L’Immaculée Conception, fêtée le 8 Décembre

8  DÉCEMBRE L’IMMACULÉE  CONCEPTION DE LA  TRÈS  SAINTE  VIERGE

https://i1.wp.com/www.georges-millet.com/espagne/photos/prado6.jpg


Lorsque  Adam,  chef  juridique  de  la  race  humaine,  constitué spécialement  en  cette  qualité  pour  rendre  à  Dieu,  au  nom  de tous  ses  descendants,  par  son  obéissance  l’hommage  de  vassalité  dû  à  la  suprême  suzeraineté,  eut,  en  mangeant  le  fruit  défendu,  refusé  ce  légitime  hommage,  il  entraîna  tous  ses  fils dans  sa  déchéance  et  les  priva,  comme  lui-même,  des  dons  de la  grâce  qu’il  avait  tout  d’abord  reçus  pour  eux  comme  pour lui.  Ainsi,  explique  saint  Thomas,  un  roi,  chef  juridique  de  son peuple,  dont,  en  suite  de  cette  qualité,  les  volontés  sont  étroitement  liées  à celle  du  souverain,  l’entraîne  justement  dans les  conséquences  les  plus désastreuses  d’une  guerre  qu’il  a  déclarée  de  sa  seule  initiative  :  car  cette  guerre  est  imputable à  tous  les  sujets,  comme  à  une  collectivité  dont  le  chef  a  le pouvoir  d’engager,  avec  la  sienne,  toutes  les  responsabilités.

Cependant  Dieu,  dont  la  miséricorde  égale  la  justice,  a  voulu rendre  aux  fils  d’Adam  misérables  les  biens  bénévolement  concédés  que,  par  suite  de  leur  connivence  raciale,  la  chute  de  leur père  leur  avait  fait  enlever.  Le  moyen providentiel  qu’il  employa  fut  l’expiation  intégrale  offerte  par  un  rédempteur, homme  à  la  fois  pour  pouvoir  représenter  l’humanité  et  Dieu pour  offrir  un  prix  égal  à  l’offense.  Homme,  ce  rédempteur universel  devait  recevoir  d’une  femme,  d’une  mère,  les  éléments de  sa  nature.  Mais  convenait-il  que  cette  mère  de  l’infinie pureté,  et  de la  victime  intégralement  expiatrice,  prît  rang  elle-même  dans  la  foule  des  pécheurs  et  subît  l’infamie  de  la  tache originelle  qui  s’imprime  au  front  des  enfants  du  révolté. Sans doute  issue  d’Adam,  elle  aurait  dû  être  marquée  de  cette  souillure.  Seuls,  les  mérites  futurs  du  Dieu  incarné  pouvaient  l’en purifier.  Mais  à lui  éviter,  à  ce  Dieu,  la  honte  de  recevoir  d’une pécheresse  la  vie  humaine,  la Sagesse  divine  ne  saurait-elle employer  sa  toute-puissance?  En  prévision  du paiement  de  la dette,  n’était-il  pas  possible  de  faire  naître  cette  femme  dans la  parfaite  et  merveilleuse  innocence  d’Eve  éclose  au  paradis terrestre?  —  mieux  : de  la  rayer,  au  premier  instant  de  sa  conception,  de  la liste  des  coupables? —  mieux encore  : avant  même peut-être,  que  fût  dressée  cette  liste,  d’en  excepter  le  nom  de la  femme  prédestinée?  et,  puisque  la  faute  originelle  macule l’âme  aussitôt  que  celle-ci  s’empare  du  corps  à  peine  organisé dont  elle  fait  un  être  humain, d’accorder  à cette  femme  l’incomparable,  l’unique  privilège  d’une  conception  où  ne  se  retrouverait  nulle  trace  du  péché,  d’une  Conception  Immaculée?

C’est  à  ce  dessein  que,  dans  son  respect  pour  la  pureté  infinie  de  son  Fils  incarné,  de  qui  ne  devaient  approcher  que  des puretés  parfaites,  dans  son  amour  aussi  pour  celle  qui  serait  la mère  humaine  de  ce  Fils  et  partagerait  les  droits  sur lui  du  Père éternel,  que  Dieu  s’arrêta. Oui,  l’honneur  de  Dieu  demandait  la glorieuse  exception faite  tout  d’abord  en  faveur  de  la  mère  du  nouvel  Adam,  L’honneur  de Dieu  le  Fils.  Saint  Augustin  l’affirme  :  « Elle  a  reçu, dit-il,  une  surabondance  de  grâce  pour  vaincre  en  tout  et  partout  le  péché,  parce  qu’elle  a  mérité  de concevoir  et  d’enfanter Celui  qui  manifestement  n’a  pas  de  péché.  » —  L’honneur  de Dieu  le  Père,  car,  comme  l’écrit  un  éminent  théologien  :  « Regardez  le  sein  du  Père,  où  fut  éternellement  conçu  le  Fils  commun  du  Père  et  de  la  Vierge.  Il  n’est  pas seulement  pur,  mais la  pureté  même  ;  il  n’est  pas  seulement  saint,  mais  la  sainteté même.  Et  vous  pourriez  admettre  que  ce  Fils  éternellement conçu, éternellement  né  dans  cet  abîme  sans  fond  de  pureté  et de  sainteté,  fût  conçu  dans  le  temps  et  naquît  d’un  sein  primitivement  souillé?  Le  Père  n’aurait  pas regardé  comme  un  outrage  fait  à  sa  génération  très  sainte  une  semblable  naissance ! ou  bien,  ayant  conscience  de  cet  outrage,  il  l’aurait  permis  ! » Cette  raison  suprême,  —  pour  ne  pas  parler  d’autres,  fort convaincantes  aussi,  mais  qu’il  serait  long  et  inutile  d’exposer, —  suffît  à  démontrer  la  quasi-nécessité,  disons  au  moins  l’extrême  convenance  de  l’Immaculée  Conception.  Elle  ne  suffirait  pas,  non  plus  que  toutes  les  autres  déductions  théologiques, à  l’établir  en  dogme  de  foi.  C’est  dans  l’Écriture,  dans  la  Tradition,  dans  l’enseignement  de  l’Église  infaillible,  qu’il  faut chercher  les  motifs  de  notre  croyance  surnaturelle.

L’Écriture  n’offre  pas  d’expression  formelle  de  cette  vérité. Elle  invite  à  la  conclure par  quelques  textes  bien  connus  qui la  contiennent  implicitement  :  celui  de  la  Genèse  (3 15 ),  qu’on appelle  le  Proto-Évangile  :  Dieu  dresse  contre  le  démon  l’inimitié  de  la  femme  et  de  son  fils,  qui  lui  écraseront  la  tête ;  — et  celui  de  l’Évangile  de  saint  Luc  (l 2 8 , 4 2 ),  où  Marie  est  proclamée,  soit  par  l’ange  Gabriel,  soit  par  Elisabeth,  pleine  de grâce  et  bénie  entre  toutes  les  femmes.  La  conclusion a  été tirée  par  l’ensemble  de  la  Tradition  ecclésiastique,  qui  s’accorde  à  reconnaître  en  ces  textes  l’affirmation  de  la  conception immaculée  de  Marie.  Ainsi,  implicite  dans  la  sainte  Écriture, cette  affirmation  s’explicite  à  travers  les  âges, jusqu’au  moment où  le  temps  paraîtra,  au  souverain  pontife  Pie  IX,  venu  de  déclarer  qu’elle  fait  partie  du  dépôt  de  la  révélation. Les  premiers  Pères,  on  doit  le  reconnaître,  s’attachent-surtout  à  revendiquer  pour  Marie  la  plus  entière  virginité,  et  puis la  parfaite  sainteté.  Mais  de  leurs  paroles,  de  leurs  raisonnements,  il  ne  serait  pas  très  difficile  de  déduire  leur  croyance intime  à  la  coïncidence  de  cette  sainteté  avec  le  premier  instant  de  la  vie  humaine  de  la  Vierge.  Saint  Épiphane,  saint  Irénée,  saint  Augustin,  saint  Ëphrem,  bien  d’autres  sont  plus nettement  affirmatifs.  Du  moins  l’Église  grecque,  dans  ses monuments  liturgiques  ou  scripturaires,  se  montre  dès  la  plus haute  antiquité,  imbue  de  cette  pieuse  persuasion  ;  elle  ne cessera  de  lui  être  fidèle  jusqu’au  XVIe   siècle,  où,  entre  autres causes,  l’influence  du  protestantisme  et  la  haine  du  pape  l’en détacheront.

En  Occident,  le  mouvement  d’adhésion  au  privilège  de  Marie est  plus  lent  et  moins  général.  Il  est  vrai  que  deux  textes  de saint  Pierre  Chrysologue  et  de  saint  Maxime  de  Turin,  au Ve   siècle,  nous  les  montre,  semble-t-il,  d’accord  avec  les  Grecs de  la  même  époque  ;  il  est  vrai  qu’une  fête  de  la  Conception  de la  Vierge  se  célèbre  au IXe   siècle  déjà,  en  quelques  pays ;  mais faut-il  y  voir  glorifiée  la Vierge  immaculée  dès  son  premier instant?  En  tout  cas,  voici  que  va  se  dessiner un  courant  bien contraire,  contre  lequel  luttera,  avec  peine  parfois,  mais  victorieuse  enfin,  la  croyance  de  l’Église  enseignée.  Au  XIe   siècle, saint  Bernard  lui-même,  le  grand  dévot  de  Marie  cependant, s’élève  avec  force  contre  le  chapitre  de  la Primatiale  de  Lyon, qui,  à  l’imitation  de  plusieurs  églises,  notamment  en  Angleterre  et  en  Normandie,  a  inscrit  à  son  calendrier  la  fête  de  l’Immaculée  Conception.  Et  puis  ce  sont  les  docteurs  fameux  du XIIIe   siècle,  Alexandre  de  Halès,  Saint  Albert  le  Grand, saint  Bonaventure qui,  s’appuyant  sur  certaines théories  théologiques,  se  refusent  à  reconnaître  Marie  exempte de  la  tache  originelle.  Mais  les  partisans  de  ce  qui  n’était  encore  qu’une  pieuse  croyance  ne  manquèrent  cependant  pas, même  en  ce  temps  ;  il  convient  de  nommer  parmi  eux  le  bienheureux  Raymon  Lull,  le  « docteur  illuminé  ».  Et  voici  qu’au XIVe   siècle,  le  « docteur  subtil  » franciscain,  Duns  Scot,  amorce une  réaction  dont  les  premiers  artisans  seront  ses  frères  en  saint François.  Dès  lors  deux  écoles  sont  en  présence  :  d’une  part les  Frères  Prêcheurs,  qui  défendent  avec  ardeur  les  positions de  leurs  grands  devanciers  et  pères  du  XIIIe   siècle  ;  de  l’autre les  Frères  Mineurs,  qui  les attaquent  vigoureusement  avec  des troupes  que  rejoignent  bientôt  et successivement  les  Carmes, les  Augustins,  les  Prémontrés,  les  Trinitaire,  les  Servîtes,  beaucoup  de  Bénédictins,  de  Cisterciens,  de  Chartreux,  —  et  dès qu’elle  fut  fondée  et  prit  rang  parmi  les  corps  enseignants,  la Compagnie  de  Jésus.  Dès  longtemps  l’Université  de  Paris  s’était fait  gloire  d’être  un  champion  résolu  de  l’Immaculée  Conception  ;  elle  la  vengea  victorieusement  contre  les  attaques,  vraiment  excessives,  du  dominicain  Jean  de  Bonzon,  qu’elle  fit condamner  en  cour  de  Rome  ; elle  exigea  de  tous  les  candidats aux  grades  académiques  le  serment  de  défendre  la  doctrine, qu’elle  voulait  dès  ce  moment,  —  à  tort,  —  considérer  comme dogme  de  foi.

En  même  temps,  heureuse  de  se  voir  appuyée  sur  la  science, la  dévotion  des  fidèles  s’affirme  de  plus  en  plus  : la  fête  de  l’Immaculée  Conception  s’étend  ;  elle  se  célèbre  dans  les  Ordres religieux,  même  dominicain,  en  Angleterre,  en  France,  en  Allemagne,  en  Espagne,  en  Portugal,  en  Italie.  A  la  fin  du  siècle, elle  est  l’objet  du  culte  de  la  cour  pontificale  elle-même.

La  question  eût  été  dirimée  définitivement,  le  17  septembre  1438,  si  le  synode  de  Bâle  eût,  à  ce  moment  encore, été  en  union  avec  le  Saint-Siège  ;  car,  malgré  les  efforts  des dominicains  Jean  de  Monténégro  et  Jean  de  Torquemada, il  porta  un décret  qui,  dans  sa  pensée,  était  une  définition proprement  dite,  et  déclarait  que  « la  doctrine  d’après  laquelle la  glorieuse  Vierge  Marie,  Mère  de  Dieu,  par  un  effet  spécial de  la  grâce  prévenante  divine  et  opérante,  n’a  jamais  été réellement  souillée  du  péché  originel,  mais  a  été  toujours  pure et  immaculée,  est  une  doctrine  pieuse,  conforme  au  culte  de l’Église,  à  la  foi  catholique,  à  la  droite  raison  et  à  l’Écriture sainte  ».

Cet  acte  d’une  assemblée  schismatique  manquait  évidemment  de  toute  valeur  juridique  ;  mais  il  atteste  au  moins  l’état général  des  esprits  au  sujet  de  la  pieuse  croyance,  notamment dans  les  églises  et  les  universités  représentées  à  Bâle.  La période  de  pure  controverse  est  close  ;  et  l’on  voit  maintenant poindre  le  jour  de  la  victoire.

Une  première  lueur  de  ce  jour  parut  en  1476,  lorsque  Sixte  IV approuva  et  enrichit  d’indulgences,  par  la  bulle  Cum  praexcélsa, un  office  et  une  messe  où  était affirmé  de  la  manière  la  plus expresse  le  glorieux  privilège  de, Marie  ; —  puis en  1482, le  même pape  condamnait,  contre  le  dominicain  Vincent  Bandelli, comme  fausses  et  erronées  les  opinions  de  ceux  qui  restreignaient  à  la  conception  spirituelle  de  la  sainte  Vierge  la  fête accordée  précédemment.

Dès  lors  on  peut  poser,  on  pose  la  question  de  savoir  si  l’Immaculée  Conception de  la  sainte  Vierge  est  définissable  comme dogme  de  foi.  Léon  X  la  fit  examiner  par  une  commission  et fut  empêché  de  prendre  un  parti  par  les  objections  du  cardinal Cajetan.  Le  concile  de  Trente,  en  1546,  réserva  la  réponse,  se bornant  à  dire  qu’il  ne  voulait  pas,  dans  le  décret  qui  déclare que  tous  les  hommes contractent  dès  leur  conception  la  tache du  péché  originel,  inclure  « la  bienheureuse  et  immaculée  Vierge Marie,  Mère  de  Dieu  ».  En  1661,  Alexandre  VII,  dans  la  bulle Solliciiudo  omnium  Ecclesiarum,  due  aux  instances  du  roi  d’Espagne,  renouvelle  les  décrets  de  ses  prédécesseurs  « en  faveur de  la  croyance  tenant  que  l’âme  de  la  bienheureuse  Vierge  Marie,  au  moment  de  sa  création  et  de  son  infusion  dans  le  corps, a  été  ornée  de  la  grâce  du  Saint-Esprit  et  préservée  du  péché originel  ».  Il  confirme  de  son  autorité  la  fête  et  le  culte  en  l’honneur  de  ce privilège  et  veut  que  soient  mis  à  l’index  tous  les écrits  qui  « seraient  contraires  d’une  façon  quelconque  à  cette croyance,  ce  culte,  cette  fête  ».

Il  n’y  a  plus  de  doute  :  grâce  à  cette  solennelle  approbation, la  vérité,  si  elle  ne  s’impose  pas  encore  à  la  foi,  est  triomphante. Malgré  l’opposition  janséniste,  la  chrétienté  entière  la  célèbre et  s’en  réjouit.  Clément  XI,  qui  en  1710  bénira  et enrichira d’indulgences  le  scapulaire  bleu  dit  de  l’Immaculée  Conception, étend  à l’Église  entière,  en  1708,  « la  fête  de  la  Conception  de la  bienheureuse  Vierge  Marie  Immaculée  » comme  fête  de  précepte ; et  cette  extension  de  la  fête  entraîne,  de  l’aveu  commun, la  certitude  de  son  objet,  non  pas  certitude  de  foi  divine,  mais
certitude  d’ordre  moral.

Enfin,  à  pas  lents  et  mesurés,  l’Église  avance  vers  la  définition  dogmatique.  Celle-ci,  —  préparée  par  différentes  mesures, sollicitée  à  plusieurs  reprises  par  un  grand  nombre  d’évêques, désirée  de  tout  le  peuple  fidèle,  suggérée,  peut-on  dire,  par Marie  elle-même,  qui,  en  1830,  commande  à  la  sœur  Labouré de  faire  frapper  et  de  répandre  la  Médaille  Miraculeuse,  —  était réservée  à  Pie  IX.  Après  quatre  ans  d’études  préliminaires,  de Gaète  où  il  était  réfugié,  Pie  IX,  le  2  février  1849,  consultait par  écrit  tous  les  évêques  de  la  chrétienté  sur  l’opportunité d’une  définition.  Sur  603  réponses,  546  se  prononçaient  pour l’affirmative.  Et  le 8 décembre  1854,  solennellement  le  pape décrétait  :  «  Par  l’autorité  de  Notre-Seigneur  Jésus-Christ, des  bienheureux  apôtres  Pierre  et  Paul  et  la  nôtre,  nous  déclarons,  prononçons  et  définissons  que  la  doctrine  qui  tient  que la  très  bienheureuse  Vierge  Marie,  au  premier  instant  de  sa conception,  a  été,  par  une  grâce  et  un  privilège  du  Dieu  tout-puissant,  en  vue  des  mérites  de  Jésus-Christ,  Sauveur  du  genre humain,  préservée  de  toute  tache  du  péché  originel,  a  été  révélée  par  Dieu  et  par  conséquent  doit  être  crue  fermement  et constamment  par  tous  les  fidèles.  »

Moins  de  quatre  ans  après,  le  25  mars  1858,  Marie,  apparaissant  à  Lourdes  à  la  petite  Bernadette  Soubirous,  se  parait, comme  du  plus  bel  ornement,  de  ce  titre  glorieux  :  «  Je  suis l’Immaculée  Conception,  »  disait-elle  ;  et  elle  semblait  ainsi authentifier  et  bénir  la  proclamation  du  souverain  pontife.

Source : Saints et saintes de Dieu, Père Moreau, Tome 2, p.740-746

Publicités