Le nombre des anges par Mgr Gaume

anges 3Nous vous proposons quelques parties du traité du Saint Esprit de Mgr Gaume, excellent ouvrage, qui explique le nombre, la hiérarchie et la fonction des anges. Ceci constitue une bonne introduction pour commencer à réfléchir à la Nativité de Notre Seigneur, puisque tous ces anges se prosternaient à la naissance de l’Enfant-Jésus. Si de si saintes créatures se prosternent à la Nativité de Notre Seigneur et Sauveur, que devrions-nous donc faire ?

Première partie : le nombre des anges

Nombre des anges
. Quand les auteurs inspirés, admis à voir quelques-unes des réalités du monde supérieur, veulent indiquer la multitude des anges, ils ne parlent que de millions et de centaines de millions. « J’étais attentif à ce que je voyais, dit Daniel, jusqu’à ce que les trônes fussent placés et que l’Ancien des jours s’assit. Son vêtement était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête, comme une laine éclatante. Son trône était de flammes ardentes, et les roues de ce trône un feu brûlant. Un fleuve incandescent et rapide sortait de devant sa face. Mille milliers d’anges exécutaient ses ordres, et un million assistaient devant Lui ».

Témoin du même spectacle, saint Jean continue : « Et je vis et j’entendis autour du trône la voix d’une multitude d’anges, dont le nombre était des milliers de milliers (Apoc., V, 11). » Plus loin, ayant marqué l’universalité des élus du sang d’Abraham, il ajoute : « Après cela, je vis une grande multitude, que personne ne pouvait compter, de tous les peuples et de toutes les langues». Or, depuis le commencement du monde, chaque prédestiné, et même chaque réprouvé a pour gardien un ange de l’ordre inférieur ; il s’ensuit que le nombre des anges de toutes les hiérarchies est incalculable.

Saint Denis l’Aréopagite, dépositaire des enseignements de son maître Paul, ravi au troisième ciel, tient le même langage. « Les bienheureuses armées des célestes intelligences, dit-il, surpassent en nombre tous les pauvres calculs de notre arithmétique matérielle. Ne soupçonnez aucune exagération dans les paroles des prophètes. Le nombre des anges est incalculable, il surpasse celui de toutes les créatures, même-celui des hommes qui ont été, qui sont et qui seront.»

L’Ange de l’école en donne la raison : nous traduisons sa pensée. Le but principal que Dieu s’est proposé dans la création des êtres, c’est la perfection de l’univers. La perfection ou la beauté de l’univers résulte de la manifestation la plus éclatante des attributs de Dieu, dans les limites marquées par Sa sagesse. Il suit de là, que plus certaines créatures sont belles et parfaites, plus abondante en a été la création. Le monde matériel confirme ce raisonnement.

On y trouve deux sortes de corps : les corps corruptibles et les corps incorruptibles. La première se réduit à notre globe, habitation des êtres corruptibles ; et notre globe n’est presque rien, comparé aux globes du firmament. Or, comme la grandeur est pour les corps la mesure de la perfection, le nombre l’est pour les esprits. Ainsi, la raison elle-même conduit à cette conclusion, que les êtres immatériels surpassent les êtres matériels en nombre incalculable.

En attendant que le ciel nous révèle la justesse de ces magnifiques supputations du génie, éclairé par la foi, un grand sujet de sécurité pour notre pèlerinage est de savoir que les bons anges sont beaucoup plus nombreux que les mauvais. « La queue du Dragon, dit saint Jean, n’entraîna que la troisième partie des étoiles (Et cauda ejus trahebat tertiam partem stellarum. Apoc., XII, 4). » Pas un interprète qui, par ces étoiles, n’entende les anges révoltés (Corn. a Lap., in XII. Apoc. et S. Th., I p. q. LIV art. 9, corp).

Traité du Saint-Esprit, Mgr Gaume.

Vous pouvez commander cet ouvrage aux Éditions Saint Remi :
http://www.saint-remi.fr/details-catalogues.php?id=%201365

Publicités