Saint Eloi, fêté le 2 Décembre

2  DÉCEMBRE SAINT ÉLOI ÉVÊQUE (590-659)

https://i2.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/11/Petrus_Christus_003.jpg/225px-Petrus_Christus_003.jpg

C’est  au  1er décembre  que  le  Martyrologe  romain  place  la Tête  de  saint  Ëloi,  un  des  plus  grands  et  plus  populaires  évêques des  temps  mérovingiens. Issu  d’une  race  gallo-romaine,  Ëloi  était  fils  d’Eucher  et  de Terrigie,  possesseurs  d’un  petit  bien  libre,  —  ingenualis,  — sur  le  territoire  de  Chaptelat,  à  deux  lieues  de  Limoges.  Tout enfant,  il  montra  de  singulières  dispositions  artistiques  pour l’orfèvrerie  et  fut  confié  par  ses  parents,  en  apprentissage,  à Abbon  ;  c’était  le  chef  de  Tatelier  monétaire  de  Limoges,  un homme  bon,  habile  et  d’une  parfaite  probité.  Éloi  profita  de ses  leçons  d’ouvrier  et  de  ses  exemples  de  chrétien.  Du  reste il  était  de  lui-même  porté  à  la  piété,  fort  charitable  pour  les petits  et  les  esclaves  ;  il  aimait  à  entendre  lire  et  commenter,  les  Écritures,  à  méditer  le  texte  sacré ;  on  dit  qu’il  avait,  en travaillant,  le  Livre  saint  sous  les  yeux.  Devenu  maître  en  son art,  Ëloi  passa  en  France,  selon  l’expression  du  temps,  c’est-à-dire  franchit  la  Loire  ;  sans  doute  son  goût  et  son  habileté d’orfèvre  le  mirent  en  rapport  avec  Bobbon,  le  trésoiâer  du roi  Clotaire  II,  et  celui-ci,  charmé  de  ses  qualités  morales  comme de  son  talent,  le  fit  connaître  au  roi.  Il  avait  environ  vingt  ans.

On  sait  quelle  fut  l’origine  de  sa  fortune  :  Clotaire  projetait  de se  faire  façonner  un  fauteuil  en  or  orné  de  pierres  précieuses. Bobbon  lui  recommanda  le  jeune  Ëloi.  Celui-ci  accepta  ce  travail  pour  lequel  on  lui  remit  une  grande  quantité  d’or  et  de joyaux.  Quand  il  l’eut  achevé,  il  le  présenta  au  roi,  qui  l’admira fort  ;  mais  l’artiste  ajouta  :  « Je  n’ai  voulu  rien  perdre  de  la matière  qui  m’avait  été  fournie,  et  j’ai  pu  en  faire  un  second fauteuil.  Le  voici.  »  Clotaire  fut  émerveillé  de  cette  probité ; aussitôt  il  s’attacha  le  jeune  homme,  et  bientôt  Ëloi  devint un  favori,  écouté  au  conseil  royal  aussi  bien  que  chargé  des œuvres  d’art  que  le  roi  faisait  faire  en  grand  nombre ;  car  les princes  mérovingiens  et  les  seigneurs  de  tout  rang  en  étaient fort  curieux.  Il  fut  mis  à  la  tête  de  l’atelier  où,  à  Marseille, on  frappait  les  monnaies  royales  :  plusieurs,  qui  sont  conservées  encore,  sont  marquées  de  ce  lieu  d’origine  et  de  la  signature  d’Ëloi.

Et  cependant,  si  honoré  qu’il  fût,  l’orfèvre  préféré  gardait son  âme  pieuse  et  pure  parmi  les  tentations  de  la  cour.  Chose remarquable  :  cette  époque  était  troublée,  violente,  débauchée ; les  rois  de  ce  siècle  mauvais,  leurs  courtisans  ne  savaient  pas résister  à  leurs  passions  révoltées  ;  ils  avaient  une  foi  vive, mais  une  indomptable  nature  qui  se  portait  à  tous  les  excès. Et  on  trouvait  auprès  d’eux  de  vraies  troupes  de  saints  ;  et ils  les  aimaient,  les  écoutaient,  les  favorisaient.  Près  de  Clotaire,  Ëloi  se  lia  étroitement  avec  saint  Ouen,  saint  Sulpice, saint  Cyran,  saint  Faron,  avec  d’autres  qui  furent  aussi  de saints  évêques  :  Syagrius,  Didier,  Rusticus,  Berthaire.  Comme eux,  il  portait  de  riches  vêtements,  partageait  la  vie  fastueuse des  villas  royales  ;  mais  comme  eux  aussi  et  avec  eux,  il  priait longuement,  jeûnait,  cachait  un  cilice  sous  ses  habits  de  soie. Et  cette  piété  ne l’empêchait  pas, —  au contraire,  —  d’être  d’aimable  compagnie,  de  rapports  courtois  et  simples.  Son  visage coloré,  entouré  d’une  longue  chevelure  qui  frisait  naturellement,  était  tout  empreint  de  douceur  ;  sa  haute  taille  s’inclinait  volontiers  vers  les  humbles  et  vers  les  pauvres.

Âme  un  peu  timorée,  il  était  d’abord  plus  mené  par  la  crainte de  Dieu  que  par  son  amour.  Quand,  selon  l’usage,  le  roi  lui  demanda  de  lui  jurer  fidélité  sur  la  chappe  de  saint  Martin,  qu’il gardait  précieusement  dans  sa  chapelle  de  la  villa  de  Rueil,  par scrupule  il n’osa, se déroba à plusieurs  reprises,  finit  par éclater  en larmes. Et Clotaire, pris de pitié, dut  le dispenser d’un  engagement que,  au  reste,  il  savait  bien  être  superflu.  Quelque  temps  après, Éloi  fit,  —  chose  rare  alors,  —  une  confession  générale,  et  ce fut  le  principe  d’une  vie  plus  courageusement  pénitente  et  détachée  du  monde.  Alors  il  renonça  à  la  soie,  aux  bijoux,  aux riches  orfrois  ;  il  devint  plus  aumônier  encore,  dépensa  sa fortune  à  racheter  les  esclaves,  à  délivrer  de  prison  les  débiteurs  insolvables,  à  secourir  les  mendiants,  à  fonder  des  monastères.-  C’est  ainsi  qu’il  construisit  pour  les  hommes  celui  de  Solignac,  près  de  Limoges,  —  pour  les  femmes  celui  de  Saint-Paul, à  Paris,  où  l’on  compta  trois  cents  religieuses.

Mais  déjà  Dagobert  Ier   avait  succédé  à  Clotaire,  —Dagobert que le souvenir  populaire, que la chanson  même, —  calomniatrice dans  sa gouaillerie,  —  unit  à jamais  à  saint  Éloi.  Il  avait  de  fait gardé  pour  son  orfèvre  les  sentiments  de  son  prédécesseur. Éloi  faisait  partie  de ses  conseils  ; si trop souvent  le roi  s’échappa de  son  influence,  il  faut  attribuer  cependant  à  celle-ci  bien  des mesures  qui  ont  honoré  ce règne.  C’est  Dagobert  qui  avait  donné les  terres  où  furent  bâtis  Solignac  et  Saint-Paul.  Il  se  trouva, lors  de  la  construction  de  ce  dernier  monastère,  que, sans  le savoir,  Éloi  dépassa  d’une  palme  la  limite  du  bien  concédé par  le  roi.  Dès  qu’il  s’en  aperçut,  le  Saint  accourut  au  palais ; il  se  prosterna  devant  le  prince, demanda  en  pleurant  pardon de  ce  qu’il  appelait  un  vol.  Dagobert  admira  cette  délicatesse de  conscience  :  «  Voyez,  dit-il,  à  ses  courtisans,  combien  est vénérable  la  religion  du  Christ ! Mes  ducs  et  mes  comtes  m’enlèvent  sans  scrupule  des  arpents  entiers,  et  ce  saint  homme tremble  de  me  prendre  un  pouce  de  terrain  ! » Cependant,  vers  639,  l’évêché  de  Noyon  vint  à  vaquer.  Le clergé  et  les  habitants  unirent  leurs  suffrages  sur  le  nom  d’Ëloi.

En  même  temps,  Ouen,  son  ami,  était  élu  comme  évêque  de Rouen.  Tous  deux  reçurent,  semble-t-il,  la  consécration  ensemble,  en  cette  dernière  ville,  le  13  mai  641. Le  diocèse  de  Noyon  était  alors  uni  à  celui  de  Tournay, lequel  s’étendait  fort  au  loin,  sur  presque  toute  la  Flandre, Bruges,  Gand et  même Anvers.  Ces pays étaient  encore  en  grande partie  païens  ;  les  habitants,  farouches,  grossiers,  se  tenaient très  attachés  à  leurs  superstitions.  Il  y  avait  grand  danger  à prétendre  les  convertir.  Cependant  Eloi,  sans  souci  de  sa  vie, se  donna  à  cette  œuvre  ;  sa  douce  charité  eut  raison  des  résistances  ;  peu  à  peu  il  étendit  ses  conquêtes.  Le  pays  fut  sans doute  loin  d’être  entièrement  gagné  ;  on  note  cependant  que le  Saint  bâtit  une  église  à  saint  Martin  à  Gand,  en  commença d’autres  à  Aldenburg, Rodenburg,  Ortburg,  Bruges,  accrut le  monastère  de  Blandin  à  Gand  ;  et  la  ville  de  Dunkerque  reconnaît  lui  devoir  sa  fondation  :  elle  tire  son  nom,  —  Duyne-Kerche,  église  des  Dunes,  —  de  l’église  élevée  par  Ëloi  et  qui servit  de  centre  à  l’agglomération  urbaine.

Dans  sa  ville  de  Noyon,  le  saint  évêque  fut,  —  selon  l’usage, mais  ici  parfaitement  observé,  —  le  défenseur  et  le  protecteur des  citoyens.  Un  vieux .poème  raconte  qu’à  celui  qui  demandait sa  demeure,  on  répondait  :

Là,  sans  faille  (faute),  où tu  trouveras
De pauvres  gens  plus  grand  foison,
Trouveras  lui  et  sa  maison.

Il  y  avait  toujours  à  sa  porte  abondance  de  malheureux  à qui,  avec  sa  bonté  coutumière,  mais  accrue  encore  par  la  grâce de  son  sacerdoce  suprême,  il  faisait  chaque  jour  de  larges  aumônes.  Il  était  vraiment  le  père  des  veuves,  des  orphelins ;  il plaidait  pour  eux  devant  la  justice;  il  secourait  les  prisonniers.

Et  encore,  —  et  surtout, —  il prenait  un  soin  paternel  des clercs, des  diacres,  des  prêtres  de  son  église  : tous  vivant  en  communauté  dans  le  palais  épiscopal.  Le  prélat,  ami  de  tous  les  arts, avait  ouvert  une  école  de  belles-lettres,  qui  s’honora  d’avoir formé  plusieurs  abbés,  plusieurs  évêques,  parmi  lesquels  saint Vindicien  d’Arras.

Probablement  aussi  avait -il  établi  un  atelier  d’orfèvrerie dans  les  dépendances  de  sa  maison  ;  il  est  constant  du  moins qu’il  continuait  à  se  livrer  à  son  art.  aimé  : c’est  à  cette  époque qu’il  cisela  les  châsses  de  saint  Quentin,  —  dont  au  commencement  de  son  épiscopat  il  dé< ouvrit  les  reliques  depuis  longtemps  oubliées,  —  des  saints  Crespin  et  Crespinien  à  Soissons, de  saint  Lucien  à  Beauvais,  d’autres  encore.  Et  il  n’avait  pas, pour  être  évêque,  cessé  de  s’occuper  des  affaires  publiques.  Il avait,  sous  Clovis  II,  siégé  au  conseil  royal  à  côté  du  maire  du palais  Erchinoald,  qui  lui  manifestait,  du  reste,  une  vive  hostilité.  Et  Clovis  mort  en  656,  il  fut  encore  un  des  conseillers  les plus  écoutés  de  la  reine  régente,  sainte  Bathilde.

Mais  il  ne  devait  pas  l’être  longtemps.  En  659  vint  la  mort  : il  l’avait  prévue,  semble-t-il,  par  une  lumière  surnaturelle ; car,  voyant  une  réparation  à  faire  à  sa  cathédrale,  il  recommanda  d’y  procéder  tout  de  suite  : « Si  on  ne  s’en  occupe  maintenant,  dit-il,  elle  ne  sera  pas  faite  de  mon  vivant…  Sans  aucun doute,  mon  temps  est  déjà  fini.  » Et  comme  il  voyait  ses  prêtres affligés  de  telles  paroles  :  « Vous  devriez  plutôt,  dit-il,  vous  réjouir  et  me  féliciter.  Depuis  longtemps  je  désirais  ce  moment.  »

Quelques  jours  après,  il  fut  pris  de  la  fièvre.  Alors  il  réunit autour  de  lui  tous  les  gens  de  sa  maison,  les  clercs  ses  commensaux,  ses  serviteurs.  Il  leur  fit  ses  dernières  recommandations,  les  exhortant  surtout  à  l’union  fraternelle  et  à  la  charité envers  les  pauvres.  Puis  il  s’endormit  dans  le  Seigneur.

Source : Saints et saintes de Dieu, Père Moreau, Tome 2, p.705-709

Publicités