De la cause efficiente de la passion du Christ – R.P. Thomas Pègues O.P.

illustration générale passionSi la passion du Christ a eu lieu, c’est, à n’en pas douter, parce que Lui-même l’a voulu. Et il ne l’a voulu lui-même qu’en union de volonté parfaite avec la volonté du Père dont l’infinie sagesse avait renfermé dans ce mystère les plus riches trésors. Mais les exécuteurs humains de ce plan divin, qui furent les juifs et les gentils, ne sauraient bénéficier de la sagesse d Dieu. C’est par une volonté perverse de leur part qu’ils ont pourtant suivi le Christ et qu’ils l’ont condamné à mort.


La perversité de cette volonté n’a pas été la même pour tous. Car tous n’étaient pas éclairés d’une égale lumière au sujet du Christ. Les premiers responsables, et partant, les plus coupables, furent les principaux parmi les juifs, les chefs du peuple, ceux qui avaient en leurs mains le dépôt des Écritures. Ils auraient pu et ils devaient reconnaitre le Christ dans la personne de Jésus. Mais par jalousie et par haine, il éteignirent sciemment la lumière qui leur était donnée avec surabondance. Leur crime est sans excuse. Il est le plus grand qui ait jamais été commis parmi les hommes. Le peuple juif, égaré et trompé par eux, a eu sa responsabilité diminuée en raison de la part d’involontaire qu’il a pu y avoir dans son ignorance. Il en fut de même, et dans une mesure plus grande encore, pour les païens, ignorant les choses de la loi, qui coopérèrent au crime du déicide. Tous furent coupables ; mais bien moins que les juifs; et, à des degrés divers, selon le degré de leur culture ou de leur indépendance. (XVI, 464; III, 47, 1-6)

Source : Dictionnaire de la somme théologique de Saint Thomas d’Aquin et du commentaire français littéral – R.P. Thomas Pègues O.P. – chap. Rédemption – De la cause efficiente de la passion du Christ – ESR.

Publicités