Saint Ambroise, fêté le 7 Décembre

7  DÉCEMBRE SAINT AMBROISE ÉVÊQUE  ET DOCTEUR DE  L’ÉGLISE (340-397)

Ambroise  naquit,  en  340  probablement,  à  Trêves,  où  son père  exerçait  les  hauts  pouvoirs  de  préfet  du prétoire  des  Gaules. Son  nom  peut-être,  —  qui  rappelle  l’ambroisie,  —  son  caractère aimable,  la  suavité  de  son  éloquence  accréditèrent  la  légende des  abeilles  qui,  comme  pour  Platon,  se  seraient  posées  sur  les lèvres  de  l’enfant  encore  au  berceau.  Privé  bientôt  de  son  père, il  vint  à  Rome,  ou  sa  mère  amenait  ses  trois  enfants,  Marcelline,  la  vierge  bénie  de  Dieu,  Satyre  et  Ambroise,  les  deux frères  que  la  plus  étroite  intimité  unit  toujours.  Les  jeunes  gens, leurs  études  faites,  virent  s’ouvrir  devant  eux  la  carrière de l’administration  impériale.  Pour  y suivre  les  traces  de  leur  père, Satyre  s’attacha  au  préfet  de  Rome,  le  païen Symmaque;  Ambroise,  au  préfet  du  prétoire  d’Italie,  Probus,  un  fervent chrétien.  En  372,  l’empereur  Valentinien  Ier   nomma  Ambroise, en  qualité  de  consulaire,  préfet de  la  Ligurie  et  de  l’Emilie, dont  la  capitale  était  Milan.  Et  comme  par  une inspiration divine,  Probus  lui  fit  en  ces  termes  son  dernier  adieu  :  «  Va, mon  fils,  et souviens-toi  d’agir,  non  en  juge,  mais  en  évêque. »

En  évêque,  c’est-à-dire,  commente  de  Broglie,  «  avec  cette autorité  morale  que  la  vertu  et  le  dévouement  donrent  et  à laquelle  aucune  force  ne  peut  suppléer  ». Ambroise  était  digne d’entendre  ces  paroles  et  capable  de  réaliser  cette  devise.  En  peu de temps  il  acquit  une  puissance  tout  ensemble  incontestée  grâce à  sa fermeté,  et  vénérée  à  cause  de  sa  douceur  et  de  sa  justice. Ces  qualités  étaient  nécessaires  dans  un  temps  où  l’hérésie affrontait  le  christianisme,  où  les barbares  commençaient  à  s’infiltrer  clans  l’empire  et  à  en  changer  les  mœurs.  A  Milan,  tout
était  dans  un  équilibre  instable,  parce  que  les  ariens,  bien  moins nombreux pourtant  que  les  orthodoxes,  avaient  réussi  à  s’emparer  du  trône  épiscopal  et  qu’Auxence  y  siégeait  aux  dépens du  catholique  Denys.  Or,  en  374  Auxence  mourut  ;  les  deux partis  convoitaient  sa  succession  et  s’étaient  assemblés  dans  la cathédrale.  Au fond  du  sanctuaire,  derrière  un  voile,  les  évêques de  la  province  tâchaient  de  se  mettre  d’accord  sur  le  nom  d’un candidat.  La  délibération  se  prolongeait,  les esprits  s’échauffaient  parmi  le  peuple,  il  y  eut  bientôt  danger  d’une  émeute ; Ambroise, averti,  se  rendit  à  l’église  et  y  prononça  quelques paroles  dont  l’autorité  commença  d’apaiser  le  tumulte.  Tout  à coup  une  voix  d’enfant  s’éleva,  dominant  les  murmures;  elle disait  :  «  Ambroise  évêque  !  Ambroise  évêque  !  »  Et  toute  la foule,  comme  entrainée  d’un  mouvement  surnaturel,  de  répéter aussitôt  le  cri  : « Ambroise  évêque!  » Stupéfait,  terrifié,  le  préfet de  Milan  repoussa  le  vote  populaire :  d’abord  il  n’était  même pas  baptisé,  selon  une  malheureuse  mode  du  temps  ;  ensuite  il n’avait  jamais  pensé  à recevoir  les  ordres.  Il  essaya  de  se  libérer et  d’abord  gagna  du  temps  ;  il  affecta  tout  d’un  coup  une extrême  sévérité  dans  ses  jugements,  il  essaya  de  donner  le change  sur  sa  vertu,  universellement  reconnue.  Ce  fut  inutile. Alors  il  tenta  de  s’enfuir,  d’entrer  dans  un  cloître,  de  se  cacher chez  un  ami  sûr  : l’ami  le  livra.  Et  les  évêques  s’étant  unis  au peuple,  l’empereur approuvant  hautement  le  choix,  il  fallut qu’Ambroise  se  résignât.  Malgré  ses  efforts,  malgré  la  loi,  en huit  jours,  —  tant  on  avait  hâte  de  consommer  son  sacrifice,  — il  reçut  le  baptême,  puis  la  consécration.  Le  7  décembre  374, il  était  évêque  de  Milan  et inaugurait  son  épiscopat,  un  des plus  admirables  qui  furent  jamais.

Tout  de  suite  Ambroise  se  montra  ce  qu’il  devait  être  toujours  :  homme  de  prière,  homme  d’étude,  homme  de  charité. Il  afficha  nettement  sa  parfaite  orthodoxie,  en  faisant  revenir à  Milan  et  ensevelir  avec  honneur la  dépouille  mortelle  de  Denys, l’exilé  pour  la  vérité.  Cet  attachement  à  la  vraie  foi  produisait en  lui  un  amour  tendre  et  généreux  pour  Jésus-Christ.  Décidé à  promouvoir  le  règne  de  son  Maître  adoré,  il  voulut  d’abord l’établir  en  lui-même  ;  il  y  tendait  par  une  piété  avide d’oraison,  de  recueillement  et  de  silence,  et  aussi  de  mortification. Il  « fut  constamment,  dit  son  secrétaire,  un  homme  de  grande abstinence,  de  longues  veilles  et  de  travail,  mortifiant  son  corps par  un  jeûne  de  chaque  jour,  qu’il  n’interrompait  que  le  samedi et  le dimanche  ou dans  les fêtes  les plus  solennelles  des martyrs ». Et  il  ajoute  :  « Le  saint  évêque  était  grandement  assidu  à  la prière  du  jour  et  de  la  nuit.  Durant  le  jour,  son  attrait  était d’aller  visiter  les  tombeaux  des  martyrs,  comme  pour  aspirer l’âme  de  ces  grands  amis  de  Dieu.

La  nuit,  il  se  levait  pour réciter  les  psaumes,  et  plus  d’une  fois  le  soleil  le  surprenait, agenouillé,  priant  encore.  »  Il  n’était  pas  moins  assidu  à  la lecture  et  à  la  méditation  des  saintes  Lettres.  Saint  Augustin a  rapporté  comment  il  s’absorbait  dans  cette  étude  au  point d’être  insensible  à  tous  les  bruits  de  son  entourage  et de  n’entendre  même  pas  les visiteurs  qui  entraient dans- sa  chambre.  II a  dû  à  son  travail  recueilli  ces  œuvres  magnifiques  dont  il  a enrichi  l’Église,  œuvres imprégnées  d’une  suave  onction,  toutes débordantes  de  l’esprit  divin,  où  la  sûreté  impeccable  de  la doctrine  s’unit  à l’ardeur  de la charité,  à  l’entraînement  de l’éloquence,  à  l’émotion  d’un  cœur  très  délicat  et  très tendre.  C’est  à la  prédication  tout  d’abord  qu’il  consacrait ses labeurs  : l’évêque devait  à son  peuple  l’instruction,  il  la  distribuait  avec une  abondance,  une  richesse  intarissables,  dont  ses Commentaires  sur  les Livres  saints  donnent  une  preuve  toujours  vivante.  Mais encore il  trouvait  le temps  d’écrire  de  véritables  traités,  parmi  lesquels il  faut  citer,  il  faut  lire  ceux  qu’il  a  composés  pour  les  Vierges (De  Virginibus)  ou  sur  les  Devoirs  (De  officiis  ministrorum).

Presque  sous  ce  dernier  titre,  Cicéron  avait  tracé  jadis  des pages  justement célèbres,  mais  qui  restent  au-dessous  de  celles d’Ambroise  de toute  la  distance qui  sépare  la  prudence  humaine de  la  divine  Sagesse. Et  cependant,  tandis  qu’il étudiait,  qu’il  lisait,  qu’il  écrivait,  Ambroise  tenait  toujours  sa  porte  ouverte  à  tout  venant. « Dans  le  temps  même  qu’il  employait  à la  lecture,  dit  saint  Augustin, entrait  qui  voulait  et  on  ne  lui  annonçait  jamais  personne…  Il était  sans cesse  assiégé d’une  foule  de gens  qui  avaient affaire  à lui  et  aux  besoins  desquels il  était  obligé  d’avoir  égard. » Nul  ne  venait  le  solliciter  en  vain  ;  à  tous  il  prodiguait  les  trésors  de  sa  science,  et  plus  encore  les  trésors  de  son  cœur.  Les pauvres  étaient  l’objet  de  son  souci  ;  pour  leur  donner  du pain,  pour  les  racheter  captifs,  il  alla,  quoi  qu’on  en  dît,  jusqu’à  réduire  en  lingots  et  faire  monnayer  les  vases  sacré des basiliques.  Mais  la  misère  des  pécheurs  lui  était  plus  sensible que  la  détresse  des  mendiants  :  toujours  prêt  à  les  accueillir, quand  l’un  d’eux  venait  confesser  ses  fautes,  « il  versait  tant de  larmes,  qu’il  forçait  le  pénitent  à  pleurer  lui  aussi,  et  l’on
eût  pris  l’évêque  pour  le  coupable.  » Aussi  tous  les  misérables du  corps  ou  de l’âme  accouraient  vers  lui,  lui  faisaient  «  une escorte,  un  rempart  »,  disaient  ses ennemis.

Car  il  eut  des  ennemis,  si  étrange  que  cela  paraisse  pour un  si  grand  cœur. C’est  que  les  intérêts  de  Dieu  lui  étaient  si chers,  —  et  ils  étaient  si  menacés  alors,  —  qu’il  devait  se  tenir presque  toujours  sur  la  brèche  pour  les  défendre.  C’est  aussi  que son  génie  autant  que  sa  vertu  l’imposaient  aux  princes  et  que les  courtisans  voyaient  avec  dépit  son  crédit  et  sa  puissance. Quatre  empereurs,  — volontairement  ou  volontiers,  —  subirent, acceptèrent  cette  influence  bienfaisante ;  elle  était  cependant pénible  parfois,  car  Ambroise,  avec  une  noble  liberté  et  malgré
son  loyalisme,  ne  leur  épargnait  ni  les  avis,  ni  les  admonestations,  ni  les  sévères  réprimandes.  Valentinien  Ier   lui  disait  : « Je connaissais  de  longue  date  ta  fière  indépendance  ;  cependant  je ne  me  suis  pas  opposé  à  ton  élévation,  je  l’ai  même  favorisée. Maintenant  applique  les  remèdes  aux  défaillances  de  mon  âme, ainsi  que  le  veut  la  loi  divine.  »  Gratien,  son  fils  et  son  successeur,  jeune  homme  un  peu  timide  et  inconsistant,  mais  plein de  foi  et  de  bonne  volonté,  se  mit  sous  la  direction  spirituelle d’Ambroise,  à  qui  il  dut  de  se  maintenir  sans  hésitation  fidèle à  la  vérité  et  de  savoir  la  défendre  contre  l’arianisme.  Mais, monté  sur  le  trône  à  seize  ans  en  375 ,  il  n’eut  guère  que  le temps  de  s’associer  Théodose  en  lui  confiant  l’Orient  et  d’affirmer  sa  détestation  pour  le  paganisme,  qui  refusait  de  mourir  et se  réfugiait  au  Sénat;  il  fit  enlever  de  la  salle  des  délibérations l’autel  de  la  Victoire.  En  383,  il  était  tué  à  Lyon,  tandis  qu’il allait  réprimer  la  révolte et l’usurpation  de  Maxime,  et  laissait  la couronne  à  son  jeune  frère  Valentinien  II,  qui  n’avait  que douze  ans.  Or,  la  mère  du  nouvel  empereur,  Justine,  favorisait les ariens ;  ceux-ci  l’entouraient,  dictaient  sa  conduite.  Il  semblait  que  l’influence  d’Ambroise  fût  morte.  Cependant  l’impératrice,  qui  ne voyait  à  son  secours  aucune  autre  force,  crut  que l’évêque  de  Milan  seul  serait  capable  de  modérer  l’ambition  de Maxime  et  de l’amener  à  quelque  composition.  Elle  lui  demanda d’accepter  cette  difficile  ambassade  ;  il  crut  devoir  ne  pas refuser,  il  partit,  il  réussit,  momentanément.  La  persécution l’en  récompensa.  Les  ariens  en  effet,  forts  de  l’appui  de  Justine,  demandèrent,  au  nom  de  l’importance  de  leur  secte, qu’on  leur  abandonnât  une  des  basiliques  de  la  ville.  Ambroise refusa,  comme  c’était  son  devoir.  En  vain  insista-t-on  avec  menaces  pour  obtenir  son  aveu.  Il  serait  mort  avec  joie,  disait-il, en  défendant  les  droits  et  les  biens  de  l’Église.  Or  il  n’était pas  seul  :  derrière  lui  se  tenait  tout  son  peuple,  et  l’empereur ni  sa  mère  ne se  souciaient  d’affronter  une  émeute  que  peut-être les soldats  eux-mêmes  n’eussent  pas  consenti  à réprimer.  Un  édit du  moins  prononça  la  peine  de  mort  contre  les  opposants;  il fut  inutile  ;  on  essaya  de  bannir  l’évêque  :  n’osant  le  conduire de  force  hors  de  l’Italie,  on  le  pria  de  s’éloigner  de  lui-même. Il  n’en  fit  rien  ;  du  reste  les  fidèles  ne  l’eussent  pas  souffert  : ils  gardaient  Ambroise  contre  Valentinien  et,  s’il  le  fallait, contre  lui-même.  Pasteur  et  troupeau  s’enfermèrent  clans  la basilique,  que  les  troupes  vinrent assiéger ;  elles  tenaient  les portes,  elles  n’essayèrent  pas  de  les  franchir.

Cependant  jour  et nuit  on  priait  à  l’intérieur  ;  et  c’est  alors  que,  pour  soutenir l’attention  et  la  piété,  pour  bannir  l’inquiétude  et  la  tristesse, Ambroise  eut  la pensée  de  faire entonner,  par deux  chœurs qui se répondaient,  des  hymnes  qu’il  avait  composées  lui-même  et  qui ne  figuraient  pas  dans  le  rituel  ordinaire.  Ainsi  fut  établie  en Occident  l’antiphonie,  que connaissaient  déjà les églises orientales. La  constance  de  l’évêque  et  des  fidèles  eut  enfin  raison de  la  politique persécutrice.  Peu  à  peu  les  soldats  se  retirèrent et,  sans  accord,  sans  concessions,  les  deux  partis  restèrent  sur leurs  positions  ;  les  rapports  reprirent  entre  Ambroise  et  la cour.  Si  bien  que,  Maxime  ayant  essayé  de  profiter  des  fautes de  l’impératrice  et  feignant  de  prendre  les  intérêts  de  la  religion,  Justine  et  son  fils  eurent  encore  recours  à  l’évêque  et  lui confièrent  une  nouvelle  ambassade.  Sa  fermeté  intimida  d’abord l’empereur  des  Gaules.  Mais  par  la  maladresse  de  Domnin, qui  succéda  à  Ambroise,  Maxime  réussit  à  franchir  les  Alpes, tomba  sur  l’Italie,  chassant  devant  lui  Valentinien  et  sa  mère ; et  si  Théodose,  venu  au secours  de  son  jeune collègue,  n’eût pas  vaincu  près  d’Àquilce  (388)  les  troupes  de  l’envahisseur, c’en  était  fait  de  la  puissance  du  malheureux  prince.

Alors, Théodose  demeurant  à  Milan,  s’établirent  entre  lui et  saint  Ambroise  ces  rapports  qui  ont  tant  fait  pour  la  gloire de  l’un  et  de  l’autre.  L’âme  profondément  chrétienne  et  naturellement  grande de l’empereur  ne  pouvait  pas  ne  pas  ressentir une  vive  admiration  des  qualités  éminentes  et  de  la  sainteté de  l’évêque.  Celui-ci  éprouvait  une  sympathie  pareille  à  l’égard du  souverain,  mais  il  n’en  était  pas plus  incliné  à  renoncer  à son  indépendance  et  aux  droits  qu’il  était  habitué  à  défendre. Quelle  que  fût  la  déférence  de  Théodose,  de  quelques  avantages qu’elle  fût  pour  Ambroise,  celui-ci  était  bien  incapable  de  se départir  jamais  de  ce  qu’il  estimait son  devoir.  On  le vit  bien, lorsque  en  390,  pour  un  misérable  cocher  de  cirque,  les  Thessaloniciens  se  révoltèrent  et  traînèrent  dans  la  boue  les  statues de  l’empereur  et  celles  de  sa  femme  et  de  ses  fils  qu’il  chérissait.  Théodose,  sous  le  coup  de  l’indignation,  ordonna  le  mas-sacre  de  la  population,  sans  distinction  d’innocents  et  de  coupables.  Ambroise  frémit  d’horreur;  il  résolut  d’arracher  à  l’impérial  criminel une  éclatante  réparation.  Il  l’avertit  d’abord  par lettre  d’avoir  à  se  repentir  et  à  s’abstenir  de  la  fréquentation de  l’église.  Théodose,  mal  conseillé,  crut  pouvoir  enfreindre  la défense.  Mais  quand,  vers  Pâques,  il  se  présenta  aux  portes de  la basilique,  l’évêque  y  était  et  l’arrêta  :  « Je  vois,  lui  dit-il, empereur,  que  tu  n’as  pas  compris  la  gravité  du  crime  que  tu as  commis.  »  Et  après  la  lui  avoir  retracée fortement  : « Retire-toi,  conclut-il,  et  n’ajoute  pas  un  nouveau  péché  à  celui  quisouille  ton  âme. »

Théodose  écouta  en  silence  ; ses  yeux  se  remplirent  de  larmes, et  il  se  retira  sans  un  mot  de  protestation.  Cependant  il  ne  se soumit  pas  encore  :  l’orgueil  luttait  contre  la  foi.  Il  n’y  tint plus,  quand  arriva  la fête  de  Noël, et  il partit  pour  la cathédrale. Il  y  trouva  encore  l’évêque  et  sa  sévérité  :  «  Quelle  tyrannie est  la  tienne?  disait-il.  Quelle  fureur  impie  te  pousse  à  venir braver  Dieu  et  ses  lois?  —  Je  ne  viens  braver  personne,  répondit  humblement  l’empereur  ;  je  ne  demande qu’une  chose  : être  délié  de  mes  péchés.  Souviens-toi  de  la  clémence  de  notre commun  Maître,  ne  me  ferme  pas  la  porte  qui  s’ouvre  devant tous  les  pénitents  ! —  Et  quelle  a  été  ta  pénitence?  —  C’est  à toi  de  me  la  prescrire,  à  moi  de  l’accepter  !  » Ce  que  prescrivit Ambroise,  ce  fut  une  loi  de  clémence.  Quand  l’empereur  l’eut signée,  enfin  put-il  pénétrer  dans  le  temple  et  se  réunir  à  la communion  catholique. La  leçon  solennelle,  qui  relevait  si  hautement  le  prestige  de l’Église,  ne  fut  pas  moins  salutaire  au  coupable.  Théodose retourna  en  Orient, animé  d’un  zèle  plus  ardent  pour  la  foi. Valentinien  non  plus,  ne  perdit  pas  le  fruit  de  ce  spectacle.  Il s’abandonna  aux  mains  d’Ambroise  et  répondit  à  ses  leçons avec  une  piété  vraiment  filiale.  Hélas  !  le  malheureux  enfant devait  bientôt  trouver  le  sort  de  son  frère  Gratien.  Un  an  ne s’était  pas  écoulé,  que,  en  Gaule  aussi,  il  tombait,  comme  lui, victime  d’un  assassin.  En  vain,  dans  un  sombre  pressentiment il  avait  appelé  à  lui  son  père,  l’évêque  de  Milan  ; celui-ci  n’eut pas  le  temps d’arriver.  Et  sa  douleur  ne  put  que  s’épancher  en une  émouvante  oraison  funèbre.

Et  puis  il  attendit  l’heure  de  la  justice  divine.  Elle  ne  larda pas.  Théodose  était  revenu  pour  venger  l’enfant  qu’il  avait imprudemment  confié  à  son  futur  bourreau. Vainqueur  près d’Aquilée,  il  en  donna  aussitôt  connaissance  à  Ambroise,  qui accourut,  pressé  de  le  féliciter  et  tout  à  l’espoir  de  voir  réalisé par  lui  son  idéal d’un  empire  chrétien. Ce  n’était  qu’un  beau  rêve  :  Théodose  touchait  à  l’heure dernière.  Trois  mois  ne  s’étaient  pas  écoulés  qu’il  expirait  à Milan,  le  5  septembre  394.  Ambroise  devait  le  suivre  à  moins de  trois  ans  d’intervalle,  après  avoir  eu  le  temps  de  perdre toute  illusion  sur  la  prochaine  décadence  de  l’Empire.  Avant vingt  ans,  Alaric  aurait  couché  Rome  dans  ses  ruines.  Cette prévision  attrista  les derniers  jours  du  grand  évêque  ;  sans interrompre  néanmoins  ses  œuvres  et  son  aposlolat,  il  désirait mourir  : « A  d’autres,  disait-il,  il  peut  être  utile  de  vivre  pour le  bien  de  leurs  frères  ; moi,  je  ne  suis  bon  à  personne  et  je  ne pécherai  plus  !  »  Et  il  dictait  ces  mots,  après  lesquels  il  ne devait  plus  rien  écrire :  « Qu’il  est  dur  d’attendre  si  longtemps le  jour  qui  doit  absorber  dans  la  vie  notre  mortalité  !…  Levez-vous,  Seigneur  !  Pourquoi  dormez-vous?. Me  repousserez-vous toujours?  » « A  ce  moment,  raconte  son  secrétaire,  je  vis  un  globe  de flamme  qui  environnait  sa  tête,  puis  pénétra  entre  ses  lèvres. Alors  son  visage  prit  l’éclat  de  la  neige  et  ce  ne  fut  qu’un  peu après  qu’il  revint  à  son  état  ordinaire.  »

Quelques  jours  plus  tard,  —  le  vendredi  saint  3  avril  397, vers  5  heures  du  soir,  —  il  étendit  les  bras  en  forme  de  croix pour  prier ;  il  ne  quitta  plus  cette  attitude  jusqu’à  son  dernier soupir.  Ses  lèvres  remuaient,  sa  voix  ne  parvenait  plus  aux oreilles  des  assistants.  Vers  minuit,  l’évêque  de  Verceil,  Honorât,  fut  réveillé  par  une  voix  qui  lui  disait  :  «  Hâte-toi, il  va passer  !  »  Il  se  leva,  apporta  au  saint  mourant  le  pain  d’éternelle  vie.  Dès  que  celui-ci  eut  reçu  le  Seigneur  Jésus  dans  son cœur,  il  expira.

Source : Saints et saintes de Dieu, Père Moreau, Tome 2, p.732-740

Publicités