Saint André Corsini, fêté le 4 février

4  FÉVRIER SAINT  ANDRÉ  CORSINI ÉVÊQUE (1302-1373)

La  famille  des  Corsini,  de  la  première  noblesse  de  Florence, avait  occupé  dans  cette  ville,  dès  l’an  1282,  les  plus  importantes  charges ;  elle  avait  donné  à  la  république  des  généraux de  mérite,  des  ambassadeurs  auprès  des  princes  les  plus  puissants,  et  à  l’Église  deux  évêques,  dont  l’un  fut  cardinal  et l’autre  reçut  le  premier  le  titre  d’archevêque  de  Florence.

Parmi  ses  membres,  on  comptait  en  1302  Nicolas,  qui,  depuis plusieurs  années,  avait  épousé  Pellegrina.  Les  deux  jeunes gens  n’avaient  pas  encore  d’enfants,  lorsque,  un  jour  qu’ils entendaient  le  sermon  dans  la  cathédrale  de  leur  cité,  l’audition  d’un  texte  de  l’Écriture  sainte  leur  inspira  d’offrir  à Dieu le  premier  fruit  de  leur  union.  C’est  aux  pieds  d’une  statue de  Marie,  vénérée  dans  l’église  des  Carmes  sous  le  nom  de Notre-Dame  du  Peuple,  que,  dans  une  même  prière,  mais  à l’insu  l’un  de  l’autre,  ils  firent  leur  vœu,  renouvelé  d’un  même élan  quand ils se le manifestèrent  mutuellement.

Dieu  les écouta et  leur  accorda  un  premier  fils.  La  veille  du  jour  où  il  naquit, Pellegrina  eut  un  songe  : elle  rêvait  qu’elle  avait  donné  le jour à  un  loup,  et  comme  elle  en  gémissait,  le  loup  entra  dans  une église  et  s’y  transforma  en  agneau.  A  son  réveil,  effrayée, anxieuse,  elle  n’osa  cependant  parler  à  personne  de  cette  sorte
de  vision.  Le  lendemain,  fête  de  l’apôtre  saint  André,  elle mettait  au monde  un enfant  si  beau,  si fort,  que  tous  ceux  qui le  virent  en  furent  émerveillés.  Elle  le  nomma  André  au  saint baptême.  L’enfant,  grandi,  fut  appliqué  aux  études.  Mais  s’il
était  intelligent,  il  montrait  une  mauvaise nature.  Peut-être trop  aimé,  trop  choyé, bien  qu’il  eût  été  suivi  de  plusieurs frères,  il  était  désobéissant,  insolent,  violent jusqu’à  la  brutalité;  le  jeu  l’emportait,  et  il  préférait  les  plus  hasardeux,  les armes, la chasse ; ses querelles, ses batailles étaient  quotidiennes, aussi  bien  que  ses  révoltes  contre  l’autorité,  et  celle  même  de ses  parents.

Il  est  merveille  cependant  que  ses  mœurs  soient demeurées  sans  tache.  Ainsi  parvint-il  à  sa  quinzième  année.

Un  jour  ses  parents,  ayant  à  se  plaindre  d’un  nouveau  méfait, l’appelèrent  pour  le  réprimander;  mais  lui,  tête  haute,  refusa insolemment  de  se  rendre à  leur  appel ; puis, venu,  se  répandit contre eux  en  paroles injurieuses.  « Ahl  s’écria  en  gémissant  sa mère, André mon fils, que tu  es bien le  loup que  j’ai vu en rêve ! — Que dites-vous, ma mère? » répondit l’enfant  étonné. Et celle-ci  de  lui  révéler  le  songe  qui  avait précédé  sa  naissance,  ainsi que  le  vœu  fait  par  elle  devant  Notre-Dame.  Elle  ajouta  ; « C’est  donc  à  Marie  que  tu  dois  la  vie  et  je  te  supplie  de  ne pas  dédaigner  le  service  d’une  si  grande  reine !  » Ces  paroles furent  une  flèche  qui  traversa  le  cœur  du  prodigue.  Après  une nuit  de  prières,  il  s’enfuit  à  l’église  des  Carmes  et,  à  deux genoux,  il  se  prit  à supplier la  sainte  Vierge  : « Voici,  disait-il, glorieuse Vierge, le loup dévorant et plein d’iniquités ;  purifiez-le, changez  sa  nature  cruelle  et  féroce,  faites-en  un  agneau  plein de  douceur  et  prêt  au  sacrifice.  »  Il  pria  jusqu’à  l’heure  de None,  et  puis,  se levant,  il  alla trouver  le Père  Jérôme  de Melioratis,  alors  provincial  de  Toscane,  et  le  conjura  de  le  recevoir au  noviciat.  Le  Père  s’étonna ;  apprenant  qu’André  obéissait ainsi  au  vœu  de  ses  parents,  il  fit  venir  ceux-ci ; et,  comme  ils protestaient  de  leur  joie  de  cette  subite  et  parfaite  conversion, André  fut  reçu  au  noviciat.

La  grâce  avait  fait  ce  miracle ;  mais  elle  n’agit  point  seule, André  dut  répondre  à  ses  avances.  Si  ce  ne  fut  pas  sans  peine et  sans  luttes,  ce  fut  sans  défaillance.  Pendant  trois  mois,  lui, le  jeune  noble,  si  fier  et  si  hautain,  on  l’exerça  par  les  plus
humbles  offices  :  portier,  balayeur,  aide  du  cuisinier,  servant à  table.  Rien  ne  lui  fut  épargné ; il  se  montra  supérieur  à  tout.

Le silence  lui  était  devenu  très  cher.  Il se livrait  à la prière  avec tant  de  zèle,  que  souvent,  tandis  qu’il  était  portier,  les  religieux  se  rendant  du  réfectoire  à l’église  le trouvèrent  agenouillé devant  une statue  qui  dominait  le porche,  sans que leurs  chants
pussent  le  tirer  de  sa  contemplation.

Cependant,  si  son  père  et  sa  mère  montraient  tant  de  joie de  le  voir  revêtu  de  la  robe  monastique,  d’autres  membres de  sa  famille  étaient  profondément  irrités  d’une  résolution qu’ils  trouvaient  humiliante  pour  leur  orgueil.  Plus d’une  fois, tandis  qu’il allait  par  la  ville,  la  besace  au  cou,  mendiant  le pain  du  couvent,  il  fut  arrêté  par  eux,  invité  à  quitter  cette vocation  déshonorante,  insulté  lorsqu’il  s’y  refusait.  Mais  rien ne troublait  sa  paix  ni  sa joie.  Humblement  il  se  disait  : « Mon Seigneur  Jésus,  quand  on  le  maudissait,  ne  maudissait  pas ; aux  mauvais  traitements  il  ne répondait  pas  par  des  menaces. Je  suis  d’un  ordre  de  mendiants ;  c’est  là  ma  profession ;  ma couronne,  mon  art,  c’est  de  mendier.  » Et  ces  paroles  le  consolaient  et  venaient  à bout  de  toutes  les  oppositions.

Du  reste  il  pratiquait  de  même  les autres vertus  religieuses ; soumis  à  tous  les  ordres  de  l’obéissance,  il  préférait  ceux  qui lui  coûtaient  davantage ;  sa  mortification  ne  se  contentait  pas des  pénitences  de  la  règle,  quatre  fois  par  semaine  il  jeûnait au  pain  et  à  l’eau ; les  disciplines  sanglantes  lui  étaient  coutumières.  Mais sa charité surtout  était  exquise et s’exerçait  envers les  pauvres  comme  envers  ses  frères.

Ainsi,  sa  profession  faite  au  jour  de  l’Épiphanie  1318,  se prépara-t-il  à  recevoir  la  consécration  sacerdotale.  Prêtre,  ses parents  eussent  voulu  qu’il  célébrât  devant  eux  sa  première Messe  avec la  plus  grande  solennité.  Mais il  réussit  à se  dérober à ces  honneurs ; c’est  dans un petit  sanctuaire isolé, à sept milles de  Florence,  qu’il  consacra  pour  la  première  fois  le  Corps  du Seigneur.  Et  pour  le  récompenser  la  sainte  Vierge  lui  apparut aussitôt  après  la  communion,  lui  disant  :  « Tu  es  mon  serviteur;  je  t’ai  choisi  et  je  me  glorifierai  en  toi. »

La  vie  d’André  s’écoulait  dans  les  mêmes  exercices  de  dévotion  et  de  zèle.  Il  était  aussi  de  plus  en  plus  cher  au  peuple, et  celui-ci  recourait  à  l’humble  moine  avec  une  confiance  qui, plus  d’une  fois,  obtint  des  miracles.  C’est  ainsi  que,  venu  dans la ville d’Avignon, où l’avait  appelé  son  parent, le cardinal Pierre Corsini, il vit  aux  portes  de l’église  de  Sainte-Marie-des-Dons  un pauvre aveugle qui  demandait l’aumône. Il l’interrogea  et apprit que  ce  malheureux  avait  perdu  la  vue  par  l’intensité  de  son travail  auprès  de  la  fournaise  où  il  fondait  de l’or  et  de  l’argent.  « Et  ma  cécité,  ajoutait-il,  m’afflige  surtout  à  cause  de mes  petits  enfants, qui ne peuvent encore gagner leur pain. Priez pour moi, père, afin que Dieu m’aide.  » Touché jusqu’aux larmes, André  aspergea  l’homme  d’eau  bénite  :  «  Que  Dieu  Notre-Seigneur Jésus-Christ,  dit-il,  qui  ouvrit les yeux  de  l’aveugle-né et  rendit  la vue  à  l’aveugle  de la route, par sa vertu  et  sa  puissance  te  guérisse  aussi.  » Et  aussitôt  le malheureux  vit  et,  rendant  grâce  à  Dieu, divulgua  son  bonheur  par  toute  la  ville.

Or il arriva que,  en 1360, la ville de Fiesole perdit son  évêque; le  clergé  et  le  peuple  s’unirent  pour  demander  André  comme son  successeur.  Mais  celui-ci  s’enfuit  et  se  cacha  chez  les  Chartreux. Comme  on ne  le  trouvait  pas,  on  se  résignait  à  un  autre choix, lorsque, dans  l’église  où  se  tenaient  les  électeurs,  la  voix d’un  enfant  de  trois  ans  s’éleva  :  «  C’est  André  que  Dieu  a choisi.  Allez  aux  Chartreux  :  vous  l’y  trouverez  priant.  »  Il y  priait  en  effet,  et  un  enfant  tout  de  blanc  vêtu  lui  apparaissait,  disant  :  « Ne  crains  pas,  André ;  je  serai  ton  gardien et  Marie  en  tout  sera  ton  aide. »

Ce  qu’il  avait  été  religieux,  André  le  fut  encore  évêque.  Sa mortification,  sa  pauvreté  demeurèrent  sans  égales.  Son  lit était  fait  de  sarments,  sur  lesquels  il  jetait  une  couverture. Jamais  il  ne  dépouillait  le  cilice  ni  la  chaîne  de  fer  qui  ceignait ses  reins.  Chaque  jour  il  se  flagellait  jusqu’au  sang ;  il  s’était interdit  la  viande  et  teintait  à  peine  l’eau  de  sa  boisson  de quelques  gouttes  de  vin.

Charitable  plus  encore  que  pénitent,  il  tenait  registre  de tous  les  pauvres  qu’il  secourait  discrètement.  Chaque  jour  il servait  de  ses  mains  des  bandes  de  malheureux  et,  dans  un temps  de  famine,  il  donna  jusqu’aux  pains  strictement  nécessaires  à  sa  maison ;  il  est  vrai  que  Dieu  multipliait  alors  sa provision.  Par  humilité,  tous  les  jeudis,  en  l’honneur  de  Notre-Seigneur,  il  lavait  les  pieds  des  pauvres.  Un  jour  l’un  d’eux  se refusait  obstinément  à  recevoir  ce  service. « Pourquoi,  frère,  ne veux-tu  pas  que  je  te  lave  les  pieds  comme  aux  autres?  demanda  l’évêque.  —  Seigneur,  répondit  le  pauvre,  mes  jambes sont  toutes  rongées  d’un  mal  dégoûtant.  —  Eh  bien !  mon frère,  aie  confiance  en  la  puissance  et  la  miséricorde  divines, et  tu  seras  guéri  de  toutes  tes  infirmités.  » Le  saint  lava  les pieds misérables,  les essuya, les baisa  en pleurant ; et  ses  larmes de  pitié,  en tombant  sur  les  plaies,  furent  le  remède  souverain qui  les  ferma  aussitôt.

Et  il  arriva  que.  dans  la  nuit  de  Noël  de  l’an  1372, André, avant  de  dire  la  messe  de  minuit, priait  dans  l’église  de  Marie ; cette  sainte  Mère  lui  apparut  :  « Voici  le  moment,  mon  fils, où  tu  vas  sortir  de  cette  prison  de  douleurs ;  quand  viendra la  nuit  où les Mages offrirent  à mon Fils et à moi leurs présents la nuit  où  tu  m’as  consacré  ton  âme,  ton  corps,  ton  cœur,  tous tes biens, je viendrai  à toi pour t’unir aux anges dans le royaume des  cieux.  » Transporté  de  joie,  André  célébra  les  trois  Messes de  la  Nativité ; et  son  visage,  que  la  pénitence  avait  décharné et pâli, retrouva la fraîche fleur de la  jeunesse.

Le 6 janvier donc, vers  minuit,  entouré  de  ses  chanoines  et  de  ses  clercs,  sur  son
pauvre lit de  sarments, il  récita  avec  une  extrême  piété  le  Symbole  des  Apôtres, celui  de  Nicée,  celui  de  saint  Athanase ; la chambre  s’emplit  alors  d’une  éclatante  lumière,  semblable  à celle  de  midi.  André  dit : « Nunc  dimittis  servum  tuum,  Domine, secundum  verbum  tuum  in  pace !  »  Et  il  expira  doucement.  II avait  soixante-dix  ans  passés,  et  depuis  cinquante-cinq  ans avait  revêtu  le  saint  habit  du  Carmel.

Source : Saints et saintes de Dieu, Tome 1, p.168-173

Publicités