Saint François-Xavier, fêté le 3 Décembre

3 DECEMBRE SAINT FRANÇOIS XAVIER CONFESSEUR  (1506-1552)
https://i0.wp.com/www.introibo.fr/IMG/jpg/1203fcsx1.jpg

En  1529,  à  la  rentrée  des  cours  universitaires,  Ignace  de Loyola,  l’ancien  capitaine,  entrait  au  collège  Sainte-Barbe, à  Paris,  comme  convictor  ou  pensionnaire.  Il  fut  logé  dans  une chambre  qu’occupaient  déjà  deux  jeunes  étudiants  :  Pierre Le  Fèvre,  un  Savoyard,  et  François  de  Jassu  y  Xavier,  un Navarrais.  «Boiteux,  pauvre,  obligé  pour vivre  détendre  la main et  prêt  à  se  faire  balayeur  de  collège  ;  gentilhomme cependant, mais  d’autant  plus  déchu  pour  des  yeux  mondains  qu’il  portait allègrement  son  humiliation,  » tel,  —  dit  le  P.  Brou,  l’historien de  Xavier,  —  tel  leur  apparut  au  premier  abord  ce  nouvel élève  de  trente-huit  ans.  Aussi,  prié  de  lui donner  quelques répétitions, François  dédaigneusement  en  passa la charge à Pierre, plus  charitable  et  plus  humble. Ce  n’est  pas  qu’il  fût  beaucoup  plus  riche  qu’Ignace;  mais il  supportait  sa pauvreté,  involontaire  et —  il  l’espérait  bien  — passagère,  avec  la  fierté  d’un  hidalgo  et s’efforçait  de  la  dissimuler.

Né  au  château  de  Xavier,  dans  la  Haute  Navarre,  le 7  avril  1506,  sixième  enfant  de  Jean  de  Jassu  et  de  Marie  d’Azpilcueta,  il  avait  vu,  par suite  de  la  guerre  où  s’étaient  affrontées la  Navarre  et  la  Castille  de  1512  à  1524,  sa  famille  déchue  de sa  fortune  et  de  son  rang,  son  père  mort  en  1515,  ses  deux  frères condamnés  à  mort  et  proscrits  par  Charles-Quint.  Enfin  l’amnistie  était  venue  couvrir  tout  le passé.  Péniblement  Marie  de Azpilcueta  reconstituait  les  biens  de  ses  enfants  ; mais  elle pouvait  peu  de  chose  pour  l’étudiant  de  Paris.  François  avait voulu,  en  effet,  se  consacrer  à  la  science  pour  se  faire  une  place brillante,  soit,  comme  son  père,  dans  les  hauts  emplois  publics, soit  dans  l’Église  C’était  alors  un  beau  et grand  jeune  homme, à  l’esprit  ouvert  et  vif,  au  cœur  ardent  mais  très  pur,  aux  aspirations  ambitieuses,  à  qui  ne  répugnaient  ni  les  entreprises lointaines  et  hasardeuses,  en  bon  Basque  qu’il  était,  ni  la  liberté des  allures  : de  son  propre  aveu,  elle  lui  fit  courir  de  vrais  dangers  au  milieu  des  étudiants  libertins  ou  propagateurs  d’hérésie parmi  lesquels  il  se  laissait  vivre.

Au  mois  de  mars  1530,  il  était  reçu  licencié  en  philosophie, et  tout  de  suite,  en  faisant  sa  théologie,  il  briguait  —  afin d’augmenter  ses  ressources,  —  et  obtenait  une  charge  de  professeur  au  collège  de  Dormans-Beauvais. Cependant  Ignace,  qui  déjà,  en  vue  de  sa  grande  oeuvre,  se préoccupait  de  recruter  des  compagnons,  avait  discerné,  d’un œil  perspicace,  les  qualités  précieuses  du  jeune  maître  dont l’orgueil  le dédaignait.  Il  entreprit  de  le gagner;  tout  en  lui  faisant,  avec  délicatesse,  accepter  des  secours  pécuniaires  fort utiles,  en  lui  amenant  des  élèves,  en  le  félicitant  de  son  éloquence,  il  l’incitait  à  de  plus  hautes  pensées  :  « A  quoi  sert  de gagner  l’univers,  si  on  perd  son  âme?  » lui  répétait-il.  François se  moqua  d’abord  ;  peu  à  peu  la  reconnaissance,  puis  l’estime, l’attachant  à  Ignace,  il  accueillit  ses  paroles,  les  médita  ;  elles entrèrent  au  plus  profond  de son  âme.  Et  un  jour  de  1533  il se  donna  tout  entier  à’ celui  qu’il  appellerait  dès lors  « le  père très  vénéré  de  son  âme  »,  et  par  lui  à  Dieu.

Le  15  août  1534,  après  une  lente,  mais  complète  formation, six  jeunes  gens,  —  les  premiers  fils  d’Ignace,  —  réunis  à  Montmartre,  s’engageaient  par  les  vœux  de  pauvreté,  de  chasteté et  de  pèlerinage  à  Jérusalem.  François  était  l’un  d’eux.  Puis,
les  vacances  venues,  il  se  livra,  avec  tout  l’élan,  tout  l’enthousiasme  de  son  âme  brûlante,  aux  Exercices  spirituels.  Sa  pénitence  ne  connut  pas  de  bornes  pendant  ces  quarante  jours. C’est  alors  qu’il  serra  ses  bras  et  ses  jambes  avec  de minces  et rudes  cordelettes,  si  étroitement  qu’elles  pénétrèrent  profondément  dans  les chairs  ;  tant  qu’on  ne  savait  comment  les  couper  et  qu’on  craignit  de  devoir amputer  un  de  ses  bras.  « Mais, dit  Simon  Rodriguez,  un des  six  amis,  par  une  singulière  miséricorde  de  Dieu  il  guérit  complètement,  et  j’ignore  absolument comment  se  produisit  cette  soudaine  guérison. » Des  Exercices, François  sortit  transformé.  Désormais  son  ambition  n’aspirerait  qu’à  la  plus  grande  gloire  de  Dieu ;  sa  dévorante  activité n’aurait  de  but  que  de  conquérir  au  Roi  éternel  des  sujets  et des  royaumes.

Selon  la  résolution  prise  en  commun,  les  «  compagnons  », —  c’est  le  nom  qu’ils  se  donnaient,  et  ils  étaient  neuf  alors, —  quittèrent  Paris  à la  mi-novembre « de 1536,  pour  Venise,  où ils  comptaient  retrouver  Ignace,  qui  les  précédait,  ayant  dû  passer par l’Espagne.  Le pèlerinage  de  Jérusalem  leur fut  rendu  impossible  par  la guerre  : ils  se  consacrèrent  au  service  des  pauvres et  des  malades.  C’est  là, dans  l’hôpital  des  Incurables  fondé  par saint  Gaétan  de Tiene,  que  François, héroïquement, pour  vaincre son  dégoût,  porta  à  ses  lèvres  ses  doigts  remplis  du  pus  qui  coulait des  ulcères  d’un  misérable  et  se  força  à  l’avaler…  Ce  que cet  effort  lui  coûta,  il  le  dit  le  lendemain  en  riant,  à son  compagnon  :  « Toute  la  nuit  j’ai  rêvé  que  la  lèpre  de  ce  malade  me restait  à  la  gorge.  » —  Puis  tous  partirent  pour  Rome,  afin  de se  mettre  à  la  disposition  du  pape.  Pendant  ce  voyage,  plusieurs fois,  en  se  réveillant  le  matin,  François  dit  à  Laynez  :  « Jésus ! que  je  suis  moulu ! Savez-vous  ce  que  je  rêvais?  Je  portais  sur le  dos  un  Indien,  et  il  était  si  lourd,  que  j’en  étais  écrasé. » Le  moment  approchait  où  la  vision  allait  se  réaliser.

François,  ordonné  prêtre  le  24  juin  1537,  avait  dit  sa  première  messe à  Vicence : avec  quelle  ferveur,  on  le  devine  en  lisant  dans  son premier  biographe  que  toujours,  quand il  célébrait,  « on  eût  dit, non  pas  qu’il  croyait,  mais  qu’il  contemplait  de  ses  yeux  ce  qui est  caché  dans  le  sacro-saint  mystère.  Si  ardente  était  son  âme, si  brûlant  son  visage,  qu’à  le  voir  pleurer  les  assistants  ne  pouvaient  se  tenir  de  pleurer  eux-mêmes.  » Il  était  revenu  à  Rome, où  la  Compagnie  de  Jésus s’organisait  sous  l’œil  vigilant  et  la main  ferme  de  saint  Ignace,  quand  Dieu  parla.

Le  roi  de  Portugal  Jean  III,  préoccupé  de  gagner  à  la  foi  les peuplades  des  Indes,  faisait  appel  à  l’Ordre  nouveau.  Ignace avait  désigné  pour  cet  apostolat  Rodriguez et  Bobadîlla.  Mais le  second  ne  put  partir,  retenu  par  sa  santé.  «  Tout  à  coup, raconte  le  P.  Ribadeneira,  Ignace,  qui  était  malade  au  lit, appela  le  Père  maître  François-Xavier  et  lui  dit  : « Maître  François,  vous  savez  comment  par  ordre  de  Sa  Sainteté  deux  des nôtres  doivent  aller  dans  l’Inde  et  que  nous  avions  choisi  pour cette  mission  maître  Bobadilla.  Son  infirmité  l’empêche  de partir,  l’ambassadeur  ne  peut  attendre  qu’il  se  guérisse.  Voilà qui  est  pour  vous.  »  Aussitôt  le  béni  Père,  avec  grande  allégresse  et  promptitude,  répondit  : « Eh  bien !  en avant  !  me voici !  »

Les  préparatifs  du  voyage  furent  aussi  rapides  que  l’acceptation.  Le  missionnaire  n’emportait  que  ses  vêtements  et  son bréviaire.  Prévenu  le  14  mars,  il  partait  le  15  pour  Lisbonne avec  l’ambassadeur  Mascarenhas.  Mais  il  ne  s’embarqua  que le  7  avril  1541,  après  avoir  conquis  et  transformé  la  cour. Le  pape  Paul  III  lui  avait  conféré  le  titre  de  nonce  apostolique.  Néanmoins,  et  malgré  toutes  les  instances,  il  voulut faire  la  traversée  comme  un  pauvre,  n’accepta  aucunes  provisions,  aucuns  bagages,  se  déclara  résolu  à  mendier  son  pain sur  le  vaisseau  et  à  laver lui-même  son  linge.  Ainsi  agit-il, mais  en  plus  il  se  fit  le  serviteur  de  tous.  C’était  son  habitude déjà  prise.  Avec  la  plus  parfaite  bonne  grâce,  le  visage  toujours souriant,  malgré  le  mal  de  mer  dont  il  souffrit  deux  mois,  il offrait  son  aide  à  chacun,  surtout  à  ceux  qui  le  repoussaient et  qu’il  voulait  gagner  à  Dieu.  Aucune  industrie  ne  lui  était étrangère  ou  rebutante  ;  il  soignait  les  malades  et  s’asseyait à  une  table  de  jeu.  Ainsi  conquérait-il  les  âmes  qui,  par  ses  soins tendres  et empressés,  revenaient  à  la  pratique  de la  foi,  souvent après  de  longues  erreurs.

Telle  fut  sa  conduite  pendant  toute  la  traversée  :  à  Mozambique,  où  il  fallut  faire  escale  à  cause  d’une  épidémie  de  scorbut,  dont  lui-même  François  faillit  mourir ; —  à Socotora,  dont la  population,  vaguement  chrétienne,  fut  l’objet  de  son  zèle et  de  sa  surnaturelle  tendresse  ; —  à  Goa  enfin,  qui  lui  offrait un  champ  d’apostolat  immense  et  singulièrement  encombré de broussailles et  d’épines.  Sa peine et son travail  furent  grands ; mais  le  succès  les  accompagna.  En  quelques  mois  Goa changea de  face  ;  les  mœurs  se  corrigeaient,  les  unions  illégitimes  se régularisaient.  «  Plus  de  mauvaises  chansons  dans  les  rues, mais  des  cantiques.  Les  usages  superstitieux  disparurent  des maisons.  Les  sacrements  furent fréquentés.  » Ces heureux  résultats  étaient  dus  en  partie  à  l’habile  méthode  des  catéchismes, mélange  d’instruction,  d’actes  de  foi  et  de  prières; —  à  l’assiduité charitable,  et  même  tendre,  du  Père  au  confessionnal  ; — à  l’ingénieux  emploi  des  enfants  transformés  en  hérauts  de l’Évangile,  charmants  autant  qu’infatigables.  Mais  surtout la  sainteté  du  prédicateur,  qui  transparaissait  dans  ses  moindres gestes,  sa  quasi  céleste  affabilité,  l’évidence  de  son  union  intime avec  Dieu,  et  aussi  les miracles  qui  commençaient  à  se  multiplier  sous  ses  mains  étaient  d’invincibles  témoins  de  la  vérité de  son  enseignement  et  portaient  la  persuasion  dans les  âmes
les  plus  rebelles.

Mais  bientôt  Goa  ne  lui  suffit  plus.  C’était  pour  les  Indiens qu’il  était  venu  aux  Indes.  Dès  qu’il  le  put,  il  alla  vers  eux. Il  y  avait  quatre  mois  qu’il  était  arrivé.  Le  vicaire  épiscopal lui  proposa  de  visiter  les  Paravers  :  c’étaient  de  pauvres  pêcheurs  de  perles  qui  exploitaient  les  rivages,  du  cap  Comorin au  Pont  d’Adam,  —  une  ligne  d’îlots  qui  réunit  le  Maduré à  Ceylan.  Ils  se  disaient  chrétiens ;  en  réalité  ils  n’en  avaient que  le  nom.  D’abord  il  fallait  les  instruire,  —  sommairement,
de  manière  au  moins,  en  attendant  mieux,  à  leur  assurer  le bénéfice  du  baptême  et  de  la  grâce.  C’est  ce  qu’entreprit  de faire  François,  tout  ignorant  qu’il  fût  de  leur  idiome.  Péniblement,  il  alla  de  village  en  village,  récitant  en  tamoul  des  formules  de  foi  qu’il  avait  fail  traduire,  interrogeant  par  interprètes,  parfois  aidé miraculeusement  de  Dieu,  qui  faisait  comprendre  aux  pauvres  ignorants  ce  que  l’apôtre  leur  disait  dans une  langue  qui  leur  était  inconnue.  Il réussit  ainsi  à  évangéliser,  à  amener  à  la  foi,  à  la  pratique  chrétienne  ces  populations, baptisant,  —  à  Travancor,  par  exemple,  —  jusqu’à  dix  mille personnes  en  un  mois.  Et  chose  merveilleuse  !  après  une  instruction  si  rapide,  —  qu’il  eut  du  reste  soin  de  faire  continuer par  un  prêtre  qu’il  laissa  dans  le  pays,  —  ces  nations  primitives sont  jusqu’à  nos  jours  restées  inviolablement  attachées  à  la  foi que  prêchait  « le  saint  Père  François  ».

Cette  foi,  la  vérité  en  était  démontrée  par  de  nombreux prodiges,  « Commencez,  disait le chef  des  Paravers  à  un  ministre protestant qui  l’exhortait  à  embrasser  son  erreur,  commencez par  faire  parmi  nous  autant  de  miracles  que  le  saint  Père  : alors  nous  verrons.  »  C’est  pour  ces  pauvres  gens  que, la  première  fois,  il  ressuscita  un  mort.  Mais  cela  lui  arriva souvent  ensuite,  soit  par  pure  compassion,  comme  lorsqu’il rendit  la  vie  à  Antoine  de  Miranda,  ou  à  un  enfant  de Pandacal,  qu’un  cobra-capello,  —  serpent  dont  la  morsure tue  en  un  quart  d’heure,  —  avait  blessé  ;  —  soit  pour convertir  les  foules  incrédules,  comme  à  Coulan,  lorsqu’il  fit ouvrir  un  tombeau  scellé  depuis  la  veille  et  commanda  au  cadavre  d’en  sortir vivant.  Et  que  d’autres  bienfaits  célestes il  versait  sur  ces  pauvres  gens,  et  plus  tard  sur  tous  ceux  qu’il évangélisait  :  guérisons  soudaines,  pêches  miraculeuses,  sécheresse  terminée  par  d’abondantes  pluies,  peste  mise  en  fuite, tempêtes  apaisées  !  Il  envoyait  vers  les  malades  des  enfants  qui leur  portaient  la  guérison  en  même  temps  que  la  foi  :  lui-même le  raconte,  en  attribuant  la  cessation  du  mal  à  la  confiance  des assistants.

Ces  merveilles,  il  les  achetait  par  la  pénitence  la  plus  constante  et  la  plus  cruelle  : il  dormait  peu  et  sur la  terre  nue  ou  sur le  marchepied  d’un  autel  ;  il  jeûnait  souvent  ;  à  Méliapour, il  resta  une  semaine  sans  manger  ni  boire  ; d’ordinaire  il  ne  prenait  qu’un  peu  de  riz  ou  de  poisson  salé  ou  quelques  racines a mères ;  il  se  flagellait  jusqu’au  sang.  Ses  nuits  se  passaient souvent  en  prières ;  mais  dans  quelle  ferveur,  dans  quelles extases  !  «  Il  m’arrive  d’entendre  une  personne,  disait-il  en  se désignant  ainsi  lui-même,  parler  de  cette  sorte  :  Ô  Seigneur, ne  me  donnez  pas  de  telles  consolations,  ou,  si  votre  bonté  et miséricorde  me  les  donne, appelez-moi  dans  votre  gloire  !  » Et  il  écrivait  à  ses  frères  :  « Les  consolations  que  Dieu  répand dans  les  âmes  de  ceux  qui  s’emploient  à  convertir  les  infidèles sont  si  grandes,  que  vraiment,  s’il  y  a ici-bas  une joie  qui  mérite ce  nom,  elle  est  là  ! »

Cependant,  la  foi  établie  à  la  Pêcherie,  François  sentait, à  la  flamme  de  son  zèle,  que  Dieu  le  poussait  vers  des  régions plus  lointaines.  Il  se  résolut  à  partir  pour Malacca,  puis  pour les  Moluques.  Ne  croyons  pas  que  son  ardeur  naturelle  de Basque,  «  dont  les  yeux  cherchent  toujours  d’instinct,  dit-on, les  terres  lointaines,  » l’entraînait  vers  ces  pays  à  peine  connus. Il  a  laissé  plus  d’une  fois  deviner  les  frissons  de  sa  nature  à  la pensée  des  dangers  :  « Croyez-m’en,  écrivait-il  : lorsque  l’heure est  venue  où  il  faut  sur-le-champ  s’exposer  à  mourir  pour  Dieu, je  ne  sais  comment  cela  se  fait,  mais  ces  paroles  si  claires,  si lumineuses  jusque-là  :  Qui  voudra  sauver  son  âme  la  perdra  et qui  la  perdra  pour  moi  la  sauvera, s’obscurcissent  tout  à  coup.  »

Mais, sous  l’impulsion  divine,  il  partit.  Malgré  les  tempêtes,  les typhons,  les  naufrages,  il  parvint  jusqu’en  ces  îles,  éloignées de  Malacca  de  plus  de  4 000  kilomètres;  il  y  renouvela   ses  merveilles  d’apôtre  et  de  thaumaturge.  Il  poussa  encore  500  kilomètres  plus  loin,  à  l’île  du  More,  où  on  refusait  de  le  conduire, parce  qu’on  pensait  qu’il  allait  à  une  mort  certaine.  Il  y  demeura  un  mois,  fit  trois  fois  naufrage,  passa  deux  jours  sur  une épave  au  gré  des  flots,  dut  se  cacher  dans  la  brousse  pour  éviter le  poignard  des  musulmans,  eut  à  craindre  la  famine,  les  flèches, la  fièvre,  le  poison…  Et  jamais il  ne goûta  tant  de  joies  : « Joies, écrivait-il,  telles  qu’en  peu  d’années,  à  force  de  pleurer,  on  y perdrait  la vue  du corps.  » Mais voici  une  plus féconde  conquête.

De retour à Malacca il  avait fait la rencontre providentielle  d’un Japonais  exilé,  Yagiro,  qu’il  baptisa  et  appela  Paul  de  Sainte-Foi.  Dans ses conversations  avec lui, il eut révélation  d’un  peuple nouveau,  dont les qualités  le séduisirent  tout  d’abord.  Le  Japon sollicitait  l’âme  de  son  apôtre.  Alors,  après  une  dernière  visite à  ses chers Paravers,  puis  à  Ceylan,  il  revint  à  Goa  s’entendre avec  le  vice-roi,  lui  faire approuver  ses  projets  ;  et  puis  il partit  :  aussi  bien  il  comprenait  que  son  action  parmi  les Portugais,  combattue  par  les  passions,  la  cupidité,  l’ambition, devenait  presque  infructueuse.  En  avril  1549,  il  s’embarquait avec  trois  compagnons  pour  le  royaume  du  Soleil  Levant.

A  grand’peine,  malgré  la  mauvaise  volonté  du  pirate  qui le  conduisait,  il  arriva,  ayant  fait  5 000  kilomètres,  au  port de  Kogoshima.  Hélas  !  ses  espérances  ne  se  réalisèrent guère.  Il  trouvait  là  une  civilisation  avancée  déjà,  des  mœurs très corrompues,  des  rivalités  entre  petits  souverains,  nul  pouvoir  suprême,  lui  qui  escomptait  déjà  la  conversion  de  celui qu’on  lui  nommait  l’empereur  et  n’était  qu’un  vieillard  invisible,  représenté  par  un  enfant  sans  puissance.  Pourtant  François  se  multiplia,  discutant  avec  lés  bonzes  pervertis,  prêchant les  infidèles  curieux  et  sceptiques,  courant  le  pays  du  sud  au nord  et  du  nord  au  sud,  l’arrosant,  le  fécondant  de  ses  sueurs, fondant  enfin  une  petite  communauté  chrétienne  qui  serait
du  moins,  fidèle  et  fervente,  le  principe  d’une  église  héroïque. L’éloge  que  les  Japonais  lui  avaient  fait  de  la  Chine,  l’influence  qu’elle  exerçait  sur  eux  le  déterminèrent  alors  à  essayer la  conquête  de  ce  pays.  Mais  il  devait d’abord  retourner  aux Indes  : saint  Ignace  venait  de  le  nommer  provincial,  des  affaires pressantes  demandaient  à  être  réglées.  Quand,  avec  fermeté, mais  avec  sa  tendresse accoutumée, il  eut  pourvu  à  tout,  il  dit adieu  à  cette  terre  ingrate,  mais  tant  aimée!  En  avril  1552,  il mettait  à  la  voile.

A  Malacca  la  mauvaise  volonté  du  gouverneur  Alvaro  de Altaïde  faillit  arrêter  l’entreprise.  Le  Saint  eut  besoin  de  toute son  énergie,  fit  même  appel  à  ses  pouvoirs  de  nonce  apostolique pour  vaincre  cette  résistance.  Enfin,  dans  les  derniers  jours d’août,  il  put  s’embarquer,  au  milieu  du  silence  et  de  la  tristesse  universelles.  Il  arriva  à  San  Choan  (Sancian),  petite  île à  quelque  distance  de  Canton  et  où  les  Portugais  faisaient  le commerce  de  contrebande  avec  la  Chine.  Il n’y  avait  d’habitations  que  quelques  huttes  en  feuillage.  François  s’établit  dans l’une  d’elles,  attendant  l’occasion  de  passer  à  Canton.  Mais  les jours  s’écoulaient  sans  la  présenter.  L’apôtre  tomba  malade.

L’un  après  l’autre,  les  vaisseaux  s’éloignèrent.  Les  derniers jours du  Saint  furent  tristes,  selon  les  hommes.  Atteint  de  pleurésie,  ne  pouvant  demeurer  sur  le  dernier  vaisseau  resté  jusqu’alors,  que  le  roulis  d’une  mer  agitée  lui  rendait  inhabitable, on  le  porta  à  terre  le  mercredi  23  novembre,  dans  une  cabane en  paille.  Il  devait  y  rester  seul  jusqu’à  la  fin,  avec  un  domestique  malabar  et  un  Chinois  converti,  qui  raconta  sa  mort. Il  agonisa  quatre  jours  dans  cet  abandon;  « les  yeux  au  ciel, le  visage  joyeux,  radieux,  il  parlait  à  haute  voix  comme  s’il eut  prêché.  »  Il  disait  souvent,  « parlant  avec  une  grande  ferveur  :  « Jésus,  fils  de  David,  ayez  pitié  de  moi  ! Mère  de  Dieu, « souvenez-vous  de  moi  ! » —  Tout  ce  jour  et  le  suivant,  il  fut  si patient,  si  doux,  qu’il  ne  donnait  aucun  travail  à  qui  le  soignait.  »  Le  samedi  soir,  il  fut  visible  qu’il  touchait  à  sa  fin.

«  Je  le  veillai  toute  la  nuit,  raconte  le  fidèle  néophyte.  Lui, restait  les  yeux  fixés  sur  un  crucifix  que  j’avais  mis  là.  L’aube du  dimanche  (27  novembre)  était  sur  le  point  de  paraître,  quand je vis  qu’il  allait  passer.  Comme je lui mettais un cierge à la main, seul  avec  lui,  il  s’endormit  dans  le  Seigneur  et  son  a me  bénie partit  de cette  vie  misérable.  Il  était  2  heures  après  minuit. » Xavier  était  dans  sa  quarante-sixième  année.  Son  apostolat, immortel  en  fruits  et  en  exemples,  n’avait  duré  que  dix  ans.

En  1619,  le  pape  Grégoire  XV  le  déclarait  bienheureux. Trois  ans  plus tard,  il était  inscrit au  nombre  des saints  en  même temps  qu’Ignace  de  Loyola,  son  père,  Thérèse  de  Jésus  et  Isidore  de  Séville.  L’œuvre  de  la  Propagation  de  la  Foi  l’a  choisi comme  patron  dès  sa  fondation  en  1820 ; et  ce  choix  a  été  confirmé  par  le  pape  Pie  X  en  1904;  en  même  temps  sa  fête,  déjà célébrée  par  toute  l’Église,  était  élevée  au  rite  double  majeur.

Corps incorruptible de Saint François-Xavier dans la Basilique du Bon Jésus de Goa en Inde
https://notredamedesanges.files.wordpress.com/2014/12/8d411-stfranciosxavier.jpg

Source : Saints et saintes de Dieu, Père Moreau, Tome 2, p.710-718

Publicités