Mgr Freppel – instruction sur la gnose et la maçonnerie

Mgr Freppel et FMLa franc-maçonnerie est la forme moderne de l’anti-christianisme tel qu’il s’est montré dès l’origine de l’Église et développé dans le cours des siècles. Qu’elle puisse se rattacher à certains égards par delà l’ère chrétienne au naturalisme païen, aux rites et aux symboles en usage dans les mystères de l’Orient, de la Grèce et de l’ancienne Rome, c’est une filiation à laquelle nous ne voulons pas contredire, laissant aux érudits le soin d’apprécier la valeur de ces rapprochements. Par les formes mystérieuses où elle se complaît, par les secrets qu’elle impose à ses adeptes, par les cérémonies qui accompagnent ses initiations, la franc-maçonnerie rappelle en effet ces associations secrètes au sein desquelles le culte païen de la nature cherchait un voile pour ses théories et plus encore pour ses pratiques.

Personne n’ignore, d’autre part, que pour se donner un air de haute antiquité, en revêtant ses doctrines d’une teinte biblique, la franc-maçonnerie s’est tissé toute une trame de légendes et de fables qui tendraient à reculer ses origines jusqu’à la construction du temple de Salomon, à travers une descendance dont l’histoire aurait complètement perdu la trace. Vains efforts pour dissimuler le caractère anti-chrétien de la secte !

C’est à d’autres sources qu’il faut remonter, quand ou veut rechercher comment il a pu se fermer dans le monde chrétien et se développer d’âge en âge une société occulte n’ayant d’autre but que la destruction de l’Église catholique et par suite la doctrine du christianisme tout enlier.

Cette société occulte, ténébreuse, qui opère dans le secret et dans le mystère contre l’Église catholique, sa doctrine et ses institutions, pour restaurer le naturalisme païen sous de nouvelles formes, nous la trouvons, Nos Très Chers Frères, dès le commencement de 1ère chrétienne : elle s’appelle la secte des gnostiques. Et ce n’est pas nous seulement qui signalons « la parfaite analogie qui existe entre les croyances, les rites et les usages du gnosticisme et ceux de la franc-maçonnerie (1). » Nous ne faisons que reproduire les aveux des écrivains les plus accrédités de la secte que Notre Saint Père le Pape Léon XIII vient de condamner à la suite de ses augustes prédécesseurs (2). Oui, dès l’origine de l’Église, nous voyons se former dans l’ombre, en opposition avec ses dogmes, des groupes anti-chrétiens professant la plupart des idées ou se résume la franc-maçonnerie moderne : confusion de Dieu et du monde sous le nom de nature universelle, négation de la divinité de Jésus-Christ rabaissé au rang des législateurs et des philosophes de l’antiquité, monopole delà science attribué à un petit nombre d’initiés en regard de la foi des chrétiens traitée d’ignorance et de superstition , d’un coté les hommes qui aspirent à la lumière, et de l’autre ceux qui restent plongés dans les ténèbres, tout ce langage et toutes ces prétentions, avec des rites et des symboles d’égale valeur, nous les retrouvons dans les conventicules de la Gnose comme dans les loges maçonniques, de telle sorte que l’on pourrait dire, sans abuser du rapprochement, que les gnostiques ont été les francs-maçons des trois premiers siècles de l’Église.

1 Rédarès, Éludes historiques et philosophiques sur les trois grades de la Maçonnerie symbolique. — Voir, sur les origines de la franc-maçonnerie, l’excellent ouvrage du P. Deschamps : les Sociétés secrètes et la Société, tome 1, p. 282 et suiv., et l’abrégé de cette grande œuvre historique par MM. Louis d’Estampes et Claudio Jannet ; La Franc-Maçonnerie et la Révolution.

2 C’est par l’étude des anciens gnostiques et des manichéens, disait Weishaupt, le chef de l’illuminisme allemand, qu’on pourra faire de grandes découvertes sur la véritable maçonnerie (Ibid, p.281)

Source : Œuvres pastorales et oratoires, tome IX, par Mgr Freppel. Instruction pastorale sur la Franc-Maçonnerie, 8 février 1885.

Publicités