Saint Jacques l’Intercis, fêté le 28 Novembre

28  NOVEMBRE SAINT  JACQUES  L’INTERCIS MARTYR (422)


A  peine,  avec  l’avènement  de  Constantin,  la  persécution avait-elle  cessé,  dans  l’empire  romain,  de  sévir  contre  les  disciples  de  Jésus-Christ,  qu’elle  commença  en  Orient ;  elle  n’y fut  ni  moins  longue  ni  moins  terrible.  Ce  fut  le  roi  de  Perse Sapor  II  qui  le  premier  l’inaugura  en  339.  Pendant  tout  son règne,  qui  ne  prit  fin  que  quarante  ans  plus  tard,  et  probablement  pendant  celui  de  son  frère  et  successeur  Ardasir,  le  sang ne  cessa  de  couler.  En  383,  avec  Sapor  III,  l’Église  persane jouit  d’une  paix  momentanée  qui  lui  permit  de  réparer,  dans une  large  mesure,  les  désastres qui  l’avaient  accablée  ; et  même, en  410,  à  la  clôture  d’un  concile  tenu  à  Séleucie,  le  roi  Yesdegerde  ou  Iazdgerd  Ier   proclama  la  liberté  de  conscience  pour ses  sujets  et  sa  bienveillance  vis-à-vis  du  christianisme.

Ses  bonnes  dispositions  ne  devaient  pas  durer  aussi  longtemps que  son  règne.  Quand  il  vit  que,  grâce  à  la  liberté,  la  foi  faisait des progrès rapides et que les chrétiens prenaient  dans le  royaume l’influence  du  nombre,  excité  par  les  mages  et  leur  parti,  il s’achemina  de  nouveau  vers  la  persécution.  Cependant  il  mourut  sans  avoir  pris  de  mesures  générales  de  violences.  Mais  son fils Bahram  V,  dès  le  commencement  de  son  règne  (420),  se  déclara  nettement.  Sur  les  conseils  d’un  chef  des  mages  nommé Mihrsabur,  il  mit  la  puissance  royale  au  service  des  prêtres  du mazdéisme,  —  le  dualisme  qui  constitue  la  religion  d’État  en Perse.  Et  la  tempête  se  déchaîna  avec  fureur  contre  les  fidèles.

L’évêque  de  Cyr,  Théodoret,  en  a  peint  un effrayant  tableau  : «  Il  n’est  pas  aisé,  dit-il,  de  représenter  les  nouveaux  genres  de supplice  que  les  Perses  inventèrent  pour  tourmenter  les  chrétiens.  Il  y  en  eut  dont  ils  écorchèrent  les  mains,  et d’autres dont  ils  écorchèrent  le  dos.  Ils  arrachèrent  à  quelques-uns  la peau  du visage,  depuis  le  front  jusqu’au  menton.  On  enfonçait en  d’autres  des  roseaux  brisés  en  deux  qu’on  serrait  étroitement  avec  des  liens  et  qu’on  retirait  ensuite  avec  force  ;  ce  qui leur  déchirait  tout  le  corps  et  leur  causait  des  douleurs extrêmes.

On  fit  des  fosses  où,  après  y  avoir  amassé  quantité  de  rats  et de  souris,  on  enferma  des  chrétiens  à  qui  on  avait  lié  les  pieds et  les  mains,  afin  qu’ils  ne  pussent  chasser  et  éloigner  d’eux ces  bêtes,  qui,  pressées  de  la  faim,  dévoraient  ces  saints  martyrs  par  un  long  et  cruel  supplice.  »

Affreux  détails ! L’évêque  historien  aurait  pu  ajouter  pourtant les  roseaux  enfoncés  sous  les  ongles  ou  dans  les  parties  les  plus sensibles  du  corps le  pal  qui  traversait  le  tronc  de  part  en  part, la  scie  qui  tranchait  les  membres,  le  froid  glacial  de  la  nuit  où on  exposait  liés  les  confesseurs,  et  de  mille  autres  tortures auxquelles  on  demandait  de  provoquer  l’apostasie  plus  encore que  de  punir  la  constance.

Le  nombre  des  martyrs s’éleva à des chiffres incroyable.  On ne s’étonnera  pas  que  celui  des  renégats  ait  été  considérable  aussi. L’exemple  de la faiblesse  venait  parfois  de  haut.  Un  personnage important  de  la cour, jeune homme qui  avait  joui des plus  hautes charges  et  des  faveurs  royales,  nommé  Jacques,  eut  le  malheur, plus par  désir  de  ne  pas  déplaire  au  roi  que  par  crainte  des tourments,  d’abjurer  sa  foi.  Sa  mère  était  chrétienne,  sa  femme aussi.  Elles  ne  purent  résister  à  la  douleur  que  leur  causa  cette apostasie  ;  elles  écrivirent  au  malheureux  :  « On  nous  annonce que  la  faveur  d’un  roi  de  la  terre  et  l’amour  des  richesses  périssables  de  ce  monde  t’ont  fait  abandonner  le  Dieu  éternel… Si  tu  persévères  dans  ton  crime,  tu  tomberas  entre  les  mains du  Dieu  vengeur,  nous  nous  retirerons  de  toi,  comme  tu  t’es retiré  de  Dieu  ;  nous  ne  voulons  avoir  rien  de  commun  avec un  apostat.  C’est  fini,  nous  n’existons  plus  pour  toi.  »

A la lecture de cette lettre,  Jacques  rentra en  lui-même.  Il  comprit  toute  la honte  de  la faute  et le  danger  auquel  elle  l’exposait. « Au  dernier  jour,  pensait-il,  comment  soutiendrai-je  la  vue  de ce  juge  suprême,  de  ce  vengeur  inexorable?»  La  lecture  de  la Bible  acheva  sa  conversion  ; mais  elle  le  dénonça.  Des  ennemis avaient  vu  entre  ses  mains  le  livre  sacré  ;  ils  accoururent  raconter  au  roi  que  Jacques regrettait  amèrement  d’avoir  quitté  la religion  chrétienne. Bahram  aussitôt  le  fit  appeler,  l’interrogea, et sur ses aveux l’accabla de reproches : « Si tu  persévères, lui  dit-il» ce  sera  trop  peu  de  ta  tête  pour  un  tel  forfait.  —  Les  menaces sont  inutiles,  répondit  le  confesseur  ;  essaie  plutôt  les  tortures. »

Exaspéré,  le  roi  convoqua  ses  conseillers  les  mages.  Ils  déclarèrent  qu’il  fallait,  non  pas  tuer  d’un  coup  un  pareil  sacrilège,  mais  lui  faire  subir  la  torture  des  neuf  morts  :  elle  consistait  à  couper  successivement  tous  les  membres  du  condamné.
La  proposition  fut  admise,  l’arrêt  prononcé  immédiatement. Jacques  fut  traîné  au  supplice.  « Toute  la  ville,  émue  à  cette nouvelle,  et  toute  l’armée  suivirent  le  martyr. »

Celui-ci  cependant,  arrêtant  cette  marche  funèbre,  pria  ses gardes  de  lui  permettre  d’invoquer  le  Dieu  pour  qui  il  allait souffrir.  Il  se  mit  à  genoux  :  «  Recevez,  Seigneur,  dit-il,  les prières  de  votre  humble  serviteur  : donnez  la  force  et  le  courage au  fils  de  votre  servante  qui  vous  appelle  en  ce  jour  à  son aide…  Et  quand  j’aurai  vaincu  par  votre  grâce  toute-puissante et  que  j’aurai  reçu  la  couronne  des  élus, que  mes  ennemis  le voient  et  soient  confondus,  parce  que  vous  avez  été, Seigneur, ma  consolation  et  mon  aide  !  » Quand  il  eut  fini,  on  l’étendit avec  violence  sur  le  chevalet  ;  en  préparant  le  fer,  les  bourreaux,  par  pitié  pour  sa  jeunesse  et  sa  grâce,  l’exhortaient  à se  relâcher  de  sa  résolution,  à  obéir  au roi.  Mais  lui  : «  Qu’attendez-vous?  disait-il  ;  voici  mes  mains,  commencez  ! »

Alors  on  lui  coupa  les  uns  après  les  autres  tous  les  doigts des  mains,  des  pieds.  Il  remerciait  Dieu  cependant  à  chaque membre  qui  tombait,  et  la  reconnaissance  semblait  le  rendre insensible  à  la  douleur.  Pourtant  lorsqu’après  les  doigts,  après les  mains  et  les  pieds,  après  le  bras  droit  et  le  bras  gauche,  on en  vint  à trancher  la  jambe  droite  au-dessus  du  genou,  le  martyr  poussa  un  grand  cri  :  « Seigneur  Jésus-Christ,  secourez-moi, délivrez-moi  !  Je  suis  en  proie  aux  douleurs  de  la  mort  I  — Ah  ! dirent  les  bourreaux,  ce  sont  en  effet  d’atroces  souffrances! —  Non,  reprit  Jacques  ;  Dieu  a  permis  ce  cri  involontaire,  pour que  vous  ne pensiez  pas  que  je  n’aie  qu’une  apparence  de  corps.

Mais  je  suis  prêt  à  endurer,  pour  son  amour,  des  tourments encore  plus  cruels.  Achevez,  hâtez-vous!  » Quand  on  l’eut  ainsi démembré,  tandis  que  de  son  tronc  mutilé  s’écoulaient  des ruisseaux  de  sang,  il  eut  encore  la  force  de  murmurer  :  « Mon Dieu,  me  voilà  au  milieu  de  mes  membres  semés  de  toutes parts;  je  n’ai  plus  mes  doigts  pour  les.joindre  en  suppliant; je  n’ai  plus  mes  mains  pour  les  tendre  vers  vous  ;  je  n’ai  plus mes  pieds,  ni  mes  jambes,  ni  mes  bras;  je  suis  comme  une maison  en  ruines…  O  Seigneur,  que  votre  colère  s’arrête  sur moi  et  se  détourne  de  votre  peuple  ;  donnez  à  ce  peuple  persécuté  la  paix  et  le  repos.

Et  moi,  le  dernier  de  vos  serviteurs, je  vous  louerai,  je  vous  bénirai  avec  tous  les  martyrs  et  les confesseurs,  vous,  votre  Fils  et  le  Saint-Esprit,  clans  les  siècles des  siècles.  Amen  ! » Et  quand  il  eut  dit  : Amen,  on  lui trancha la  tête.

Ainsi  mourut  héroïquement  l’apostat  que  la  grâce  avait reconquis,  Jacques,  qu’on  appela  VIntercis,  c’est-à-dire  coupé en  morceaux.  Quand  les  gardes  se  furent  retirés,  à  la  nuit,  les chrétiens  recueillirent  pieusement  les  tronçons  de  son  pauvre corps.  Ils  en  trouvèrent  vingt-huit,  qu’ils  enfermèrent  dans  une urne  avec  le  tronc,  et,  autant  qu’ils  purent,  épongèrent  avec  des linges  le  sang  qui  avait  coulé  par  tant  de  saintes  blessures.

Source : Saints et saintes de Dieu, Père Moreau, Tome 2, p.687-691

Publicités