous perde encore.

Sainte Vierge Marie, ô ma Mère, priez votre divin Fils d’accepter le don que je lui fais de moi-même; demandez-lui de le rendre parfait.

Source : La voie du Salut – Saint Alphonse de Liguori.

Publicités