Saint Augustin – Des hérésies – Les gnostiques

Les Gnostiques se vantent d’avoir été ou dû être appelés de ce nom à cause de l’étendue de leur science : ils sont plus vaniteux et plus corrompus que ceux qui les ont précédés. Comme ils portent différents noms, selon qu’ils habitent un pays ou un autre, appelés ici d’une manière, et ailleurs d’une façon différente , quelques-uns les désignaient sous le nom de Borborites ou libertins, en raison des turpitudes excessives auxquelles ils ont la réputation de s’abandonner dans leurs mystères. D’autres supposent qu’ils tirent leur origine des Nicolaïtes. D’autres encore en font les disciples de Carpocrate, dont nous allons parler. Leur doctrine est remplie des fictions les plus invraisemblables. A l’exemple des Nicolaïtes, ils séduisent les âmes faibles, en se servant de noms terribles d’anges ou de princes, et enseignent,sur Dieu comme sur la nature des choses, des fables contraires au plus simple bon sens. D’après leur système, les âmes sont de même nature que Dieu : leur entrée dans le corps humain et leur retour au sein de la divinité sont longuement expliqués, mais d’une façon burlesque et conforme à leurs erreurs : si leurs disciples brillent par quelque endroit, c’est, pour ainsi parler , moins par une grande science, que par une grande et ‘vaniteuse manie de raconter des fables. On dit aussi qu’au nombre de leurs dogmes se trouve celui d’un Dieu bon et d’un Dieu mauvais. (1)

Les Nicolaïtes tiraient leur nom de Nicolas, l’un des sept diacres qui avaient été ordonnés par les Apôtres (2). Accusé d’un attachement excessif à une très-belle femme qu’il avait épousée, Nicolas voulut dissiper ce soupçon et offrit, dit-on, de la livrer à quiconque voudrait devenir son mari. Ce fait servit de prétexte à la formation d’une secte corrompue dans laquelle s’établit la communauté des femmes. Les Nicolaïtes ne font aucune difficulté de se nourrir de viandes immolées aux idoles, et pratiquent d.’ autres cérémonies du culte païen. Ils racontent encore, sur le monde, des choses vraiment fabuleuses, mêlant à leurs discours je ne sais quels noms barbares de princes, propres à effrayer leurs auditeurs , plus capables de faire rire que de faire trembler les personnes prudentes. Ils attribuent aussi la création, non à Dieu, mais à des esprits auxquels ils croient réellement, ou que leur folle vanité les porte à imaginer. (3)

Les Carpocratiens suivent les enseignements de Carpocrate : toute action honteuse, tout raffinement d’immoralité leur sont connus. Il est, selon eux, impossible d’éviter les principautés et les puissances, de traverser leurs légions pour atteindre à un ciel plus élevé, sans assouvir toutes les convoitises de la chair, car elles plaisent à ces esprits.On raconte aussi que, d’après l’opinion de Carpocrate , Jésus n’avait été qu’un simple homme, né de Joseph et de Marie, mais doué d’un esprit si élevé , qu’il connaissait les choses célestes et devait les annoncer à ses semblables. La Loi et la résurrection des corps étaient, l’une et l’autre, une pure chimère, et la création de l’univers n’avait point Dieu pour cause : elle n’avait eu lieu que par le pouvoir de je ne sais quelles intelligences. Cette secte a, dit-on, compté parmi ses membres, une femme nommée Marcelline, qui rendait un culte d’adoration à Jésus, à Homère et à Pythagore, et brûlait de l’encens devant leurs images. (4)

(1) Saint Augustin, Des hérésies, chap. VI
(2) Act. VI, 5
(3) Saint Augustin, Des hérésies, chap. V
(4) Saint Augustin, Des hérésies, chap. VII

Publicités