Le rôle actuel de Saint Joseph pour la sanctification des âmes

Saint JosephAutant l’humble charpentier a eu une vie cachée sur la terre, autant il est glorifié dans le ciel. Celui à qui le Verbe fait chair a été « soumis » ici-bas, conserve au ciel une puissance d’intercession incomparable.


Léon XIII, dans l’encyclique Quamquam pluries, trouve dans la mission de saint Joseph à l’égard de la sainte Famille « les raisons pour lesquelles il est patron et pro­tecteur de l’Église universelle… De même que Marie, Mère du Sauveur, est Mère spirituelle de tous les chré­tiens… Joseph regarde comme lui étant confiée la multi­tude des chrétiens… Il est défenseur de la sainte Église, qui est vraiment la maison du Seigneur et le royaume de Dieu sur la terre. »
Ce qui frappe en ce rôle actuel de Joseph jusqu’à la fin des temps, c’est qu’il unit admirablement les préroga­tives en apparence les plus opposées.
Son influence est universelle sur toute l’Église qu’il protège, et pourtant, à l’exemple de la Providence, elle s’étend aux moindres détails; « modèle des ouvriers », il s’intéresse à chacun de ceux qui l’implorent. Il est le plus universel des saints par son influence et il fait trou­ver à un pauvre la paire de chaussures dont il a besoin.
Son action est évidemment surtout d’ordre spirituel, mais elle s’étend aussi aux choses temporelles; il est « le soutien des familles, des communautés, la consolation dès malheureux, l’espoir des malades ».
Il veille sur les chrétiens, de toutes conditions, de tous pays, sur les pères de famille, les époux, comme sur les vierges consacrées; sur les riches, pour leur inspirer une charitable distribution de leurs biens, comme sur les pauvres pour les secourir.
Il est attentif aux plus grands pécheurs et aux âmes les plus avancées. Il est le patron de la bonne mort, celui des causes désespérées, il est terrible au démon qui sem­ble triompher, et il est aussi, dit sainte Thérèse, le guide des âmes intérieures dans les voies de l’oraison.
Il y a dans son influence un reflet merveilleux de « la divine Sagesse qui atteint avec force d’une extrémité du monde à l’autre et dispose tout avec douceur » (Sagesse, VIII, 1).
La splendeur de Dieu a été et demeure éternellement sur lui; la grâce n’a cessé de fructifier en lui et il veut y faire participer tous ceux qui aspirent vraiment « à la vie cachée en Dieu avec le Christ » (Col., III, 3).

Source : P. Garrigou-Lagrange O. P. – Le Mère du Sauveur et notre vie intérieure

Publicités