Saint Alphonse-Marie de Liguori : LA PEINE DU DAM

enfer 11. Ni le feu, ni les ténèbres, ni l’infection, ni aucun autre des tourments réunis dans l’enfer, cette prison des désespérés, en constituent la plus grande peine: ce qui fait proprement l’enfer, c’est la peine du dam, ou la douleur d’avoir perdu Dieu.

L’âme est créée pour vivre éternellement unie à Dieu et jouir de la vue de son infinie beauté. Dieu est sa fin dernière et son unique bien. Aussi, sans Dieu, toutes les autres jouissances, tous les biens du ciel et de la terre sont-ils incapables de la contenter; par contre, si le damné possédait Dieu et l’aimait dans l’enfer, il trouverait le ciel dans ce séjour de tous les supplices. Mais sa grande peine, celle qui le rendra pour toujours malheureux, sans mesure, ce sera de se voir éternellement privé de Dieu, sans espérance de pouvoir jamais le contempler ni l’aimer.

 Ô Jésus, mon Rédempteur, transpercé pour moi sur la Croix, vous êtes mon Espérance.

 Ah! Que ne suis-je mort plutôt que de vous avoir jamais offensé!

 2. Créée pour Dieu, l’âme tend, par un instinct naturel, à s’unir à son Bien suprême, Dieu; mais elle est unie au corps. S’engage-t-elle dans le bourbier du vice? Le charme séducteur des choses sensibles l’enveloppe de ténèbres épaisses qui lui dérobent la vraie lumière : elle perd peu à peu la connaissance de Dieu, elle perd même le désir de s’unir à lui. Vienne le jour où, sortie du corps et dégagée des objets sensibles, elle voit que Dieu seul est le bien capable de la rendre heureuse : aussitôt, elle est emportée vers lui par l’irrésistible élan de sa nature; elle veut l’étreindre, le posséder.

Mais la mort l’a surprise en état de péché mortel. Ce péché, pareil à une lourde chaîne, ne l’empêche pas seulement de monter; il l’entraîne vers l’enfer, pour y demeurer à jamais éloignée, à jamais séparée de Dieu. Au fond de l’abîme éternel, elle sait combien Dieu est beau, mais elle ne pourra jamais le voir. Elle sait combien il est aimable, mais elle ne pourra jamais l’aimer. Que dis-je ? Sous le poids accablant de son péché, elle devra le haïr toujours. L’enfer de son enfer, ce sera de comprendre qu’elle hait un Dieu souverainement digne d’être aimé. Si c’était possible, avec quelle joie elle s’anéantirait elle-même, dans son dépit de devoir haïr un Dieu tout aimable! Telle sera l’occupation éternelle de cette infortunée.

 Seigneur, ayez pitié de moi.

3. Ce n’est pas assez de cet épouvantable supplice : la reconnaissance de toutes les grâces dont Dieu la combla, l’amour qu’il lui témoigna, l’accroissent encore immensément. L’âme damnée sait surtout combien Jésus Christ l’aima, combien il désirait la sauver, alors qu’il donnait pour elle son sang et sa vie. « Quelle noire ingratitude fut la mienne, se dira-t-elle, pour me procurer de viles satisfactions, j’ai délibérément perdu Dieu, mon souverain Bien ! Et je vois clairement que je l’ai perdu sans espoir de le recouvrer jamais! »

Ô mon Dieu, si j’étais en enfer, je ne pourrais plus ni vous aimer ni me repentir de mes péchés. Maintenant, donc, que je puis encore me repentir et vous aimer, je me repens de toute mon âme de vous avoir offensé et je vous aime plus que toute chose. Vous même, Seigneur, mon Dieu, rappelez-moi toujours que j’ai mérité l’enfer, afin que, toujours, je vous aime plus ardemment.

 Ô Marie, Refuge des pécheurs, ne m’abandonnez pas.

Source : La voie du Salut – Saint Alphonse de Liguori

Publicités