Discernement des esprits, par le P. Garrigou-Lagrange, partie 5 : principes secondaires

PRINCIPES SECONDAIRES DU DISCERNEMENT DES ESPRITS.

Garrigou lagrange

1. Dans ce qui se présente soudain à faire, l’esprit qui anime quelqu’un se manifestera, si, après délibération, il se défie de lui-même. Cependant dans cette règle il ne s’agit pas du mouvement primo primus, ni du péché de fragilité, mais d’un acte suffisamment délibéré et grave que l’hypocrite ne peut cacher ; ainsi se révéla le cœur des pharisiens après la guérison imprévue de l’aveugle-né.

2. Les secrets du cœur se manifestent dans les tribulations. Ainsi les vrais amis demeurent au jour de la tribulation, mais non les autres, comme il est dit dans l’Ecclésiastique (VI, 8). De même la tribulation est comme une fournaise où Dieu éprouve ses élus, selon cet autre passage de l’Ecclésiastique (XXVII, 5) : « Les vases du potier sont éprouvés par la fournaise et les justes le sont par la tentation» ou la tribulation. On lit dans la Sagesse (III, 5-8) : « Dieu les a éprouvés et les a trouvés dignes de lui. Il les a examinés comme l’or dans le creuset et il les a agréés comme une victime d’holocauste, en temps voulu ils auront leur récompense. Les justes brilleront et courront comme des étincelles parmi les roseaux. Ils jugeront les nations et domineront les peuples et le Seigneur régnera éternellement». Mais pour cela la tribulation était nécessaire ; « nom­breuses sont les tribulations des justes » ; leur lon­ganimité, leur humilité, leur douceur, leur persé­vérance indéfectible s’y manifestent.

3. Le commandement révèle l’homme; car lorsqu’on parvient au pouvoir et aux honneurs, on doit corriger et gouverner les autres, ce qui com­porte beaucoup plus de difficultés que ce qu’on faisait auparavant dans sa vie privée. Il faut en effet montrer de la sagesse, de la prudence, sans opportunisme et utilitarisme mesquins, de la charité en­vers tous, de la justice également, une fermeté qui ne craigne pas de corriger les mauvais, enfin de la bienveillance pour les bons serviteurs qui doivent être aidés. Voir le Dialogue de sainte Catherine de Sienne, où il est question des bons et des mauvais pasteurs.

Publicités