Calvin comparé à Saint François-Xavier

Calvin

« Calvin voulut une fois cependant essayer un petit miracle; malheureusement le coup manqua.. Il avait payé un homme pour faire le mort afin de le ressusciter ensuite…; quand il arriva, suivi de la foule curieuse à laquelle il avait modestement annoncé cette preuve postiche de sa mission, la justice de Dieu avait frappé le compère, et Calvin manqua de mourir de peur en le trouvant vraiment mort dans son lit… Cette histoire est connue de tous et parfaitement authentique. » (1)

Des auteurs protestants avouent que Saint François-Xavier a fait des miracles

– Dieu a-t-il fait quelquefois des miracles pour faire connaître la sainteté de quelques catholiques ?

– Les adversaires en conviennent eux-mêmes.

– Comment cela ?

– Ils avouent que saint François-Xavier entre autres a fait de grands miracles.

– Qui est-ce qui convient de cela ?

– Des auteurs calvinistes et luthériens, anglais et hollandais.

– Nommez en quelques-uns.

– Baldée, Hakelwit, Tavernier.

– Dans quelle Église a vécu saint Xavier ?

– Saint Xavier était jésuite, et par conséquent catholique-romain.

– Que concluez-vous de ses miracles ?

– Je conclus qu’il faut que la doctrine qu’il a prêchée soit la vraie doctrine ; car Dieu ne peut attester le mensonge ni soutenir l’erreur par des œuvres de sa puissance. (2)

Un ministre du culte anglican, Richard Hakluit, dit en propres termes : « Les histoires modernes des Indes sont remplies des excellentes vertus et des œuvres miraculeuses de ce saint homme. » (3)

Dans son Histoire des Indes (pag. 78,) Baldéus ajoute : « Si la religion de Xavier s’accordait avec la nôtre, nous le devrions estimer et honorer comme un autre Paul. Toutefois, nonobstant cette différence de religion, son zèle, sa vigilance et la sainteté de ses mœurs doivent exciter tous les gens de bien à ne point faire l’œuvre de1 Dieu négligemment ; car les dons que Xavier avait reçus pour exercer sa charge de ministre et d’ambassadeur de Jésus-Christ, étaient si éminents que mon esprit n’est pas capable de les exprimer. Si je considère la patience et la douceur avec lesquelles il a présenté, aux petits et aux grands, les eaux saintes et vives de l’Évangile ; si je regarde le courage avec lequel il a souffert les injures et les affronts, je suis contraint de m’écrier, avec l’Apôtre: « Qui est capable comme lui de ces choses merveilleuses. » (4)

L’impie Voltaire avoue que Saint François-Xavier a fait des miracles

« Nous comptons dans la foule de ses miracles huit enfants ressuscités.

Mais le plus plaisant de ses miracles est qu’ayant laissé tomber son crucifix dans la mer près l’île de Baranura, que je croirais plutôt l’île de Barataria, un cancre vint le lui rapporter entre ses pattes au bout de vingt-quatre heures.

Le plus brillant de tous, et après lequel il ne faut jamais parler d’aucun autre, c’est que dans une tempête qui dura trois jours, il fut constamment à la fois dans deux vaisseaux à cent cinquante lieues l’un de l’autre, et servit à l’un des deux de pilote ; et ce miracle fut avéré par tous les passagers, qui ne pouvaient être ni trompés ni trompeurs. » (5)

Quelques autres miracles et vertus de Saint François-Xavier

« Un personnage comme S.François-Xavier prouve beaucoup en faveur de la religion et de l’Église sous le double rapport de la foi et des mœurs. C’est un thaumaturge, il n’y a pas à en douter ; les faits sont d’hier, nombreux et éclatants ; ils ont été vus, consignés dans les histoires, attestés par vingt peuples. Ces miracles certains tranchent la question philosophique de leur possibilité et rendent, à l’Église, un hommage divin. » (6)

« L’apôtre des Indes qui convertit plus d’un million d’infidèles, qui ressuscita plus de cinquante morts, qui guérit des milliers de malades. » (7)

« Sans avoir appris la langue chinoise, il prêchait tous les matins dans cette langue les marchands chinois. » (8)

« Et ce qui convainquit les infidèles de la vérité du christianisme, c’est que, quand le père Xavier leur expliquait les mystères de la foi en une langue, chacun d’eux l’entendait en la sienne, comme s’il en eût parlé plusieurs à la fois. » (9)

« La traversée, d’abord heureuse, fut ensuite contrariée par des temps plats qui épuisèrent d’abord toutes les provisions et causèrent de graves maladies. Pour rafraîchir ces pauvres malades, Xavier rendit potables par miracles, les eaux de la mer. » (10)

« Le corps de S. François ne fut confié à la terre que le dimanche suivant ; il était revêtu des ornements sacerdotaux, déposé dans un cercueil et recouvert de chaux vive ; il fut inhumé sur le penchant d’une presqu’île, vis-à-vis la passe des navires. Le 17 février 1553, il en fut fait reconnaissance. La chaux n’avait altéré ni les membres, ni les tissus qui les recouvraient. Le corps fut trouvé entier, frais et comme animé par le sang. Le navire mit à la voile, emportant les saintes reliques, la tradition rapporte que, pendant plusieurs années, les typhons ne désolèrent point ces parages. Le 22 mars, le navire abordait à Malacca. Un fléau pestilentiel, qui désolait la ville, cessa sur l’heure ; d’autres miracles furent dûs au simple attouchement du cercueil. Au mois d’août suivant, le P. Joan de Beira, allant aux Moluques, désira voir le corps de son bien-aimé Père et s’entendit avec plusieurs personnes pour se donner secrètement cette satisfaction. La nuit, ils se rendirent donc à l’église et trouvèrent le corps aussi sain, les membres aussi flexibles, la même apparence de sang vermeil, après cinq mois de sépulture dans un sol humide, que si François venait d’expirer. » (11)

Le corps toujours incorruptible de Saint François-Xavier conservé dans l’Eglise du Bon-Jésus à Goa en Inde près de 500 ans après sa mort

(1) Mgr de Ségur, Causeries sur le protestantisme d’aujourd’hui, Librairie Saint-Joseph, Tolra libraire-éditeur, Rennes 1894.
(2) Motifs qui ont ramenés à l’Eglise catholique un grand nombre de protestants, Abbé Rohrbacher, les marques de la véritable Eglise
(3) Histoire générale de l’Eglise, Abbé Darras, Tome 34, p.252
(4) Ibid.
(5) Voltaire, Dictionnaire philosophique, Éd. Garnier – Tome 19, Saint François-Xavier
(6) Histoire générale de l’Eglise, Abbé Darras, Tome 34, p.253.
(7) Ibid. p.250-251
(8) Ibid. p.244
(9) Vie de Saint François Xavier: apôtre des Indes et du Japon, Dominique Bouhours
(10) Histoire générale de l’Eglise, Abbé Darras, Tome 34, p.248-249
(11) Ibid. p.250

Publicités